Histoire - Page 4

  • La Pierre et le Vent, 13 août, de lui

    Imprimer

    Netchaev.jpgLes autres, tous les autres, me sont-ils de trop ? Il me semble, parfois, en effet... Mais je ne suis plus si sûr que vous en soyez, vous, de ces "autres", de ce "trop", de cette partie de moi dont je ne veux pas parce qu'elle m'entrave, qu'elle est faite de ces mêmes sentiments qui font de vous des meurtriers trop délicats pour être des terroristes...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent, 11 août, d'elle

    Imprimer

    terrorismeTe souviens-tu (tu étais, je crois, déjà en prison) de ce ministre que nous avions tenté d’assassiner, que nous avions manqué, et qui pourtant put dire de nous, ensuite, que nous étions le meilleur de ce peuple ? Si même nos ennemis nous louent, et même après nous avoir échappé, ne serait-ce pas que nous valons quelque chose ? A moins que les louanges de nos ennemis ne soient, pour toi, que les pires des insultes… Mais si nous valons quelque chose, sans prétendre tout valoir et en déduire que les autres ne valent rien, c’est bien que tu t’es trompé, et lourdement, avec ton « tout ou rien »…

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent, 9 août, de lui

    Imprimer

    Netchaev.jpgLe peuple, quel peuple ? Je le connais, le peuple. J’en suis, du peuple. Et de tout en bas, du peuple, du tout bas-peuple… Et toi, qu’en connais-tu ? Il est primitif, le peuple. Ignorant. Infantile. Et méchant. Il faut le guider, l’encadrer, le mâter, le mettre sous tutelle, lui dire ce qu’il faut faire, ce qu’il faut penser, ce qu’il faut croire, comment se conduire, où aller… Les popes et les curés l’ont bien compris, eux… sauf que nous, là où nous voulons le conduire, c’est là d’où ils veulent l’écarter. Parce qu’une fois conduit, il faut le lâcher, le peuple, le laisser passer, comme une tempête. Le laisser tout brûler. Même pas tout voler, non : tout détruire. C'est cela, ce que je veux. Toi, tu veux tout changer, mais comment tout changer sans tout détruire, d’abord ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent, 7 août, d'elle

    Imprimer

    Zassoulitch.jpgTu es donc toujours aussi "infiniment outrecuidant et despotique", la prison ne t’a donc pas changé. Ou t’a-t-elle encore endurci, comme un fer que l’on martèle ? Nous reconnaissons en toi ce qu’il nous arrive de vouloir être, et à quoi nous ne renonçons que pour ne pas renoncer à ce que nous sommes… et que tu n’aimes pas...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent, 5 août, de lui

    Imprimer

    Netchaev.jpgNous avons tous les droits, parce que nous en acceptons le prix. Un vieux Romain déjà le disait, avant de se suicider sur ordre de son tyran à lui : celui qui méprise sa vie est maître de la vie des autres. Mais l’inverse serait une ignominie. Mépriser sa propre vie est la condition pour pouvoir attenter à celle de l’autre, même si l’autre est le tyran et que nous pourrions nous dire qu’après tout, tuer un tyran ce n’est pas tuer un homme, c’est tuer la tyrannie, et que nous n’avons rien à payer pour cela, qui devrait au contraire nous être récompensé. Non : c’est parce que nous sommes prêts à mourir que nous nous donnons le droit de tuer. Vous êtes prêts à mourir, je le sais. Vous pouvez donc sans déchoir à vos propres yeux vous accorder le droit de tuer le Maître. Quant à moi, puisqu’ici je meurs, même à plus petit feu que vos camarades, j’ai ce même droit. Je me l’accorde. Et vous m’accordez même au surplus celui de choisir entre ma libération et votre tyrannicide. Grand merci de cet honneur…

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent, 3 août, d'elle

    Imprimer

    Zassoulitch.jpgNous veillons, oui, mais pas ensemble : notre veille à nous est faite d’actions, présentes ou à venir. La tienne est-elle autre qu’une longue insomnie ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent, 29 juillet, de lui

    Imprimer

    Netchaev.jpgDes mots, des mots... tu me parles de liberté, sachant où je suis ? Mais peu importe, après tout : je te le redis, je suis plus libre ici que bien des vôtres là où ils sont...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent, 27 juillet, d'elle

    Imprimer

    révolutionOn les examinera, les « comment ». Nous te soumettrons nos plans, en détail, lorsque nous les aurons parfaits. Nous savons comment faire, si nous ne savons pas encore, de deux choses que nous pouvons faire, laquelle nous choisirons. Ou plutôt : laquelle TU choisiras. C'est là que le « pourquoi » nous importe. Parce que c'est cela qui te feras choisir. Nous te connaissons mieux que tu ne crois.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent, 26 juillet, de lui

    Imprimer

    Netchaev.jpgLe Vieux, oui... au début, il me soutenait... je crois même qu'il m'admirait... et puis, je lui ai fait peur... Parce que moi, je voulais aller jusqu'au bout... lui, il était comme toi, il se laissait guider par son coeur, il n'avait pas assez de haine... peut-être en ai-je de trop, mais c'est elle qui me tient debout...


