Monde - Page 2

  • Jeûne Genevois en temps d'exils : Passer de l'affliction à la solidarité

    Imprimer

     

    asile, réfugiés, migrants

     

    Demain, jeudi, c'est le Jeûne Genevois. Un jour férié depuis 1966, célébré pour la première fois par les Genevois en octobre 1567 pour témoigner de leur affliction (et de leur solidarité avec les victimes) après un massacre de huguenots lyonnais, puis à nouveau, et pour les mêmes raisons et le même témoignage, le 3 septembre 1572, lorsque fut connu à Genève le massacre de la Saint-Barthélémy. Historiquement, ce jeûne est confessionnel -mais qui, aujourd'hui, dans feue la Rome Protestante, déguste sa tarte aux pruneaux par adhésion calviniste ? Le Jeûne était marque d'affliction et de solidarité ? Il peut l'être toujours -les raisons d'être affligés et les causes, et les gens, avec qui être solidaires ne manquent pas. Nous pouvons l'être avec ceux qui par centaines de milliers frappent aux portes de l'Europe quand ils y arrivent vivants. Cette élémentaire solidarité, on aura l'occasion de la manifester à Genève (la "Cité du Refuge", donc...)  le surlendemain du Jeûne : samedi, à 15 heures, dans le cadre d'une journée d'action internationale pour l'ouverture des frontières, pour une Europe disant "bienvenue" aux réfugiés. Les larmes devant la photo du petit cadavre d'Aylan, l'indignation à l'annonce de la découverte de 70 réfugiés morts étouffés dans un camion frigorifique, la consternation devant la récurrence des naufrages en Méditerranée, ne sont qu'impuissantes tant qu'on ne sera pas allé au-delà de l'émotion. Qu'on ne sera pas passé de l'affliction à la solidarité.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Immigration, Monde, Solidarité 0 commentaire
  • Quand la frontière tue

    Imprimer

    Quelle « liberté » de circulation ?
         
    La liberté de circulation, en Europe, aujourd'hui (et la Suisse est en Europe, quelque rêve qu'elle cultive de n'être nulle part), c'est un camion frigorifique hongrois immatriculé en Slovaquie (ou l'inverse), conduit par un chauffeur roumain, et qu'on retrouve en Autriche contenant les cadavres de septante immigrants syriens (hommes, femmes, enfants)... C'est l'effet magique de la « forteresse Europe » et de la multiplication des restrictions à l'immigration « non-européenne » : elles ne réduisent pas cette immigration mais tuent, massivement, des immigrants sur les routes, dans les déserts, dans la mer. Or nous préférerons toujours des immigrants légaux à des immigrants illégaux. Et des immigrants illégaux vivants à des immigrants illégaux morts.


    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Europe, Immigration, Monde 0 commentaire
  • 6-10 juillet 2015, Genève : SEMAINE DE MOBILISATION CONTRE LES SOCIÉTÉS TRANSNATIONALES

    Imprimer

    Stop Tisa.jpgDes dizaines de délégués de mouvements sociaux, d'organisations paysannes, de syndicats et de communautés en résistance convergent vers Genève pour défendre la nécessité d'un nouveau traité international contraignant pour mettre fin à l'impunité des violations de droits humains commises par les sociétés transnationales et faire entendre leurs propositions par rapport à son contenu lors de la première réunion du groupe de travail intergouvernemental du Conseil des droits de l'homme créé à cet effet.
    Or au même moment se tient à la Mission d'Australie un nouveau round de négociations de l'Accord sur le commerce des services (TiSA) qui menace de provoquer une nouvelle vague de dérégulation, de libéralisation et de privatisation, notamment dans les services publics, et d'étendre encore l'emprise des entreprises transnationales sur notre société.
    Il est temps que cela cesse!
    Mobilisons-nous maintenant contre TISA et l'impunité des sociétés transnationales!

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Economie, Monde 0 commentaire
  • Initiative populaire fédérale « pour des multinationales responsables » : Pour que la Suisse assume son poids dans l'économie mondialisée

    Imprimer

    Des enfants, par centaines de milliers selon Amnesty International, exploités dans les plantations de cacao dont la production est achetée par les industriels suisses du chocolat, des conditions de travail s'apparentant au mieux au servage, au pire à l'esclavage, dans les usines textiles asiatiques qui approvisionnent les grands distributeurs suisses, l'extraction ravageuse pour l'environnement de matières premières utilisées par des multinationales dont le siège, le capital (ou les deux) sont suisses : notre pays et ses entreprises sont loin d'être innocents des désastres sociaux et écologiques, des violations des droits fondamentaux et de la surexploitation du travail humain dans le monde. Après une pétition signée par 135'000 personnes, une initiative populaire fédérale a été lancée il y a deux mois pour rendre les multinationales « suisses » responsables de leurs actes, et la Suisse responsable de « ses » multinationales : il s'agit de faire assumer par la Suisse son poids dans l'économie mondialisée.
    On ne saurait trop vous inciter à signer cette initiative : on peut en obtenir les feuilles de signatures en les téléchargeant depuis http://konzern-initiative.ch/

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Economie, Monde, Politique, Suisse 2 commentaires
  • Une menace pour la démocratie et les services publics : Les enjeux de l’accord TISA

    Imprimer

    mondialisation, libre-échange, TISADes négociations à huis clos entre une cinquantaine de pays dont les USA, les 28 Etats membres de l'Union Européenne... et la Suisse, se déroulent à Genève, pour conclure un accord sur « le commerce des services », plus connu sous l’acronyme anglo-saxon (forcément) « TISA ». Les termes mêmes qui dénomment cet accord en disent l'enjeu : «commercialiser» les services publics, procéder à leur privatisation massive dans tous les domaines et faciliter les échanges commerciaux entre l’Europe et les États-Unis. Le secret dont s'entourent ces négociations, secret parfois rompu par la publication de documents comme ceux que « Wikileaks » a divulgué cette semaine, est aussi une mesure de leur importance : celle d'une attaque généralisée contre le service public, mais aussi contre les droits démocratiques : les accords envisagés obligeraient les Etats signataires à s’engager dans une politique économique dont le cours ne pourrait plus ensuite être infléchi, et qui sers contrôlé par des tribunaux arbitraux privés aux ordres d'intérêts privés. Tiens, d'ailleurs, c'est curieux : on entend peu à ce sujet les habituels contempteurs des «juges étrangers»...

    Le mensuel socialiste indépendant « Pages de gauche » organise Jeudi 11 juin 2015 à 19h00 au Café Gavroche (Bd James-Fazy) un débat public (suivi d'un apéro, y'a pas de raison de se laisser aller) sur «TISA», sur ses conséquences concrètes en Suisse, sur la résistance à ce danger. 

    Lire la suite

  • Massacre djihadiste à Tunis : Hiver arabe

    Imprimer

    A Tunis, hier, la fusillade d'un groupe de touristes par des djihadistes frustrée de ne pouvoir entrer au parlement pour y commettre un massacre, et se consolant en en commettant un autre devant le musée voisin du Bardo, a fait une vingtaine de morts, en sus des djihadistes qui s'en étaient rendus coupables, abattus par les forces de sécurité. Le "printemps arabe" avait fait tomber les dictateurs d'Afrique du nord : Ben Ali en Tunisie, d'abord, Moubarak en Egypte, ensuite, Kadhafi en Libye, enfin. Sur les décombres de leurs régimes, la démocratie (ou à tout le moins un sérieux engagement dans un processus démocratique) n'avait pu prévaloir qu'en Tunisie : en Egypte, les Frères Musulmans avaient pour un mtemps pris ou récupéré, le pouvoir, que l'armée leur a repris ensuite. En Libye, rien n'a émergé de l« » n sordide du clan Kadhafi qu'une guerre de clans, de tribus, de groupes armés. Et les djihadistes, ralliés pou les uns à la Qaeda et pour les autres à l'"Etat islamique", se sont installés dans les trous noirs de transitions chaotiques, dont la principale puissance (politique, économique et militaire) régionale, l'Algérie, ne se préserve (mais après avoir avant les autres vécu l'expérience d'une "décennie noire" d'affrontements dont on ne sait même pas s'ils ont fait 150'000 ou 200'000 morts) qu'en ayant mis son régime et son président sous perfusion, pour que rien ne change.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde 4 commentaires
  • Netanyahou fait campagne électorale à Washington

