Politique - Page 4

  • Politique genevoise des transports : changements de paradigme et de magistrat...

    Imprimer

    embouteillage.jpgElu de droite, politique de gauche ?

    La politique genevoise des transports est-elle en train de changer ? Le changement du magistrat en charge politique de la mener semble en tout cas correspondre à l'acceptation d'un "changement de paradigme" (comme on dit en langue de bois) qu'il est le premier depuis Bernard Ziegler à prendre en compte, à la grande inquiétude d'une bonne partie de son camp : s'il se dit "centriste", le démochrétien Serge Dal Busco est en effet un élu de la droite, soupçonné par la droite de mener une politique de gauche. Et Dal Busco d'aggraver encore son cas, déjà pendable aux yeux des bagnolards, en proposant de fiscaliser les parkings d'entreprises, en renonçant, plus ou moins explicitement, à faire de la traversée routière du Petit-lac la priorité des priorités prioritaires et en mettant fin à l'autorisation donnée aux deux-roues motorisés d'utiliser les voies de bus... On comprendra donc, mais sans trop y compatir, l'inquiétude qui commence à régner à droite : aurions-nous porté au pouvoir non le continuateur de Luc Barthassat mais celui de Michèle Künzler ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique, Transports 2 commentaires
  • Frais privés et vertus publiques

    Imprimer

    escalade.jpgLa Cour des Comptes et les frais professionnels des magistrats municipaux de Genève

    S'autosaisissant (comme elle en a le droit) de la "problématique de la prise en charge des frais professionnels des conseillers administratifs et des membres de la direction de la Ville de Genève" (directeur général, directeur général adjoint, directeurs et codirecteurs des départements, directeur du contrôle financier), la Cour des Comptes a produit et rendu public la semaine dernière un  rapport dévastateur qui relève "d'importantes lacunes du cadre réglementaire ainsi qu'un manque d'exemplarité et de jugement (des magistrats et des plus hauts fonctionnaires municipaux) en matière de frais professionnels". Elle estime "impératif que le Conseil administratif prenne conscience du caractère inapproprié de ses pratiques en matière de frais professionnels". Elle met notamment en cause l'absence de contrôle du bien-fondé des demandes de remboursement des dépenses des Conseillers administratifs, l'absence de plafond pour le remboursement de certaines d'entre elles,  les activités militantes (au sein de leurs partis) et les activités professionnelles des magistrats. la confusion, pour certains d'entre eux, entre leurs dépenses personnelles et celles liées à leur mandat... Et elle émet onze recommandations, dont huit ont été acceptées par le Conseil administratif. En reste donc trois -il refuse notamment d'être le seul exécutif genevois à devoir rendre public chaque année le montant (et le détail) des frais forfaitaires et effectifs des élus à l'exécutif municipal de la seule Ville de Genève.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : budgets publics, Genève, Politique 4 commentaires
  • Poutine, Erdogan, Salvini, Bolsonaro, Trump, Orban...

    Imprimer

    populisme.jpg"National populisme" ? Y'a pas à dire, Macron est à l'extrême-gauche...

    Poutine, Erdogan, Salvini, Bolsonaro, Trump, Orban : cette énumération n'est pas une identification, elle renvoie à une addition de personnages, de forces et de discours politiques "nationaux", agissant et tenus dans des situations et à partir de traditions différentes. Il n'y a pas d'"Internationale nationale-populiste" (il serait d'ailleurs contradictoire qu'il y en eût, du fait même du nationalisme commun aux uns et aux autres), mais tout de même : le nationalisme, l'homophobie, la xénophobie, le machisme, la "militarophilie", l'usage de la violence et le culte du chef (de l'homme fort...) leur sont communs... la référence religieuse n'est jamais très loin, et tous ont été portés au pouvoir démocratiquement, par des élections qu'ils ont gagnées. Le populisme n'est pas étranger à la démocratie, il y est inhérent. Mais l'onction démocratique n'est pas un certificat de respect des droits démocratiques, de la séparation des pouvoirs, des libertés individuelles, du pluralisme politique, social et médiatique : pour les "nationaux-populistes", l'opposition est par définition illégitime, et les minorités nuisibles. Et si en démocratie, un vote doit pouvoir se corriger par un autre (sans quoi la Suisse ne connaîtrait ni l'AVS ni le suffrage féminin), le "national populisme" (dont il convient, au passage, de rappeler qu'il ne s'installe que dans l'espace politique que la gauche lui abandonne) fera tout pour réduire au maximum le risque d'une alternance.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde, Politique 3 commentaires
  • Le Plaza, le pognon, le patrimoine et le gouvernement

    Imprimer

    Affiche Plaza57.jpgIndifférence ou complicité ?

    Les autorités genevoises célèbrent à leur manière l'année européenne du patrimoine : en le laissant détruire chez elles.  Le chantier de démolition du cinéma "Plaza" s'est ouvert mercredi 24 octobre. La démolition réelle de la plus belle salle de cinéma genevoise (pour faire place à un centre commercial de plus et un parking de plus) a donc commencé. Malgré une motion et une pétition (signée par 1700 personnes) approuvées par le Conseil Municipal, une initiative populaire avec plus de 11'000 signatures, une pétition en cours (plus de 6000 signatures hier soir), et qu'on peut encore signer sur https://www.change.org/p/antonio-hodgers-ne-laissez-pas-mourir-le-plaza), des interventions de partis politiques, de défenseurs du patrimoine, d'architectes et de milliers de citoyennes et de citoyens, le Conseil d'Etat laisse faire.  Indifférent ou complice ?

    La pétition NE LAISSEZ PAS MOURIR LE PLAZA, ANTONIO HODGERS a recueilli des milliers de signatures. Malgré l'annonce de la démolition, les signatures n'ont cessé d'affluer. Ses auteurs vous invitent toutes et tous aujourd'hui 1er novembre pour son dépôt à 16 h 30 au Grand Conseil de Genève, à l'UIT,  2 rue de Varembé, Immeuble Montbrillant, et à la remettre en main propre à Monsieur le Conseiller d'Etat Vert en charge du Département du Territoire, et accessoirement de la présidence du Conseil d'Etat, Antonio Hodgers. S'il  est là.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Patrimoine, Politique 3 commentaires
  • RFFA : Rejoindre le front du refus

    Imprimer

    Bandeau réforme fiscalité.JPG

    RFFA : Le PS genevois décide ce soir de soutenir ou non le référendum

    Le PS cantonal genevois prendra ce soir la décision de soutenir ou non le référendum lancé par le reste de la gauche politique (les Verts, Ensemble à Gauche) et syndicale (la Communauté genevoise d'action syndicale, c'est-à-dire l'ensemble des syndicats genevois) contre la dernière mouture de la réforme fiscale fédérale, couplée (pour nous la faire avaler) à un financement additionnel de l'AVS. On ne prophétisera pas ici la prise de position du PS. On se contentera de rappeler la nôtre : c'est NON à la RFFA. Le même NON qu'à la réforme précédente, que le PS avait combattu (avec succès) et à laquelle la réforme actuellement en débat ressemble comme une petite soeur. Pas jumelle, mais soeur quand même. Et c'est NON à la méthode qui consiste à fusionner en un seul projet (et donc un seul vote lorsque le référendum aura abouti) deux propositions correspondant à des enjeux totalement différents (malgré une tentative des Verts de les dissocier, ce que le Conseil national a refusé) : la réforme fiscale et le financement de l'AVS. La méthode est détestable -et si elle devait être adoubée, on se demande à quoi il nous faudra répondre demain : un couplage de l'achat d'avions de combat et de la création d'une caisse publique d'assurance-maladie ?

    Lire la suite

  • Brexcitations...

    Imprimer

    Brexit.jpg

    A la mi-octobre, trois anciens Premier ministre et vice-premiers ministres britanniques (le néo-travailliste Tony Blair, le libéral-démocrate Nick Clegg et le conservateur Michael Heseltine) cosignaient un texte paru dans plusieurs journaux européens, reprochant vertement aux défenseurs du Brexit de "vivre dans un monde imaginaire et le déni", et au gouvernement conservateur de ne pas avoir réussi à évaluer les coûts économiques de la sortie, et de nourrir l'idée "fantasmée" que l'Union Européenne cédera "sur les principes du marché unique" en accordant au Royaume-Uni l'accès au marché unique sans exiger d'en respecter les règles. Quant au Maire de Londres (les Londoniens avaient rejeté le Brexit lors du référendum), Sadiq Khan, il a carrément appelé, avec des dizaines de milliers de manifestants le 21 octobre à un référendum sur l'accord final sur le Brexit, ouvrant la possibilité de rester finalement dans l'Union Européenne si aucun accord n'est conclu : "ceux qui ont voté en faveur d'une sortie de l'UE ne souhaitaient pas la baisse des investissements, les pertes d'emplois et la diminution du rôle de la Grande-Bretagne", par la faute d'un gouvernement "totalement dépassé et privé de direction". Enfin, devant le congrès de son parti, le leader travailliste Jeremy Corbin a appelé à des élections anticipées en cas de non-accord ou de rejet d'un accord par les Communes. S'adressant à Theresa May, qu'il accuse de vouloir "imposer au pays un choix unique entre un mauvais accord ou aucun accord" pour "mettre en oeuvre à la fois une politique des années 1950 et une pensée économique du XIXe siècle", Corbyn a lancé : "Si vous n'êtes pas capables de négocier un accord (...) qui protège l'emploi et les droits des salariés (...) et des consommateurs, alors laissez la place à un parti qui peut le faire". Ce parti,pour Corbyn, c'est évidemment le sien. Et son programme, s'il obtient une majorité lors d'élections anticipées, c'est de mettre fin au "capitalisme financier dérégulé avide" et de "reconstruire l'économie" grâce à un vaste programme d'investissements publics, de création d'emplois verts, de rééquilibrage des relations sociales en faveur des salariés, de restauration du service national de santé. Ainsi l'impasse du Brexit n'en serait-elle pas une : elle mènerait à l'arrivée d'un gouvernement de gauche en Grande-Bretagne... Amusant, non ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Europe, Politique 2 commentaires
  • Loi genevoise sur la laïcité : Sacraliser l'Etat ?

    Imprimer

    sacre.jpgLe 10 février prochain, à Genève, on votera sur une loi cantonale sur la laïcité de l'Etat, attaquée par un référendum qui a obtenu 8300 signatures (6500 étaient nécessaires pour qu'il aboutisse). La Constitution cantonale pose (c'est la première à le faire à Genève) la laïcité comme principe fondamental de la République. Le Grand Conseil a jugé que cette proclamation ne suffisait pas, qu'il fallait une loi et en a donc bricolé une, qui enfonce quelques portes ouvertes et profère quelques truismes, exercices absurdes qui ne justifient pas que l'on appelle à refuser la loi. Mais on ne peut non plus l'accepter : elle sombre en effet dans une confusion parfaitement réactionnaire en confondant le rôle, le statut, la légitimité des élus et celle des fonctionnaires, en prétendant neutraliser les lieux politiques au point d'imposer aux parlementaires l'obligation, parfaitement hypocrite, de s'interdire toute exposition visible de leurs convictions religieuses, voire même politiques, et finalement en érigeant religieusement l'Etat en totem tout en plaçant la religion au-dessus des autres faits de culture, comme si le premier devait être sacralisé en même temps que la seconde, et chacun des deux préservé de l'autre. Que faire d'une loi qui ne mérite ni l'honneur d'un soutien ni l'indignité d'un refus ? On n'en fera rien : on votera blanc, ou nul. Parce que cette loi ne mérite rien de plus. Elle sera sans doute acceptée, et nous interdira de porter un "signe religieux ostentatoire" en séance du Conseil Municipal. Peu importe : passoire-à-thé-ancienne-en-métal-argenté-avec.jpgnotre "signe iréligieux ostentatoire", on l'arborera quand même : une passoire athée (à porter en sautoir ou en collier)...

     

    Lire la suite

  • Une vaillante centenaire : la grève

    Imprimer

    greve2.jpgLa grève d'il y a un siècle et un siècle de grèves

    Mardi et mercredi, à Genève, les maçons faisaient grève et manif, à l'appui de leurs revendications. Et les patrons du secteur étaient furax : les syndicats "sont dans une stratégie de lutte incessante", geignait le président de la Société genevoise de la Société suisse des entrepreneurs... Ben oui, coco, c'est ça, le syndicalisme ouvrier. Rien de tel qu'une bonne démonstration de terrain pour l'alphabétisation des élites patronales. Pour qui, la mobilisation des travailleurs de la construction n'est que "gesticulations inutiles, déloyales, choquantes, une violation crasse de la paix du travail". Dont on sait qu'elle n'est légitime que lorsqu'elle est utile au seul patronat, ce que résume avec une admirable concision le titre d'une annonce des syndicats patronaux genevois du secteur de la construction : "La grève du 16 octobre ne sert à rien". Un pays où ce sont les syndicats patronaux qui décident si une grève "sert" ou non à quelque chose n'est-il pas un pays merveilleusement organisé ?


