asile - Page 3

  • Un Ouzbek, ça va... Deux Ouïgours, bonjour les dégâts...

    Imprimer

    Détenus de Guantanamo accueillis en Suisse ?  Un Ouzbek, ça va...  Deux Ouïgours, bonjour les dégâts...

    La Suisse s'émeut : après que Genève ait accepté de recevoir un Ouzbek détenu pour rien à Guantanamo, mais risquant le pire s'il devait rentrer en Ouzbékistan, le Jura a accepté de recevoir deux Ouïgours chinois raflés par les Américains en Afghanistan après leur avoir été vendus par des seigneurs de guerre afghans, et eux aussi détenus pour rien (depuis huit ans...) à Guantanamo. L'arrivée annoncée de l'Ouzbek à Genève avait déjà fait lever le sourcil inquiet de quelques politiciens locaux ornant de leurs séants les bancs des parlements, mais l'hypothèse de l'arrivée des deux Ouïgours dans le Jura a provoqué une spetite panique, soigneusement attisée par l'Ambassade de Chine (soutenue par Christoph Blocher) pour qui il s'agit de « terroristes » Que rien n'ait jamais pu être retenu contre eux par les Américains n'a évidemment aucune importance. En revanche, le marché chinois, ça, c'est important. On ne va tout de même pas se fâcher avec la puissance montante du moment pour deux métèques. Musulmans, en plus, les métèques. C'est vrai, quoi, ils pouvaient pas être bouddhistes, ces Ouïgours, comme des Tibétains normaux ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 2 commentaires
  • 21 juin : Fête de la musique. Et des réfugiés.

    Imprimer

    Ce week-end, celui de l'arrivée de l'été, celui du jour le plus long, est le week-end de la Fête de la Musique, en tous cas à Genève. Mais c'est aussi celui, samedi, de la Journée du réfugié, placée en Suisse sous le slogan " Les réfugiés ont besoin de protection, pas de préjugés ". Car la petite musique qu'on entend depuis des années dans ce pays, à chaque fois qu'il est question de l'asile, et des réfugiés, est de celle qui accompagnent les chasses à l'homme. Des millions d'humains sont dans le monde à la recherche d'un refuge. Moins d'un millième de cette population en exil arrive en Suisse, et y sollicite l'asile (16'606 demandes en 2008, soit 53% de plus qu'en 2007). En Suisse, le nombre de demandes d'asile déposées au premier trimestre 2009 (4938) est en recul (de 1317 demandes) par rapport au dernier trimestre 2008. Seules 14,3 % des demandes ont été acceptées en première instance.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Immigration 17 commentaires
  • Les pauvres se noient, les riches s'emmurent

    Imprimer

    Exode

    Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Antonio Guterries, évoque un phénomène mondial qui pousse les personnes désespérées à utiliser des moyens extrêmes pour fuir les conflits, les persécutions et la pauvreté : il y a de plus en plus d'émigrants et de plus en plus de barrières pour entraver leurs mouvements, créant une situation dans laquelle un grand nombre d'émigrants sont condamnés à un exode illégal, au risque de leur vie En dix mois (janvier à octobre 2008), 32'000 personnes ont fait ou tenté de faire la traversée entre la Somalie et le Yemen. 230 d'entre elles sont mortes, 365 sont portées disparues. Fin mars dernier, au large des côtes libyennes, plusieurs centaines de personnes qui tentaient d'atteindre l'Europe ont disparu en mer. La même semaine, deux bateaux sont arrivés en Sicile, avec 250 personnes à boird, et à Lampedusa, avec plus de 200 personnes à bord. En 2008, 36.000 personnes sont arrivées en Italie par la mer depuis l'Afrique du Nord. Que faire des candidats à l'immigration ou à l'asile ? Les refouler, comme l'Europe (et la Suisse), les empêcher de partir, comme l'Algérie veut tenter de le faire, ou les noyer, comme ces passeurs qui ont, en octobre dernier, balancé 100 personnes par-dessus bord au large du Yemen ? Il semble ne venir à l'idée de presque personne qu'on pourrait simplement les laisser entrer " chez nous ", comme y sont entrés nos propres ancêtres.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde 4 commentaires
  • Pulsion d'expulsion

    Imprimer

    Fahad renvoyé en Suède, et bientôt en Irak

    Fahad, ce requérant d'asile irakien dont la demande avait été refusée alors que son renvoi en Irak (via la Suède) risquait fort d'équivaloir à un renvoi vers la mort, a été précisément renvoyé jeudi vers la Suède Où sa demande d'asile avait également été refusée, ce qui devrait, si les Suédois sont aussi minables que les Suisses, conduire à son expulsion vers l'Irak -où l'attendent quelques couteaux garantis halal. A Zurich, dans l'attente de son renvoi, Fahad était détenu depuis six jours dans une minuscule " cellule de sécurité ". De " sécurité " pour qui ? Le groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire rappelait l'année dernière que " les immigrants clandestins placés en rétention administrative ne sont ni des criminels ni des suspects ". Non. Seulement des colis encombrants, ou des quartiers de viande à stocker avant réexpédition vers une boucherie exotique.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 2 commentaires
  • L'Exode des uns, les jérémiades des autres