    Imprimer

    Bétonner l'impasse

    Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, est allé parader à Washington, devant un public (la droite du congrès américain) aussi acquis à sa cause qu'il l'est à la sienne. Pour parler de quoi ? de la paix, du dialogue avec les Palestiniens, de la pauvreté qui touche une partie toujours plus importante de la population israélienne, de l'isolement d'Israël sur la "scène internationale", de l'échec de l'offensive sur Gaza ? Non : de l'Iran et de son programme nucléaire. Parce que Netanyahou n'a rien à dire aux Israéliens, ni à qui que ce soit d'autre, que cela. Pas d'autre programme que celui qui a conduit le pays qu'il gouverne dans une impasse qu'il veut encore bétonner. Pas d'autre ambition qu'en rester le Premier Ministre. Netanyahou fait campagne à Washington devant la droite du Congrès américain, Avraham Burg, ancien président du Parlement israélien, homme de gauche et leader pacifiste, remet les pendules à l'heure à Genève, à la faveur du Festival du film et forum international des droits humains : vous pourrez le rencontrer ce soir, mercredi, à 20 heures à Unimail (salle M130), à l'initiative du Cercle Martin Buber (http://www.cerclemartinbuber.ch/
    ). Après quoi, si vous le voyez projeté quelque part, ne manquez pas le beau film d'Amos Gitai. Et lisez Mahmoud Darwich. Et écoutez le Diwan de Daniel Barenboim jouer Beethoven.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde 3 commentaires
  • ça recommence ? Non, ça continue. Même réponse, donc : Jeg er Dansk !

    Imprimer

    Mêmes genre de cibles, mêmes méthodes, sans doute même identité du djihadisme moderne (car il l'est, moderne, cet archaïsme) et du vieil antisémitisme : dans l'attaque par un homme isolé, à Copenhague, d'un centre culturel danois où se tenait un débat sur la liberté d'expression, avec notamment le dessinateur suédois Lars Vilks, l'ambassadeur de France, une représentante des Femen, puis d'une synagogue, le réalisateur danois Finn Nørgaard a été tué dans l'attaque du centre culturel, et un garde de la synagogue dans l'attaque de celle-ci, puis l'auteur des deux attaques a été abattu devant son domicile par la police. Netanyahou en a évidemment profité pour reprendre son refrain appelant les juifs d'Europe à "rejoindre" Israël, comme on les appelait naguère à rejoindre le ghetto, pour leur sécurité : « Nous disons aux juifs, à nos frères et à nos sœurs : Israël est votre maison ».  Il avait déjà lancé cet appel après les attentats de Paris au début de janvier contre la rédaction de Charlie Hebdo et une supérette casher. Le rabbin Jair Melchior, plus haute autorité de la communauté juive danoise, a répondu comme il convenait à Netanyahou : « Si notre façon d'affronter la terreur est de nous enfuir quelque part, alors nous devrions tous partir sur une île déserte », a-t-il noté. Et cette réponse ne vaut pas que pour les juifs (danois ou non), elle vaut pour tous ceux que la connerie intégriste cible...

    Rendez vous cet après-midi à 15heures 30 devant le Consulat du Danemark à Carouge et ce soir à 19:00 à Uni Mail,  hommage sera rendu aux victimes de la tuerie de Copenhague.

    Lire la suite

  • Migrations : de « Mare Nostrum » à « Triton »...

    Imprimer

    harragas.jpgditerranée : tombeau ou barrière ?

    Depuis novembre, une nouvelle opération, « Triton » a été lancée en Méditerranée pour tenter (sans y parvenir) de contrôler la migration massive partant d'Afrique du nord et du Moyen et Proche Orient pour l'Europe. Confiée à « Frontex » l'agence européenne de surveillance des glacis de la «forteresse Europe», « Triton » remplace « Mare Nostrum », opération purement italienne qui avait permis de récupérer en mer plus de 150'000 migrants. «Triton» n'est pas ce qu'était « Mare Nostrum », une opération humanitaire de sauvetage des migrants en perdition dans le grand cimetière marin ou des milliers d'entre eux ont déjà sombré, « Triton » est une opération de surveillance des frontières : 20, pays y participent, mais les fonds qui lui sont alloués sont trois fois moins importants, le personnel qui lui est affecté quinze fois moins nombreux et elle mobilise deux fois moins de navires que « Mare Nostrum » par l'Italie seule. Il est vrai qu'il ne s'agit que d'immigrants. D'une quantité négligeable, donc. Du moins quand ils ont le bon goût de se noyer : quand ils atteignent les côtes européennes, ils ne sont plus négligeables, ils sont importuns. Comme si la Méditerranée ne pouvait être être pour les migrants qu'un tombeau ou une barrière. Ou l'un et l'autre.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Immigration, Italie, Monde, Solidarité 1 commentaire
  • Reconnaissances européennes de l'Etat palestinien : A quand un geste de la Suisse ?