    Mardi 6 novembre, à 19 heures à Fonction Cinéma (Maison des Arts du Grütli) Metroboulotkino célèbre le centenaire de la grève générale, avec deux films documentaires de Jacqueline Veuve : La grève générale de 1918 et  Genève, 9 novembre 1932, documentaire de Jacqueline Veuve (1973). La projection sera suivie d'une discussion avec Charles Heimberg, historien spécialiste de l'histoire ouvrière suisse.


    Vendredi 9 novembre, à la Salle du Faubourg dès 18 heures 30 (juste après la commémoration à 17 heures sur l'esplanade d'Uni Mail du massacre du 9 novembre 1932?, la Communauté genevoise d'action syndicale et le Collège du Travail invitent à une conférence et une table ronde sur la Grève générale de 1918 et les grèves et les luttes collectives d'aujourd'hui).

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique, Suisse, syndicats 3 commentaires
  • Une gauche socialiste à reconstruire

    Imprimer

    quidautre.jpgPercées vertes et déroutes socialistes dans trois élections en Europe

    Dimanche, en Bavière, en Flandre belge et au Luxemburg, des élections régionales, municipales et législative (selon les cas) ont vu la montée en puissance des Verts au détriment, surtout, des sociaux-démocrates. Ce "dimanche vert" et ce quasi "désastre rose" ne peuvent s'expliquer par la seule actualité climatique : ils s'expliquent aussi par la perte par les socialistes de leur boussole politique, entre ralliement plus ou moins honteux au libéralisme (disons : le "social-libéralisme" survivant à ses inventeurs, Blair et Schroeder) et volonté de retrouver les racines idéologiques et programmatiques du socialisme. En Bavière, le SPD tombe au-dessous de 10 % des suffrages, est même dépassé par l'extrême-droite de l'AFD alors que les Verts, avec près de 18 % des suffrages, deviennent la deuxième force politique du Land, derrière la CSU catho-conservatrice (qui elle aussi a subi une lourde défaite électorale à force de courir après l'extrême-droite en reprenant quasiment son programme xénophobe). En Belgique, les socialistes ne résistent qu'en Wallonie et à Bruxelles (où les Verts deviennent aussi, derrière le PS, la deuxième force politique), mais s'effondrent en Flandre. Qu'est-ce que cette déroute socialiste et cette percée verte disent de l'état de la gauche (et particulièrement de la social-démocratie) en Europe ? Pour le moins, qu'elle est en reconstruction...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Politique, PS 2 commentaires
  • "Juges étrangers" : Ne pas sous-estimer l'enjeu

    Imprimer

    bandeau initiative UDC.jpg

    Refuser un texte dangereux au prétexte qu'il ne changerait rien ?

    Selon un sondage Tamedia, l'initiative udéciste dite "contre les juges étrangers" serait repoussée lors du scrutin prévu dans un mois et demi, par 50 à 53 % de "non" contre 41 à 45 % de "oui". L'opposition au texte serait plus forte en Romandie qu'en Alémanie. Le texte ne serait accepté qu'au Tessin (mais le sondage distingue les régions linguistiques, pas les cantons). Les femmes refuseraient l'initiative plus nettement que les hommes. D'entre les arguments convainquant une majorité de sondés de repousser la proposition de l'UDC, le plus cité serait celui de la capacité de la Suisse de décider déjà quels textes internationaux elle va signer, cette décision pouvant d'ailleurs être rendue au peuple par voie de référendum obligatoire au facultatif. Refusera-t-on l'initiative pour la première raison qu'elle ne changerait rien ? Ce serait se tromper sur l'enjeu, en le sous-estimant : un refus clair, net, sans bavure, de ce texte doit s'imposer -car s'il est stupide, il est tout de même dangereux : il ne s'en prend pas à la cible qu'il se donne (les fantômatiques "juges étrangers"), mais à une autre, bien plus précieuse : la garantie des droits humains fondamentaux par l'adhésion, non de la Suisse mais des Suisses à ces droits et aux textes qui les garantissent. Et là, on n'est plus dans le droit (international ou national), on est dans les droits des gens, d'ici ou d'ailleurs -dans la politique, au vrai et profond sens du terme.

