mercredi, 04 mai 2016

Petits échauffements genevois avant l'Ascension

Neptune.jpgVoile et vapeurs

Il est des polémiques qui découragent l'intelligence. Ce n'est pas que leur objet soit insignifiant, c'est qu'y prennent part des intervenants que rebute l'effort de comprendre (du latin comprehendere, saisir...) ce que dit l'autre -"comprendre" intellectuellement, sans empathie, comme on peut comprendre ce que dit ou écrit quelqu'un avec qui on n'est pas d'accord, voire un adversaire, et même un ennemi : comprendre ce qu'il dit, c'est bien une condition nécessaire pour le contredire, ou le combattre, avec un minimum d'efficacité. Ainsi peut-on être athée  et faire l'effort de comprendre ce que disent Pascal ou Augustin. Ou être anarchiste et faire l'effort de comprendre ce que disent Marx ou Lénine. Mais dans la polémique foireuse qui égaie Genève à propos du port du foulard supposé "islamique" par des employées de l'Etat ou de la Ville, cet effort semble hors de portée neuronale de ceux qui s'acharnent à n'entendre que ce qu'ils ont envie d'entendre, même lorsque l'autre ne l'a pas dit.  Comme si une connexion ne se faisait pas entre l'émettrice qui dit "le voile, je m'en fous" et le récepteur qui comprend (ou fait semblant de comprendre) "le voile, je l'encourage"...

Lire la suite

16:44 Publié dans Genève, Politique, religion | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

vendredi, 29 avril 2016

1er mai, 28 mai, 5 juin : Chaud, le printemps, chaud

 

1ermai.jpg

 Le printemps politique n'est pas le printemps saisonnier. Que la température frisquette de ces jours ne vous trompe pas : le printemps politique, cette année, sera chaud. Dimanche, on sera dans la rue. Comme tous les Premier Mai. Non pour célébrer la fête du travail, mais pour célébrer celles des travailleuses et des travailleurs. Et de leur émancipation. Quatre semaines plus tard, on sera à nouveau dans la rue. Pour dénoncer les coupes budgétaires, les menaces sur les services publics, le mépris des salariés de la fonction publique. Et une semaine plus tard encore, nous serons dans les urnes. Pour annuler ces coupes, repousser ces menaces, rétablir les moyens nécessaire à la commune pour qu'elle puisse jouer son rôle, assumer ses tâches, faire son travail. Mais aussi, pour faire avancer le projet de revenu de base inconditionnel.

Lire la suite

18:44 Publié dans Agenda, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

vendredi, 15 avril 2016

Comptes 2015 (et budget 2016) de la Ville de Genève : Bon comptes et mauvaises coupes

La Ville de Genève à présenté ses comptes 2015. Alors que le budget était presque à l'équilibre avec un tout petit excédent de revenus, les comptes en présentent un de 39,5 millions, grâce à une maîtrise des charges et à des revenus non budgétisés. Pour rendre le tableau encore plus souriant, la dette est stabilisée et les investissements sont presque totalement autofinancés (ils le sont à 95,2%). "C'est une bonne nouvelle qui permet d'envisager sereinement les années à venir", résume la Conseillère administrative Sandrine Salerno. Une bonne nouvelle pour la Ville et ses habitants, sans doute. Mais pas pour la droite municipale, qui espère depuis des années que la situation financière de la Commune soit assez mauvaise (et que la droite cantonale l'ait rendue assez précaire) pour justifier l'usage de la hache et du rabot budgétaires auquel cette droite s'essaie. Or le 5 juin, on votera précisément sur des coupes budgétaires opérées par ladite droite, municipale et coagulée. Des coupes qui se confirment comme étant inutiles puisque les finances de la Ville sont bonnes, nuisibles puisqu'elles s'en prennent à des prestations à la population, et stupides puisqu'elles sont mécaniques, linéaires et aveugles.

