mardi, 29 mars 2016

Révision de la loi sur l'asile : dilemme...

asile, droit d'asile, réfugiésQue faire d'une loi qui nous déplaît, combattue par qui nous déplaît plus encore ? C'est le dilemme de la gauche suisse face à la révision de la loi sur l'asile, combattue par l'UDC, mais soutenue par les villes, les cantons, le Conseil fédéral et la majorité du parlement, coalisés pour la promouvoir.  La dernière votation fédérale sur une question liée au droit d'asile date de trois ans et s'était soldée par une lourde défaite de la gauche : en juin 2013, plus des trois quarts des votantes et tants acceptaient des mesures urgentes que nous combattions. Cette année, c'est l'UDC et ses satellites qui combattent la révision proposée. Pour deux raisons principales : l'octroi d'une assistance juridique gratuite aux requérants, et la possibilité d'exproprier des particuliers ou des communes pour créer des centres d'accueil, si la situation l'exige (une possibilité qui cependant existe déjà, et n'a encore jamais été utilisée). Dire "oui" à une loi qu'en d'autres temps nous aurions reprouvée, ou "non" comme le disent des forces qu'en ce temps nous combattons et qui nous combattent ?

Lire la suite

17:31 Publié dans Immigration, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : asile, droit d'asile, réfugiés | |  Facebook | | | |

mercredi, 02 mars 2016

Pas d'interdiction de la spéculation sur les denrées alimentaires, mais...

nord-sud.jpgDeux Suisses sur cinq...

 L'ultime sondage GFS-SSR accordait à l'initiative socialiste contre la spéculation sur les denrées alimentaires le soutien de 31 % des personnes interrogées (mais avec un quart de l''échantillon qui n'avait pas encore pris position). Au final, l'initiative, qui avait reçu le soutien, outre celui, naturel, de toute la gauche politique, de plusieurs dizaines d'organisations et de mouvements environnementaux, de solidarité internationale, et de syndicats, y compris du syndicat paysan Uniterre, a obtenu plus de 40 % des suffrages, a été acceptée dans deux cantons (Jura et Bâle-Ville), et n'a été repoussée à Genève, capitale mondiale du négoce céréalier, "que" par 54 % des votantes et tants. Ni les initiants (la Jeunesse Socialiste), ni leurs soutiens ne s'attendaient à un tel score : deux suisses sur cinq favorables à leur proposition anticapitaliste et altermondialiste...

Lire la suite

16:38 Publié dans Développement durable, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : spéculation, nourriture, jeunesse socialiste | |  Facebook | | | |

mardi, 23 février 2016

Initiative UDC de "mise en oeuvre" de l'initiative UDC (ad libitum) : Un grand coup de latte s'impose (pédagogiquement)

Parlons d'un enjeu sérieux du vote de dimanche -et donc d'autre chose que du MAH (dont on parle cependant ailleurs) : parlons de l'initiative de l'UDC pour la mise en œuvre de l'initiative de l'UDC pour l'expulsion automatique des "criminels étrangers". Parlons surtout de la nécessité de convaincre les derniers hésitants et les dernières hésitantes à balancer un grand coup de latte dans le fondement de ce texte. L'UDC a, depuis quelques années, pris l'habitude des succès sur des initiatives qui ne mériteraient que la poubelle. Les défaites en votation, elle a oublié le goût que cela avait -contrairement à nous, qui nous en repaissons avec la constance des héros romantiques. Repousser cette initiative absurde et vindicative aura ainsi une vertu pédagogique : réapprendre à ses auteurs le goût, doux-amer, de la défaite.

