lundi, 23 février 2015

Dernières nouvelles du front français : passer en force ou en intelligence ?

Pour sauver la « loi Macron », du nom du frétillant ministre social-libéral chargé par François Hollande et Manuel Valls de déréglementer l'économie française, et pour mettre au pas les « frondeurs » socialistes (qui, eux, se désignent comme des «résistants»), le gouvernement français a usé de l'arme parlementaire lourde : l'article 49.3 de la Constitution, qui permet de faire adopter un texte sans débat ni vote parlementaire, en engageant la responsabilité du gouvernement devant l'Assemblée nationale, méthode vilipendée par le PS... quand il est dans l'opposition.  Ce 19 février, le 49.3 a donc pour la première fois été utilisé afin de faire taire l'opposition interne à la majorité.  La droite à qui au fond la « Loi Macron » convient, y a mécaniquement répliqué par une motion de censure qui n'a obtenu que les voix de l'UMP, du « centre », des deux députés du Front National et de la majorité des élus du « Front de Gauche », les « frondeurs » du PS  ayant pour ce moment (« merci pour ce moment » leur a sans doute dit Hollande...) posé leurs frondes. Manuel Valls a donc réussi à passer en force, mais son gouvernement est plus affaibli et la gauche plus divisée après le vote de la loi qu'avant, la politique requerrant en effet d'autres talents que ceux d'un sergent-major. Pas que de la force : un peu d'intelligence, aussi. L'épreuve de la première a été faite, on attend le test de la seconde.

Lire la suite

16:30 Publié dans France, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ps, front républicain | |  Facebook | | | |

vendredi, 20 février 2015

Elections municipales genevoises : cette fois, c'est vraiment parti (de gauche) !

Pour de bon

Comme on vous a déjà annoncé au moins trois fois que les élections municipales genevoises, c'était parti, vous ne nous tiendrez pas rigueur de vous l'annoncer une quatrième fois. Parce que cette fois, c'est la bonne : c'est vraiment parti. Pour tout le monde : pour la gauche, pour la droite, pour chaque parti, pour chaque candidat-e. Les listes sont bouclées, rebouclées, vérifiées, enregistrées, les affiches commencent à apparaître, les appels au vote à se succéder... Reste à convaincre notre Souverain, le peuple, ce bon roi fainéant, de faire l'effort de voter. Parce que si accessoires, si périphériques, si subsidiaires qu'elles paraissent (à tort), les élections municipales ne sont pas insignifiantes -surtout en ce moment, où les grandes communes urbaines, à commencer (mais sans s'en contenter) par la Ville de Genève, sont le seul contrepoids institutionnel à un canton politiquement dominé par la droite (et son extrême), dans un rapport de force qui n'a jamais été au parlement cantonal aussi défavorable à la gauche qu'il l'est aujourd'hui. Il y a certes bien d'autres raisons de ne pas se désintéresser des élections municipales, et on se fera un plaisir de vous les donner, mais celle-là, celle du contrepoids, celle du rapport de force, celle de la résistance, nous paraît, hic et nunc, la plus déterminante. Pour de bon.

Lire la suite

14:44 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : élections municipales | |  Facebook | | | |

mercredi, 18 février 2015

Aujourd'hui, Journée d'action mondiale en défense du droit de grève

Le dernier des droits quand on a perdu tous les autres ?

A l'appel de la Confédération syndicale internationale, aujourd'hui est une une journée d’action mondiale en défense du droit de grève. Un droit si fondamental qu'il est le dernier des droits collectifs dont on puisse user pour résister lorsque tous les autres ont été abolis et qu'on ne s'est pas encore résolu à la lutte armée, et qu'il est aussi le premier que les dictatures abolissent et qu'en démocratie, les tentatives de le rogner, le conditionner, le soumettre à autorisation, le monnayer, même. Entre 17h et 18h, à l'appel de la Communauté genevoise d'action syndicale et du Cartel intersyndical du personnel de l'Etat, un rassemblement de défense du droit de grève se déroulera au Parc Saint-Jean, à côté du siège de la Fédération des entreprises romandes (un rassemblement avec le même objectif est organisé pour les salariés des organisations internationales, à midi, place des Nations). Les syndicats entendent ainsi protester contre les attaques au droit de grève perpétrées, localement, par le patronat genevois (et relayées par ses porte-flingues politiques habituels, ou plus récents, comme le MCG) et, internationalement, par les représentants du patronat (et de certains Etats) au sein de l'Organisation Internationale du Travail.    