    Lire la suite

  • Ouverture des commerces le dimanche : Un référendum nécessaire

    Imprimer

    referendum ouverture le dimanche.jpg

    Faire respecter la volonté populaire

    Le 21 septembre dernier (était-ce le dernier jour de l'été ou le premier de l'automne ?) la majorité de droite (MCG compris) du Grand Conseil genevois votait un projet de loi mitonné par le patronat et déposé par le PLR, autorisant l'ouverture des magasins trois dimanches par an sans que la condition, posée par le peuple en votation en 2016 d'une extension de la convention collective soit remplie. Le prétexte de cette loi est le même que celui de toutes les tentatives précédentes de la droite et du patronat : répondre à la concurrence transfrontalière, exercée par les commerces côté français. Comme si c'était une question d'horaires et pas de prix. Un référendum a été lancé par la gauche et les syndicats. Alors, si vous ne savez pas quoi faire dimanche, plutôt que des courses, faites acte de solidarité avec le personnel des magasins : signez et faites signer ce référendum. Et faites respecter la volonté populaire plutôt que les obsessions patronales.

     

    Lire la suite

  • Référendum de gauche contre la réforme de l'imposition des entreprises : A vos paraphes !

    Imprimer

    droite-gauche.jpgC'est fait : le référendum de gauche contre la réforme de l'imposition des entreprises et du financement de l'AVS, la RFFA, est lancé. Il a (nous avons...) jusqu'au 17 janvier pour le faire aboutir. Et on le fera aboutir. Le référendum est lancé par les Verts et les Jeunes Verts, la Jeunesse Socialiste, solidaritéS, le Parti du Travail, le SIT, le SSP, le Cartel intersyndical de la fonction publique genevoise, le MPS, l'Avivo, Attac (et on en passe). Le front est large, vous y trouverez sans peine liste de signatures à votre goût.... Certes, les poids lourds de la gauche suisse, l'Union Syndicale et le Parti socialiste, soutiennent la RFFA. Mais le référendum étant lancé sur leur gauche (et dans leur propre gauche), dans les fédérations syndicales (Unia s'est prononcée contre la réforme, mais ne participe pas au référendum, contrairement au SSP), les cartels syndicaux cantonaux, les PS cantonaux, voire les sections, ce sont les militants qui décideront de la position de leur organisation. Et ils en décideront en ayant notamment à l'esprit les menaces qui continuent de peser sur l'âge de la retraite des femmes  : les partisans de la réforme assurent que son report à 65 ans n'est plus à l'ordre du jour ? Quand le "Temps" (du 1er octobre) demande à à la présidente du PLR suisse, Petra Gössi, ce qu'elle pense de la certitude affichée par le président du PSS, Christian Levrat qu'avec le "paquet" de la RFFA, qui lie réforme fiscale et soutien financier à l'AVS, "le relèvement de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans n'est plus à l'ordre du jour", la PLR répond : "Il se trompe. (...) Des mesures structurelles et axées sur les dépenses sont nécessaires". Comme le relèvement de l'âge de la retraite des femmes. Est-ce assez clair ?

    Lire la suite

  • Quand le gouvernement genevois oublie la traversée routière du lac...

    Imprimer

    rafiot.jpgLaissons couler le rafiot

    Le Conseil consultatif pour la traversée du lac a comme un doute sur l'utilité de son travail : ce projet n'a été évoqué par le gouvernement genevois ni lors de son investiture, ni lors de la présentation de sa "stratégie de mobilité", fin septembre. "Sans volonté politique, faudra-t-il poursuivre nos travaux après notre prochain rapport ?", s'interroge le président du Conseil consultatif, Raymond Loretan. Nous, bien sûr, on répondrait "Non, laissez tomber, ce machin n'est ni utile (il est même nuisible), ni finançable. Le porte-parole du Conseiller d'Etat Dal Busco, chargé de ce dossier plombé, se contente de dire que si cet ouvrage reste prioritaire, il n'est prévu que dans plus de vingt ans, ce qui nuance considérablement son caractère très hypothétiquement "prioritaire", d'autant qu'avant lui, d'autres ouvrages sont plus "prioritairement prioritaires" (et même, eux, en voie de réalisation), comme le "Léman Express" -dont la mise en service réduira plus encore, si c'est possible, la pertinence du projet de faire traverser le Petit Lac par une semi-autoroute, quand Annemasse sera à vingt minutes de Cornavin par le train... Il y a des rafiots qu'il faut laisser couler.

    Lire la suite

  • M le Maudet

    Imprimer

    Mlemaudit.jpgAffaire Maudet : Après l'amputation, la démission ?