Lire la suite

15:55 Publié dans austérité, syndicats, gauche, Genève, Politique, votations | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

jeudi, 14 avril 2016

Réforme de l'imposition des entreprises : La droite charge le bateau

RIE IIIAu Conseil National, la droite a réussi le tour de force de "charger le bateau", déjà bien alourdi, de la Réforme de l'imposition des entreprises, saison III (RIE III), en y introduisant de nouveaux cadeaux fiscaux, au point d'inquiéter même le Conseiller fédéral le plus à droite, Ueli Maurer, sur le coût de l'exercice (et le résultat final en votation populaire, après le référdum annoncé par la gauche ?) Ainsi de la "taxe au tonnage", une sorte de forfait fiscal permettant aux compagnies de fret maritime d'être imposées non sur leurs bénéfices, mais sur la capacité de charge de leurs bateaux. Ainsi également de la déduction des "intérêts optionnels", un cadeau qui coûterait un quart de milliard à la Confédération et un tiers de milliard aux cantons. Ainsi, toujours, de l'abolition du plafond des déductions liées aux produits des brevets et aux dépenses de recherche... Quant on aime (les cadeaux fiscaux), on ne compte pas. Il vaudrait mieux pourtant, quand il s'agit de fiscalité : en 2008, pour faire accepter la deuxième réforme de l'imposition des entreprises, le Conseil fédéral, la droite et le patronat avaient assuré qu'elle ne coûterait que 80 millions de francs par année. Trois ans plus tard, il s'avère qu'elle coûtera presque dix fois plus (plus de 7 milliards en dix ans). Alors quand le Conseil fédéral estime à 1,2 milliard les pertes fiscales de la seule Confédération (plus celles des cantons et des communes), dues à son projet de troisième réforme, doit-on s'attendre à ce qu'elles soient en réalité de dix milliards ?

Lire la suite

16:16 Publié dans Fiscalité, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rie iii | |  Facebook | | | |

mardi, 12 avril 2016

Répartition des tâches entre les communes et le canton de Genève : "Désenchevêtrer", vraiment ?

ficelles.jpgUne réforme de la répartition des tâches entre le canton de Genève et les communes genevoise a été imposée par la nouvelle constitution cantonale et doit être achevée le 31 mai 2018. Elle est conduite en fonction d'une "feuille de route" faisant référence aux grands principes de "proximité, subsidiarité, transparence et efficacité", et selon une règle imposant que toute transfert de tâches est accompagné d'un transfert de ressources, via un "fonds de régulation" alimenté par le canton et les communes, chaque collectivité y versant ce que lui coûte la tâche qu'elle transfère à une autre collectivité. A la fin du processus, une "bascule fiscale" corrigera à la hausse ou à la baisse le montant des centimes additionnels (c'est-à-dire le niveau de l'impôt communal) pour arriver à une "neutralité globale" de l'exercice. Cette jolie mécanique pourrait fonctionner, si on ne tenait compte ni du contexte politique, ni des arrière-pensées des uns et des autres, ni des choix politiques majoritaires (en particulier de ceux du gouvernement et du parlement cantonaux). Or maintenant, on en arrive à un domaine qui est l'un des rares où, à Genève, les communes sont premières : la politique culturelle. Et là, on est plus dans le "désenchevêtrement", mais dans le marchandage.

Lire la suite

15:30 Publié dans Culture, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

vendredi, 08 avril 2016

Référendum contre la loi sur l'asile : Ni brun, ni rose : blanc ?

