genève - Page 2

  • 9 novembre 1932 + 79 : Pour mémoire, au cas où...

    Imprimer

    Le 9 novembre 1932, il y a 79 ans, l’armée suisse tirait sur des manifestants protestant contre la tenue d’un meeting fasciste : treize personnes furent tuées à Plainpalais. Nous nous donnons un devoir de mémoire. Comme chaque année, on s'est donc retrouvés une petite centaine sur la plaine de Plainpalais, nul d'entre nous n'ayant vécu l'événement que nous commémorions, pour nous souvenir de ce jour où  « notre » armée a tiré dans le tas d'une manifestation antifasciste à Genève. Et nous avons proclamé haut et fort : « plus jamais ça ! ». Enfin... plus jamais ça peut-être, ici, chez nous (et encore...). Parce qu'ailleurs, en Syrie par exemple...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Histoire 3 commentaires
  • « Gauche de la gauche » : Savez-vous vous replanter dans les choux ?

    Imprimer

    Nouvelle plantée de la « gauche de la gauche » genevoise (et suisse) aux élections : les mêmes causes qui l'ont éjectée du parlement cantonal il y a deux ans l'ont maintenue ce week-end hors du parlement fédéral (où l'unique siège, vaudois, de cette présumée « gauche de la gauche » a également été perdu). A Genève, en tout cas, ces causes sont si connues, si précisément identifiables, qu'on s'interroge sur leur permanence :  la division, les querelles de voisinage politique, les concurrences de jardinets électoraux, les calculs d'organisations et les réglements de compte personnels. Il y a du trouble obsessionnel compulsif, là-dedans. ça devrait se soigner, mais comment ? Continuez comme ça, camarades, et votre dilemme se réduira à l'alternative que le « vote utile » de ce week-end suggère : rejoindre le PS ou disparaître du champ politique visible...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 4 commentaires
  • Initiatives fiscales socialistes : Premières salves

    Imprimer


    Les deux initiatives fiscales socialistes (l'une pour abolir les forfaits fiscaux, l'autre pour supprimer les cadeaux fiscaux consentis aux multinationales) viennent tout juste d'être lancées que déjà s'abattent sur elles les clameurs outragées de la droite politique, des milieux patronaux et des porte-voix du secteur financier. Et ça ne fait que commencer. Parce qu'à droite, quand il y a un enjeu (et là, il y en a un...), il y a de l'argent. Tout l'argent qu'il faut : souvenez-vous de la campagne, l'année dernière,  contre l'initiative socialiste pour la justice fiscale... Nous ne sommes plus le 4 août 1789 : Quand on touche aux privilèges, les privilégiés se rebiffent, et mobilisent le ban, l'arrière banc, le banc de touche et le banc de nage de leurs relais politiques, tous usant de tous les moyens disponibles (attaques personnelles comprises, Sandrine Salerno en sait aujourd'hui quelque chose) pour combattre ce qui, à leurs yeux, relève de l’infamie : l'abolition des privilèges fiscaux...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité 6 commentaires
  • Succession Calmy-Rey : tant qu'à faire... Daniel Devaud au Conseil fédéral !

    Imprimer

    Après neuf ans passés à la tête du ministère des Affaires étrangères, et deux présidences de la Confédération (elle termine la deuxième), Micheline Calmy-Rey a annoncé mercredi sa démission, pour la fin de l'année. On aura eu ainsi tout un jour de Jeûne Genevois pour faire le deuil de notre ministre préférée -celle qui énervait le plus nos adversaires. En faire le deuil comme ministre, pour la retrouver comme camarade, puisqu'il est si difficile, et sans doute impossible, d'être complètement les deux à la fois ( « Il implique contradiction que le gouvernement puisse être jamais révolutionnaire et cela par la raison toute simple qu'il est le gouvernement », disait Proudhon...). Ce deuil fait, il convient, comme toute le petit monde politique, de passer aux choses sérieuses : la succession. Et nous avons un candidat ! Forcément. Un juge. Forcément.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 3 commentaires
  • Jeûnes genevois et fédéral : qu'en reste-t-il ?

    Imprimer

    Allez les Jeûnes !

    Demain, à Genève, c'est jour officiel de Jeûne. Et dans dix jours, dans le reste de la Suisse, c'est jour officiel de Jeûne.  Est-ce à Genève en hommage aux victimes du massacre de la Saint-Barthélémy, ou d'un massacre précédent à Lyon en 1567, ou d'une épidémie de peste que l'on est supposé jeûner ? Et en Suisse, est-ce toujours pour «  consolider la paix religieuse » que perdure le Jeûne fédéral  institué par la Diète (un Jeûne institué par une Diète, il y a de la logique là-dedans...) en 1832 ? Soyons franc : tout le monde se fout de savoir pourquoi ces journées de jeûne, que plus personne ne respecte en tant que telles, ont été instaurées. On ne jeûne plus les jours de Jeûne, mais on devrait s'y remettre, pour les raisons qu'on veut. Ou sans raison. Parce qu'un jour sans goinfrerie ne pourrait que nous faire du bien, de quoi que l'on se goinfre le reste de l'année.

    Lire la suite

  • Genève : une demie-journée d'école en plus ?

    Imprimer


    Au boulot, les mioches !

    Le Grand Conseil (sauf le MCG) a accepté de modifier les horaires scolaires en introduisant des cours le mercredi matin, comme le Département de l'Instruction publique le demandait. Mais un référendum a été annoncé par le syndicat des enseignants du primaire, la Société pédagogique genevoise (SPG), soutenu par solidaritéS et plusieurs associations de parents (mais pas toutes, ni par leur fédération, fort divisée). En Suisse, les écoliers genevois sont les derniers à bénéficier d'une journée non-scolaire entière, coupant en deux la semaine d'enseignement. Ce fut longtemps le jeudi (mais on allait à l'école le samedi matin), c'est actuellement le mercredi. D'ailleurs, quitte à ré-introduire une nouvelle demie-journée d'école, et à supposer qu'on ne puisse l'éviter (ce dont on se permettra de douter), pourquoi le faire le mercredi matin, et pas le samedi matin ? Pour ne pas perturber les achats du week-end ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : école 0 commentaire
  • Fusion radicale-libérale à Genève : Marche nuptiale avec béquilles

    Imprimer

    Voilà, c'est fait, les deux vieux partis de la droite genevoise, les radicaux et les libéraux, ont décidé de fusionner. Il n'y a plus à Genève de libéraux et de radicaux, plus que des radelibes. Mais on peut tout dire de cette fusion, sauf qu'elle enthousiasme ceux-là même qui y appellaient -la plupart d'entre eux se contentant de s'y résigner. Une résignation massive : la fusion a été acceptée à des majorités écrasantes, dans les deux partis. Il est vrai qu'ils n'avaient guère le choix : le processus était si avancé, et le contexte politique si défavorable au statu quo, qu'on voit mal comment les deux époux plus que centenaires (on ne ricane pas : le PS n'est pas beaucoup plus jeune...) auraient pu repousser encore leurs noces, au risque que le plus mal en point des deux défunte avant la nuit de noce. Leurs épousailles en tout cas paraissent plus requises par leur état de santé que suscitées par leurs sentiments. La marche nuptiale a résonné, mais les époux marchent avec des béquilles.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Génocide arménien : un siècle de dénégation

    Imprimer


    Un combat odieux et absurde

    Il y a 96 ans, en avril 1915, était déclenché dans ce qui était encore l'Empire Ottoman, le premier génocide du XXe siècle, que l'on tienne à la chronologie qui fait commencer ce siècle le 1er janvier 1901, ou à l'histoire qui le fait commencer au déclenchement de la Grande Guerre, en 1914. La Ville de Genève a décidé, sur mandat de son Conseil Municipal unanime, d'ériger sur la Promenade Saint-Antoine une installation commémorative, non seulement du génocide des Arméniens, mais aussi des relations séculaires de Genève avec l'Arménie. Ce geste de la Ville n'a pas été du goût d'une association négationniste turque, qui tempête depuis des semaines pour que la Ville renonce à son travail de mémoire. Et d'en appeler au Conseil fédéral, et à Micheline Calmy-Rey, pour que la Confédération sermonne la Commune.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Histoire 6 commentaires
  • Avril 1915 - avril 2011 : nier l'évidence du génocide arménien ?

    Imprimer

    Il y a 96 ans, en avril 1915, était déclenché dans ce qui était encore l'Empire Ottoman, le premier génocide du XXe siècle, que l'on s'en tienne à la chronologie calendaire qui fait commencer ce siècle le 1er janvier 1901, ou que l'on adhère à la retrospection historique, qui le fait commencer au déclenchement de la Grande Guerre, en 1914. La Ville de Genève a décidé, sur mandat de son Conseil Municipal unanime, d'ériger sur la Promenade Saint-Antoine une installation commémorative, non seulement du génocide des Arméniens, mais aussi des relations séculaires de Genève avec l'Arménie -Genève ayant notamment été le lieu où se sont créées ou structurés deux des principaux mouvements politique d'émancipation de l'Arménie, le Dashnak et le Hintchak. Ce geste de la Ville n'a pas été du goût d'une association négationnisted turque, qui tempête depuis des semaines et tire toutes les sonnettes (y compris celles qui se trouvent à l'extrême-droite de la porte, sublime ou non) pour que la Ville renonce à son travail de mémoire. Et d'en appeler au Conseil fédéral, et à Micheline Calmy-Rey, pour que la Confédération sermonne la Commune.

    Lire la suite

  • Au prétexte d'un changement de ministre de la Culture...

    Imprimer

    Moi artiste, toi gestionnaire ?

    Quel que soit le résultat de l'élection, dimanche, de la Municipalité genevoise, et à quelque résultat qu'aboutisse ensuite la répartition des responsabilités entre les élue-s à l'exécutif de la Ville, Genève aura, à l'été, un nouveau ou une nouvelle ministre de la Culture, puisque en cette étrange République, la politique culturelle est, de facto, déterminée par la Commune -qui y consacre près du quart de son budget. C'est le prétexte à imaginer ce que pourrait être l'adresse d'un artiste à son ou sa ministre. Un artiste imaginaire, bien sûr, quoique masculin comme celui qui l'imagine, et un-e ministre encore virtuel-le...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture 2 commentaires
  • Triomphe de la Lega au Tessin : Essere incudine o martello ?

    Imprimer

    Avec le même discours, les mêmes recettes, les mêmes gesticulations (mais, il est vrai avec la trogne de sdf deBignasca et non le look de mercenaire de Stauffer, et surtout avec vingt ans d'activisme derrière elle), la Lega tessinoise a enfoncé le MCG genevois, frisé ce week-end les 30 % de suffrages, est devenue le premier parti de son canton, et a conquis au détriment des radelibes un deuxième siège au Conseil d'Etat. « Le phénomène de la Lega va au-delà de toute imagination », soupire, sur l'enclume, le président du PLR, Fulvio Pelli, pour qui « le Tessin va bien ». Le Tessin, peut-être, mais lequel ?  « Il faut être enclume ou marteau » : la Lega martèle depuis vingt ans... mais avec deux conseillers d'Etat bien sous tout rapports politiques, la Lega elle est désormais un parti gouvernemental de droite, comme les autres, partageant le bilan des autres. Tout le talent de Bignasca est d'avoir réussi à le faire oublier et à faire oublier que la Lega n'est pas seulement le marteau, mais aussi l'enclume...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 5 commentaires
  • Pour en finir avec la gauche caviar : Rejoignez la gauche anchois !

    Imprimer

    gauche anchois.jpgLe PS et les Verts (et sans doute aussi la « gauche de la gauche ») réalisent des scores électoraux supérieurs à leur moyenne nationale auprès de groupes sociaux définis comme ceux des « spécialistes socioculturels » et techniques, et des scores inférieurs à leur moyenne nationale auprès des travailleurs de la production (la classe ouvrière traditionnelle), des services et des bureaux. Dans ces groupes sociaux, chez les retraités et même chez les jeunes,  l'UDC  est devenue le premier parti au plan suisse. En bref : l'UDC est devenue le parti de «  la Suisse d'en bas », des « petites gens », des « gens de peu », c'est-à-dire des couches sociales disposant de formation culturelle et professionnelle inférieure à la moyenne. Si vous en avez marre de voir des chômeurs élire les amis de ceux qui les ont licenciés, des locataires élire les copains ce ceux qui les tondent, des retraités élire ceux qui veulent les priver d'allocations, des femmes élire des gros cons qui veulent les renvoyer à la vaisselle et des jeunes voter pour des idées d'avant-hier,  et donc, si vous en avez jusque-là de la gauche caviar, rejoignez la gauche anchois !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 15 commentaires
  • Afrique du nord, Proche Orient, Moyen-Orient : Le printemps des peuples ?

    Imprimer

    Affiche manif.jpgAfrique du nord, Proche Orient, Moyen-Orient : Le printemps des peuples ?

    En Tunisie, en Egypte, en Algérie, au Yemen, en Jordanie, les peuples se soulèvent pour leurs droits démocratiques et sociaux. Ils affrontent les forces de répression d'Etats policiers, ils s'efforcent de chasser des dictateurs mafieux adoubés par les grandes puissances occidentales, les grandes entreprises et les organismes économiques et financiers internationaux. Leur mobilisation se heurte autant à la répression qu'à des tentatives de récupération qui visent à pérenniser les mêmes politiques avec un personnel renouvelé, en changeant le moins possible les systèmes en place, mais en les débarrassant simplement d'encombrants prédateurs. Le 11 février à Genève nous manifesterons (17 heures 30, Place de Neuve) notre solidarité avec ce nouveau, et précoce, « printemps des peuples ». Pour qu'il ne finisse pas comme le précédent : par l'été des récupérateurs.

    Lire la suite

  • Un mammouth dans le logement social ?

    Imprimer

    Fusion des fondations immobilières de droit public : Un mammouth dans le logement social

    Le sujet ne passionne ni les foules, ni les partis, ni les militants -il est pourtant soumis au vote populaire le 13 février prochain, et n'est pas sans importance : le Conseil d'Etat et la majorité parlementaire de droite proposent en effet de fusionner en une seule, une sorte de mammouth du logement social,  les quatre fondations immobilières de droit public qui construisent ou achètent et gèrent les logements sociaux HBM. Au prétexte de « bonne gouvernance », comme on le dit de propositions dont on se garde bien de révéler le caractère technocratique, il s'agit de remplacer des fondations proches des milieux à qui elles proposent des logements par une fondation la plus proche possible, elle, du Conseil d'Etat.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Logement 3 commentaires
  • Buzz autour d'une candidate voilée : Le voile, la confusion, l'amnésie

    Imprimer

    Une candidate verte au Conseil Municipal de Vernier porte le voile  « islamique » ... Joli coup de pub, mais avec quoi, derrière? de la confusion et de l'amnésie. De la confusion, d'abord, entre une liberté individuelle et une proclamation religieuse transformée en proclamation politique. Ou bien le choix de porter le voile est un choix purement vestimentaire, esthétique, le choix d'un look, d'une apparence, et on n'a rien de plus à en dire que sur le choix de porter des pantalons dont la taille se situe quelque part entre le genou et l'astragale, ou bien c'est un choix religieux qui n'a pas à encombrer l'espace politique, parce que l'encombrant, il le parasite et ajoute de la confusion à une confusion déjà générale entre le politique et le religieux. Il est vrai qu'en un temps où l'extrême-droite se revêt des oripeaux de la laïcité, l'aliénation religieuse aurait tort de ne pas se farder de couleurs de gauche. Et puis, il y a de l'amnésie, dans ce coup de pub. Parce qu'il conviendrait tout de même de se souvenir que ce sont aux femmes, et seulement aux femmes, à qui s'adresse l'ordre de se voiler, de se couvrir, de s'empaqueter...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Femmes 6 commentaires
  • Courrier A, courrier B, Courrier F, A, C...

    Imprimer

    La Poste, en entreprise soucieuse non de la qualité et de l'utilité de ses prestations mais de l'équilibre de ses comptes, envisage donc de priver l'unique quotidien romand de gauche, et l'unique quotidien indépendant genevois ( « Cause toujours » mis à part), « Le Courrier », de l'aide indirecte (des tarifs d'expédition préférentiels) que l'ex-service public devenu une entreprise commerciale en mains publiques est, encore (mais pour combien de temps) tenu d'assurer. Prétexte ultime (après avoir tenté de prétendre que  « Le Courrier » n'est pas un quotidien « généraliste ») : cette aide est apportée aux quotidiens régionaux ou locaux, et La Poste a décrété que « Le Courrier » n'en était pas un, la preuve, il se qualifie de quotidien « suisse »  sur son site internet... le prétexte vaut ce que valent désormais les mots « service public » pour La Poste, dont  la décision, si elle se confirme, condamnera « Le Courrier » à assumer un surcoût de 325'000 francs pour sa diffusion. C'est le dixième de son budget. Pour La Poste, 325'000 francs, c'est rien, une paille, une bulle d'écume, mais pour le quotidien genevois, cette paille, c'est le prix de la survie.

    LeCourrier.jpg

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Médias 0 commentaire
  • Indignez-vous !

    Imprimer

    Rendez-vous 18 heures, place de Neuve

    « Indignez-vous », nous dit un vieil homme de 93 dans un petit opuscule. Stéphane Hessel a tout connu : la Résistance, les camps de concentration, l'espérance de la Libération, les honneurs...  « Cherchez et vous trouverez » des raisons de vous indignez, ajoute-t-il. Avons-nous vraiment besoin d'en chercher ? Ce jeudi, à 18 heures, place de Neuve à Genève, nous serons rassemblée pour dire nos indignations, contre les épurations religieuses, le terrorisme, le mépris des droits fondamentaux. Nous nous indignerons donc. Mais nous indigner ne suffit pas. A l'indignation, il faut un prolongement, pour qu'elle ne soit pas qu'une posture impuissante. Ce prolongement, c'est l'insoumission. On y reviendra.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Agenda 0 commentaire
  • La commune à l'ère de « l'urbain généralisé »

    Imprimer

    La peur des villes, toujours ?

    Depuis 2008, la majorité de la population humaine de la planète vit dans les villes. Et sur ces trois milliards et demi d'urbains, un tiers vivent dans des bidonvilles, des taudis ou dans la rue. Nous sommes donc entrés, mondialement, dans ce qu'Olivier Mongin appelle l'«ère de l'urbain généralisé », un « urbain» dans lequel la ville se dissout dans le périurbain, le suburbain, le rurbain, les espaces privatisés. Ni la Suisse, ni Genève n'échappent à cette dilution de la cité dans ce qui, au bout du compte, la nie : un étalement chaotique dans un espace sans prolongement politique (entre la commune, le canton, l'Etat-nation ou la Confédération, les unions continentales, il n'y a aucune place spécifique pour ce que devient la ville. L'espace urbain n'est plus un espace politique. Il n'est même plus un espace social, au sens d'un espace de commune expérience, partagée entre toutes celles et tous ceux qui y vivent. Et pourtant, la ville politique continue de faire peur... même à Genève...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : urbanisme 2 commentaires
  • 2011, année électorale (entre autres) : De la nécessité d'avoir les yeux plus gros que le ventre

    Imprimer

    On ne regrettera pas l'année grégorienne 2010, politiquement assez calamiteuse -en Suisse comme dans le reste de l'Europe. Qu'en sera-t-il de 2011, année électorale ? Municipales  à Genève et dans le canton de Vaud, puis, à l'automne, élections fédérales, et avant cela un test important à Genève : le vote, le 13 février, sur le retour de la vente des Indulgences dans la Cité de Calvin -autrement dit : l'amnistie fiscale proposée par la droite... Au fond, cela dépend de nous -cette année sera, politiquement, ce que nous serons capables d'en faire. On ne gagne jamais rien en n'ayant pour ambition que celle de ne pas perdre. Et à se résigner à admettre comme vérité révélée le résultat, toujours hasardeux, des petits calculs pré-électoraux, on ne se garantit, et ne mérite, jamais qu'un résultat : la défaite.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire