Solidarité - Page 2

  • Oranges amères

    Imprimer

    Espagne : Soutenons les "princesses des serres"
     
    60'000 ouvrières, presque toutes migrantes, travaillent dans les serres et les entreprises d'emballage de la région d'Almeriadans des conditions inacceptables, pour des salaires de misère, sous la pression constante de leurs employeurs et de leurs petits chefs. Pourtant,  celles que l'une d'entre elles a baptisées les "princesses des serres" résistent, et s'organisent syndicalement. Leur syndicat, le SOC-SAT, lance une campagne de formation, de conseil et d'affiliation, sur les lieux de travail et sur les lieux de vie des ouvrières, pour que leur défense aboutisse, comme cela été le cas à la fin de l'année dernière, à la reconnaissance de leurs droits et à la condamnation des pratiques patronales. Le SOLIFONDS* appelle au soutien matériel de cette campagne et du syndicat qui l'organise, et qui a été en pointe dans la lutte pour le respect des lois sociales et sur le travail, les droits des migrants, la lutte contre le racisme et la xénophobie. Répondez à l'appel à soutenir le SOC-SAT. Et lorsque vous irez faire vos courses, regardez d'où viennent les fruits et les légumes que vous achetez, et essayez d'imaginer dans quelles conditions travaillent, et à quel prix, celles qui les ont ramassés et celles qui les ont conditionnés. 
    *SOLIFONDS, CP, 8031 Zurich
    mail@solifonds.ch
    www.solifonds.ch
    CP 80-7761-7

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Solidarité, syndicats 2 commentaires
  • La "Cité du Refuge" et ses miasmes...

    Imprimer

    Meeting électoral parlementaire de l'extrême-droite genevoise

    A la demande d'une trentaine de députés cornaqués par le MCG, une session spéciale du Grand Conseil genevois est convoquée pour aujourd'hui, vendredi dès 17 heures, sur le thème (électoralement porteur pour les xénophobes -c'est en tout cas ce qu'ils espèrent) de la "crise des réfugiés" (et de leur accueil). Le but de l'exercice auquel va se livrer l'extrême-droite de Piogre (on n'ose pas dire "de la Cité du Refuge"...) est évidemment de se faire mousser, à quatre semaines des élections fédérales. La Coordination contre l'exclusion et la xénophobie invite à un rassemblement devant l'Hôtel-de-Ville dès 16 heures 30 pour manifester à la fois un refus de l'exploitation, de plus en plus ouvertement raciste, de l'exode des populations fuyant les guerres pour trouver un refuge en Europe, et une solidarité concrète avec celles et ceux qui, arrivant chez nous démunis, ont besoin, d'une aide matérielle des plus élémentaires : des chaussures et des habits (le "Vestiaire social" les collectera sur le lieu du rassemblement : n'hésitez pas à en apporter). La "Cité du refuge" sera dans la rue, devant le parlement où celle du refus du refuge exhalera ses miasmes. 

    Lire la suite

  • Arrêter le sabre de nos bons amis et clients saoudiens : Pour sauver Ali...

    Imprimer

     

    Arabie Saoudite, peine de mort

     

    L’Arabie Saoudite, qui depuis le début de l'année a déjà exécuté a déjà exécuté plus de 100 personnes, soit une personne tous les 2 jours, soit plus que les abrutis de Daech, s’apprête à décapiter un jeune homme de 21 ans avant de crucifier son cadavre et de l’exposer en public. Et l'Arabie Saoudite préside désormais le comité de l’ONU en charge des nominations de rapporteurs spéciaux et d’experts indépendants clefs, dans le domaine des droits de l'Homme (et de la Femme). Une pétition, c'est peu de choses, et la signer, peu d'engagement, mais c'est au moins dire, avec des milliers d'autres personnes, que nos Etats ont des alliés aussi infréquentables que les fous furieux contre lesquels une coalition est paraît-il en train de se montrer, et dire aussi qu'il y a des limites au cynisme de la raison d'Etat, s'il n'y en a guère à la schizophrénie consistant à se poser en adversaires du délire djihadiste tout en acceptant à peu près tout d'un régime, celui de l'Arabie Saoudite, qui ne diffère des délirants de Daech que parce qu'il est à la tête d'un Etat prodigieusement riche en dollars et en pétrole -et en clients de nos hôtels de luxe, de nos courtiers en immobilier haut de gamme pieds dans l'eau du Léman et de nos Fêtes de Genève. Alors, signez là : https://secure.avaaz.org/fr/stop_saudi_beheadings_loc/?tjXGadb