Balance-apothicaire-1850-avec-poids_2142.jpgComment dire "oui" à la loi sans dire "oui" à la politique qu'elle contient ? Et comment dire "non" à la loi sans que ce non ne fasse que compléter celui de l'UDC, qui ne refuse la loi que parce qu'elle en voudrait une pire encore : c'était, résumé, le dilemme en lequel mercredi soir les socialistes genevois se débattaient. Personne lors de l'assemblée générale du PS genevois n'a défendu la loi, dans son contenu. Et personne n'a ignoré non plus le risque qu'un "non" de gauche ne soit que l'appendice d'un "non" xénophobe. Ni rose Simonette, ni brun UDC, le PS genevois a décidé de se sortir de ce piège en appelant à voter blanc. Non pas à s'abstenir, mais à voter en ne votant ni pour une loi qui ne le mérite pas, ni pour un référendum qui le mérite encore moins.  Pendant la campagne référendaire, un "non" de gauche, pour les raisons exprimées notamment par Ueli Leuenberger, Nils de Dardel ou, lors de l'assemblée socialiste, Maurice Gardiol, est évidemment possible et légitime. Il ne faut que le rendre audible. Mais dans les urnes, le dimanche 5 juin, il n'y aura plus de "non" de gauche, il n'y aura que des "non " à une loi contre laquelle c'est l'UDC qui a lancé un référendum, pour le pire, pas la gauche, contre le pire. Malgré toutes les raisons que nous avions de le faire. C'est cette faiblesse, ou cette erreur, que nous payons aujourd'hui.

Lire la suite

17:34 Publié dans Droits de l'Homme, Immigration, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : asile, droit d'asile | |  Facebook | | | |

lundi, 04 avril 2016

Loi sur l'asile : Pas de "front républicain"

Pina Bausch.jpgL'espèce de "front républicain", du grand patronat à la gauche révolutionnaire, qui a fait trébucher l'UDC le 28 février, lors de la votation sur son initiative de "mise en oeuvre" de l'expulsion automatique des "criminels étrangers", ne se reformera pas le 5 juin, pour sauver la révision de la loi sur l'asile, attaquée par un référendum de la même UDC. Un comité "unitaire" pour le "oui" a bien été formé, rassemblant tous les partis nationaux sauf l'UDC, et de grandes organisations de défense des droits humains en général et du droit d'asile en particulier (comme Amnesty International ou l'OSAR), mais ce comité aura peu de moyens, et va conduire une campagne fondée sur un appel au "pragmatisme" dont la force mobilisatrice reste à prouver. Enfin, la gauche est divisée : le PS va soutenir la loi proposée par le gouvernement, votée par ses parlementaires et portée par sa conseillère fédérale, les Verts vont en faire autant, mais un "non de gauche" s'exprime déjà, et va s'exprimer pendant toute la campagne.

Lire la suite

17:01 Publié dans Droits de l'Homme, Immigration, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : asile, réfugiés | |  Facebook | | | |

jeudi, 31 mars 2016

Pompe à phynance genevoise : Les comptes sont bons, le budget est mort

pompe à phynance.jpg

Des comptes 2015 légèrement déficitaires (de 21 millions) alors que le Conseil d'Etat les annonçait calamiteux (avec un déficit de plus de 200 millions), une caisse de pension du personnel de l'Etat lourdement re-provisionnée, et pas de budget 2016 : la pompe à phynance genevoise fonctionne comme celle du Père Ubu : pataphysiquement. Certes, ne pas avoir de budget n'empêche pas l'Etat de fonctionner. D'ailleurs, en vingt ans, Genève s'est retrouvée six fois dans cette situation, et n'en est pas morte. Il vaut sans doute mieux se passer de budget que se faire imposer un budget inepte... Genève n'a pas de budget ? Elle s'en passera. Elle a un Conseil d'Etat ? Elle pourrait tout aussi bien s'en passer aussi. D'ailleurs, ne s'en passe-t-elle pas déjà ?

