mercredi, 24 septembre 2014

Vote sur la caisse publique d'assurance-maladie : En forme pour le jour d'après ?


Les derniers sondages (bien sûr, ce ne sont que des sondages, mais tout de même...) confirment les précédents : la droite et la Suisse alémanique rejetteraient clairement l'initiative pour une caisse publique d'assurance maladie, que la gauche plébisciterait et que la Romandie et le Tessin accepteraient. Et comme la gauche, les Romands et les Tessinois sont minoritaires dans ce pays... Que pourra-t-on faire si ces prévisions se confirment (avant quoi il convient tout de même de se mobiliser pour qu'elles ne se confirment pas) ? « Si les Genevois votaient massivement pour l'initiative, ce serait un signal à prendre en compte » pour envisager de « créer une caisse unique cantonale » estime le Conseiller d'Etat genevois (MCG) Mauro Poggia. Son collègue socialiste vaudois Pierre-Yves Maillard est du même avis, ajoutant à cette hypothèse celle d'une caisse publique intercantonale, pour les cantons ayant accepté l'initiative.

Lire la suite

16:43 Publié dans Politique, Santé, médecine, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : assurance maladie, caisse maladie | |  Facebook | | | |

lundi, 22 septembre 2014

Genève : le canton fait les poches des démunis (et de leur commune)

Bonne année, les pauvres !

Aujourd'hui, c'est le Nouvel-An. Le premier Vendémiaire, premier jour de l'année dans le calendrier républicain. Et pour ce jour de l'an, le canton de Genève offre deux cadeaux à sa population la moins riche, ou la plus pauvre, comme on voudra. Premier cadeau : un projet de budget qui, pour produire un excédent d'un million, ratiboise des prestations sociales à hauteur de 30 millions (le supplément d'intégration serait réduit de moitié, le subside pour l'assurance-maladie carrément supprimé, le soutien financier individuel aux personnes âgées et aux handicapés réduit). Deuxième cadeau :  une modification de la loi sur le « revenu déterminant unifié » pour permettre, en intégrant les prestations sociales municipales à ce revenu, de réduire les prestations sociales cantonales. Bonne année républicaine, les pauvres !

Lire la suite

14:52 Publié dans Genève, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : aide sociale, rdu | |  Facebook | | | |

vendredi, 19 septembre 2014

Ecosse : l'indépendance à portée d'urnes

Breith ar Ecosse, référendum, SNP, indépendance, nationNáisiún ?*
 
*oui, d'accord, c'est approximatif, vu que c'est de l'irlandais, pas de l'écossais, mais on va pas chipoter : c'est quand même du gaëlique. Et ça veut dire "naissance d'une nation"...

Le "non" à l'indépendance de l'Ecosse est majoritaire, mais c'est le "oui" qui est vainqueur ? La politique n'est pas un dérivé de l'arithmétique, surtout au pays du whisky et du Loch Ness. 97 % de celles et ceux qui en avaient le droit s'étaient inscrits sur les listes électorales et plus de 80 % d'entre elles et eux ont voté (c'est  le plus haut taux de participation de tous les scrutins organisés en Grande-Bretagne depuis l'instauration du suffrage universel) : c'est une première victoire des partisans de l'Indépendance : ils ont forcé au débat, forcé à admettre la légitimité de leur projet. Pour arracher un "non" à l'indépendance, le gouvernement britannique et son opposition travailliste ont beaucoup promis en même temps qu'ils menaçaient beaucoup. Les menaces étaient de pure tactique, mais les promesses, il va bien falloir les tenir... Au pire, le vote écossais aboutira à une autonomie très élargie. Au mieux, à l'indépendance -mais non à une indépendance de bastion, d'isolement, de forteresse : le Parti national écossais n'a jamais eu l'intention de reconstruire le Mur d'Hadrien.