Lire la suite

06:26 Publié dans Droits de l'Homme, Genève, Politique, syndicats | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grève, droit de grève, oit | |  Facebook | | | |

jeudi, 12 février 2015

On dirait qu'on serait pas en campagne électorale...

L'urne ou le hasard ?

On dirait qu'il n'y aurait pas d'élections dans notre coin, ce printemps et cet automne. On dirait qu'on n'y serait pas candidat et en campagne électorale. On dirait qu'on ne chercherait pas à défendre une majorité  ici, à la retrouver là. On dirait qu'on aurait pas des copains, et même des camarades, à faire réélire ou élire. On dirait qu'on n'aurait pas d'autre enjeu politique à relever que celui de se poser des questions sur la légitimité même du processus électoral. On dirait qu'on pourrait profiter lâchement des vacances scolaires, quand une bonne partie de nos camarades sont hors d'état de nous reprocher nos états d'âme, pour poser une question bête : quel est le mode le plus démocratique de désignation des représentants (pour autant qu'on ait besoin d'être représenté) et des gouvernants (pour autant qu'on souhaite être gouverné) ? L'élection ? certes non. Le tirage au sort ? Pourquoi pas... même si personne dans le "monde politique" existant n'a intérêt à ce qu'une telle procédure remplace celle de l'élection dont ce "monde politique" vit... Le hasard vaut bien l'urne... qui lui ressemble d'ailleurs plus qu'on croit

Lire la suite

17:23 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

mardi, 10 février 2015

Nouvelle loi cantonale genevoise sur la police : D'une votation à un plébiscite ?

Dans un bel exercice de cirage de pompes (cloutées), entamé par un vibrant «depuis l'arrivée de Pierre Maudet à la tête du Département de la sécurité (...) le taux de criminalité global a diminué à- Genève», « Tout l'immobilier » accorde deux pages, le 2 février, au Maudet en chef pour qu'il défende, sans contradicteur, la nouvelle loi cantonale sur la police approuvée par une majorité composite du parlement, et attaquée par deux référendums aux justifications contradictoires, l'un lancé par le MCG et l'autre lancé par «Ensemble à Gauche». Autrement dit, pour résumer : un référendum lancé par le parti de la police et un autre lancé par le parti des manifestants. On votera le 8 mars. Et nous qui étions plutôt enclins à voter « blanc », Pierre Maudet est en train de nous convaincre de voter « non », à force de réduire le vote à un plébiscite de sa personne, de sa politique et de celle de son compère du Parquet.

Lire la suite

15:56 Publié dans Genève, Politique, votations | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : police, maudet | |  Facebook | | | |

lundi, 09 février 2015

D'un 9 février l'autre : Vote, revote et dix de der ?

Il y a un an exactement que, par une toute petite majorité populaire et une majorité des cantons, le peuple-des-bergers-libres-sur-leur-terre acceptait une initiative populaire xénophobe contre « l'immigration de masse » instaurant des contingents et des plafonds d'immigration totalement contraires aux accords de « libre-circulation », ce qui plongeait la Suisse officielle dans des affres dont elle n'est pas près de sortir. Or le Conseil fédéral n'a toujours pas proposé de projet de loi d'application, les discussions avec l'Union Européenne tournent au dialogue de sourd puisque la « libre » circulation n'est, pour elle, pas négociable, et les forces politiques, sociales et économiques ont tant de projets d'application, de non-application et de contournement des dispositions de l'initiative que la seule hypothèse qui semble faire consensus est celle d'un nouveau vote, annulant ou confirmant celui de l'année dernière. Bref, on n'a pas fini de traîner le boulet du 9 février 2014.
    