    Imprimer

    A une très large majorité (toute la gauche), le Parlement français a adopté mardi une résolution socialiste (certes non contraignante) enjoignant au gouvernement de reconnaître officiellement l'Etat Palestinien. En octobre, le Parlement britannique avait déjà fait de même, et le gouvernement (social-démocrate) suédois avait même procédé à cette reconnaissance officielle, la Suède étant le premier pays d'Europe occidentale (et le 135ème au monde) à le faire. "Les conditions de la reconnaissance d'un Etat palestinien ne sont pas réunies, plaident les adversaires de cette reconnaissance. Ces conditions étaient-elles mieux réunies lors de la reconnaissance de l'Etat d'Israël, en 1948 ? Avait-on attendu "la paix" pour le reconnaître ? Contrôlait-il la totalité de son territoire ? Les Etats qui reconnurent alors Israël étaient alors bien moins sourcilleux sur les conditions de cette reconnaissance (il est vrai que nombreux étaient ceux qui avaient à faire oublier leur indifférence, voire leur complicité, à la Shoah) que certains aujourd'hui à l'égard de celle d'un Etat Palestinien. Cet Etat palestinien que  135 Etats reconnaissent aujourd'hui, comme la plupart d'entre eux reconnaissent aussi l'Etat d'Israël. La Suisse n'est pas de ces 135 Etats. Peut-elle différer encore longtemps de s'y adjoindre ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde, Politique 4 commentaires
  • Offensive djihadiste contre les Kurdes de Syrie (et d'Irak) : Daech, sous-traitant d'Ankara ?

    Imprimer

    1944 : dans Varsovie insurgée, la résistance polonaise lutte contre les nazis. Elle sera écrasée, et la ville ravagée, à portée de canons de l'Armée Rouge, qui en intervenant aurait pu repousser les Allemands et libérer la ville avant le massacre de la résistance par les troupes du IIIe Reich. Elle n'est pas intervenue. Elle a laissé faire le massacre. L'ordre lui était donné : laissons les Allemands nous débarrasser de la Résistance nationaliste polonaise. Une fois cela  fait, et les Allemands partis, l'Armée Rouge entre dans la ville. Les nazis ont fait le boulot.
    2014 : en Syrie, la résistance kurde lutte contre les djihadistes de l'«Etat islamique» (Daech). A Kobané, les combats font rage entre des milices kurdes sous-équipées et des djihadistes sur-équipés, que les « frappes » aériennes d'une coalition dominée par les USA n'empêchent pas de progresser. A portée de voix, l'armée turque stationne et laisse faire, pendant que la police turque réprime dans le sang la révolte des Kurdes de Turquie venus soutenir leurs frères de Syrie.  L'ordre a-t-il été donné à l'armée turque de laisser les djihadistes liquider les Kurdes ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde, Résistance, Solidarité 2 commentaires
  • Qui a peur des BRICS ? Un contre-pouvoir au capitalisme international, vraiment ?

    Imprimer

    En juillet dernier, les BRICS (Brésil+Russie+Inde+Chine+Afrique du Sud) ont créé, au Brésil, une « nouvelle banque de développement » (la NDB dans son sigle anglais), au capital de 50 milliards de dollars qu'elle distribuera sous forme de prêts, et dont le but est de « mobiliser des ressources pour le financement d'infrastructures et de projets de développement durable », dans les cinq pays et d'autres «pays émergents». Parallèlement à la création de cette banque, où les BRICS sont tous représentés de manière égale, indépendamment de leur apport financier, ils se sont dotés d'un fonds de réserve d'urgence de 100 milliards de dollars (dont 41 assurés par la Chine). Est-ce suffisant pour faire réellement contrepoids aux « institutions de Bretton Woods », le FMI et la Banque Mondiale, dominées par les « Occidentaux » ? Sans doute pas.      

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Economie, Monde 0 commentaire
  • Entre Hamas et Tsahal : Gaza dans les mâchoires d'un piège

    Imprimer

    Il a plu pendant sur Gaza, cet été. Et il pleut toujours. Une pluie de feu. Destinée, selon le faiseur de pluie, à "ramener la sécurité pour les citoyens d'Israël", alors que lui-même admet qu'il est illusoire d'en attendre qu'elle détruise ce qu'il disait viser. En 2009, une opération comparable lancée, sous le nom éloquent de "plomb durci", contre Gaza par le gouvernement israélien avait déjà fait 1300 morts. Pour quel résultat ? L'impérieuse nécessité de la rééditer en la rebaptisant "bordure protectrice" et d'en dépasser le bilan pour montrer qu'on est les plus forts ? Entre Hamas et Tsahal, Gaza est entre les mâchoires d'un piège... Le Premier ministre d'Israël n'entend pas s'en tenir aux plus de 2000 morts palestiniens de juillet et d'août, et déclarait : "Nous sommes prêts à un élargissement substantiel de notre intervention terrestre"... à quoi se mesure au juste la substance de cette intervention ? A l'écart entre le nombre des morts chez les uns et le nombre de morts chez les autres ? Le 5 août, on en était déjà à 1900 morts côté palestinien (dont plus de trois quarts de civils selon l'ONU) et 67 côté israélien (dont trois civils)... Et la solidarité avec les Palestiniens (1), a-t-elle pour objectif de réduire l'écart en augmentant le nombre des morts israéliens et d'entre eux la proportion de civils ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde, Solidarité 0 commentaire
  • Sanctification internationale de Nelson Mandela : L'homme debout et son icône

    Imprimer

    Mandela.jpgPlus de cent chefs d'Etat et de gouvernement ont assisté mardi à la cérémonie publique de sanctification de Nelson Mandela. D'entre cette centaine de souverains, présidents, premiers ministres, notre président à nous, Ueli Maurer, dont le mentor, Christoph Blocher, avait trouvé le moyen, quelques jours auparavant, de tenter une réhabilitation du régime d'apartheid que Mandela passa sa vie à combattre, en liberté ou en prison. Grâce soit finalement rendue à la franchise, au cynisme ou au gâtisme de Blocher : lui au moins n'aura pas sacrifié à l'hypocrisie ambiante. Or donc, on a honoré en Mandela un « géant de l'histoire » (ce qu'il fut), « l'un des plus grands leaders de notre temps » (ce qu'il fut aussi), une « icône mondiale » (ce à quoi il ne saurait être réduit sans que son action soit dévaluée). Sanctifier un homme, c'est le désarmer : Mandela fut un révolutionnaire. Pas une icône, et en faire une icône, c'est sans doute le trahir plus sûrement qu'on le fit en l'emprisonnant.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde, Politique 2 commentaires
  • L'Egypte, entre révolution et putsch : L'alternative syndicale

    Imprimer

    Alors qu'ils furent l'un des moteurs de la révolution qui mit fin au régime de Moubarak, puis de l'opposition à la récupération islamiste de cette révolution, les syndicats indépendants du pouvoir comme de la mosquée restent interdits en Egypte -mais un centre syndical indépendant, le CTUWS, existe néanmoins, qui lutte précisément pour les libertés syndicales l'indépendance des syndicats, les libertés d'information et de mouvement, et le renforcement de la place des femmes dans le mouvement syndical. Le  renforcement des syndicats indépendants étant un élément décisif de la transformation politique et sociale démocratique de l'Egypte, le Solifonds soutient la campagne du CTUWS :
    SOLIFONDS, mail@solifonds.ch, www.solifonds.ch

    Compte postal 80-7761-7

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde, Solidarité, syndicats 0 commentaire
  • Jean Ziegler : Une candidature "provocatrice" ?

    Imprimer

    Faire braire et laisser braire...

    A 80 berges, Jean Ziegler fait encore braire la droite : la Suisse propose sa candidature comme membre du comité consultatif du Conseil des droits de l'homme? Sans coup férir, une ONG (enfin, admettons...) très proche de la droite israélienne, "UN Watch", dénonce un "scandale", accuse Jeannot d'avoir été l'un des "principaux soutiens de Mouammar Kadhafi" (c'est Poncet qui va être jaloux...), d'avoir soutenu des dictateurs "comme Fidel Castro ou Hugo Chavez" (Chavez, dictateur ? il avait bien d'autres défauts, et sa politique aussi, mais sous sa présidence, le Venezuela n'a jamais abandonné la démocratie -ce sont ses adversaires, en revanche, qui ont tenté de le renverser par un putsch...). Et l'inévitable libéral genevois Pierre Weiss, de faire chorus (en duo avec son compère Christhihan Lüscher): le soutien de la Suisse à "cette candidature est une provocation". Didier Burkhalter en provocateur ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Droits de l'Homme, Genève, Monde, Politique, Suisse 1 commentaire
  • « Partant pour la Syrie »... Frapper qui, pourquoi ?

    Imprimer

    Les Etats-Unis, la France, et les Etats arabes alliés commanditaires des opposants islamistes à Assad, sont prêts, ou le disent, à « intervenir » dans le conflit syrien -c'est-à-dire entrer en guerre (certains y étant déjà, indirectement, en armant les insurgés) contre le régime syrien,  après le massacre aux gaz de plus de 1400 personnes, dont plus de 400 enfants. Quelques questions de détail restent cependant encore sans réponse crédible. Faire la guerre à qui ? au profit de qui ? Et pourquoi?  Parce qu'on a dit qu'on allait le faire et qu'on ne peut plus se dédire sans passer pour des lavettes ? Faire la guerre pour assurer « la crédibilité de nos intérêts » (John Kerry), prouver qu'on est le « leader du monde » (Barack Obama) -bref, montrer qu'on en a dans le calebar ? C'est ainsi que l'armée française, partie en 1870 la fleur au fusil punir les Prussiens en chantant « partant pour la Syrie » (http://www.youtube.com/watch?v=QxGpmNqlX68) s'est retrouvée à Sedan. Ou aux Verrières.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Droits de l'Homme, Monde 0 commentaire
  • Le Brésil dans la rue : Le foot ou la vie ?

    Imprimer

    Se révolte-t-on pour 12 centimes d'augmentation du prix du ticket de bus ? Oui, au Brésil, quand le salaire minimum est de 340 francs, que les transports publics ont été privatisés, qu'ils sont inefficaces et que 14 milliards de francs vont être claqués dans l'organisation et les infrastructures nécessaires au « Mundial 2014 » de foot. Quant à la coupole internationale du foot-pognon, la FIFA, par la voix du parrain Sepp Blatter, elle a, en termes à peine plus polis que ceux dont nous userons pour résumer sa position, qu'elle n'en avait rien à foot des protestations populaires brésiliennes : « le football est plus fort que l'insatisfaction des gens ».  Dire que cette position nous surprend serait excéder le niveau admissible d'hypocrisie seyant à une publication comme cette lettre... Et croire qu'elle convainquera les Brésiliens « d'en bas », si fans de foot soient-ils, pourrait bien ne relever que d'un absolu j'm'enfoutisme : gueulez tant que vous voulez, notre grand messe se fera et les milliards qu'elle vous coûte, vous les paierez ! D'ailleurs, vous les payez déjà...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde, Sports 1 commentaire
  • Maghreb : Pas de « printemps » social

    Imprimer

    Pour le droit d'avoir des droits

    En 2011, les peuples « arabes » (et berbères...) se soulevaient contre les régimes qu'ils subissaient depuis des décennies. En Afrique du nord, plusieurs de ces régimes sont tombés : le Tunisien, l'Egyptien, le Lybien. D'autres sont toujours en place : le Marocain, l'Algérien, le Mauritanien. Mais dans les pays dont les régimes se sont maintenus comme dans ceux dont les régimes sont tombés et ont été remplacés, une fois les révolutions populaires du printemps confisquées, la misère, le chômage, la précarité sont restées -et les politiques d'« ajustement structurel » imposées par les coupoles financières internationales n'ont rien fait pour améliorer les choses : le chômage a crû de manière constante, la majorité des jeunes arrivant sur le « marché de l'emploi » sont condamnés à travailler dans le secteur « informel » pour des salaires de misère et sans aucune protection sociale. Des régimes sont tombés, reste une revendication : celle du droit d'avoir des droits.

    Lire la suite

  • La Corée du Nord : qu'en faire ?

    Imprimer

    Kim et châtiment

    La Corée du nord a dénoncé l'armistice, vieux de 60 ans, avec la Corée du sud et a multiplié les gesticulations et les déclarations belliqueuses...  mais l'armée « populaire » n'a pas été totalement mobilisée... Pourquoi cette démonstration, plus d'agitation que de force, et qui ne semble pas émouvoir plus que de raison  la Corée du sud ? A usage interne, pour asseoir l'autorité de Kim-Jong-Un (comme par les mêmes moyens celle de son père, Kim Jong Il, et,  par une guerre, celle de son grand père, Kim Il Sung) ? Ou pour asseoir l'autorité de l'armée sur le parti et son chef ? Ou à usage externe, pour s'assurer du soutien de la Chine et faire monter les enchères lors de négociations ultérieures ? Peu importent, après tout, les déraisons des postures nord-coréennes : la question qui se pose face au régime de Pyongyang est toujours la même : comment s'en débarrasser sans guerre, ni embargo, châtiments dont seul le peuple nord-coréen a été, est et serait encore la victime  ?

    Lire la suite