Lire la suite

15:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ecosse, référendum, snp, indépendance, nation | |  Facebook | | | |

jeudi, 18 septembre 2014

Financement public des partis politiques : Les transparents et les opaques

Hier, le Conseil Municipal de la Ville de Genève était saisi de deux propositions traduisant le bon vieux clivage gauche-droite. Il s'agissait du financement des partis politiques. Enjeu : doit-on se contenter de rendre publique la liste des donateurs privés aux partis politiques, sans préciser le montant de leurs dons, ou fait-on un pas supplémentaire vers la transparence, en publiant aussi le montant de leurs dons ? Il faut croire que l’opacité sur les sommes arrange certains partis  : une faible majorité du Conseil a soutenu (mais le vote final n'a pas encore eu lieu) la proposition minimaliste, celle de la droite, qui se contente d'exiger des partis politiques de la Ville de Genève qu'ils respectent la loi genevoise pour pouvoir être subventionnés par la Ville de Genève... Il n’est pas sans signification que ce soit la droite qui tienne à  l’opacité sur les montants des donations aux partis, que ce soit le MCG qui ait fait adopter cette position, et que ce soit la gauche qui propose un peu plus de transparence dans le financement public des partis politiques.

Lire la suite

13:57 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

mercredi, 17 septembre 2014

« Vote de confiance » à Manuel Valls : Un garde-à-vous résigné

Manuel Valls, qui a promis qu'il  ne changerait « pas de cap », a sollicité et obtenu de l'Assemblée Nationale la « confiance » à son gouvernement, par 269 voix contre 244, moyennant l'abstention de 53 députés, dont 31 députés socialistes et les députés écolos. Si les « frondeurs » socialistes, au lieu de s'abstenir de lui accorder leur confiance la lui avaient refusée, Valls ne l'aurait pas obtenue, et la « fronde » aurait été une rupture. On n'y est pas, ou pas encore : l'abstention est peut-être le maximum de la dissidence autorisée dans un système comme le système français, où le chef du gouvernement est chef d'une majorité parlementaire caporalisée (et le chef de l'opposition, pour autant qu'il n'y en ait qu'un, est chef d'une minorité parlementaire à peine moins caporalisée), Quel sens donner dans ces conditions à un « vote de confiance » ? Dans une démocratie, le vote est libre, et de toute façon, démocratie ou non, la confiance ne s'accorde pas sous la contrainte -sous la contrainte ne peut s'obtenir que la résignation. Le «vote de confiance» arraché par Valls n'est ainsi qu'un garde-à-vous résigné, aussi étranger que possible à l'état réel de la société  et de l'opinion publique françaises : tout sauf confiantes -rageusement déprimées.

Lire la suite

14:58 Publié dans France, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ps, valls | |  Facebook | | | |

mercredi, 10 septembre 2014

Initiative pour une caisse-maladie publique : Le spectre de l'étatisation

Un specfantôme.jpgtre hante la campagne sur (et contre) l'initiative pour une caisse-maladie publique : le spectre de l'"étatisation du système de santé" qu'induirait l'adoption de initiative. Etrange spectre à la fonction de marionnette agitée par des milieux particulièrement bien représentés au parlement fédéral, dans ses couloirs, dans les commissions et lors des processus de consultation sur des sujets qui les concernent, fût-ce de loin. Ces anti-étatistes d'occasion ont fait leur nid dans l'Etat, y pondent leurs oeufs, les y couvent et y font éclore les projets qui leurs conviennent -en étouffant ceux qui ne leurs conviennent pas : des "antiétatistes" de ce calibre, le corporatisme en pondait une portée tous les matins.

Lire la suite

14:00 Publié dans Politique, Santé, médecine, Suisse | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : assurance maladie, caisse maladie | |  Facebook | | | |

mardi, 09 septembre 2014

« Une certaine idée de l'armée suisse »

 

 

500 ans pour réfléchir, c'est assez ?
 Marignan.jpg

Ueli der Soldat se fait une certaine idée de l'armée suisse. Et il en a présenté au début du mois la facture budget stable :  (19,5 milliards sur quatre ans, le parlement en ayant demandé cinq par année) et volonté de renouveler la flotte d'avions de combat d'ici 2025, malgré le refus populaire de l'achat des « Gripen  » devant remplacer les F/A-18. Après ce refus le Conseil fédéral avait retranché 800 millions des ressources que le plan financier pour 2014 à 2016 affectait à l'armée. Du coup, le PLR, jamais à court d'une réaction intelligente, avait accusé le Conseil fédéral de « jouer le jeu » des antimilitaristes qui cherchent à « affaiblir l'armée », et le président du PDC, Christophe Darbellay, reproché au gouvernement une « concession faite à la gauche ». C'est cela, voui... L'année prochaine, on célébrera le 500ème anniversaire de la glorieuse défaite de Marignan. Qui mit fin aux vélléités, non pas de la Suisse qui n'existait pas encore en tant qu'Etat, mais à celles des Suisses en tant que bandes armées, d'aller envahir, puiller et rançonner les régions et les villes circonvoisines. 500 ans de réflexion, ça devrait suffire à un autre renoncement, non ?