Lire la suite

16:25 Publié dans Europe, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bilatérales, contingents | |  Facebook | | | |

vendredi, 06 février 2015

Mécénat, sponsoring, partenariat public-privé : Le MAH, Gandur, l'argent, son odeur et son usage...

De la rénovation et de l'extension du Musée d'Art et d'Histoire de Genève, on a déjà beaucoup parlé sous l'angle de la défense du patrimoine architectural, et un peu sous l'angle de son coût financier. On s'est ensuite interrogé sur le projet culturel et scientifique qu'il doit y avoir derrière le projet d'extension du MAH, et qui peut seul le justifier. Sur demande d'une motion présentée par l'Alternative au Conseil Municipal, le MAH et le Conseil Administratif se sont attelés à la conception de ce projet culturel, dont la commission des Arts & de la Culture du Conseil Municipal a reçu les premiers éléments, qu'elle a pu étudier et commencer à débattre (entre quelques interventions folkloriques ou procédurières du MCG, qu'un tel enjeu semble passionner à peu près autant que nous passionne le classement de la Challenge League de foot). Aujourd'hui, un autre enjeu, fait débat : l'enjeu éthique.

Lire la suite

16:00 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mah, gandur, fga | |  Facebook | | | |

jeudi, 05 février 2015

Elections municipales genevoises : c'est parti !

élections, Municipales, communes« Vive la Commune ! » (on ne s'en lasse pas...)

1716 candidates et candidats se présentent sur 170 listes pour l'élection, le 19 avril, des 924 conseillères et conseillers municipaux des 45 communes genevoises, et 224 pour l'élection des 137 membres des exécutifs communaux, le 10 mai.  Les mandats municipaux sont désormais de cinq ans, soit un de plus qu'auparavant, mais combien de temps les conseillères et conseillers municipaux resteront-ils et -elles en fonction ? Déjà, plus de la moitié (51,6 %) des élues et élus en 2011 ont démissionné de leur mandat en cours de route, ou n'ont pas accepté leur élection ou leur promotion comme « viennent-ensuite ». Autrement dit : la majorité des conseillères et conseillers municipaux genevois siègent actuellement sans avoir été élus, et un-e sur dix n'était même pas candidat-e... Et cela alors que le mandat durait un an de moins. Au terme de la prochaine « législature » municipale, ne restera-t-il plus en fonction qu'un tiers des élu-e-s d'avril prochain ? Accrochons-nous, et vive la Commune !

Lire la suite

17:42 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : élections, municipales, communes | |  Facebook | | | |

mercredi, 04 février 2015

La gauche, toute la gauche, et même au-delà, sous l'effet grec : Tous plus Syriza les uns que les autres !

Le triomphe de Syriza lors des législatives grecques n'a pas (encore) changé la politique européenne, s'il a déjà changé la politique grecque, mais il a généré, à gauche (mais pas seulement : même Marine Le Pen a embrayé...) une sorte d'euphorie si contagieuse que toutes ses composantes se sont mises à tenter de la récupérer à leur profit. C'est à qui serait le plus syriza-compatible : « Syriza, ici, c'est moi »... « non, c'est moi »... « pis d'abord, chuis plus syriza que toi »... « c'est même pas vrai, et de toute façon j'étais syriza avant toi »... Le PS en oublie la déculottée du Pasok, les communistes (et chez nous le Parti du Travail) la congélation du PC grec, la « gauche de la gauche » française (et genevoise) sa propre fragmentation et ses querelles de pouvoir et d'image...

Lire la suite

14:42 Publié dans Europe, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : syriza, tsipras, grèce, gauche | |  Facebook | | | |

lundi, 02 février 2015

Réforme de l'imposition des entreprises : Une réforme contre les villes

On ne peut pas à la fois se serrer la ceinture et baisser son froc.jpgLes gouvernements vaudois et genevois, s'autoproclamant porte-paroles d'une « métropole lémanique » dont ils tiennent les villes et leurs revendications  à l'écart -alors que si « métropole lémanique » il y a, elle est un réseau de villes, et pas l'addition de deux cantons (dont l'un, au surplus, est largement constitué d'un territoire jurassien et alpin, et d'une population qui serait fort surprise qu'on la qualifiât de « lémanique »...), sont montés au créneau pour réclamer (pour eux) une meilleure compensation des pertes fiscales qu'ils subiraient du fait de la réforme de l'imposition des entreprises, et en ont profité pour se caler sur la position du patronat (et des partis de droite) s'agissant du seul élément de la réforme fiscale qui ait quelqu effet positif sur les finances et les prestations publiques, l'introduction (pour amadouer la gauche) d'un impôt sur les gains en capital. Parce qu'augmenter un petit peu l'imposition des multinationales, on s'y résigne puisqu'on ne peut faire autrement, mais à condition de baisser beaucoup l'imposition des autres entreprises, de renoncer à imposer les gains en capital, et que les communes en général, et les villes en particulier, soient, importunes, tenues à l'écart du souk.

Lire la suite

16:25 Publié dans Fiscalité, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

mercredi, 28 janvier 2015

Journée d'action unitaire de la fonction publique genevoise, jeudi : Pas touche aux services publics !

Manif jeudi.jpgDemain, jeudi, sera une journée action unitaire et de grève de la fonction publique genevoise, avec une manifestation de soutien à la clef.  Le budget cantonal 2015 ayant été voté, l'action syndicale et politique ne consiste plus à tenter d'empêcher qu'il soit « antisocial », puisqu'il l'est, mais à tenter d'en réparer les béances et d'en limiter les dégâts, et à faire front contre les projets de loi que la droite, ultramajoritaire au parlement, a déposé ou va déposer, pour alourdir encore la facture sociale de sa propre politique d'« économies » sur le dos (si possible courbé) des plus faibles, dans le même temps que se déversent les cadeaux fiscaux dans les poches des plus forts. Dès lors, cette mobilisation ne doit pas être seulement celle des salariés de la fonction  publique, mais celle de la population au service de qui ces salariés travaillent. Car toucher aux services publics c'est toucher aux droits sociaux de toutes et tous. Qu'on se le dise et le manifeste, à 17 heures, jeudi, place Neuve : pas touche aux services publics !

Lire la suite

16:14 Publié dans Genève, Politique, syndicats | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fonction publique, services publics | |  Facebook | | | |

mardi, 27 janvier 2015

Syriza, l'éthique de vérité et l'éthique de responsabilité

Tsipras.jpgLe Risorgimento, et après ?


Ce qui s'est produit en Grèce, dimanche, n'est pas une révolution, mais une renaissance : celle de la démocratie, en tant qu'elle s'impose à l'économie et à ses maîtres. La tradition de gauche, en Grèce, est fort ancienne, et c'est l'électorat de gauche qui, désertant un Pasok effondré sur son dernier carré clientéliste, a fait la victoire de Syriza. Car Syriza, c'est toute la gauche, en Grèce, où le PS (PASOK) est en mort clinique (il l'a d'ailleurs bien méritée) et où le parti communiste est fossilisé dans le sectarisme stalinien (on comptera pour rien le nouveau parti de Papadopoulos III, d'une absolue insignifiance, en sus de ne rien avoir qui permette de le qualifier de parti de gauche). Désormais, Syriza gouverne (avec un petit parti de droite comme appoint) la Grèce. Et le 12 février, au Sommet européen, c'est Alexis Tsipras qui représentera son pays, et la volonté de plus de 36 % de ses électrices et électeurs : Syriza dépasse de près de dix points le parti historique de la droite démocratique, de plus de 30 points l'extrême-droite d'"Aube dorée" (devenue "crépuscule glauque"), et renvoie feu le parti socialiste (PASOK) dans les poubelles de l'histoire de ses propres reniements... La victoire historique de Syriza sonne comme une résurrection, non seulement de la gauche grecque, mais de la volonté de faire prévaloir les choix politiques sur la résignation aux dogmes économiques. Et c'est la suite qui va être passionnante : Le Risorgimento, certes, et après ?

