samedi, 23 janvier 2016

Coupes dans les subventions culturelles et sociale en Ville de Genève : qui va trinquer ?

La Ville accorde un total de plus de 200 millions de francs de subventions (212 millions au projet de budget 2016, raboté par la droite).
Sur ce total, le projet de budget 2016 prévoyait 131 millions de subventions par le département de la cohésion sociale et de la solidarité, 65 millions par le département de la culture et 11 millions par le département des Finances et du logement.

La majorité de droite coagulée a décidé de couper 2 % dans toutes les subventions (sauf celles au sport et à la petite enfance, et celle au Grand Théâtre -en revanche, l'Orchestre attitré du GTG est frappé... Deux pourcent ça n'a l'air de rien, mais ça fait au total une coupe de plus de 4 millions de francs, dont plus de 2,5 millions dans la politique sociale, et plus d'un million dans la politique culturelle. D'autant que les fonds généraux de soutien à la création culturelle et à sa représentation sont, eux, amputés de 10 %, et que ces coupes s'ajoutent aux coupes cantonales, et à d'autres coupes municipales (dans les lignes de fournitures et dans les "fonds généraux").
Voici, sauf erreurs ou omissions, par domaines, tous départements municipaux confondus, une longue liste (même pas exhaustive, et qui ne tient pas compte des subventions en nature) de victimes des coupes municipales dans les subventions (vous les trouverez aussi dans le projet de budget du Conseil Administratif, disponible sur le site internet de la Ville) : si ces victimes se réveillent, elles peuvent encore, en signant nos référendums*, repousser les ciseaux et les rabots de la droite coagulée... et en pousser une partie à repentance, comme le PDC semble s'y apprêter.
Les indications suivies d'un astérisque concernent les coupes supérieures à 5'000 francs.
Les indications suivie de deux astérisques concernent les coupes supérieures à 10'000 francs
Les indications suivies de trois astérisques concernent les coupes supérieures à 20'000 francs, jusqu'à près de 200'000 francs (OSR)

 

* Les feuilles de signatures pour les référendums peuvent être téléchargées sur http://www.fichier-pdf.fr/2015/12/23/feuille-de-signatures-re-fe-rendums-budget-ps-final/

Lire la suite

21:45 Publié dans Associations, Culture, Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : ville de genève, budget | |  Facebook | | | |

dimanche, 14 septembre 2008

Observer la xénophobie ordinaire pour la combattre

L'Observatoire du droit d'asile et des étrangers a besoin de soutien


L'Observatoire du droit d'asile et des étrangers (ODAE) est né suite à la votation du 24 septembre 2006, lorsque le peuple suisse a accepté la révision de la loi sur l'asile (LASI) et la nouvelle loi sur les étrangers (LEtr). Les autorités avaient alors assuré qu'elles appliqueraient la loi avec " mesure " et " humanité ". Dans les faits, cependant, l'O.D.A.E a relevé de nombreux cas d'applications tatillonnes, arbitraires et chicanières de la loi, conduisant à des décisions violant parfois les droits humains. Lutter contre cette xénophobie ordinaire et légale exige des moyens. Accordons-les à l'ODAE.

Faire tenir aux autorités les promesses qu'elles ont faites

Pour faire admettre en 2006 un nouveau durcissement de sa politique d'immigration et d'asile, le gouvernement avait multiplié les promesses. Il avait ainsi assuré que l'autorité entrerait en matière sur des demande d'asile même lorsque le requérant ne pourrait pas présenter de papiers d'identité, parce que son pays d'origine les lui refuserait ou que des indices de persécution requerraient " des investigations supplémentaires ". Mais dans les faits, l'absence de papiers d'identité est utilisée comme argument d'un refus d'entrer en matière malgré l'existence de tels " motifs excusables ". De manière générale, la barre de la " vraisemblance des faits " est placée de plus en plus haut : on exige des preuves souvent impossibles à fournir. De plus, les autorités omettent souvent d'examiner les situations sous l'angle de la Convention relative aux droits des enfants. Enfin, il n'existe aucun organe de contrôle chargé de veiller au bon déroulement des expulsions bien que celles-ci se déroulent parfois de manière brutale. Cette situation et ces pratiques rendent indispensable l'existence d'un observatoire indépendant, et d'une observation régionale et nationale, et pas seulement locale des pratiques des autorités. L'ODAE, créé à Genève sous l'impulsion de la Coordination contre l'exclusion et la xénophobie, doit élargir sa présence et son action à toute la Romandie, et sa collaboration avec les observatoires alémanique et tessinois, ce qui implique des moyens supplémentaires. Un appel de fonds est lancé pour obtenir ces moyens Nous ne saurions trop vous inviter à y répondre favorablement.

ADRESSEZ VOS DONS À:
Observatoire du droit d'asile et des étrangers - Genève
CCP 10-747881-0.


01:05 Publié dans Associations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : immigration, xénophobie, racisme, solidarité, suiisse, genève | |  Facebook | | | |