Lire la suite

15:56 Publié dans Armée, défense nationale, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

lundi, 08 septembre 2014

Genève : L'apolitique des transports

Un sondage pour éviter d'assumer ses choix ?
           TCS.jpg

Le Département de l’environnement, des transports, et de l’agriculture (DETA) lance une consultation "inédite" (dit-il...) de la population sur l’organisation des transports dans le canton de Genève. "Je veux donner la parole aux gens", proclame le Conseiller d'Etat Luc Barthassat. Qui semble oublier qu'en démocratie, "donner la parole aux gens", ce n'est pas les "sonder", mais les faire voter. Pas les consulter, mais les faire décider. Et que la politique ne se réduit pas à demander leur avis aux citoyens, mais aussi à leur soumettre des propositions qu'ils auront, dans un processus décisionnaire et non pas consultatif, à accepter ou à refuser. Ce qu'ils font d'ailleurs régulièrement, même si leur prononcement (pour la "mobilité douce", par exemple) ne plait pas à ceux qui, ensuite, les "consultent" pour pouvoir contourner leur vote. Cela dit, on vous invite tout de même à répondre au sondage de Barthassat (en ligne sur www.ge.ch/notre-mobilite) -ne serait-ce que pour éviter que seuls le TCS, l'ACS, la Chambre de Commerce et les vendeurs de bagnole y répondent...          

 


Lire la suite

15:22 Publié dans Genève, Politique, Transports | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

vendredi, 05 septembre 2014

François Hollande n'aime pas les pauvres. Et quelque chose nous dit que c'est réciproque.

pauvretéMais qui donc aime les pauvres ?

«  En réalité, le président n'aime pas les pauvres », confie, réglant ses comptes, une ex de François Hollande, Président élu en proclamant qu'il allait prendre aux riches pour donner aux pauvres. Et qui n'en a rien fait.  Mais qui aime les pauvres ? Quelques chrétiens du genre franciscain, les anars, bien sûr, mais sinon ? Même les pauvres n'aiment pas les pauvres. Les riches, eux, s'aiment. Et la droite aime les riches. Et la gauche aime la classe moyenne. Parce qu'elle en est. Ou veut en être -sans d'ailleurs être foutue de la définir, ce que personne n'arrive à faire sauf par défaut : la classe moyenne, c'est l'ensemble des gens qui ne sont ni pauvres ni riches. Et qui ont peur de devenir pauvres. Et qui rêvent de devenir riches. Mais ce n'est pas d'« aimer les pauvres » dont il s'agit -c'est  seulement de ne pas les mépriser. Ni les utiliser.

Lire la suite

15:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : pauvreté | |  Facebook | | | |

jeudi, 04 septembre 2014

Genève à la quête des « doublons » : une chasse au trésor sans trésor...

Il paraît que c'est le chantier institutionnel le plus ambitieux depuis la fusion de 1931 entre la Ville de Genève et les communes des Eaux-Vives, de Plainpalais et du Petit-Saconnex. Plus ambitieux alors que celui de la nouvelle constitution -ce qui, vu le résultat dont avait finalement accouché la Constituante, n'est pas vraiment une performance. Un chantier institutionnel ambitieux ? Peut-être. Mais sans réel débat démocratique. De quoi parle-t-on ? Mais du « désenchevêtrement des tâches publiques » et de la « chasse aux  doublons », voyons... Un rapport pondu par un « groupe de travail technique » paritaire (canton/communes, mais avec un seul représentant de la Ville de Genève) a été transmis à un «comité de pilotage» politique chargé de conduire une réforme de la répartition des tâches entre le canton et les communes. Vieux serpent de lac, d'Arve et de Rhône, chasse au trésor sans trésor...