    Pierre Maudet va-t-il rester encore longtemps Conseiller d'Etat, quand même la présidente de son parti lui conseille, certes à mots couverts -mais à mots quand même- de démissionner ?  Le Grand Conseil, qui a levé l'immunité de Maudet, a refusé de débattre en urgence d'un projet de résolution déposé par "Ensemble à Gauche", proposant que le parlement lui demande de renoncer à son mandat gouvernemental (une telle résolution ne pouvant avoir d'effet, outre celui de satisfaire ses auteurs, que si le principal intéressé y consentait : nul autre que lui-même ne peut le contraindre à la démission). De toute façon, privé de la présidence du gouvernement, de la responsabilité ministérielle de la police, de celle de l'aéroport et de la présidence de la Conférence des chefs cantonaux de justice et police, Maudet ne dirige plus grand chose (à part la surveillance des communes et les prisons...), et, déjà politiquement amputé puis couvert de goudron et de plumes, devenu un poids pour ses collègues, ne peut plus guère porter de projet et trouver de majorité au Grand Conseil (tant mieux d'ailleurs, quand il propose de construire une nouvelle prison ou remet en cause le secret médical dont peuvent bénéficier des détenus). Sa démission est sans doute, même encore entre parenthèse, même s'il déclare se refuser à cet "échappatoire", inscrite dans son propre agenda. Dis Tonton, ça serait comment, la vie politique genevoise sans Maudet ? Ben, ça va être comme la vie politique genevoise avec Maudet, mais sans Maudet. Un seul être vous manquera (quoique...) et pas grand-chose ne sera dépeuplé : nul n'est irremplaçable, et ce qui constitue la politique, ses grands enjeux, ses clivages fondamentaux, résiste au passage des personnages politiques. Même au passage de ceux qui, après avoir été porté aux nues par les media ont été par eux, et sans l'ombre d'une autocritique, plongés dans l'opprobre. Ainsi passe-t-on sans grande transition de M le Merveilleux à M le Maudit.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 5 commentaires
  • Trois hectares de zone piétonne en surface contre six niveaux de parking en sous-sol

    Imprimer

    bagnole-en-ville.jpgBon deal ou marché de dupes ?

    Le Conseil administratif de la Ville propose au Conseil Municipal un crédit de 28 millions de francs pour piétonniser une partie du quartier de Rive, dans le cadre d'un accord avec le promoteur privé d'un parking qui recevrait un droit de superficie pour installer sur six niveaux souterrains son aspirateur à bagnoles (500 places) et à motos (390 places). La proposition a été renvoyée mardi en commission. Trois hectares de zone piétonne contre six niveaux de parking : Bon deal ou marché de dupes ? Enterrer les véhicules individuels motorisés, après tout, ça se défend si c'est pour laisser toute place en surface aux piétons, aux cyclistes et aux transports publics. Sauf que les bagnoles et les motos, il faut bien qu'elles y arrivent, dans leur silo souterrain. Et elles y arrivent par la surface. Et ce ne sont, sauf exceptions, pas des habitants du quartier (à qui 100 places seraient réservées dans le parking) qui les conduisent, vu que des habitants du quartier de Rive, on peine à en trouver beaucoup.. Sans surprise, la droite soutient la proposition, les Verts et Ensemble à Gauche la combattent, le PS hésite : accepter le parking pour obtenir la zone piétonne, ou renoncer à la zone piétonne pour éviter le parking ? Une méthode, en tout cas s'impose : dissocier les deux propositions, séparer la carpe et le lapin, déficeler le paquet...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique, Transports, urbanisme 1 commentaire
  • LE DROIT INTERNATIONAL ? C'EST DU DROIT NATIONAL

    Imprimer

    CEDH.jpgOn votera le 25 novembre sur une initiative populaire lancée par l'UDC, visant à faire primer la Constitution fédérale sur le droit international : en cas de conflit entre les normes suisses et les normes internationales, il faudrait soit adapter les secondes aux premières et donc renégocier les traités et conventions de droit international, soit les dénoncer  L'UDC a donné à son texte le titre proclamatoire "Le droit suisse au lieu de juges étrangers" (mais qu'est-ce qu'on en a à foutre de la nationalité des juges ?) et le sous-titre prétentieux "initiative pour l'autodétermination". Titre et sous-titre arnaqueurs : en fait, la cible de l'initiative est évidente : c'est, plus précisément encore que le droit international "en général", la convention européenne des droits humains, la CEDH, texte adopté par le Conseil de l'Europe -dont il n'est pas inutile de rappeler que la Suisse est membre, et dont l'Assemblée parlementaire est actuellement présidée par une genevoise, Liliane Maury-Pasquier. Bon, elle est socialiste, ce qui doit la rendre plus étrangère encore à un udéciste de base (pensez : femme, socialiste et genevoise, on en a brûlé pour moins que ça quand on avait encore le sens des traditions)...