    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • Le pierre et le vent, 24 juillet, d'elle

    Imprimer

    Zassoulitch.jpgJ'ai tardé à te répondre, ne t'en inquiète pas. Ce qui nous tenait était exigeant, mais nous ne renonçons à aucun de nos projets : ni de le tuer, ni de te libérer. Et c'est toujours à toi de choisir l'un ou l'autre. Et puisqu'à ta manière, tu es hégélien, dis-toi que c'est le vainqueur qui a raison. Moi, je préfère les vaincus, puisque c'est pour eux que je me bat, mais en cela aussi nous différons...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent, 15 juillet, de lui

    Imprimer

    Netchaev.jpgAlors quoi ? J'en suis toujours au même point d'interrogation...

     

    Me faire sortir, il faut que cela en vaille la peine, sinon, autant rester là où je suis. Non que j'y sois bien -mais où pourrais-je être « bien » ?

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent, 12 juillet, d'elle

    Imprimer

    Zassoulitch.jpg

    Je te l'ai dit : nous avons besoin de toi. Et donc, nous t'acceptons tel que tu es, même si nous te voudrions autre.

    Nous n'aimons pas ce que tu es, nous n'approuvons pas ce que tu dis, nous n'oublions pas ce que tu as fait, et ne le passons pas par pertes et profits.

    Mais nous ne voyons que toi pour nous aider à faire ce que nous voulons faire.

    Alors ?

    V.

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent, 9 juillet, de lui

    Imprimer

    Netchaev.jpgA mon tour de te répondre « peu importe » ! Peu importe ce que je pense de moi. Nous ne sommes pas dans un dialogue de roman. Nous ne sommes pas des personnages de Tchekov. De Dostoïevski, peut-être. Mais celui des Démons.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent, 6 juillet, d'elle

    Imprimer

    Zassoulitch.jpgIl est vrai, nous fûmes soulagés d'apprendre ta fuite, après le meurtre du frère. Ton acte était odieux, et il nous était pesant. Mais le temps a passé : le temps de ton exil, de ton arrestation, de ta livraison, fers aux pieds, à nos maîtres, le temps de ton enterrement vivant... Si nous étions encore chrétiens, puisque nous le fûmes, dans une autre vie, un autre monde, nous dirions que tu a expié.

    Peu importe aujourd'hui ce que tu as fait : c'est ce que tu peux encore faire qui importe.

    Peu importe ce que tu étais, c'est ce que tu peux être demain qui importe. Et ce que nous pouvons t'aider à être.

    Te satisfais-tu donc de ce que tu as fait de toi, et de ce que nos ennemis en ont parfait ? D'être une ombre dans un trou ?

    Choisis...

    V.

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent, 5 juillet, de lui

    Imprimer

    Netchaev.jpgMe civiliser ? Vous aider ? Avez-vous oublié mes hauts faits, que vous semblez tant attendre de moi ? Je vous les rappelle...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent, 4 juillet, d'elle

    Imprimer

    Zassoulitch.jpgPassons-nous désormais du rituel « camarade » d'introduction, et du nostalgique « Salut et fraternité » de conclusion : nous avons sacrifié à nos tics de langage, nous pouvons nous en passer. Nous savons l'un et l'autre à qui nous écrivons, et pourquoi...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent : 1er juillet, d'elle

    Imprimer

    Camarade,

     

    J'espère que ce message vous parviendra et que nul autre que vous ne le lira. Les voies par lesquelles nous tentons de vous le remettre sont aussi incertaines qu'est réputée impénétrable la geôle dans laquelle vous avez été jeté.

    terroristesrusses.jpg


     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • La pierre et le vent

    Imprimer

    Après la chute du Régime...

     

    Après la chute du Régime, les insurgés, ayant pris d'assaut le siège de la Grande Police, y ont découvert, parmi des milliers de dossiers, de classeurs, de documents, une liasse de lettres que s'échangeaient, croyant le faire à l'insu des lecteurs attentifs de la GPP, un homme et une femme. C'est cette correspondance que vous pourrez lire, lettre après lettre, jour après jour (ou presque), ici, dès demain

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction, Histoire 0 commentaire
  • Une rue pour un irréductible : Honorer Luigi Bertoni

    Imprimer

    Bertoni-campagne.jpgComme vous ne lisez pas toutes et tous, tous les jours, « Le Courrier » (vous avez d'ailleurs tort), on vous ressert aujourd'hui le billet qu'on a fait paraître dans cet estimable quotidien, avant-hier.  Il y a quelques jours, précisément dans «Le Courrier», Marianne Enckell plaidait pour que Genève accorde à Louis Bertoni l'honneur, certes paradoxal pour un anarchiste, d'une place, d'une rue -bref, d'un espace public. Plaidoyer éloquent, et pas tombé dans l'oreille de sourds : la proposition en a donc été faite par voie de motion au Conseil Municipal de la Ville de Genève :
    «  Motion de Mme Vera Figurek et M. Pascal Holenweg :
    Le Conseil municipal demande au Conseil administratif de faire en sorte que le nom de Luigi (Louis) Bertoni soit donné à une rue, une place ou un square de la Ville, dans un quartier marqué par sa présence »

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Histoire, Politique 0 commentaire