    Lire la suite

  • Jeûne Genevois en temps d'exils : Passer de l'affliction à la solidarité

    Imprimer

     

    asile, réfugiés, migrants

     

    Demain, jeudi, c'est le Jeûne Genevois. Un jour férié depuis 1966, célébré pour la première fois par les Genevois en octobre 1567 pour témoigner de leur affliction (et de leur solidarité avec les victimes) après un massacre de huguenots lyonnais, puis à nouveau, et pour les mêmes raisons et le même témoignage, le 3 septembre 1572, lorsque fut connu à Genève le massacre de la Saint-Barthélémy. Historiquement, ce jeûne est confessionnel -mais qui, aujourd'hui, dans feue la Rome Protestante, déguste sa tarte aux pruneaux par adhésion calviniste ? Le Jeûne était marque d'affliction et de solidarité ? Il peut l'être toujours -les raisons d'être affligés et les causes, et les gens, avec qui être solidaires ne manquent pas. Nous pouvons l'être avec ceux qui par centaines de milliers frappent aux portes de l'Europe quand ils y arrivent vivants. Cette élémentaire solidarité, on aura l'occasion de la manifester à Genève (la "Cité du Refuge", donc...)  le surlendemain du Jeûne : samedi, à 15 heures, dans le cadre d'une journée d'action internationale pour l'ouverture des frontières, pour une Europe disant "bienvenue" aux réfugiés. Les larmes devant la photo du petit cadavre d'Aylan, l'indignation à l'annonce de la découverte de 70 réfugiés morts étouffés dans un camion frigorifique, la consternation devant la récurrence des naufrages en Méditerranée, ne sont qu'impuissantes tant qu'on ne sera pas allé au-delà de l'émotion. Qu'on ne sera pas passé de l'affliction à la solidarité.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Immigration, Monde, Solidarité 0 commentaire
  • Tunisie, quatre ans après la révolution : Rembourser la dette ou construire la société ?

    Imprimer

    Dans les seuls quatre premiers mois de 2015, 2000 personnes parties d'Afrique du nord pour l'Europe se sont noyées en Méditerranée. Les causes de leur migration sont évidemment à rechercher dans les conditions de vie faites dans leurs pays à celles et ceux qui sont prêts à risquer de mourir pour les fuir -des conditions de vie qui ne sont certainement pas étrangères, non plus, à la tentation djihadiste à laquelle certains d'entre eux peuvent céder. Ainsi, en Tunisie, où la sombre connerie purificatrice vient de frapper, des ressources considérables (10 % des recettes d'exportation) sont consacrées par l'Etat au service de la dette plutôt qu'à la construction d'une société, et d'une économie, ouvrant d'autres perspectives aux jeunes que l'exil ou le délire exterminateur. La solidarité avec les migrants implique aussi un travail sur les causes de la migration : c'est au soutien à un tel travail en Tunisie que nous appelle le SOLIFONDS...
    SOLIFONDS
    compte postal 80-7761-7
    mail@solifonds.ch
    www.solifonds.ch

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Solidarité 0 commentaire
  • Pakistan : quand la lutte syndicale est considérée comme du « terrorisme »

    Imprimer

    Nécessaire solidarité internationale

    Au Pakistan, être militant-e syndical-e, c'est non seulement être victime de pressions de toutes natures, mais aussi de violences, de déni de justice, être traîné devant les tribunaux sous l'accusation délirante de violer une loi antiterroriste. Les organisations syndicales sont déclarées illégales, les actions syndicales sont criminalisées. Un soutien international, politique et matériel, leur est donc nécessaire, et est nécessaire aux militantes et militants syndicaux victimes de cette répression multiforme et permanente. C'est à ce soutien qu'appelle le SOLIFONDS : répondez-y   !
    SOLIFONDS CP 8031 Zurich -  mail@solifonds.chwww.solifonds.ch
    - CP 80-7761-7