Lire la suite

14:02 Publié dans Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : udc, mise en oeuvre | |  Facebook | | | |

mercredi, 27 janvier 2016

Lutter contre la spéculation sur les denrées alimentaires : Première nécessité oblige

Dans le menu de goinfres qui nous est proposé pour les votations fédérales, cantonales, municipales du 28 février prochain (14 objets à Genève, par exemple : on vous laisse calculer vous-mêmes le nombre de combinaisons possibles à partir des trois mots d'ordre possible pour chacun d'entre eux -oui, non, blanc...), il y en a un qu'on aurait tort d'oublier : l'initiative socialiste (plus précisément : de la Jeunesse Socialiste) contre la spéculation sur les denrées alimentaires. Elle propose l'interdiction à tout agent financier privé ou public d'investir sur le marché des matières premières et des denrées agricoles et mandate la Confédération pour qu'elle s'engage à lutter contre une spéculation sur des biens qui, plus que tout autres, méritent d'être qualifiés de bien de "première nécessité" (celle de la survie).

Lire la suite

13:57 Publié dans Commerce, Développement durable, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alimentation, spéculation, js | |  Facebook | | | |

lundi, 25 janvier 2016

"Egalité fiscale" et imposition des couples mariés : Un mois pour un "non"

mariage, PDCSelon un sondage effectué il y a dix jours, l'initiative populaire du PDC "Pour le couple et la famille - non à la pénalisation du mariage" aurait recueilli, à la date du sondage, 67 % d'avis favorable (et une majorité dans l'électorat de chaque parti national, avec, évidemment, une majorité plus forte (72 %) chez les électeurs mariés) contre seulement 21 % d'opposition De quoi inquiéter sérieusement les adversaires de l'initiative, qui ne sont pas encore réellement entrés en campagne, et qui vont devoir expliquer que l'adoption du texte PDC coûterait, à l'heure des coupes dans les budgets sociaux, culturels, éducatifs (et autres), entre 1,2 et 2,3 milliards de francs aux caisses publiques, en ne profitant réellement qu'aux plus hauts revenus. Il reste donc un mois à la gauche pour convaincre son propre électorat  de repousser une initiative dont les effets seraient à peu près nuls pour les "couches populaires", mais assez dévastateurs, y compris sur la politique familiale dont les initiants se posent en grands défenseurs.

Lire la suite

15:48 Publié dans Famille, Fiscalité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : mariage, pdc | |  Facebook | | | |

lundi, 18 janvier 2016

Initiative de "mise en oeuvre" : De l'enfumage comme art politique

initiative de mise en oeuvre, UDCPour tenter de convaincre une majorité de votants dans une majorité de cantons de soutenir son initiative de "mise en oeuvre" de l'expulsion automatique des "criminels" étrangers (pour son propre électorat, aucune argumentation n'est nécessaire, il suffit de dire d'un texte qu'il est "contre les étrangers" pour que cet électorat l'approuve...), l'UDC va constamment brouiller les repères légaux, bidouiller les chiffres, dissimuler des faits et en inventer d'autres -bref, mentir comme une arracheuse de dents. Une arracheuse indigène, évidemment, et de dents importées, forcément. Son "tous ménages" de campagne est, dans ce domaine, exemplaire d'une démarche d'enfumage du bon peuple. Une démarche dont l'UDC est d'ailleurs coutumière, dont elle a fait un véritable art politique, et dont on ne peut que constater l'efficacité. Qui, déjà, disait (à raison, semble-t-il) qu'un mensonge répété devient une vérité ?

Lire la suite

17:29 Publié dans Immigration, Justice, Politique, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : initiative de mise en oeuvre, udc | |  Facebook | | | |

mardi, 05 janvier 2016

Une ânerie pour en appliquer une autre : Mise en oeuvre et en abyme

Selon un sondage réalisé à la mi-décembre, une majorité de Suisses (55 %) auraient alors approuvé l'étrange initiative de l'UDC "Pour le renvoi effectif des étrangers criminels", 24,5 % la refusant et 20,5 % se disant indécis. Deux mois auparavant, ils étaient même 66 % à approuver une initiative "de mise en oeuvre" qui se résume à demander qu'une initiative précédente soit appliquée, sans passer par aucune des procédures parlementaires prévues par la constitution. Un peu comme si l'idée étant venue aux Suisses de d'inscrire dans la constitution, en votation populaire, que le terre est plate, une initiative était lancée pour ensuite aplatir la terre. Car le problème de l'initiative initiale, celle sur le renvoi des "criminels" étrangers (la définition même du mot "criminel" par l'UDC étant pour le moins hasardeuse, et ignorante des catégories légales) est qu'elle est inapplicable. Quant à l'initiative ultérieure, celle de "mise en oeuvre", elle s'attaque frontalement à toutes les institutions politiques et judiciaires garantissant la sécurité du droit et des droits : le parlement, les tribunaux, la convention européenne des droits de l'homme...  Au point qu'au sein même de l'UDC, on essaie désormais d'en minimiser les effets, contre l'évidence même de son contenu...

Lire la suite

18:04 Publié dans Justice, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : udc | |  Facebook | | | |

jeudi, 10 décembre 2015

Election du Conseil fédéral (et du deuxième udéciste) : "Le bon, la brute et le truand" ou les Trois Mousquetaires ?

On avait, avouons-le, quelque difficulté à se passionner pour l'élection du Conseil fédéral. Les Chambres allaient-elles choisir le Bon, la Brute ou le Truand ? Athos, Porthos ou Aramis ? Ou d'Artagnan (que le Père Dumas nous pardonne de prendre ses héros pour représenter un choix qui ne leur arrive pas aux chausses) ?  Des deux scenarii qu'évoquait hier la "Tribune de Genève", celui de la normalisation (élection d'un des trois candidats UDC), celui de la confrontation (élection d'un-e UDC non-candidat, voire d'un-e non UDC), c'est, comme il était de plus en plus probable après que le "centre" ait confirmé sa réputation de pusillanimité, le premier qui a été traduit en actes. Admettons qu'on ait choisi le Bon. Ou Porthos. Et ça va changer quoi ? Pas grand chose. L'UDC a deux sièges au Conseil fédéral ? Elle en avait déjà deux il y a quatre ans (Eveline Widmer Schlumpf était UDC, avant d'être exclue pour crime de lèse-Blocher)... l'"arc lémanique" est à nouveau représenté au gouvernement fédéral ? Oui, et alors ? en avait-il besoin ?

Lire la suite

17:39 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : conseil fédéral, udc, parmelin | |  Facebook | | | |

lundi, 30 novembre 2015

Succession d'Eveline Widmer-Schlumpf au Conseil fédéral : On s'en tamponne (un peu) !

Autant vous l'avouer  : savoir lequel sera élu des trois candidats de l'UDC à la succession d'Eveline Widmer-Schlumpf, le Romand, l'Alémanique (qui a adhéré à l'UDC parce qu'"en Suisse centrale, le PDC a tendance à glisser à gauche") ou le Tessinois (pas membre de l'UDC mais de la Lega), on s'en tamponne le botte-cul. Comme de savoir où ira gésir Ueli Maurer. Et on s'en tamponnerait aussi de savoir quel département l'éduciste nouveau prendra (les Finances, l'Armée, la Justice et la police, l'Intérieur), si d'aucun-e-s ne caressaient pas l'idée sadique, du point de vue de la défense du droit d'asile, de lui confier la tutelle de la politique d'asile. Ce droit à l'indifférence (relative) que nous prônons, c'est l'avantage que nous offre le système de démocratie "semi-directe" (et donc "semi-parlementaire") : le Conseil fédéral a l'initiative (partielle) des lois et des choix politiques, pas leur maîtrise. Et si le parlement a glissé à droite, avec une majorité UDC-PLR au Conseil national, ce glissement est moins calamiteux qu'on pouvait le craindre, avec une majorité PS-PDC au Conseil des Etats... et des majorités populaires et cantonales que l'on peut construire, surtout s'agissant de la politique sociale, contre des décisions parlementaires.