Lire la suite

16:49 Publié dans Europe, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : grèce, tsipras, syriza, gauche | |  Facebook | | | |

lundi, 26 janvier 2015

022 Télégenève (Naxoo), un an après : Le "service au public" corseté par l'intérêt privé...

Comme on n'a pas encore cuvé l'ouzo de la victoire ingurgité hier soir, on  attendra demain et d'avoir les idées claires (déjà que Syriza n'a pas attendu qu'on décuite pour passer un accord avec la droite) pour vous parler de la Grèce. Aujourd'hui, on se replie sur une valeur genevoise sûre : Naxoo.
Une année après le refus, en votation populaire, de la proposition du Conseil Administratif et du Conseil Municipal de la Ville de Genève de vendre les actions détenues, en tant qu'actionnaire majoritaire, par la Ville de Genève dans le téléréseau 022-Télégenève (Naxoo pour les intimes), le Conseil Municipal se prononcera aujourd'hui sur le rapport de la commission des finances, chargée de traiter (ou de maltraiter) trois motions différentes, l'une (déposée avant la votation) du MCG, la deuxième du groupe "Ensemble à Gauche", la troisième du PLR et de l'UDC, portant sur à peu près tout ce qui, s'agissant de ce dossier, a précédé, accompagné et suivi la votation. La commission des Finances a mis quatre mois pour venir à bout de l'étude des motions et la majorité (MCG, UDC, PLR, PDC, EàG) de la commission en a tiré une proposition assez insignifiante faite au Conseil Municipal. Enfin, la semaine dernière, répondant indirectement à cette proposition, le Conseil Administratif a présenté un plan d'action pour développer les prestations de service public de la société, en proposant que tous les représentants de la Municipalité au sein du Conseil d'administration de Naxoo s'accordent sur des propositions, des stratégies et une "vision" communes. On s'accordera à considérer que c'est bien le moins qu'ils doivent faire, mais que peut faire réellement la Ville, actionnaire certes majoritaire de Naxoo, mais corseté par des contrats, une convention et des lois qui l'empêchent de mettre réellement cette société "au service du public" et la mettent au service de l'intérêt privé de l'actionnaire minoritaire ?

Lire la suite

15:29 Publié dans Genève, Médias, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : 022 télégenève, naxoo, upc cablecom | |  Facebook | | | |

vendredi, 23 janvier 2015

Election à l'escabeau du perchoir du Grand Conseil de Piogre : Au bal des faux-derches

Pina Bausch.jpgLe Grand Conseil genevois a renouvelé hier soir son bureau, au sein duquel tous les groupes parlementaires sont représentés, en s'arrangeant habituellement entre copains de chambrée pour y occuper à tout de rôle la présidence, les vice-présidences et les secrétariats. Seul candidat en lice pour la présidence, le député PLR Antoine Barde a été élu sans problème à la succession du socialiste Antoine Droin. Pour la première vice-présidence, le parlement cantonal avait le choix entre le chef de tribu MCG, Eric Stauffer, et un PDC, Jean-Marc Guinchard. C'est le PDC qui a été élu par 54 voix (très vraisemblablement celles de la gauche et du PDC, plus une partie du PLR) contre 44 (le MCG, l'UDC et l'autre partie du PLR). Du coup, vexé et furax, Gominator, qui estimait avoir « toutes les compétences pour diriger les débats » et affirmait sans rire que lesdites compétences «  ne sont pas contestées » dénonce en parlant de lui à la troisième personne « la basse manœuvre des partis qui veulent sanctionner Stauffer ». Et tout cela vous a plutôt un air de bal des faux derches chorégraphié par Pina Bausch que du  Bal du « Guépard » de Visconti...

Lire la suite

15:59 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mcg | |  Facebook | | | |

mercredi, 21 janvier 2015

Prestations sociales municipales : Egalisons par le haut, pas par le bas !

Politique sociale, aide sociale, pauvretéLors du récent débat budgétaire municipal, nous avons entendu des bancs de la droite une dénonciation de l'« inégalité » qu'introduirait, entre les habitants du canton, le fait que la Ville de Genève accorde aux siens des prestations que la plupart des autres communes n'accordent pas aux leurs (allocation de rentrée scolaire, aide sociale complémentaire aux allocations complémentaires cantonales, par exemple). Nous n'avons en revanche pas entendu formuler la proposition de contribuer si peu que ce soit à ce que ces prestations soient introduites dans les communes qui ne les accordent pas, mais seulement le dur désir d'en priver les habitants de la Ville. La Ville de Genève ne peut certes (et hélas) imposer à d'autres communes une élévation de leurs prestations sociales au niveau de celles de la Ville, mais puisqu'une majorité du Conseil municipal trouve cette inégalité inacceptable, et que nous espérons qu'une majorité considère que ce scandale ne réside pas dans le fait que les habitants de la Ville bénéficient d'un droit mais dans le fait que les habitants des autres communes n'en bénéficient pas, nous proposons que s'instaure une égalité des droits sociaux non par le bas, mais par le haut.        

Lire la suite

16:15 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique sociale, aide sociale, pauvreté | |  Facebook | | | |

vendredi, 09 janvier 2015

Syriza au pouvoir le 25 janvier ? Mauvaise Grèce

Toute la gauche de la gauche en Europe (y compris les gauches des partis socialistes et sociaux-démocrates) a les yeux rivés sur la Grèce : le soleil de la renaissance politique d'un mouvement de masse porteur d'un projet de rupture avec le capitalisme va-t-il se lever sur l'Olympe ? L'émergence de Syriza en Grèce ou de Podemos en Espagne présage-t-elle de lendemains qui chantent l'« Internationale » en culbutant d'un même coup de pied au cul l'Union Européenne, la zone euro et le FMI ? Hellas, trois fois Hellas : D'une part, Syriza ne peut guère arriver au pouvoir que dans le cadre d'une coalition; d'autre part, elle ne propose plus ni que la Grèce sorte de l'Union Européenne, ni qu'elle sorte de la zone Euro. Enfin, le programme de Syriza est un vrai programme... social-démocrate de gauche...  Un succès de la « gauche de la gauche » grecque ne sera donc pas le séisme politique que feignent de conjurer les hiérarques européens et les gouvernants actuels de la Grèce.  Pour autant, il témoignera de l'essentiel : d'un refus de la résignation, et de la possibilité de dire ce refus autrement qu'en basculant à l'extrême-droite...

Lire la suite

00:37 Publié dans Europe, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grèce, tsipras, syriza, gauche, ps | |  Facebook | | | |

lundi, 05 janvier 2015

2015, année politique... Des urnes et des burnes

2015 sera donc, nous annonce-t-on, une année « très politique » en nos contrées (et ailleurs). Forcément, on est d'accord, en mauvais lecteurs d'Aristote : politiques les années humaines le sont toutes, par nature humaine... Année politique, donc, et année d'élections, par conséquent. Mais seulement par conséquent : il n'y a pas que les élections, dans la vie politique. Alors, bien sûr que 2015 sera une année électorale, municipale et fédérale. Bien sûr qu'il va s'agir à Genève de maintenir et de renforcer les majorités de gauche en Ville et dans les villes, et en Suisse d'affaiblir la majorité de droite qui sévit au parlement et au gouvernement fédéraux. Mais les élections ne sont qu'une traduction -celle d'un rapport de forces sociales, qui, s'il aboutit dans les urnes, ne s'y construit pas. Parce qu'il se construit ailleurs, avant et autour. Et après. Au risque assumé (dans la honte) d'un machisme très ordinaire, on dira qu'avant et après les urnes, il y a les burnes. Celles qui sont supposées, métaphoriquement bien sûr, permettre d'accepter, voire de rechercher, le conflit, créateur de politique et dissolvant des connivences.

Lire la suite

15:26 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : élections | |  Facebook | | | |

lundi, 29 décembre 2014

MAIS QUE FAIT LA POLIS ?

On en a passé, des heures, avant noël, au Conseil Municipal et au Grand Conseil, à accoucher des budgets de la Ville et du Canton... A force, si on n'avait pas la conscience politique coulée dans les neurones et l'idéologie émulsionnée dans le sang, on en aurait presque oublié que si les parlements sont bien des lieux politiques, ils ne sont pas les seuls, qu'ils ne sont même que l'espace où se traduisent toutes les actions politiques menées ailleurs, et que ce qu'on y fait (et ce qu'on y dit, mais les parlements sont de ces lieux où "dire", c'est faire"...) ne remplace pas ce qu'on a à faire ailleurs.
Mais bon, c'est tout le même là que se prennent des décisions, et il n'est pas sans importance ni sans effet que les majorités qui font les votes, et les projets sur lesquels elles se prononcent, soient de gauche ou de droite.

Lire la suite

16:05 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : budgets publics, finances publiques, parlements | |  Facebook | | | |

lundi, 22 décembre 2014

Vote des budgets publics genevois : Comme ça, au moins, c'est clair...

chasses.jpgIl aura fallu, au Grand Conseil comme au Conseil Municipal, deux jours pour accoucher d'un budget. Avec des majorités inverses pour des budgets politiquement contradictoires -mais au moins, c'est clair : le budget cantonal genevois 2015 est un budget de droite, voté par la droite, contre la gauche (ce ne fut pourtant pas faute, pour le PS et les Verts, de tout tenter, même l'illusoire, pour le rendre acceptable, sans y parvenir -« il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre...»), et le budget municipal genevois 2015 est un budget de gauche, voté par la gauche contre la droite (quoi qu'il en soit du retournement de veste du MCG, sentant le vent venir et soucieux, au parlement municipal comme au parlement cantonal, de se retrouver du bon côté du vote, histoire sans doute de disputer, et de ravir, au PDC le titre envié de roi de la girouette politique). Evaporé, le « centre », dissout, le « ni gauche, ni droite » d'un MCG franchisé par les affairistes. Une gauche, une droite. Ne reste plus qu'à rassembler la première contre la seconde, dans les parlements, et hors des parlements.

Lire la suite

15:54 Publié dans austérité, syndicats, gauche, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : budgets publics | |  Facebook | | | |

mercredi, 17 décembre 2014

La « Charte des socialistes pour le progrès humain » : Un engagement ou un exorcisme ?

Les socialistes français ont adopté une nouvelle charte (la « Charte des socialistes pour le progrès humain ») pour rassembler les troupes après une succession de défaites électorales, rappeler ce qui constitue l'identité d'un parti socialiste après un « virage social-libéral » aux effets dissolvants, et  l'ancrer rhétoriquement à gauche après une série de décisions laissant planer un lourd doute sur la solidité de cet ancrage. « Ce n'est pas une révolution » programmatique, concède le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis. En effet. Même pas une réforme, d'ailleurs. Un exorcisme, ou une piqûre de rappel, tout au plus, dans la fesse (gauche) d'un malade à qui il faut proclamer que « socialistes, nous sommes fiers de nos valeurs » parce qu'il doute de leur respect par ceux qui ont pour fonction de les incarner, et dont l'un (Manuel Valls) proposait au PS de changer de nom pour n'être plus qu'une sorte de rassemblement « de toutes les forces progressistes » -ce à quoi Michel Rocard avait répondu que « changer le nom du PS, c'est le couper de son histoire ». Ce qui suggère tout de même que de son histoire, il ne s'est pas encore coupé.

Lire la suite

17:06 Publié dans France, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : ps, parti socialiste, socialisme | |  Facebook | | | |