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Solidarité, syndicats 0 commentaire
  • Pour Ayop Aziz, et tous les autres : Rassemblement ce matin à 9h à la pierre de Plainpalais

    Imprimer

     

    asile, requérants d'asile

    « Un renvoi scandaleux, effectué de façon sournoise et anti-démocratique ! »

    Fin février, les défenseurs des requérants d'asile ont appris que l'Office cantonal de la population et des migrations (OCPM) préparait le renvoi vers l'Espagne d'Ayop Aziz, victime de l'incendie du Foyer des Tattes survenu en novembre dernier, incendie qui avait fait un mort et quarante blessés, dont onze grièvement. Un collectif citoyen, le comité de solidarité avec les sinistrés des Tattes, a déposé début mars une pétition urgente au Conseil d'Etat, lui demandant d'intervenir auprès de Berne pour que le renvoi des victimes de l'incendie soit suspendu, ou de renoncer de lui-même à exécuter ce renvoi. Cette pétition a récolté en 20 jours près de 2200 signatures. Sans même se donner la peine de répondre, les autorités pourraient procéder aujourd'hui au renvoi d'Ayop Aziz... « Un renvoi scandaleux, effectué de façon sournoise et anti-démocratique ! », dénonce le comité de solidarité... à moins que... deux instances peuvent encore empêcher le renvoi du jeune homme : Berne, en renonçant à l'exiger, ou Genève, en refusant (comme la Ville de Genève le lui demande) de l'exécuter. Il faudrait pour cela un minimum de quelque chose : du courage. « Un renvoi scandaleux, effectué de façon sournoise et anti-démocratique ! »

    Fin février, les défenseurs des requérants d'asile ont appris que l'Office cantonal de la population et des migrations (OCPM) préparait le renvoi vers l'Espagne d'Ayop Aziz, victime de l'incendie du Foyer des Tattes survenu en novembre dernier, incendie qui avait fait un mort et quarante blessés, dont onze grièvement. Un collectif citoyen, le comité de solidarité avec les sinistrés des Tattes, a déposé début mars une pétition urgente au Conseil d'Etat, lui demandant d'intervenir auprès de Berne pour que le renvoi des victimes de l'incendie soit suspendu, ou de renoncer de lui-même à exécuter ce renvoi. Cette pétition a récolté en 20 jours près de 2200 signatures. Sans même se donner la peine de répondre, les autorités pourraient procéder aujourd'hui au renvoi d'Ayop Aziz... « Un renvoi scandaleux, effectué de façon sournoise et anti-démocratique ! », dénonce le comité de solidarité... à moins que... deux instances peuvent encore empêcher le renvoi du jeune homme : Berne, en renonçant à l'exiger, ou Genève, en refusant (comme la Ville de Genève le lui demande) de l'exécuter. Il faudrait pour cela un minimum de quelque chose : du courage. Tout à l'heure, à 9h à la pierre de Plainpalais (sur la plaine, côté Uni-Mail), on demandera au gouvernement genevois d'en faire preuve.

    Lire la suite

  • Coupe du Monde de foot 2022, la FIFA tombe des nues : Ah bon, fait chaud au Qatar en été ?

    Imprimer

    En 2022, la Coupe du monde de foot se déroulera à la toute fin de l'automne, voire au tout début de l'hiver, alors qu'elle se déroule traditionnellement en  juin et au début de juillet. Pourquoi ce changement de calendrier ? un mot résume l'explication : Qatar. Parce que la Coupe du Monde 2022 a été achetée par le Qatar, et qu'en juin et juillet, au Qatar, il fait chaud. Très chaud. Ce que la FIFA feint d'avoir été la seule à ignorer. La « Task Force » de la coupole international du foot, chargée du calendrier international des matches entre 2018 et 2024 recommande donc au Comité exécutif de la FIFA de déplacer le Mondial d'une ou deux saisons, histoire de ne pas faire crever sur place les joueurs, le public et surtout les sponsors et les partenaires économiques. Que des centaines de travailleurs népalais et sri lankais soient morts au soleil qatari en construisant les infrastructures nécessaires à la « fête mondiale du foot » n'a en revanche guère d'importance : ce ne sont que des travailleurs, que des Népalais et Sri Lankais, et que des pauvres.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Solidarité, Sports 1 commentaire
  • Soutenir le mouvement des femmes marocaines, sans attendre le printemps...

