genève - Page 4

  • Après Artamis : L'espace congru de la culture alternative

    Imprimer

    La culture alternative genevoise ne manque ni d'acteurs, ni de public, elle manque de locaux. Non pas tant de locaux de travail, mais de locaux de représentation publique. L'Union des espaces culturels autogérés (UECA) a recueilli 10'000 signature au bas d'une pétition en faveur, notamment, d'un lieu de concerts et de représentations sur le site d'Artamis, dont la Ville et l'Etat veulent faire un « écoquartier »  qui risque fort de n'en être qu'un ersatz. L'UECA regrette de n'avoir jamais pu discuter réellement ni avec la Ville, ni avec le canton, d'un projet qui devrait certes abriter 250 logements, dont deux tiers de logements « d'utilité publique » (ce qui ne désigne pas forcément des logements sociaux), et un demi-hectare dévolu à l'artisanat et à des activités collectives, mais rien de ce que l'UECA demande et dont les «alternatifs» ont besoin, moins désormais pour travailler que pour que le résultat de leur travail soit visible. Ce qui suppose qu'on ne se satisfasse pas de l'existence, quelque part dans les marges, d'une «alternative» dont on ne verrait rien, parce qu'on n'en voudrait rien voir.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture 3 commentaires
  • un geste pour les grands magasins ?

    Imprimer

    Le projet de loi concocté par les commis politique du patronat du commerce de détail afin d'étendre hors de nécessaire les heures d'ouverture des magasins (et donc les heures de travail de leur personnel), a été renvoyé en commission. S'il en ressort tel qu'il y est entré, un référendum sera lancé contre une loi qui péjore les conditions de travail (déjà assez calamiteuses) des salariés de base du secteur, piétine les négociations pour le renouvellement de la convention collective, et ne profitera qu'aux grandes surfaces et aux centres commerciaux -les petits commerces ne réalisent lors des « nocturnes » que des chiffres d'affaires inférieurs à ce qu'elles leur coûtent, et souffrent bien plus de la crise que les grands distributeurs, qui, eux, se portent très bien (le chiffre d'affaire de Manor a augmenté de 3,5 % entre 2007 et 2008, le bénéfice de la Coop a atteint le record de 390 millions de francs, et celui de la Migros a atteint 701 millions, pour un chiffre d'affaire, lui aussi record, de près de 26 milliards, en hausse de 13,5 % en un an. ). On nous appelle à « faire un geste pour les commerçants genevois » ? D'accord. Mais précisons : pour les grands commerçants genevois. Et comme répondrait à notre place Sacha Guitry : « Un geste, mais lequel ? Ne nous tentez pas, cruels !»...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Commerce 1 commentaire
  • Les socialistes genevois en conclave

    Imprimer

    Se réinventer ou se dissoudre

    Les socialistes genevois organisent ce samedi (on n'y sera pas, l'exercice est un peu trop convenu pour y sacrifier une grasse matinée ou une manif) un petit conclave d'après défaite électorale, pour s'interroger sur les raisons de cette défaite, les conséquences à en tirer et les décisions à prendre pour remonter la pente. Or le Parti socialiste genevois n'est pas à rénover, à reconstruire, à repenser, à réorganiser ou à recomposer, mais à réinventer. Radicalement, et totalement. Il n'a guère le choix : il doit se réinventer, ou se résigner à se dissoudre, lentement mais sûrement, comme le glorieux parti radical du XIXème siècle s'est dissout en tant que parti politique (c'est-à-dire d'organisation porteuse d'un projet politique) pour se résumer et se résorber en un appareil électoral doublé d'un office de placement. Le PS est à réinventer : cela signifie la réinvention de sa ligne politique, de son programme, des ses pratiques, de sa base sociale, de son insertion institutionnelle, de son personnel politique même. Et cela signifie aussi que les promesses de le « reconstruire » ne sont que des promesses de ravalement de sa façade. Mettre un crépi neuf sur un bâti branlant peut tenir un moment. Pas longtemps. Le temps, peut-être, et encore, d'une campagne électorale. Et après ? Après, le  crépi s'écaille, le bâti se donne à voir tel qu'il est, puis s'écroule, lentement, dans l'indifférence générale.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 3 commentaires
  • Salaire minimum : le gouvernement genevois n'en veut pas