Lire la suite

16:29 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : conseil fédéral, udc | |  Facebook | | | |

mercredi, 04 novembre 2015

2e tour de l'élection du Conseil des Etats : C'est pas le moment de mollir

Il va peut-être se passer quelque chose d'assez paradoxal, politiquement, après les deuxièmes tours de l'élection du Conseil des Etats : cette Chambre, naguère conspuée par la gauche (qui peinait à s'y installer, du fait du scrutin majoritaire -voire même parlementaire, dans certains cantons), va se transformer en bastion de résistance à la droite de la droite, l'UDC ayant aujourd'hui les mêmes difficultés à y faire élire ses candidats que le PS et les Verts il y a vingt ou trente ans. Le glissement à droite du Conseil National, on le sait, ne se produira pas, en tout cas pas dans les mêmes proportions, voire pas du tout, au Conseil des Etats. Du coup, on n'en réclame plus la suppression, la relégation en une Chambre de deuxième ordre, ou la transformation : non, on va pouvoir s'appuyer dessus pour freiner l'UDC et le PLR, majoritaires (de peu, et ensemble, mais majoritaires tout de même) au Conseil National. Mais en attendant que cette perspective se traduise dans les faits, il nous reste une chose à faire, si on ne l'a pas déjà faite : voter. A gauche, et seulement à gauche. A Genève, il vous reste deux jours pour envoyer votre bulletin par la poste. Et le dimanche matin pour le glisser vous-même dans l'urne. Et c'est pas le moment de mollir.

 

conseil des etats

 

Lire la suite

05:23 Publié dans élections, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conseil des etats | |  Facebook | | | |

lundi, 02 novembre 2015

Initiative contre le voile ("islamique" ou non) : Un débat pourri s'annonce...

Il y a un peu plus d'un mois, le "comité d'Egerkinden", qui avait déjà lancé et fait aboutir la burlesque initiative d'interdiction des minarets, a annoncé le lancement d'une initiative "pour l'interdiction de se voiler le visage", intitulé qui lui-même est le voile d'une interdiction du "voile islamique",. Une initiative sans enjeu réel, mais à fort enjeu symbolique, et bien portée par le courant à la fois xénophobe et islamophobe qui irrigue les extrêmes-droites de toute l'Europe, sans pour autant que l'on puisse l'y réduire (sauf à considérer que toute dénonciation de l'intégrisme musulman -puisque c'est celui-là qui est en cause, les intégrismes chrétiens, par exemple, ne semblant pas poser de problème- serait à ranger dans le tiroir "extrême-droite" de nos catégories politiques), même si l'essentiel de ses soutiens, elle les trouve à la droite de la droite. L'initiative aboutira donc certainement. Et on aura donc à se prononcer en votation populaire sur son contenu. Et cela présage d'un débat parfaitement pourri sur un texte qui prend bien garde de voiler ses propres intentions et dont les promoteurs assurent eux-mêmes qu'il ne sera pas applicables à celles qui, voilées de pied en cap, ont assez de pognon à dépenser dans les boutiques de luxe (ou les Fêtes de Genève...) pour pouvoir échapper à la proscription de leur "voile islamique", étrangement indifférent aux islamophobe dès lors qu'il empaquette de riches touristes.

 

voile islamique

 

Lire la suite

14:58 Publié dans Droits de l'Homme, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : voile islamique | |  Facebook | | | |

jeudi, 29 octobre 2015

Eveline Widmer-Schlumpf jette l'éponge, ou "le marais, tel qu'en lui-même"

Lâchée par le PDC, consciente que les soutiens lui restant ne lui permettraient pas d'obtenir la majorité parlementaire nécessaire à sa réelection Eveline Widmer-Schlumpf a donc jeté l'éponge et ne se représentera pas au Conseil fédéral, laissant ainsi la place à un UDC labellisé à la fois par l'UDC et par les autres partis gouvernementaux.  Pour être réélue, il aurait fallu qu'elle puisse compter sur le PDC. Et compter sur le PDC, c'est un pari que n'importe quel bookmaker refuserait, et qu'il faut vraiment être au dernier stade du désespoir pour prendre. Le "centre" se confirme ainsi être ce qu'on a toujours su de lui, et ce par quoi on le désignait dans les assemblées révolutionnaires françaises : le marais.

Lire la suite

16:43 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : widmer-schlumpf, udc, conseil fédéral | |  Facebook | | | |

mardi, 20 octobre 2015

Populisme, extrême-droite, fascisme... De quoi l'UDC est-elle le nom ?