    Imprimer

    Le "printemps arabe" de 2011 semble ne pas avoir touché le Maroc, malgré l'émergence du "Mouvement du 20 février", et on ne parle guère du royaume chérifien qu'à propos des enclaves espagnoles de Ceuta et de Mellila et du renvoi dans le désert (ou la Méditerranée) des migrants qui tentent par elles de gagner l'Europe. Le conflit sahraoui est tombé dans les oubliettes (il se poursuit cependant) et la répression, parfois entrecoupée de quelques concessions démobilisatrices, a jusqu'à présent suffi pour préserver le régime de toute menace politique intérieure. Que le bon roi M6 ait eu son compte secret à la HSBC genevoise ne semble pas avoir troublé outre mesure la quiétude de son pouvoir : les changements réclamés par le Mouvement du 20 février ne se sont traduits qu'à la marge, les partis islamistes ont été intégrés dans le gouvernement, et la répression a fait le reste. Pourtant, la société bouge. Ainsi, un mouvement de femmes a vu le jour et s'est renforcé. Il se bat aujourd'hui contre les violences conjugales, et contre l'exploitation des filles pauvres comme "petites bonnes" de la classe moyenne et de la classe possédante. Ce mouvement a besoin de soutien, et le mérite, sans que nous attendions pour le lui accorder que survienne un "printemps marocain".  Le SOLIFONDS* lance donc un appel à ce soutien : répondez-y...

    * SOLIFONDS mail@solifonds.ch / www.solifonds.ch / Compte postal PC-80-7761-7

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Droits de l'Homme, Femmes, Solidarité 0 commentaire
  • Migrations : de « Mare Nostrum » à « Triton »...

    Imprimer

    harragas.jpgditerranée : tombeau ou barrière ?

    Depuis novembre, une nouvelle opération, « Triton » a été lancée en Méditerranée pour tenter (sans y parvenir) de contrôler la migration massive partant d'Afrique du nord et du Moyen et Proche Orient pour l'Europe. Confiée à « Frontex » l'agence européenne de surveillance des glacis de la «forteresse Europe», « Triton » remplace « Mare Nostrum », opération purement italienne qui avait permis de récupérer en mer plus de 150'000 migrants. «Triton» n'est pas ce qu'était « Mare Nostrum », une opération humanitaire de sauvetage des migrants en perdition dans le grand cimetière marin ou des milliers d'entre eux ont déjà sombré, « Triton » est une opération de surveillance des frontières : 20, pays y participent, mais les fonds qui lui sont alloués sont trois fois moins importants, le personnel qui lui est affecté quinze fois moins nombreux et elle mobilise deux fois moins de navires que « Mare Nostrum » par l'Italie seule. Il est vrai qu'il ne s'agit que d'immigrants. D'une quantité négligeable, donc. Du moins quand ils ont le bon goût de se noyer : quand ils atteignent les côtes européennes, ils ne sont plus négligeables, ils sont importuns. Comme si la Méditerranée ne pouvait être être pour les migrants qu'un tombeau ou une barrière. Ou l'un et l'autre.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Immigration, Italie, Monde, Solidarité 1 commentaire
  • L'écrivain algérien Kamel Daoud répond à sa condamnation à mort par un imam salafiste

    Imprimer

    Kamel Daoud.JPGLe 16 décembre, l'imam salafiste algérien Abd El Fattah Hamdache a appelé au meurtre de  « L'écrivain apostat » Kamel Daoud, « mécréant, algérien 'sionisé', criminel insultant Dieu […] ». Kamel Daoud est poète, conteur, journaliste, romancier auteur d'un « Meursault, contre-enquête » réplique à et miroir de l'« Etranger » de Camus. Objet d'une fatwa le condamnant à mort comme naguère le fut Salman Rushdie par une fatwa de l'Ayatollah Khomeiny, il répond à ceux qui s'octroient droit de vie et de mort sur toute personne exprimant, par l'écriture, la vêture ou de toute autre manière, une autre conception de la vie et du monde que celle qui leur tient lieu de dogme, et à laquelle on n'a envie aujourd'hui de répondre que par le mot d'ordre de Voltaire : « Écrasons l'infâme » !