    Imprimer

    Panique en Suisse : depuis juillet, le nombre de requérants d'asile en provenance d'Afrique sub-saharienne, vie l'Italie, augmente, alors que les places d'accueil ont été réduites sur consigne de l'Office des migrations (ODM). Lors du troisième trimestre 2008, les demandes d'asile ont été supérieures de 40 % à ce qu'elles étaient au début de l'année. A Genève, pour les dix premiers mois de l'année, l'augmentation est de 48 % -mais on a diminué de 30 % le personnel d'encadrement Certains cantons, comme Vaud, ont lancé un appel à l'aide auprès des gérances immobilières et des communes. Des locaux militaires devaient être mis à disposition, mais le " partenariat " avec l'armée a été abandonné car elle ne pouvait " honorer ses engagements ". Pour une fois qu'elle aurait servi à quelque chose d'utile... Pendant ce temps, en Méditerranée, en Mer Rouge et dans le Golfe d'Aden, les émigrants se noient par centaines, dans l'indifférence générale.

    Harragas

    Le nombre de Harragas, ces migrants qui s'embarquent au péril de leur vie pour fuir la guerre ou de la misère, est en hausse dans le golfe d'Aden, dans la mer Rouge et en Méditerranée, confirme le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés Dans les dix premiers mois de cette année, près de 30.000 harragas sont arrivés sur les côtes italiennes, soit 11'000 de plus en dix mois que pendant toute l'année précédente. En dix mois, 509 personnes sont mortes ou portées disparues, soit déjà plus que pendant toute l'année 2007. Les arrivées en Espagne continentale, dans les îles Canaries et à Malte à la fin du mois d'octobre 2008 sont également plus élevées dans les dix premiers mois de 2008 que pendant toute l'année 2007. Au cours des premiers 10 mois de l'année 2008, plus de 38 000 personnes ont effectué le voyage d'exil en bateau depuis la Somalie vers le Yémen. C'est dix mille de plus que pendant toute l'année 2007. Plus de 600 personnes sont mortes ou portées disparues dans le golfe d'Aden en dix mois. Le 9 novembre, plus de 40 personnes ont été contraintes de sauter par dessus bord en pleine mer au large des côtes du Yémen. Des centaines de milliers de personnes sont prêtes à tout risquer, y compris leur vie, pour atteindre l'Europe. Des milliers mourront. Des dizaines de milliers traverseront Et nous atteindront. Que les portes de la " forteresse " européenne (et du donjon suisse) soient ouvertes ou non. Combien de temps, et de morts, nous faudra-t-il pour admettre qu'aucun rétrécissement de nos politiques d'asile et d'immigration ne retiendra jamais aucun harraga de tenter le tout pour le tout, et qu'à nier la réalité des migrations et l'inéluctabilité de l'immigration, on ne produit que de la migration suicidaire et de l'immigration clandestine ?

    Lien permanent Catégories : Monde 38 commentaires
  • Frambois, station terminus

    Imprimer

    Des mesures de contrainte à la contrainte sans mesure

    Deux hommes incarcérés à Frambois en attente de leur expulsion ont tenté, fin septembre, de se suicider -l'un en s'immolant par le feu, l'autre en se pendant. Le premier avait été débouté de l'asile, la demande d'asile du second avait été frappée d'une non-entrée en matière. Les deux hommes ont été reconduits en prison, apès un bref séjour en hôpital psychiatrique. La Ligue suisse des droits de l'Homme voit dans ces deux tentatives de suicide la marque de la détérioration constante des conditions de détention dans la " prison pour étrangers " de Frambois. On y verra aussi la conséquence directe d'une détérioration non moins constante : celle de la politique d'asile de la Suisse. Station terminus du processus de refus d'asile, Frambois en est le dépotoir, et le symbole.


    Autodestruction

    La Ligue des droits de l'Homme exhorte les autorités à renforcer l'encadrement médical, et en particulier l'encadrement psychiatrique à Frambois. La Ligue demande en outre que les mesures de contrainte ne soient pas utilisées contre des personnes souffrant de troubles mentaux ou d'un état de santé particulièrement dégradé. Ça devrait en effet être le minimum exigible d'un Etat de droit -mais les déboutés de l'asile ont-il encore des droits ? A Frambois sont stockés avant expulsion des gens qui sont le plus souvent dans la plus grande incertitude sur à leur sort. Quelques trafiquants, certes, mais surtout des immigrants clandestins et des travailleurs au noir, punis avec bien plus de sévérité que ceux qui les exploitaient. Ces hommes vont être expulsés, lorsque des accords de réadmission ont été conclus, vers des pays qu'ils s'empresseront de fuir à nouveau. Certains ont déjà été expulsés trois fois de Suisse. Ceux-là sont prêts à tenter autant de fois leur chance, ou leur malchance, qu'il faudra. Aucune mesure de " dissuasion " ne les dissuadera, aucune prison ne les retiendra, aucune interdiction d'entrée ne les empêchera d'entrer. Ils sont le signe même de la profonde imbécillité des politiques d'immigration restrictives -qui ne réduisent l'immigration légale qu'en multipliant l'immigration illégale, et de la gestion policière et bureaucratique du droit d'asile. De tout cela, Frambois est le concentré, et les suicides à Frambois, le prix. Après la destruction du droit d'asile en Suisse par les majorités gouvernementale, parlementaire et populaire de ce pays, il ne restait plus, pour parfaire une politique nauséabonde, qu'à attendre l'autodestruction des requérants d'asile. On y est.

    Lien permanent Catégories : Genève 2 commentaires