     

    Lire la suite

  • L'AVS pour faire avaler PF17 par la gauche et PF17 pour faire soutenir l'AVS par la droite ?

    Imprimer

    Chacun sa pilule et son sucre

    "Il n'y aura pas de réforme fiscale des entreprises sans compensation sociale suffisante", a martelé Christian Levrat au Conseil des Etats, en menaçant de lancer des référendums contre une réforme fiscale non compensée et une réforme de l'AVS qui contiendrait une élévation de l'âge de la retraite des femmes. Et le PDC de poursuivre en appelant à un compromis "porté par tous les grands partis" (sauf l'UDC), c'est-à-dire le PS, le PLR et le PDC. Et l'UDC de dénoncer un "birchermüesli politique" mélangeant deux objets marqués tous deux par un refus populaire en votation fédérale. Mais c'est précisément parce qu'il y a eu ces deux défaites de ces deux tentatives de réforme que les auteurs du compromis accepté par le Conseil des Etats l'ont conçu : pour désarmer les oppositions à chaque réforme en accordant aux unes, à gauche, un soutien à l'AVS en échange d'un soutien au PF17, et aux autres, à droite, un soutien au PF17 en échange d'un soutien à l'AVS. Chacun sa pilule et chacun son sucre.

    Lire la suite

  • Comment dire qu'on n'en a rien à foutre de l'"Affaire Maudet" sans passer pour un traître à la cause ?

    Imprimer

    balle dans le pied.jpgEt la politique, bordel ?

    Donc, selon le Ministère public genevois, le président du gouvernement genevois, Pierre Maudet, a menti : son voyage à Abu Dhabi n'était pas un voyage privé, cadeau d'un ami, mais un voyage officiel, à l'invitation du prince héritier, dont la Maison a pris à sa charge le vol en classe affaire et l'hébergement du Conseiller d'Etat, de sa petite famille et de son chef de cabinet ("des sociétés actives à Genève dans l'immobilier, en contact régulier avec Pierre Maudet (...) ont activement pris part à la mise sur pied de ce voyage", ajoute le Ministère public). Soit "un montant de plusieurs milliers de francs" selon le Ministère public, qui demande au Grand Conseil la levée de l'immunité du président du Conseil d'Etat, pour pouvoir le mettre en prévention d'"acceptation d'un avantage". Pas encore l'en inculper (comme il a été fait de son ancien chef de cabinet), mais presque. "La faute", titre la "Tribune de Genève", dont le nouveau rédacteur en chef (Pierre Ruestchi ayant été dégommé par les tamédiacrates), Frédéric Julliard, est "abasourdi" par la maladresse du premier de classe. A force d'être sacré "surdoué de la politique", Maudet a énervé tout ceux qui se fatiguent à ramer pour qu'enfin on les prenne au sérieux. C'est la malédiction du premier de classe : tant qu'il ne commet aucune "faute" (ou qu'il arrive à les celer), on en chante les louange. Mais au premier faux pas (par exemple avoir tenté de dissimuler la véritable source de financement de son équipée) gare à lui. Nous, les cancres, on peut faire toutes les conneries sans que personne ne nous en fasse grief. Mais au fond de la classe, près du radiateur, on attend quand même qu'on nous parle politique.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 2 commentaires
  • Miasmes xénophobes : Gros vents et petites brises