    Lire la suite

  • Offensive djihadiste contre les Kurdes de Syrie (et d'Irak) : Daech, sous-traitant d'Ankara ?

    Imprimer

    1944 : dans Varsovie insurgée, la résistance polonaise lutte contre les nazis. Elle sera écrasée, et la ville ravagée, à portée de canons de l'Armée Rouge, qui en intervenant aurait pu repousser les Allemands et libérer la ville avant le massacre de la résistance par les troupes du IIIe Reich. Elle n'est pas intervenue. Elle a laissé faire le massacre. L'ordre lui était donné : laissons les Allemands nous débarrasser de la Résistance nationaliste polonaise. Une fois cela  fait, et les Allemands partis, l'Armée Rouge entre dans la ville. Les nazis ont fait le boulot.
    2014 : en Syrie, la résistance kurde lutte contre les djihadistes de l'«Etat islamique» (Daech). A Kobané, les combats font rage entre des milices kurdes sous-équipées et des djihadistes sur-équipés, que les « frappes » aériennes d'une coalition dominée par les USA n'empêchent pas de progresser. A portée de voix, l'armée turque stationne et laisse faire, pendant que la police turque réprime dans le sang la révolte des Kurdes de Turquie venus soutenir leurs frères de Syrie.  L'ordre a-t-il été donné à l'armée turque de laisser les djihadistes liquider les Kurdes ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde, Résistance, Solidarité 2 commentaires
  • Politique suisse d'asile : L'impossible cohérence

    Imprimer

    Pendant que l'UDC balance à intervalles réguliers des propositions de restriction du droit d'asile,  toutes frappées au coin de la xénophobie la plus crasse, le Conseil fédéral, et particulièrement la Conseillère fédérale en charge du dossier, Simonetta Sommaruga, tente (exercice qui lui devient rituel, puisqu'elle s'y livre également à propos de l'immigration européenne) de concilier l'inconciliable : la défense du droit d'asile et l'accélération des procédures d'examen des requêtes, des décisions et, le cas échéant, d'exécution des décisions négatives -c'est-à-dire de rétention puis d'expulsion- . « Des procédures longues ne sont pas seulement inefficaces mais aussi chères et surtout inhumaines », plaide Simonette. Gageons que le « aussi chères » est plutôt destiné à l'UDC et à ses idiots utiles du PLR et du PDC, et que le « surtout inhumaines » est lancé en direction du PS, des Verts et des défenseurs du droit d'asile : parler en une seule phrase aux xénophobes et aux solidaires est un art difficile, que la Conseillère fédérale commence certes à maîtriser, au prix, sur le fond, d'une évidente incohérence, Mais qui se préoccupe encore de cohérence dans le dossier de l'asile ?

    Lire la suite

  • Genève : le canton fait les poches des démunis (et de leur commune)

    Imprimer

    Bonne année, les pauvres !

    Aujourd'hui, c'est le Nouvel-An. Le premier Vendémiaire, premier jour de l'année dans le calendrier républicain. Et pour ce jour de l'an, le canton de Genève offre deux cadeaux à sa population la moins riche, ou la plus pauvre, comme on voudra. Premier cadeau : un projet de budget qui, pour produire un excédent d'un million, ratiboise des prestations sociales à hauteur de 30 millions (le supplément d'intégration serait réduit de moitié, le subside pour l'assurance-maladie carrément supprimé, le soutien financier individuel aux personnes âgées et aux handicapés réduit). Deuxième cadeau :  une modification de la loi sur le « revenu déterminant unifié » pour permettre, en intégrant les prestations sociales municipales à ce revenu, de réduire les prestations sociales cantonales. Bonne année républicaine, les pauvres !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique, Solidarité 3 commentaires
  • Entre Hamas et Tsahal : Gaza dans les mâchoires d'un piège

    Imprimer

    Il a plu pendant sur Gaza, cet été. Et il pleut toujours. Une pluie de feu. Destinée, selon le faiseur de pluie, à "ramener la sécurité pour les citoyens d'Israël", alors que lui-même admet qu'il est illusoire d'en attendre qu'elle détruise ce qu'il disait viser. En 2009, une opération comparable lancée, sous le nom éloquent de "plomb durci", contre Gaza par le gouvernement israélien avait déjà fait 1300 morts. Pour quel résultat ? L'impérieuse nécessité de la rééditer en la rebaptisant "bordure protectrice" et d'en dépasser le bilan pour montrer qu'on est les plus forts ? Entre Hamas et Tsahal, Gaza est entre les mâchoires d'un piège... Le Premier ministre d'Israël n'entend pas s'en tenir aux plus de 2000 morts palestiniens de juillet et d'août, et déclarait : "Nous sommes prêts à un élargissement substantiel de notre intervention terrestre"... à quoi se mesure au juste la substance de cette intervention ? A l'écart entre le nombre des morts chez les uns et le nombre de morts chez les autres ? Le 5 août, on en était déjà à 1900 morts côté palestinien (dont plus de trois quarts de civils selon l'ONU) et 67 côté israélien (dont trois civils)... Et la solidarité avec les Palestiniens (1), a-t-elle pour objectif de réduire l'écart en augmentant le nombre des morts israéliens et d'entre eux la proportion de civils ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde, Solidarité 0 commentaire
  • GAZA : QUE FAIRE ? AVEC QUI ? CONTRE QUI ?

    Imprimer

    ghetto.jpgDepuis deux semaines, il pleut sur Gaza. Une pluie de feu. Destinée, selon le faiseur de pluie, à "ramener la sécurité pour les citoyens d'Israël", alors que lui-même admet qu'il est illusoire d'en attendre qu'elle détruise tous les tunnels et tous les lance-roquettes qu'il dit viser. En 2009, une opération comparable lancée, sous le nom éloquent de "plomb durci", contre Gaza par le gouvernement israélien avait déjà fait 1300 morts. Pour quel résultat ? L'impérieuse nécessité de la rééditer en la rebaptisant "bordure protectrice" et d'en dépasser le bilan ? Le Premier ministre d'Israël n'entend pas s'en tenir au bientôt millier de morts de ce mois de juillet : "Nous sommes prêts à un élargissement substantiel de notre intervention terrestre"... à quoi se mesure au juste la substance de cette intervention ? A l'écart entre le nombre des morts chez les uns et le nombre de morts chez les autres ?
    Le mécanisme du broyage des populations et de la raison est éprouvé : des roquettes (1500 en deux semaines) partent de Gaza et tombent en Israël, des bombes ou des missiles partent d'Israël et tombent sur Gaza, une proposition de trêve est faite par l'Egypte (ou par d'autres), Israël l'accepte, Hamas y met des conditions, Israël n'accepte pas ces conditions, en pose d'autres, que Hamas refuse tant que les siennes ne sont pas acceptées, Hamas et Israël refusent la trêve, Israël avertit la population des zones qui vont être bombardées : "on va cogner, évacuez" (Pour aller où ? Le ghetto de Gaza est bouclé...), missiles et obus se remettent à pleuvoir sur les populations civiles et le spectacle reprend : sur les terrasses israéliennes proches de Gaza, le soir, les habitants prennent le frais en regardant les lueurs des bombardements et le tracé des missiles pendant que dans leurs abris (inaccessibles à la population civile), les cadres du Hamas attendent que ça passe. L'UNRWA, l'agence de l'ONU qui depuis soixante--cinq ans assure la survie des Palestiniens, découvre 20 roquettes planquées dans une école... et la commission de politique de sécurité du Conseil National suisse renonce à une visite en Israël**. Enfin, renonce... disons qu'elle la reporte à un moment où l'opinion publique pensera à autre chose...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Solidarité 4 commentaires
  • Algérie, Egypte : syndicats réprimés, printemps étouffés