Lire la suite

16:08 Publié dans austérité, syndicats, gauche, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : budgets publics | |  Facebook | | | |

mardi, 29 mars 2016

Révision de la loi sur l'asile : dilemme...

asile, droit d'asile, réfugiésQue faire d'une loi qui nous déplaît, combattue par qui nous déplaît plus encore ? C'est le dilemme de la gauche suisse face à la révision de la loi sur l'asile, combattue par l'UDC, mais soutenue par les villes, les cantons, le Conseil fédéral et la majorité du parlement, coalisés pour la promouvoir.  La dernière votation fédérale sur une question liée au droit d'asile date de trois ans et s'était soldée par une lourde défaite de la gauche : en juin 2013, plus des trois quarts des votantes et tants acceptaient des mesures urgentes que nous combattions. Cette année, c'est l'UDC et ses satellites qui combattent la révision proposée. Pour deux raisons principales : l'octroi d'une assistance juridique gratuite aux requérants, et la possibilité d'exproprier des particuliers ou des communes pour créer des centres d'accueil, si la situation l'exige (une possibilité qui cependant existe déjà, et n'a encore jamais été utilisée). Dire "oui" à une loi qu'en d'autres temps nous aurions reprouvée, ou "non" comme le disent des forces qu'en ce temps nous combattons et qui nous combattent ?

Lire la suite

17:31 Publié dans Immigration, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : asile, droit d'asile, réfugiés | |  Facebook | | | |

mardi, 22 mars 2016

Plébiscite vaudois, palinodies genevoises


"RIE III" version vaudoise : Brouillard et Malice gagnent à 87 %
 
A la soviétique, à la bulgare, à la roumaine ou à l'albanaise ? Les Conseillers d'Etat vaudois Pierre-Yves Maillard et Pascal Broulis ont fait adopter par plus de 87 % des votants (avec un taux d'abstention de 65 %, il est vrai) leur réforme de l'imposition des entreprise, le volet vaudois d'une réforme fédérale sur laquelle droite et gauche joutent férocement au Parlement fédéral. Leur projet était contesté par un référendum lancé par la gauche de la gauche, et soutenu par la Jeunesse socialiste et les syndicats de la fonction publique. Elle est donc passée. Et à Genève ? Au plébiscite vaudois répondent les palinodies genevoises : des promesses de "discussions", faites par un Conseil d'Etat qui ne semble pas vouloir négocier grand chose. Mais à gauche, on a à Genève deux avantages sur nos camarades vaudois : d'abord celui de ne pas avoir à faire l'effort de lancer un référendum si le projet final ne nous convient pas, puisque dans la capitale mondiale du monde mondial le référendum est obligatoire sur les modifications des lois fiscales. Et ensuite, de ne pas avoir de Grand Chef à suivre benoîtement quand il dit où aller (
Ni Dieu, ni César, ni tribun, socialistes, sauvons-nous nous mêmes, l'impôt va changer de base, ils ne paient rien, ils paieront tout...)...

Lire la suite

14:35 Publié dans Fiscalité, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : rie iii, imposition des entreprises | |  Facebook | | | |

vendredi, 18 mars 2016

Au prétextes de quelques querelles intestines

subversionSemer des graines de désordre

Quelques péripéties dans quelques formations de gauche locales, quelques désordres dans le champ politique genevois, quelques exclusions, quelques exorcismes, peuvent à la fois égayer les encore longues soirées de fin d'hiver, et inciter à se demander à quoi rime, à quoi sert, d'être dans un parti politique (ou une coialition d'organisations politiques), et ce que nous pouvons y faire sans nous défaire de nos libertés et de nos volontés inividuelles d'agir. Semer des graines de désordre, et attendre de voir ce qui en pousse : rien n'est peut-être plus utile dans le paysage politique en lequel nous figurons. Mettez derrière ce "nous" ce que vous voulez, et qui vous voulez : peut-être n'est-ce qu'un pluriel de majesté, peut-être est-ce une connivence, peut-être est-ce une conspiration. Allez savoir...  

Lire la suite

17:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : subversion | |  Facebook | | | |

mardi, 15 mars 2016

Amanuel : un cas exemplaire

droit d'asileL'air pourri du temps
Il était quatre heures du matin, vendredi dernier, lorsque les policiers ont fait irruption dans le logement d'Amanuel G, de son épouse Shishay, enceinte de cinq mois, et de leurs deux petites filles, pour emmener le père, menotté, et l'expulser vers l'Italie sans lui laisser le temps de préparer ses affaires et de dire au revoir à sa famille, sans même autoriser se femme à lui parler en tigrinya, leur langue. Beautés des "renvois Dublin".
"Un renvoi inhumain et incompréhensible", dénonce le Centre social Protestant. Inhumain, certainement. Incompréhensible ? Exemplaire, plutôt : de l'air pourri du temps, en tout cas. En Allemagne, l'extrême-droite xénophobe (pardonnez le pléonasme) a fait un carton aux élections régionales...

Lire la suite

17:43 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : droit d'asile | |  Facebook | | | |

lundi, 14 mars 2016

Epurons en rond (et ron petit patapon)...

Cause toujours.jpgDe la discipline et de la cohérence politiques

Deux députés d'"Ensemble à Gauche" exclus des commissions du Grand Conseil pour avoir voté contre le mot d'ordre de leur groupe, une députée UDC exclue (en son  absence) de son groupe pour avoir été élue première Vice-présidente du Grand Conseil (elle en était déjà la deuxième vice-présidente) contre le candidat de son parti, trois conseillers municipaux socialistes menacés de sanctions pour avoir appelé à voter "Non" au projet de rénovation-extension du Musée d'Art et d'Histoire soutenu par le PS, une conseillère municipale d'"Ensemble à Gauche" se drapant d'un foulard pour marquer son opposition aux positions défendues par un conseiller municipal du même groupe : les parlements genevois ont au moins réussi un exercice, ces derniers jours : illustrer la difficulté de concilier la cohérence individuelle et la discipline collective. Et, au passage, de confirmer ce que l'on savait déjà : que si la discipline fait parait-il la force des armées, elle ne fait pas l'intelligence des organisations politiques. Et même pas toujours leur efficacité.

Lire la suite

15:14 Publié dans Politique, PS | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

jeudi, 10 mars 2016

La laïcité par et pour les nuls

feminisme.jpgQue voile le voile ?

Surfant sur un épisode parfaitement marginal et insignifiant (une employée de la Ville ayant porté un voile supposé "islamique" pendant son temps de travail), le PLR de la Ville de Genève a déposé au Conseil municipal, en invoquant le principe de laïcité (et sans avoir consulté le moins du monde les représentants de ce personnel, ce qui en dit plus sur la conception radelibe du "dialogue social" que sur sa compréhension du principe de laïcité) une proposition de modification du statut du personnel de la Ville, imposant à ses membres de s'abstenir de "signaler leur appartenance religieuse par des propos ou des signes extérieurs lorsqu'ils sont en contact avec le public". On souhaite bonne chance à celles et ceux qui auraient à faire appliquer cette disposition (qui n'a finalement pas été votée, la proposition ayant été renvoyée en commission après l'un de ces épisode dont nous avons à Genève le secret), voire à sanctionner ceux et celles qui ne l'auraient pas respectées : ce voile est-il un signe religieux ou social ? Porter une croix ou d'une étoile de David autour du cou, est-ce signaler son appartenance religieuse par un signe extérieur ? Et souhaiter Joyeuses Pâques, ou Joyeux Noël, signaler son appartenance religieuse par un propos ? Disons en tout cas que la laïcité, comme principe institutionnel (et désormais constitutionnel) mérite mieux que ce à quoi on est en train de la réduire... et de la voiler...
     

Lire la suite

12:35 Publié dans Femmes, Genève, Politique, religion | Lien permanent | Commentaires (54) | Tags : voile, laïcité | |  Facebook | | | |

lundi, 22 février 2016

Votations du 28 février : ça sera trop injuuuuuste ! Forcément...

calimero.jpgIl y a une règle, commune à tous les scrutins référendaires comme celui de dimanche prochain : on ne les perd jamais de sa faute, on les perd toujours parce qu'en face, ils sont trop gros, trop riches, trop malhonnêtes, trop nombreux, trop méchants, trop menteurs. On est jamais défait que par un complot, un mensonge, une injustice. Par une Sainte Ligue, un Front Uni, une alliance contre-nature, la coalition des media, face à quoi on est les petits, les sans-grade. A l'inverse, d'ailleurs, quand on gagne, c'est comme David  contre Goliath : contre toute logique, on a terrassé la Bête (aux noms changeants : le complot judéo-maçonnique, l'Internationale moscoutaire, la menace islamique, le néo-libéralisme). Parce qu'on est dans le camp du Vrai, du Beau, du Juste et du Bien. Par définition. Ainsi pourrait-on se doter d'un générateur automatique de communiqués d'après-votations. Pas très compliqué à concevoir : les discours sont rodés, les discoureurs aussi. Nous y compris.

Lire la suite

16:20 Publié dans Politique, votations | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

mercredi, 17 février 2016

Votations du 28 février : faire les poches des retraités, des invalides et des assurés-maladie ?

Ne pas oublier le plus urgent !
     

pickpocket.jpgDans le programme chargé des festivités votatoires du 28 février (12 objets à Genève -on est des privilégiés), quelques objets émergent du fatras médiatique, par des campagnes particulièrement vigoureuses. D'entre eux, celui qui suscite le débat le plus bruyant est sans nul doute la rénovation-extension du Musée d'Art et d'Histoire. Mais, outre qu'il faut avoir le privilège de résider en Ville de Genève pour pouvoir se prononcer décisivement sur cette proposition, ce débat le plus bruyant n'est ni le plus important, ni le plus symbolique, ni le plus urgent. Le plus important est certainement celui sur la délirante initiative udéciste de "mise en oeuvre" de la délirante initiative udéciste sur le envoi automatique des "criminels" étrangers. Et le plus symbolique est certainement celui sur l'initiative socialiste contre la spéculation sur les biens alimentaires... Quant au plus urgent, il est certainement la mise en votations, sur référendum de l'AVIVO, des syndicats et de la gauche, de deux "économies" que le Conseil d'Etat et la majorité du Grand Conseil entendent réaliser en faisant les poches des retraités, des invalides et des assurés-maladie.

Lire la suite

17:47 Publié dans austérité, syndicats, gauche, Genève, Politique, votations | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

mardi, 16 février 2016

Hollande et Valls : Dérive avec l'opinion

Glissements progressifs du déplaisir politique

droite-gauche.jpgEn France, Hollande et Valls semblent avoir définitivement fait leur deuil des "valeurs de la gauche" et, le nez sur les enquêtes d'opinion (et l'agenda électoral présidentiel), partant de l'hypothèse dont il font un constat, celui d'une "dérive de la société française vers la droite" dont la progression du Front National ne serait que l'un des symptômes, ont décidé d'accompagner cette évolution, de dériver avec l'opinion plutôt que ramer à contre-courant d'elle -ce que la gauche, naguère, savait faire. Résultat : plus grand chose ne les distingue d'une droite démocratique qui resterait fidèle à elle-même (on ne parle donc évidemment pas, en posant ce critère, de Sarkozy...). Or ce qui justifie et légitime une mouvement politique est bien ce qui le différencie des autres -et ce qui vaut pour un mouvement vaut pour celles et ceux qui le personnifient. Pourquoi, en en fonction de quoi, préférer Hollande à Juppé ou Valls à Bayrou ? Eux au moins ne se sont jamais fait passer pour des hommes de gauche...

Lire la suite

17:27 Publié dans France, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

vendredi, 12 février 2016

Ville de Genève : 9500 signatures contre le crétinisme budgétaire

On ne peut pas à la fois se serrer la ceinture et baisser son froc.jpg

Savoir raison rétablir

Le double référendum contre les coupes budgétaires opérées par la droite coagulée du Conseil municipal de Genève a abouti -et même largement, puisque il a obtenu 9500 signatures (encore non validées) sur chaque référendum alors qu'il en fallait 4000. En décembre dernier, la majorité de droite et d'extrême-droite du parlement municipal genevois avait pris hache et rabot et taillé, à l'aveugle, dans les subventions sociales et culturelles et les lignes de fourniture aux services et à l'administration de la Ville, alors même que le projet de budget présenté par le Conseil administratif était mieux qu'équilibré : excédentaire... Mais la droite et l'extrême-droite municipales, confrontées à un exécutif de gauche, étaient tenaillées par un intense besoin de faire savoir qu'elles existent. On le sait donc. On sait surtout à quoi se réduit, politiquement, cette existence : à un exercice imbécile qui menace de faire des dégâts bien plus importants que ce que suggèrent  les pourcentages de réduction des subventions et des allocations de ressources -la votation, en juin ou en septembre prochain,  permettra de réparer ces dégâts, et d'éviter d'en faire d'autres : pour faire boucherie, la hache est peut-être un outil utile. Pour faire menuiserie, le rabot n'est pas de trop. Pour faire de la politique culturelle et sociale, et en faire une qui réponde aux besoins croissants d'une population croissante, la raison raisonnable raisonne mieux : il ne s'agira lors du vote populaire que de la rétablir.

Lire la suite

15:30 Publié dans Genève, Politique, votations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : budget, finances publiques, subventions, référendum | |  Facebook | | | |

jeudi, 11 février 2016

"Deuxième tube" au Gothard : On peut s'en passer !

Gothard  Quel que soit le résultat du vote du 18 février, le tunnel routier du Gothard sera rénové. Parce qu'il doit l'être, en raison de son ancienneté Mais sera-t-il rénové pour 3 milliards en favorisant le trafic routier que la Suisse, ses lois et sa constitution, proclament vouloir réduire au profit du rail, ou pour la moitié de ce coût (1,4 milliards) en confirmant la priorité au rail ? Le tunnel doit être refait, mais il peut l'être sans que son doublement soit accepté, et sans que le flux de transport qui l'utilise actuellement soit interrompu : il peut être chargé en partie sur le rail (le tunnel de base du Gothard sera mis en service cette année : c'est le plus long tunnel ferroviaire d'Europe...), et passer pour une autre partie par les cols et les tunnels du Simplon et du San Bernardino... en respectant des mandats populaires réitérés en votations : celui de l'Initiative des Alpes, celui des Nouvelles transversales ferroviaires alpines, celui des refus successifs par les Uranais et les Tessinois de l'augmentation du trafic routier à travers leurs cantons...

Lire la suite

18:32 Publié dans Politique, Transports, votations | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : gothard | |  Facebook | | | |

jeudi, 04 février 2016

Taubira, la "gauche morale" et les "murmures à la jeunesse" : Cent pages utiles

Il y a deux jours est arrivé dans les librairies françaises un petit livre d'une centaine de pages. Son titre, poétique : "Murmures à la jeunesse". Son auteure : Christiane Taubira -dont le murmure, pourtant, n'est pas la forme la plus habituelle de son éloquence. Son propos ? Un peu le même que celui de Stéphane Hessel en 2010 ("Indignez-vous !). "Il faut refuser, malgré les intimidations, de capituler intellectuellement". Et on ajoutera "politiquement". Un propos qui tombe à pic, en plein débat sur la proposition du gouvernement Valls d'inscrire dans la constitution la possibilité de déchoir des binationaux de leur nationalité française (et des mononationaux des droits civiques attachés à leur unique nationalité française). Une proposition qui, en soi, pose moins de problème que l'argumentation développée pour la justifier. 

Lire la suite

17:06 Publié dans France, Politique, terrorisme | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : taubira, gauche | |  Facebook | | | |