    Imprimer

    Vivre de son travail ou de l'aide sociale ?
    On y a peu prêté attention, noyée qu'était cette position noyé dans le fatras habituel des lieux communs du " discours de Saint-Pierre ", mais le nouveau gouvernement genevois a pris position sur, c'est-à-dire contre, le salaire minimum et son président d'un an, le radical François Longchamp, a annoncé : contre les bas salaires et les bas revenus (merci tout de même de reconnaître qu'il y en a), " nous agirons non pas par l'introduction d'un salaire minimal, qui ne tiendrait pas compte des charges de chaque foyer, mais par des prestations complémentaires adaptées ", qui permettront aux employeurs de continuer à verser des salaires inférieurs au minimum social, l'Etat, charitable, se chargeant du complément -et donc de subventionner les employeurs versant des bas salaires. Et comme dans le même discours, le même président d'un an du même gouvernement a assuré que ses sept membres (socialiste et verts compris, donc) allaient respecter " la collégialité qui seule garantit la démocratie de concordance ", on risque bien de ne pas entendre de petite voix de gauche disant autre chose que ce que la droite a envie de faire entendre. Reste que si le discours de Saint-Frusquin évoque la question du salaire minimum, c'est bien que cette question est enfin clairement posée en Suisse, agenda politique à la clef. Et que c'est une bonne question. La preuve : elle fâche…

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • 9 novembre : Complètement murs

    Imprimer

    Le 9 novembre est une date qui a quelques chances de rester dans nos mémoires. Après septante-sept ans, on commémore toujours à Genève le massacre du 9 novembre 1932 (la fusillade d'une manifestation antifasciste par notre glorieuse armée fédérale), et depuis une semaine, tous les media se consacrent à la remémoration de ce 9 novembre 1989 où chut le mur de Berlin. On commémore, donc. Mais pour faire quoi de ces commémorations, et tirer quels enseignements des événements que l'on commémore ? Vingt ans après la chute du Mur de Berlin, d'autres murs ont été construits, maintenus, renforcés, ou sont en projets -et nombre de celles et ceux qui célèbrent aujourd'hui la chute du mur berlinois, il y a vingt ans, se satisfont de tous ces autres murs ou s'y résignent, quand ils n'appellent pas à en construire ou en reconstruire d'autres.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde 3 commentaires
  • Politique culturelle genevoise : Un grand consensus flou

    Imprimer

    Les huit candidates et candidats présentés par les partis gouvernementaux au Conseil d'Etat débattaient lundi soir à la Comédie de la politique culturelle genevoise. L'UDC et le MCG, invités mais n'ayant rien à dire sur le sujet, ne sont pas venus, les Communistes, le Bouffon et le Prophète n'étaient pas invités. Un grand consensus flou semble s'être établi entre gens de bonne compagnie, sur le thème " il faut une véritable politique culturelle cantonale, au moins pour les grands projets ". A se demander pourquoi les partis gouvernementaux (à l'exception du PS, qui défend cette idée depuis des années) ont attendu cette élection pour recevoir cette double révélation : une République fondée sur la culture ne peut pas ne pas avoir de politique culturelle, la politique culturelle d'une région ne peut pas être déterminée par une seule commune. C'est sans doute un effet positif des campagnes électorales : la découverte d'évidences, et leur sonore proclamation.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture 3 commentaires
  • L'embolie ou le CEVA

    Imprimer

    Le référendum des opposants au CEVA ayant abouti, le peuple devra trancher dans le vif de la côte de Champel, le 29 novembre, en votant sur le crédit complémentaire de 113 millions accepté par le Grand Conseil. Le MCG était le seul parti à soutenir les opposants, mais il a été rejoint par l'UDC (on se souvient de son fameux placard publicitaire affirmant que le CEVA n'est qu'un moyen de transport supplémentaire pour amener à Genève la " racaille d'Annemasse ", alors que, fonctionnant dans les deux sens, il amène aussi à Annemasse la " racaille de Genève ", y'a pas de raison…) et au sein du parti libéral, les opposants disposent de relais non négligeables. Rien ne garantit donc le soutien populaire au projet-phare du développement des transports publics ferroviaires à Genève. En fait, le vote du 29 novembre est probablement, s'agissant du développement de Genève et de sa région, le plus important depuis la fusion des communes de 1930... Pour la Genève réelle, l'alternative est simple : c'est le CEVA ou l'embolie.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Transports 4 commentaires
  • Ce soir, 18 heures, place de Neuve : La frontière, on s'en fout !

    Imprimer

    Trois jours après la publication de la fameuse annonce de l'UDC genevoise invoquant la menace d'une invasion par voie ferroviaire de la " racaille " annemassienne pour inciter à la fois au refus du CEVA et au vote pour l'UDC, la débandade de l'extrême-droite locale est pathétique : c'est à qui feindra le plus hypocritement de découvrir à quel parti il a adhéré. Le Conseiller national et candidat au Conseil d'Etat Yves Nidegger (dont les maigres chances d'être élu sont désormais réduites au néant de l'argumentaire de son parti) se lamente sur la ruine des " huit ans d'efforts " pour que l'UDC devienne un parti respectable, le Conducator du MCG, Eric Stauffer, condamne une publicité encore plus ordurière que la sienne… Mais leurs contorsions rhétoriques et politiques ne peuvent guère tromper : sur le fond, les Nidegger et autres Stauffer, sont d'accord avec le concepteur de cette publicité. Ils ne le désavouent que sur la méthode et le langage. Leur critique n'est qu'une critique d'opportunité, leur reproche celui d'une maladresse : ça n'était pas le moment... Parce qu'il y a des moments pour se vautrer dans la boue, et des moments où il convient de se montrer tout convenable et tout blanc dans son petit costard de candidat bien propre sur lui.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Région 3 commentaires
  • Votations fédérales, cantonales et municipales : Comme d'hab'…

    Imprimer

    Dimanche 27 septembre, résultats des votations : pas de surprise. On en reste donc à ces cinq constats bouleversifiants :
    1. La Suisse est de droite : quand elle accepte une hausse d'impôts pour " sauver " une assurance sociale, c'est, du bout des lèvres, une hausse de l'impôt le moins social, et c'est une hausse temporaire ;
    2. Les Verts ne sont pas de gauche : quand la gauche combat une baisse d'impôts ne profitant réellement qu'aux revenus les plus élevés,  ils soutiennent cette baisse, avec la droite ;
    3. Le PS tout seul, ou la gauche de la gauche toute seule, ni les deux ensemble, ne sont pas majoritaires, même en Ville de Genève ;
    4. Les enjeux culturels ne passionnent pas les foules : le destin du CIC et de Saint-Gervais s'est joué dans l'indifférence ;
    5. Les promesses de baisses d'impôts rendent les contribuables joyeux : il suffit à leurs promoteurs de les présenter comme " avantageuses pour les classes moyennes et les familles ", et ça marche, à tous les coups…

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • Un quotidien gratuit disparaît ? Vous en reprendrez bien un autre...

    Imprimer

    Bouffé par "20 Minutes", le "Matin Bleu" est mort... un autre gr

    pubCT.jpg

    atuit s'offre à vous : "CAUSEs TOUJOURS"... essayez-le (un mot suffit à l'adresse <vivelacommune@infomaniak.ch>,et tous les matins ou presque, selon le bon plaisir du rédacteur, vous le recevrez dans votre boîte aux lettres électroniques avant les (dé)croissants...

    Lien permanent 3 commentaires
  • Praille-Acacias-Vernets : Bourrage de crânes et bourrage d'espace

    Imprimer



    Un comité bidon, dit " Urgence logement " créé et financé par les milieux immobiliers, et peuplé (à deux alibis près) de leurs créatures, lance à grand fracas et à grands frais une pétition pour contrer le référendum que les syndicats, la gauche et l'ASLOCA opposent au préavis municipal sur le déclassement de la zone du " PAV " (Praille-Acacias-Vernets). Une pétition pour contrer un référendum ? c'est idiot, mais peu importe : l'important est de faire du bruit à l'approche des élections cantonales, en se revendiquant d'une " majorité silencieuse fatiguée des blocages ". Mais pas fatiguée des promesses, comme celle du Comité, " 14'000 logements maintenant ! " à la Praille. Pas moins, pas plus tard, pas ailleurs. Une bouffonerie : non seulement il n'y aura pas 14'000 logements à la Praille, ni maintenant, ni jamais, puisqu'il n'y a pas la place, mais le comité bidon ne précise évidemment pas de quels logements il se serait agi : des duplex en PPE à deux millions dans des tours plantées sur un terrain mouvant ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : urbanisme 5 commentaires
  • Stades : Quand Zurich raisonne mieux que Genève

    Imprimer

    La nouvelle est passée presque inaperçue à Genève. Elle aurait pourtant du y résonner avec un écho tout particulier : le Crédit Suisse a annoncé l'abandon définitif de son projet de stade de foot de 30'000 places, couplé à un Centre commercial. La Ville reprend le flambeau, avec un projet " raisonnable " de stade de 20'000 places, sans centre commercial. Un stade de 30'000 places couplé à un centre commercial, ça ne vous dit rien ? C'est le boulet que Genève traîne depuis des années. Et un projet " raisonnable " de stade, ça ne vous dit rien non plus ? C'est celui que le Comité Praille opposait à ce qui a finalement été réalisé, et pour quoi les collectivités publiques paient, à fonds perdus, depuis huit ans. A Zurich, on a réfléchi. A Genève, on a tout fait, tout dit, tout promis, pour empêcher la réflexion. Et on se retrouve aujourd'hui à se demander ce qu'on va bien pouvoir faire du pachyderme de la Praille, et combien on va encore bien devoir payer, pour le nourrir, le vendre ou l'abattre.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Sports 2 commentaires
  • Cycle d'Orientation : la 134 est morte, vive la 138 !

    Imprimer

    De l'hétérogénéité des positions politiques

    Le Parti socialiste n'a pas encore pris (ou plutôt repris) position sur " l'initiative 138 " (" s'organiser contre l'échec scolaire et garantir une formation pour tous les jeunes ") qu'une palanquée de socialistes annoncent que finalement, tout compte fait, les choses étant ce qu'elles sont et les élections approchant, le PS ne devrait plus soutenir une initiative dont il a approuvé le lancement par une coordination dont il est membre.  Et ces hérauts de l'hétérogénéité des choix politiques socialistes d'invoquer d'hypothétiques " accords politiques " passés entre le PS et la droite, accords que les socialistes " trahiraient " s'ils soutenaient une initiative dont ils sont co-auteurs. On nous annonce donc que le PS aurait " confirmé aux radicaux qu'il rejetterait les deux initiatives " et que les Verts et le PS " invitent d'ores et déjà les Genevois à rejeter l'initiative 138 cet automne ". Or à ce jour, la seule position que le PS ait prise sur l'initiative 138, c'est celle de contribuer à son lancement et à son aboutissement. Ce qui implique évidemment de la soutenir A moins bien entendu de confondre hétérogénéité et schizophrénie.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Formation 1 commentaire
  • Pentecôte culturelle

    Imprimer

    La Grand'messe du RAAC, samedi, a annoncé la Bonne Nouvelle : il s'est produit à Genève un miracle, une pentecôte, une parousie : le champ politique s'est illuminé de conversions extraordinaires et de révélations bouleversifiantes frappant le petit monde des élues et des élus, des candidates et des candidats, des porte-paroles et des porte-plumes, prônant désormais dans une unanimité qu'on n'entendait plus guère chantée qu'à Solesme, le partage des tâches et des charges de la politique culturelle. Toutes et tous, y communiant, même avec la fraîcheur des nouveaux convertis, ceux qui depuis des lustres ont tout fait et tout défait, tout dit et de tout médit, pour que ne soit pas même envisagé ce dont il clament aujourd'hui l'urgence : une redéfinition complète des responsabilités publiques dans le champ culturel, en même temps qu'un renforcement des moyens à disposition pour que ces responsabilités soient assumées -il ne saurait en effet être question d'accepter que l'accroissement des ressources financières à disposition du canton pour sa politique culturelle se paie d'une réduction des ressources financières accordées par la Ville à la sienne. Ce n'est pas pour que la Ville puisse réduire son budget culturel qu'il faut le canton augmente le sien : c'est pour que, déchargée d'une part de son apport aux grandes institutions, la Ville puisse affecter les ressources ainsi libérées à d'autres champs culturels.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture 1 commentaire
  • Qui paiera la relance ?

    Imprimer

    Une vaste mobilisation européenne en faveur d'un " new deal social " est programmée ce 16 mai. A Genève*, la gauche et les syndicats organisent une manifestation* proclamant que " nous ne paierons pas leur crise "; il eût certes mieux valu promettre que " leur crise, on va la leur faire payer ", mais on ne va pas chipoter : toute mobilisation des victimes d'une crise est bonne à soutenir -tant qu'elle n'est pas dirigée contre d'autres victimes (les immigrants, par exemple). A l'appui de la manifestation genevoise, un " programme du mouvement social " élaboré par les syndicats est présenté, alors que de son coté, le Conseil d'Etat genevois a annoncé un " plan de relance " d'un milliard, fait de mesures dont la plupart étaient déjà connues et répondent à d'autres motifs qu'une réponse à la récession. Le tiers du coût de ce plan correspond d'ailleurs à des baisses d'impôts, et donc à des pertes de ressources pour le canton. Une mobilisation générale a été décrétée, mais contre les effets de la crise, et encore : pas tous. Reste le plus périlleux : s'attaquer aux causes.

    * SAMEDI 16 MAI, GENEVE : "NOUS NE PAIERONS PAS LEUR CRISE"
    Manifestation dans le cadre d'une mobilisation syndicale européenne
    14 heures, Place des XXII-Cantons

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Economie 4 commentaires
  • Politique culturelle : Genevois, encore un effort pour être républicains !

    Imprimer

    Samedi prochain, au théâtre Am Stram Gram, se tiendra la troisième et dernière session du Forum " Art, culture et création " organisé depuis 2008 par le (Rassemblement des artistes et acteurs culturels). Le RAAC va présenter urbi et orbi (" aux autorités, au monde politique, aux milieux culturels et au public ") ses huit propositions, et " poser quelques hypothèses de travail pour la Genève culturelle de demain " : que la création devienne la priorité des politiques culturelles, qu'elle soit inscrite dans la constitution et la loi, qu'elle dispose de nouvelles ressources, qu'on dispose d'un outil d'analyse du financement culturel, que la culture et la création soient intégrées dans les projets urbains, que les artistes et acteurs culturels aient un statut professionnel, que la République assume son rôle dans la politique culturelle et que les collectivités publiques de toute la région mènent ensemble une politique culturelle cohérente. Rien de révolutionnaire, mais rien que de nécessaire...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture 5 commentaires
  • Bal tragique aux MAH : un mort

    Imprimer

    Cäsar Menz, directeur des Musées d'art et d'histoire de Genève, quitte ses fonctions avec effet immédiat, au moment de la parution d'un audit ravageur, effectué par la société française Eurologiques-Conseil sur les structures de l'institution, la gestion de son personnel et l'adéquation entre les prestations des musées et les moyens à disposition. C'est-à-dire à peu près le même cahier des charges de l'un des deux audits effectués sur le Grand Théâtre il y a deux ans. Que relève l'audit des MAH ? un " schéma culturel élitiste ", un " modèle féodal de fonctionnement ", la présence de " fiefs " plus soucieux de défendre leurs prés carrés que d'établir entre eux une collaboration fructueuse, un " directeur-suzerain ", un gaspillage de moyens, mais également l'incapacité du Département municipal de la Culture à communiquer sur ses actions, apparemment sans grands effets jusqu'à présent, de réforme de l'institution…Et la crise semble venir de loin dans le temps -ce qui a suggéré à quelques élus municipaux de s'en prendre au prédécesseur de Patrice Mugny, Alain Vaissade, rendu responsable de tous les maux du musée -avant, sans doute, que remontant plus haut encore dans la chaîne de l'évolution politique locale, et faisant le tour d'élus d'à peu près toutes les formations politiques, on finisse par se mettre d'accord pour en accuser Pierre Bouffard ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture 2 commentaires
  • Capitalisme : no future (depuis un siècle)

    Imprimer

    Fête des travailleurs* : la gauche genevoise optimiste
    * et non la " fête du travail " en quoi voulurent la transformer les régimes fascistes

    A Genève, la journée du 1er Mai a été placée par ses organisateurs sous le slogan fort optimiste " capitalisme : no future ! ". Quant aux " anticapitalistes ", ils iront clamant " nous ne paierons pas leur crise ", ce qui n'est pas moins optimiste. " Capitalisme : no future "… Nos syndicats virent-ils punk (avec trente ans de retard) ? Que non point : ils réaffirment seulement la vieille certitude que " le capitalisme est un système économique qui n'a pas d'avenir ". Certitude qui, elle, a un long passé : ça fait plus d'un siècle qu'on la cultive. Et que le capitalisme, de crise en guerre et de guerre en crise, se réforme, avec notre aide. Car le capitalisme a bien un avenir, et c'est celui que nous lui assurons, avec les meilleures intentions et les plus légitimes volontés : aider les victimes des crises du capitalisme à les surmonter. Ce qui permet d'en refaire des producteurs, des consommateurs, des contribuables et des épargnants. En somme, de quoi reconstituer après chaque crise ce que chaque crise à détruit : des marchés et des profits. " Capitalisme : no future " ? La gauche a l'optimisme chevillé au corps.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 6 commentaires
  • Ahmadinedjad aboie, le consensus passe

    Imprimer

    Mahmoud Ahmadinejad a donc fait exactement ce qu'on savait qu'il allait faire, dès lors que sa venue à la Conférence de l'ONU contre le racisme avait été annoncée : il a tenu un discours provocateur, au prétexte d'antisionisme. Et tout le monde en " Occident " de jouer les vierges effarouchées, et de dénoncer le " nouveau dérapage " du président iranien. Tu parles d'un dérapage : contrôlé, prémédité, et même annoncé, le dérapage… Ahmadinejad est en campagne électorale pour sa réélection, et l'Iran en campagne permanente (depuis mille ans) pour le leadership sur le " monde musulman ". Quoi de plus tentant pour Iznogoud qu'une tribune onusienne pour faire parler de soi et de son califat ? Le président iranien ayant tenu son rôle, les représentants européens ayant adopté la posture outragée qu'ils avaient prévu d'adopter, la conférence pouvait aboutir là où il était prévu qu'elle aboutisse : à une résolution consensuelle. Et chacun repart de Genève avec les certitudes qu'il avait amené dans ses bagages et la satisfaction, sinon du devoir accompli, du moins du rôle joué.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde 5 commentaires
  • Conférence de suivi " Durban II "

    Imprimer

    La conférence sur le racisme (dite " Durban II " puisqu'il s'agit du " suivi " de la chaotique conférence de Durban en 2001) s'est donc ouverte aujourd'hui, jour de la commémoration de la Shoah. " Il est important que le nom de Genève ne soit pas associé à un échec " de la conférence, a plaidé notre Conseillère fédérale préférée… Qu'elle se rassure : si échec de la conférence il devait y avoir, nul participant, et la Suisse pas plus qu'un autre, ne s'en sentira responsable. Mais on aura toujours quelque peine à se convaincre de la réussite d'une conférence qui n'accoucherait, après quelques polémiques, d'une déclaration finale consensuelle tenant en deux points :
    1. Le racisme, c'est pas beau
    2. Le raciste, c'est l'autre

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde 3 commentaires