    Imprimer

    Pourquoi le soulèvement des peuples d'Afrique du nord n'a-t-il réellement pu aboutir à un véritable changement de régime qu'en Tunisie, et pas en Egypte, ni en Algérie, ni même en Libye ou il n'a abouti qu'à remplacer une démence par une autre ? Peut-être parce qu'il fut porté en Tunisie par un mouvement syndical émancipé de la tutelle du parti-Etat. Mais en Algérie et en Egypte, les mouvements sociaux, étouffés ou réprimés, n'ont pas disparu, ni la volonté des travailleurs de construire un syndicalisme d'opposition, indépendant de l'Etat et, en Algérie, d'un ex-syndicat unique voué à la fonction de « courroie de transmission » du régime et de ses clans. Pour aider les mouvements syndicaux autonomes égyptiens et algériens à s'organiser, se coordonner et se renforcer, le SOLIFONDS (Fonds de solidarité pour les luttes de libération sociale dans le tiers monde) a lancé un appel au soutien : répondez-y...

    Lire la suite

  • Mundial de foot : sous les stades, la plèbe

    Imprimer

    Blatter.jpgPiqûre de rappel social dans les « fan zones »

    Avant les matchs du Mundial brésilien, sur le site de la « Fan Zone » des Vernets, un clip de Solidar Suisse sera diffusé, passant en revue les « fautes » les plus exemplaires commises lors des précédentes compétitions internationales, pour en arriver, sous le slogan « stop aux tacles sociaux », à un « tacle » du patron de la coupole internationale du foot professionnel (la FIFA), Sepp Blatter, sur un petit vendeur de rue brésilien. Le Mundial brésilien, il est vrai, est passé comme un rouleau compresseur sur le petit peuple des villes où se joueront les matchs, dans des stades rénovés ou construits flambant neufs, à coups de milliards dans un pays où les infrastructures sociales les plus essentielles sont en déshérence. Si nous étions animés de quelque mauvais esprit, nous souririons de cette caresse à nos bonnes consciences de gauche (qui, il est vrai, on bien besoin d'un peu de tendresse en ce moment), mais n'étant animés de rien qui ressemble à du mauvais esprit, nous saluons cette piqûre de rappel social, « contextualisation » indispensable des jeux du cirque.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Solidarité, Sports 0 commentaire
  • Mondial de foot au Brésil : Ordem e lucro !

    Imprimer

    Ordem-e-Progresso.jpgLe 12 juin s'ouvrira le Mondial de foot, organisé au Brésil à  coup de milliards (20 à 30 milliards de francs investis pour le Mondial et les JO de 2016, dont au moins 13 milliards pour le seul Mondial) consacrés à la construction d'infrastructures (stades, routes et aéroports), et au financement des actions d'épuration sociale (expulsions des habitants des favelas, interdiction des marchands de rue, notamment) entamées pour donner du Brésil l'image d'un pays « propre en ordre ». « Ordem e progresso », proclame la devise du Brésil. « Ordem », l'ordre, sans doute. Mais pendant le Mondial, pour nourrir la coupole internationale du foot professionnel, en laissant le peuple du pays organisateur du Mondial en payer la facture ce sera plutôt « Ordem e lucro »...

    Lire la suite

  • Pièges mortels au Bangladesh : Solidarité avec les ouvrières du textile

    Imprimer

    Le Bangladesh est après la Chine le deuxième pays producteur de textiles : quatre millions de personnes (dont trois millions et demi de femmes)  y produisent dans 4500 usines ce qu'on va retrouver dans les grands et petits magasins de nos pays. Et ce travail est effectué dans des conditions désastreuses, pour un salaire inférieur au minimum vital : les ouvrières du textile travaillent au moins treize heures par jour, n'ont droit à aucune vacances, vivent dans des bidonvilles sans accès à l'eau potable. Et leur lieu de travail peut être un piège mortel :  Il y a un an, le 24 avril 2013, le Rana Plaza s'effondrait à Dhaka, au Bangladesh. Plus de 1100 ouvrières (surtout) et ouvriers qui travaillaient dans cet immeuble transformé en usine textile ont été ensevelis sous des décombres. Les patrons, les autorités savaient l'immeuble dégradé, lézardé de fissures, mais couturières et couturiers avaient tout de même été contraints, sous menace de licenciement, de se rendre à leur poste de travail. Cinq mois avant, 112 ouvriers avaient déjà été tués dans l'incendie d'une usine textile dont les portes étaient fermée.

    Lire la suite