    Imprimer

    Manif identitaire.jpg

    Les vents politiques nous semblent souffler depuis les lieux des miasmes xénophobes ? Sans doute. Mais tout le monde ne se comporte pas en girouettes : en France, le Conseil constitutionnel a consacré, contre le ministère de l'Intérieur, et en faveur de Cedric Herrou le "principe de fraternité" en affirmant qu'une aide désintéressée à des étrangers en situation irrégulière ne saurait être passible de poursuite. Ainsi, le principe de solidarité affirmé par l'agriculteur des Hautes Alpes a-t-il été affirmé contre le "délit de solidarité" qui valait à Cédric Herrou d'être poursuivi pour l'aide qu'il apportait à des immigrants venus d'Italie. La plus haute juridiction française a rappelé que la Fraternité était proclamée, avec la Liberté et l'Egalité, par la devise de la République, et que la Constitution s'y référait comme à un "idéal commun".  Quelques jours plus tard, le philosophe Etienne Balibar publiait dans "Le Monde" (daté du 17 juillet) une tribune en appelant à l'instauration d'un "droit international de l'hospitalité", face au "retournement du droit de l'asile" en "obsession pour le refoulement de l'immigration  dite clandestine et l'identification des "faux réfugiés" : en usant de critères "extraordinairement restrictifs" pour "disjoindre l'obtention du statut de réfugié et le droit de circulation" et soustraire la souveraineté des Etats à toute véritable contestation, on ne fait plus place, comme motifs d'asile, aux "conditions de guerre civile ou de guerre économique, dictature ou restriction de la démocratie, catastrophe environnementale". Les Etats transforment ainsi "des masses de migrants en réfugiés sans refuge". De gros vents mauvais soufflent de Hongrie et d'Italie (entre autres contrées) ? Quelques brises moins pestilentielles permettent encore de respirer...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : asile, réfugiés, France, Italie, Politique 1 commentaire
  • D'un sionisme l'autre

    Imprimer

    Manif Druze.jpg

    Israël : du nationalisme au tribalisme

    Tel-Aviv, 4 août : A l'appel des Druzes, des dizaines de milliers de personnes manifestent contre un texte adopté par le parlement israélien, et qui, pour le résumer, proclame que désormais Israël sera un Etat démocratique pour les juifs, et un Etat juif pour les autres : la "loi fondamentale" approuvée le 19 juillet par la majorité de droite et d'extrême-droite religieuse du parlement israélien ne dit pas autre chose, en scellant la dérive du sionisme politique (nationaliste, au strict sens du terme : qui constitue une nation, juive, laquelle se dote d'un Etat démocratique, qui, dans sa loi fondamentale, proclame l'égalité fondamentale de ses citoyens quelque soit leur religion) vers un sionisme tribaliste et religieux tenant de l'apartheid, du suprématisme religieux et de l'identarisme ethnique. Le sionisme fondait un Etat juif, mais cet Etat juif n'était pas, formellement, l'Etat des seuls juifs, s'il en était le foyer national : la déclaration d'indépendance d'Israël proclamait "une complète égalité de droits sociaux et politiques à tous ses citoyens, sans distinction de croyance, de race ou de sexe" -quoi qu'il en soit du respect, ensuite et dans les actes de l'Etat de cette proclamation, au moins fut-elle faite. La nouvelle "loi fondamentale", elle, stipule que "le droit d'autodétermination nationale dans l'Etat d'Israël est propre au peuple juif" (qu'est-ce d'ailleurs que ce "peuple" défini par une religion ?) ce qui signifie que les autres, les non-juifs, Palestiniens musulmans ou chrétiens, en sont privés. Ce "peuple juif" n'est pas le peuple israélien, ni même le peuple des juifs d'Israël : puisqu'il est défini par sa religion, tous les juifs de la diaspora en sont aussi (sans qu'on leur ait demandé leur avis) et disposent donc de ce "droit d'autodétermination nationale dans l'Etat d'Israël" nié aux non-juifs dans ce même Etat d'Israël. Ce n'est donc plus le peuple d'Israël qui devient le sujet principal du droit fondamental d'Israël, mais seulement la partie juive de ce peuple -et d'entre cette partie juive, celle qui se définit d'abord comme juive plutôt que comme israélienne : "Israël est désormais l'Etat des Juifs et non de ses citoyens", juifs ou non, résume Michel Warschawski. De fait, non seulement les arabes musulmans et chrétiens (ensemble, 17,5 % de la population) sont exclus du droit à l'autodétermination, mais les juifs qui ne placent pas leur judaïté au-dessus de leur citoyenneté le sont aussi. Or le judaïsme est une religion, pas une nationalité. Et Israël devrait être un Etat, une citoyenneté, pas une religion. En amalgamant l'Etat et l'une des religions qui s'y pratique, fût-elle majoritaire, en passant du sionisme nationaliste au sionisme religieux, en inscrivant une sorte de "dhimmitude" dans un texte de force constitutionnelle, la droite et l'extrême-droite israéliennes font-elles autre chose que ce que nous dénonçons, légitimement, quand les islamistes le prônent et le pratiquent ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Israël, Palestine, Monde, Politique 0 commentaire