Lire la suite

15:42 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

mercredi, 03 septembre 2014

Le Régent, la Grande Duchesse, le Commis et le militant (fable socialiste française)

De Mollet à Valls, retour à la casse départ ?

Sur l'air de la Grande Duchesse de Gerolstein aimant les militaires, Manuel Valls a entonné l'autre jour, devant les patrons français réunis en leur "Université d'été", "Moi, j'aime l'entreprise, j'aime l'entreprise". L'amour, ça ne se commande pas, ça a des déraisons que la raison ignore. Les patrons français ont ovationné debout le patron du gouvernement français, et leur président, Pierre Gattaz, a salué son "discours de lucidité, de pragmatisme, de clairvoyance, de courage". Pas moins. Et plus encore si entente : c'était " le discours dont on avait besoin" (qui cela, "on" ? Le patronat...), et il y aura "peut-être un avant et un après"... Un "avant" et un "après" quoi ? Le politologue Roland Cayrol diagnostique une "crise de leadership et des idées" au PS. Comme avant la prise d'assaut de la vieille SFIO par Mitterrand, en somme. Cela fait bientôt quarante-cinq ans... le temps de passer de Mollet à Valls, de la droite de la gauche à la gauche de la droite, à moins que cela soit l'inverse -eppur si muove...

Lire la suite

14:04 Publié dans France, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ps, socialisme, valls | |  Facebook | | | |

mardi, 02 septembre 2014

Abolition des forfaits fiscaux : la droite s'inquiète

tortues.jpgEt si la Suisse allemande...

Le 30 novembre, en même temps que les Suisses se prononceront sur une initiative fédérale demandant l'abolition des forfaits fiscaux, les Genevois en feront autant d'une initiative cantonale faisant la même proposition. Heureuse coïncidence (dont il faut remercier le gouvernement genevois, puisque c'est lui qui décide de la date des votations cantonales). Et à droite, on s'inquiète. Pas seulement de cette coïncidence, mais surtout du risque de voir une majorité populaire soutenir l'initiative fédérale, grâce à un vote alémanique de droite s'ajoutant au vote national de gauche. Parce que les forfaits fiscaux sont un peu une spécialité romande, qu'ils sont réservés aux étrangers, et que les spécialités romandes et les étrangers n'ont pas en ce moment une grosse cote d'amour en Alémanie. Une initiative de gauche approuvée grâce aux Suisses-allemands de droite ? En attendant cet heureux événements, il convient de se mobiliser ici aussi pour l'abolition d'un privilège absurde, indéfendable en principe et improductif en réalité...

Lire la suite

14:57 Publié dans Fiscalité, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : forfaits fiscaux | |  Facebook | | | |

lundi, 01 septembre 2014

La Suisse se mord les langues

languesDouillou schpik englschwiz
   
Le PS (entre autres) est inquiet : Il a appelé la Confédération à intervenir (le Conseiller fédéral Alain Berset avait déjà évoqué une intervention de la Confédération contre l'abandon de l'enseignement du français à l'école primaire) pour empêcher que des cantons renoncent à l'enseignement, dans le cadre de la scolarité obligatoire, d'une deuxième langue nationale, et va proposer une modification de la loi sur les langues afin d'y ancrer l'apprentissage des langues nationales à l'école primaire :  ce à quoi il appelle ainsi à répondre, c'est à l'offensive lancée en Suisse alémanique contre l'enseignement du français. Le parlement Thurgovien a accepté une motion de l'UDC demandant la suppression de l'enseignement du français à l'école primaire. Nidwald suit.  Paradoxalement, c'est le parti qui a accoutumé de célébrer avec le plus de trémolos dans la youtze patriotique l'"unité nationale" et l'"identité suisse" qui est à la pointe dans l'offensive contre l'enseignement du français, pour y substituer celui de la langue actuelle du mondialisme, l'anglais (ou ce à quoi ce mondialisme le réduit).

Lire la suite

14:02 Publié dans Culture, école, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : langues | |  Facebook | | | |

vendredi, 29 août 2014

Elections municipales : Des raisons de se battre...

On prépare les élections municipales du printemps prochain, on débat des alliances, on choisit (ou on a déjà choisi) les candidates et candidats, on peaufine les programmes... Bref, on fait notre travail politique. On le fait dans un contexte, dans un rapport de forces, avec un objectif : celui d'être majoritaire. Les majorités politiques, gouvernementale et parlementaire, dont le canton est affublé rendent d'ailleurs d'autant plus essentielle la capacité des communes en général, des communes de gauche en particulier, et tout spécialement de la plus importante d'entre elles, de jouer un rôle de contre-pouvoir. Mais cette raison, pragmatique, circonstancielle, ne suffit pas à jauger l'importance du choix électoral du printemps prochain : il y a aussi, pour justifier de l'importance que nous lui accordons, des raisons de programme, de projet, de principe. Causons-en donc un peu, pendant qu'on en a le temps...

Lire la suite

15:18 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élections | |  Facebook | | | |

mercredi, 27 août 2014

Immigration contingentée, discrimination des immigrants selon l'origine : Répétition de l'histoire

Le Conseil Municipal de Genève va prochainement se prononcer sur une proposition de sa gauche, de rendre aux saisonniers « qui ont construit la Suisse » l'hommage qu'ils méritent. Un acte symbolique, qui sans l'avoir voulu tombe à pic. La proposition date de 2009, et, beauté de la lenteur du traitement de l'ordre du jour, la voilà rattrapée par l'histoire : ce qui, il y a cinq ans, relevait encore du devoir de mémoire relève aujourd'hui du principe de précaution, puisqu'une initiative udéciste proposant le rétablissement d'un système de contingents d'immigrants et recréant une catégorie d'immigrants privés des droits les plus élémentaires, a été acceptée par le peuple (alémanique et tessinois), et que le Conseil fédéral promet de vouloir l'appliquer « sérieusement ». Comme l'écrivait un vieux barbu allemand du XIXe siècle, l'histoire se répète, d'abord en farce, puis en tragédie. Nous sommes encore dans la farce. mais elle est navrante.

Lire la suite

14:32 Publié dans Immigration, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : saisonniers, contingents | |  Facebook | | | |

mardi, 26 août 2014

Capitale des Droits de l'Homme, des prisons et des expulsions : Deux Genève...

HubDunant.jpgAujourd'hui, très fières d'elles, les autorités cantonales de la Capitale Mondiale des Droits de l'Homme organisent une cérémonie de pose de la première pierre de l'extension de la prison de la Brenaz, où sont prévues, dès 2017, 168 cellules destinées à la détention administrative, dont des « cellules familiales » où pourraient être emprisonnés également des enfants. La Genève des Droits de l'Homme se veut aussi être la capitale suisse de l'enfermement (sa prison détenant déjà le record national de l'entassement des détenus) et ajouter à ce titre de gloire celui d'être le « hub » des expulsions pour la Suisse romande.  Pour dire le refus de ce destin calamiteux, STOP EXCLUSION organise aujourd'hui, à 18 heures, devant la statue d'Henri Dunand, place Neuve, un rassemblement. En même temps que nos glorieuses autorités organisent avec le CICR un pince-fesse pour célébrer les 150 ans de la signature de la première Convention de Genève, fondatrice du droit international humanitaire. Deux Genève ne se rencontreront pas cet après-midi : celle qui emprisonne pour expulser, et la nôtre..

Lire la suite

13:31 Publié dans Genève, Immigration, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brenaz, conventions de genève | |  Facebook | | | |

lundi, 25 août 2014

Initiative pour une caisse publique d'assurance-maladie : Une majorité populaire à (re)conquérir

Le 28 septembre, on votera sur l'initiative populaire fédérale pour une caisse publique d'assurance-maladie, lancée par le Parti socialiste, et contrairement aux précédents. le dernier sondage n'est pas très optimiste, sauf en Romandie et au Tessin. Or pour être adoptée, l'initiative doit non seulement obtenir une majorité dans l'électorat national, mais également une majorité dans une majorité de cantons. La première majorité populaire, nationale, sera difficile mais pas impossible à atteindre, puisque le sondage ne suggère qu'une majorité nationale rejetante de 51 %, avec seulement 9 % d'indécis, et que cette majorité ne tient qu'à un rejet à 59 % en Alémanie, contre une approbation à 55 % en Romandie et 53 % au Tessin. C'est sur cette (re)conquête d'une majorité populaire que va devoir s'atteler la campagne des partisans d'une proposition qui n'a rien d'excessif, et tout d'une bonne grosse vieille démarche social-démocrate, quoi qu'en dise le Conseiller fédéral socialiste qui combat au nom du gouvernement l'initiative de son propre parti...