Bon, alors, l'UDC et ses satellites (et un peu concurrents, quand même) locaux, genre MCG à Genève ou Lega au Tessin, c'est quoi ? Un parti populiste de droite (comme il y a un populisme de gauche) ? de droite conservatrice (comme il y a un conservatisme de gauche) ? de droite nationaliste (comme il y a un nationalisme de gauche) ? de droite de la droite (comme il y a une gauche de la gauche) ? d'extrême-droite (comme il y a une... pardon : comme il y avait une extrême-gauche visible ) ? Le président du PSS, Christian Levrat, a qualifié l'UDC de parti "fascistoïde" attaquant les "valeurs fondamentales de la Suisse", et le président du PBD, Martin Landolt, l'a rangée "toujours plus à l'extrême-droite". Alors, comment qualifier l'UDC, le MCG, la Lega ? D'un parti fasciste on est loin. D'un parti dangereux, en revanche...

Lire la suite

16:02 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : fascisme, populisme, extrême-droite, udc | |  Facebook | | | |

lundi, 19 octobre 2015

"La droite revient"... Ah bon, elle était partie ?

"La droite revient", nous annonçait déjà samedi "Le Temps", en présentant cette annonce comme le "seul pronostic que l'on peut hasarder pour les élections fédérales". "La droite revient" : elle était donc partie ? cela, avouons-le. nous avait échappé. En fait, hier, on est un peu revenu en arrière, en 2007, lors du dernier triomphe de l'UDC (qui avait d'ailleurs précédé l'éviction de Blocher du Conseil fédéral). L'institut Sorono avait tenté, la semaine dernière, une prévision du résultat des élections non en pourcentage de suffrages mais en nombre de sièges. Exercice difficile puisqu'il fallait tenir compte des résultats en suffrages dans 23 cantons, pour deux élections différentes (l'une à la proportionnelle, l'autre à la majoritaire) dans chaque canton- or le résultat final est en gros celui que suggérait Sorono : un rapport de force changé au profit de l'aile la plus droitière du parlement, mais sans qu'elle obtienne la majorité absolue (paradoxalement, c'est le Conseil des Etats, naguère considéré comme un bastion de la droite, qui prive aujourd'hui le PLR et l'UDC de cette majorité absolue) sauf à détourner du droit chemin centriste une partie du PDC. Et à gauche, quoi de nouveau ? Le recul des Verts et, malgré la belle élection à Neuchâtel de Denis de la Reussille (qui devra siéger au sein du groupe socialiste, s'il ne veut pas faire tapisserie), la stagnation dans sa marge de la "gauche de la gauche" laissent le PS en position hégémonique -mais dans un camp à la surface électorale réduite. Le PS, qui d'autre à gauche ? Dans les urnes, plus grand monde... Reste la rue, d'où tout vient.

Lire la suite

15:16 Publié dans élections, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

vendredi, 16 octobre 2015

Police fouineuse, le retour ?

Un référendum indispensable, à faire aboutir...   
  
La nouvelle loi fédérale sur le renseignement, qui prévoit de donner une base légale sensée encadrer l'activité, qui n'a actuellement aucune base légale, du service de renseignement de la Confédération (SRC), est donc combattue par un comité référendaire formé des Verts, de la Jeunesse socialiste (le PS, lui, est divisé, même si une majorité de ses parlementaires fédéraux a voté contre le texte), du Parti pirate, d'organisations de la "gauche de la gauche" (dont le Parti du Travail et, sauf erreur, solidaritéS) et d'organisations de défense des droits fondamentaux. Le référendum est ainsi lancé (et on vous invite à le signer...) contre un texte qui élargit considérablement les compétences du SRC, et porte en lui la menace d'un retour de la "police fouineuse" que l'"affaire des fiches" avait mise au jour, en révélant à 700'000 résidents suisses qu'ils étaient "fliqués". Il faut 50'000 signatures valables (de citoyennes et de citoyens suisses) pour que le référendum aboutisse et qu'au moins un débat soit lancé sur les limites à poser au contrôle policier de nos existences... Autant dire que l'aboutissement de ce référendum est indispensable, quoi qu'il puisse en être du résultat de la votation qu'il provoquera s'il aboutit...

Lire la suite

15:38 Publié dans Sécurité, insécurité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : police, terrorisme, service de renseignement | |  Facebook | | | |

mercredi, 14 octobre 2015

Migration mondiale et illusions nationales : Une Suisse exorbitée ?

La "question de l'asile" et la panique, réelle ou feinte (ou, pour le dire autrement, pathologique ou calculatrice) face à la "plus grande vague migratoire en Europe depuis la Deuxième Guerre Mondiale") ne pouvait pas ne pas s'inviter dans la campagne électorale : selon le "baromètre électoral" de la SSR, en septembre, la migration serait même le problème le plus urgent que les élus de dimanche prochain, et les élus de ces élus lorsqu'il s'agira pour le parlement fédéral de déterminer la composition du gouvernement, auront à traiter. On sait déjà comment l'UDC entend traiter le problème : en piétinant le droit d'asile et en dégradant les conditions d'accueil et d'hébergement des requérants -elle a d'ailleurs lancé un référendum contre la révision de la loi d'asile, pour le seul motif qu'au terme de cette révision, dont plusieurs points sont d'ailleurs contestables du point de vue de la défense du droit d'asile, les requérants auraient droit à une assistance juridique gratuite. Pour le reste, l'UDC demande que la Suisse sorte du système des accords de Schengen et de Dublin, c'est-à-dire mène une politique migratoire solitaire dans un contexte de migration mondiale. Les blochériens ne croyant pas eux-mêmes à la pertinence de leurs propres propositions, on devrait se dire qu'aucun poisson, si stupide que puisse être un poisson, ne le serait au point de mordre à un tel hameçon -mais le "pessimisme de la raison" balançant l'"optimisme de la volonté", on se dit aussi que rien n'est impossible dans un pays où près d'un-e citoyen-ne sur trois est persuadé que la Suisse est une exoplanète exorbitée, voire une galaxie, à elle toute seule.

Lire la suite

16:03 Publié dans Europe, Immigration, Monde, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : asile, réfugiés. migration | |  Facebook | | | |

mardi, 13 octobre 2015

Elections fédérales : Faire mentir les sondages !

votez!.jpgAvec quelques nuances, les derniers sondages pré-électoraux convergent : le parlement suisse, qui n'est déjà pas franchement de gauche, risque fort de l'être encore moins après les élections fédérales. "Risque fort" ne signifie cependant pas que le risque sera la réalité, mais seulement qu'il faut en tenir compte : les sondages ne sont pas des promesses de vote, mais seulement des indications de l'état d'esprit, de l'humeur, de l'électorat au moment où on le sonde. Ils ne prédisent rien, mais signale une tendance possible, ou probable : en l'occurrence, une progression de l'UDC et du PLR plus forte que la régression du PDC, des Verts libéraux et du PBD, et une progression du PS insuffisante à compenser le recul des Verts et la stagnation de la "gauche de la gauche". Bref, une droite qui progresse (sur le centre) et une gauche qui stagne. Et seule une mobilisation de l'électorat de gauche peut faire démentir ces sondages. La participation au vote, si on croit non plus les sondages mais les chiffres officiels à six jours de la clôture du scrutin, n'est pas fameuse : cela aussi peut s'inverser, car s'abstenir, c'est laisser les autres décider : même si la démocratie ne se réduit pas à des votes, il arrive que le "piège à cons" ne soit pas l'élection mais l'abstention...

Lire la suite

15:44 Publié dans élections, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

jeudi, 24 septembre 2015

Campagnes électorales : qui paie, et combien ?

En campagne pour les élections fédérales, les partis ne sont pas tous logés à la même enseigne financière -et ne font pas tous preuve du même souci de transparence. L'écart entre les moyens dont disposent les trois grands partis de droite (UDC, PLR et PDC) et ceux dont doivent se contenter les partis de gauche (PS, Verts, groupes de la "gauche de la gauche") est effarant : les partis (de droite) les plus riches peuvent consacrer jusqu'à vingt fois plus d'argent à faire campagne que les partis (de gauche) les plus fauchés. Certes, on n'en est pas encore tout à fait dans la situation où les votes populaires sont totalement déterminés par les moyens dont disposent les partis (sans quoi la gauche ne réussirait jamais ni à gagner un référendum, ni à gagner une élection  -or elle y arrive tout de même...), mais on est déjà dans une situation où la liberté du choix démocratique est restreinte par l'inégalité des ressources consacrées à l'influencer.

Lire la suite

15:36 Publié dans élections, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

mercredi, 23 septembre 2015

"Plan Berset" sur les retraites : Quinze ans de sursis ?

retraite.jpgLe Conseil des Etats a donc avalisé le plan du Conseil fédéral, porté par le socialiste Alain Berset, présenté comme une "réforme du système des retraites". Pour faire accepter ce plan par la gauche parlementaire et, sans doute, par le peuple, le Conseil des Etats l'a un peu amélioré, en rétablissant des éléments (la compensation du renchérissement, le niveau du financement par l'impôt) que le Conseil fédéral voulait mettre à mal, et en augmentant les rentes AVS des futurs rentiers (mais pas celles des rentiers actuels). Alain Berset vante ce compromis (les mauvais esprits -il y en a- parlent, eux, de marchandage) : "Pour la première fois depuis la fin du siècle passé, une réforme (des retraites) qui a de réelles chances de passer est sur la table". A quel prix ? 70 francs par mois de plus pour les rentiers AVS (240 francs pour les couples). Pour le Conseiller fédéral socialiste, on tient là une "réforme équilibrée capable d'obtenir le soutien d'une majorité". Et même, une réforme à laquelle, selon lui, ses opposants ne proposent aucune alternative. Or il y a une alternative (de gauche), le basculement progressif du "2e pilier" dans l'AVS qui, elle, serait réellement une réforme, quand le "plan Berset" n'est, de l'aveu même du Conseiller fédéral, qu'un moyen d'assurer quinze ans d'équilibre à un système, l'actuel, fragilisé moins par le nombre de rentiers que par un "deuxième pilier" bien plus sensible que l'AVS à la conjoncture économique (et à la spéculation et aux placements imprudents).

Lire la suite

16:27 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : avs, retraites, deuxième pilier | |  Facebook | | | |

vendredi, 18 septembre 2015

Convention et Cour européennes des droits de l'homme : Des juges ou des droits étrangers ?

CEDH, Conseil de l'EuropeLe 28 novembre de l'année dernière, on a (ou aurait du) célébrer le 40e anniversaire de la ratification par la Suisse de la Convention Européenne des droits de l'Homme -une ratification qui impliquait l'acceptation de la juridiction obligatoire de la Cour européenne de Strasbourg. L'UDC avait, à sa manière, célébré cet anniversaire, en remettant en cause cette juridiction, en annonçant le lancement d'une initiative inscrivant dans la Constitution fédérale le principe (à rebours de toute l'évolution du droit depuis 1945...) la primauté du droit de l'Etat sur le droit international (celui de la Cour européenne, en l'occurrence). La Cour européenne a en effet un rôle, une fonction, insupportable aux udécistes : celle de faire respecter les libertés individuelles (et collectives) proclamées dans la convention européenne. Et dans la constitution suisse : "Tout comme la démocratie directe ou le fédéralisme, les droits de l'homme sont indissociables de la Suisse", déclare (optimiste) Simonetta Sommaruga. Dès lors, "un juge qui veille à la défense des droits de l'homme peut-il vraiment nous être étranger ?", s'interroge la présidente de la Confédération. A nous étranger, certainement pas -du moins pas plus que n'importe quel juge indigène. Mais à l'UDC, apparemment oui. Mais ce n'est pas tant ce juge qui lui est étranger que  la Convention européenne des droits de l'homme elle-même... et l'idée même de droits plus fondamentaux que les décisions d'une majorité électorale ou référendaire.

Lire la suite

14:30 Publié dans Droits de l'Homme, Europe, Justice, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cedh, conseil de l'europe | |  Facebook | | | |