Lire la suite

14:20 Publié dans Politique, Santé, médecine, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : assurance maladie, caisse unique, sécurité sociale, ps | |  Facebook | | | |

Initiative pour une caisse publique d'assurance-maladie : Une majorité populaire à (re)conquérir

Le 28 septembre, on votera sur l'initiative populaire fédérale pour une caisse publique d'assurance-maladie, lancée par le Parti socialiste, et contrairement aux précédents. le dernier sondage n'est pas très optimiste, sauf en Romandie et au Tessin. Or pour être adoptée, l'initiative doit non seulement obtenir une majorité dans l'électorat national, mais également une majorité dans une majorité de cantons. La première majorité populaire, nationale, sera difficile mais pas impossible à atteindre, puisque le sondage ne suggère qu'une majorité nationale rejetante de 51 %, avec seulement 9 % d'indécis, et que cette majorité ne tient qu'à un rejet à 59 % en Alémanie, contre une approbation à 55 % en Romandie et 53 % au Tessin. C'est sur cette (re)conquête d'une majorité populaire que va devoir s'atteler la campagne des partisans d'une proposition qui n'a rien d'excessif, et tout d'une bonne grosse vieille démarche social-démocrate, quoi qu'en dise le Conseiller fédéral socialiste qui combat au nom du gouvernement l'initiative de son propre parti...

Lire la suite

14:20 Publié dans Politique, Santé, médecine, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : assurance maladie, caisse unique, sécurité sociale, ps | |  Facebook | | | |

vendredi, 01 août 2014

Sur nos monts quand le soleil...

Lanceur_de_drapeau1.jpgOn fête quoi, le 1er août ?

Sur la prairie du Grütli, la Société Suisse d'Utilité Publique organise chaque année une cérémonie pour la Fête Nationale, faisant mine de croire qu'il s'y était passé quelque chose le 1er août 1291 et que ce quelque chose était l'acte de naissance de la Confédération suisse (pardon : de la Confédération Helvétique, puis tel est son nom officiel -en latin dans le texte- peu important qu'il n'y ait plus un Helvète vivant depuis un millénaire et demi sur le sol sacrée du Heimat). On sait bien que tout cela relève du mythe, fondateur non de la Suisse, et moins encore d'un Etat suisse (il faudra attendre 1798 pour qu'il en naisse un, à coups de pieds français dans le cul des cantons souverains), mais fondateur de la Suisse "moderne", née de la révolution radicale quarante-huitarde et de la défaite des conservateurs du Sonderbund. Mais après tout, il y a du mythe et de la réécriture de l'histoire dans tout discours patriotique et dans toute idéologie nationale, et un Guillaume Tell mythologique vaut bien un Vercingétorix réécrit par Cesar.. Reste qu'on ne sait pas très bien ce que l'on fête, en Suisse, chaque 1er août... et que sur la Prairie Sacrée du Grütli, on peut faire n'importe quoi : le salut nazi, par exemple, pour lequel, condamné par un tribunal uranais, un néonazi a été acquitté par le Tribunal fédéral, et sera même dédommagé...

Lire la suite

13:28 Publié dans Histoire, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

samedi, 19 juillet 2014

Les cocos ont volé le drapeau du pape...

Il y a trois semaines, le pape François portait plainte: «Les communistes nous ont volé notre drapeau, le drapeau de la pauvreté est chrétien»... Calme-toi mon François... D’abord, le drapeau des communistes (tant qu’ils ne sont pas au pouvoir) n’est pas le drapeau de la pauvreté, mais celui de la révolte contre la pauvreté. Et s’il est vrai que les chrétiens aiment les pauvres, l’objet de cet amour évangélique est plutôt les pauvres qui restent à leur place, les pauvres reconnaissants des aumônes – pas les pauvres qui s’insurgent.

Lire la suite

00:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |