mercredi, 07 juin 2017

Commission municipale genevoise des naturalisations : Dénis de réalité et incapacité de choisir

3.singes.jpg

Commission municipale genevoise des naturalisations : Dénis de réalité et incapacité de choisir

Aujourd'hui, ou dans trois semaines, on ne sait pas au juste, le Conseil municipal de la Ville de Genève décidera, peut-être, on ne sait pas au juste, du sort d'une commission parasitaire qu'il se trimballe depuis des années : la commission des naturalisations. Cela fait trois ans que nous débattons de ce sujet, en plénière, en commission du règlement, dans nos groupes. Et trois ans que nous constatons que du côté des partisans les plus obstinés du maintien de cette commission, on passe d'un  déni de réalité à un autre, sans transition, et en les additionnant mêmes les uns aux autres : déni du rôle parfaitement secondaire de la commune dans le processus de naturalisation; déni de l'inutilité de la commission des naturalisations; déni du caractère totalement illégal de la procédure par laquelle la Ville de Genève délivre son préavis sur les dossiers de naturalisations; déni de la compétence de la Cour des Comptes lorsqu'elle a relevé l'illégalité de cette procédure; déni du rôle du Conseil d'Etat, et de sa compétence de convoquer lui-même le Conseil municipal pour traiter des dossiers de naturalisations, et de celle d'imposer un délai de trois mois pour ce traitement; déni, enfin, des conditions légales et réglementaires dans lesquelles devraient, forcément, se tenir les séances du Conseil municipal consacrées à la délivrance du préavis municipal sur les demandes de naturalisations. Cela fait beaucoup de dénis ? Certes. Mais leur liste n'est même pas forcément close.

Lire la suite

14:43 Publié dans Genève, Immigration, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : naturalisation, nationalité, citoyenneté | |  Facebook | | | |

mardi, 06 juin 2017

Elections cantonales genevoises 2018 : Préliminaires

sans vous rien ne se fera.jpgLes partis politiques genevois se préparent (on n'a pas dit se mettent "En Marche", quoique certains lorgnent du côté de la France) aux élections cantonales de l'année prochaine. A gauche, les Verts et les socialistes ont bouclé leurs listes pour le Conseil d'Etat (et, s'agissant des socialistes, pour le Grand Conseil) et du côté d'"Ensemble à Gauche", sa principale composante, solidaritéS a écarté, lors d'une assemblée générale rassemblant moins de cinquante personnes, le maire de Genève, Rémy Pagani, de sa liste pour le Conseil d'Etat, liste qui comprendra le secrétaire du parti, Pablo Cruchon, et la députée Jocelyne Haller. SolidaritéS explique que ce refus de présenter Rémy Pagani n'est pas une "sanction", mais un "choix stratégique de renouvellement". Rémy Pagani ne fait "aucun commentaire", mais Souhail Mouhanna, ancien député et ancien président du Cartel intersyndical de la fonction publique, considère que l'éviction de Pagani est une "erreur monumentale", car il était la "meilleure chance" pour sa formation (ou la coalition dont elle fait partie) d'obtenir un maximum de soutien des électeurs. A supposer toutefois que l'élection du Conseil d'Etat importe à solidaritéS, ce qui n'est pas évident : sa présence du Grand Conseil lui importe certainement beaucoup plus : elle y présente 36 candidatures, en respectant, comme les socialistes et les Vsrts, la parité femmes-hommes. Elle se donne pour objectif, fort optimiste, d'obtenir une quinzaine de sièges, alors que l'enjeu pour elle sera plutôt d'obtenir le quorum de 7 % nécessaire pour pouvoir rester au parlement cantonal... Enfin, les Radicaux de Gauche et La Gauche promeuvent une "liste citoyenne de large rassemblement" dont on ne connaît pas les contours, sinon qu'elle devrait porter comme titre "Liste pour Genève", ce qui après tout est assez logique (quoique politiquement peu distinctif) pour des élections genevoises. Tout cela n'étant évidemment que des préliminaires, dont on sait qu'en politique aussi on attend qu'y succède quelque chose de plus... consistant... genre alliance de toute la gauche ?

Lire la suite

13:49 Publié dans élections, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

lundi, 29 mai 2017

Transports publics genevois : sortir de la logique punitive

petit train.jpgExtra(di)vagances

Poursuivant dans la logique rogneuse et punitive qui est la sienne depuis le premier vote contre les augmentations de tarifs des transports publics, et pour confier au parlement -et en dernier recours au peuple- le droit de se prononcer sur ces tarifs, le gouvernement genevois a donc décidé d'une nouvelle baisse des prestations des TPG, déjà réduites de 6 %. Alors que toutes les villes d'Europe renforcent leurs réseaux et leur offre pour favoriser à la fois leur désengorgement et une transition énergétique (que les Genevois soutenaient à trois contre un le même jour où il refusaient l'augmentation des tarifs TPG), la capitale mondiale du monde mondial réduit l'offre de ses transports publics, parce qu'il leur manque quelques millions pour équilibrer leur budget. Le président du gouvernement genevois a jugé "extravagant" le message, réitéré, du peuple. Le plus "extra(di)vagant" n'est-ce pas de refuser de l'entendre et d'en punir l'auteur ?

Lire la suite

14:34 Publié dans Genève, Politique, Transports | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : tpg | |  Facebook | | | |

jeudi, 18 mai 2017

Politique sociale ou asociale du logement ?

masques.jpgLes masques tombent...

Il faut remercier les gens qui nous font des cadeaux. Alors on remercie la droite municipale de nous en avoir fait hier soir deux, sous forme de propositions de démantèlement de la politique du logement menée par la commune. Peut-être même n'aurait-on pas dû les refuser, ces cadeaux politiques que nous faisait cette droite-là (sans le MCG). La première proposition voulait porter à 30 % (au lieu de 5 %)I la part des loyers libres dans le total des logements loués par la Ville. La seconde voulait confier à des régies privées la gestion de 10 % du parc immobilier de la Ville. Pouvait-on mieux dire qui la droite élargie défend, pour qui elle roule, ce qu'elle défend ? Et, a contrario, qui la gauche défend, pour qui elle se bat, et ce qu'elle défend ? Les masques tombent...

Lire la suite

15:00 Publié dans Genève, Logement, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : gim, ville de genève | |  Facebook | | | |

mercredi, 17 mai 2017

Tarifs TPG : en attendant la gratuité, NON à la hausse !

CarteTPGgratuits.jpg

Dimanche, à Genève, on vote (entre autres), pour la troisième fois, sur les tarifs des TPG. Parce qu'il faut s'y reprendre à (au moins) trois fois pour faire comprendre à kidedroit que "non, c'est non !". NON à la hausse des tarifs des transports publics. En attendant de pouvoir dire, enfin, OUI à leur gratuité. Parce qu'elle devra bien finir par s'imposer, pour tout le monde, et pas seulement pour ceux qui en reçoivent le cadeau, élus du peuple qui ignorent le message réitéré du peuple : parce que les transports publics bénéficient à tout le monde, même à ceux qui n'en usent pas, et qu'un canton dont le budget est de 8 milliards peut se permettre non seulement d'augmenter la subvention à son entreprise de transports publics, mais même de la hausser au niveau nécessaire pour en financer la gratuité : les usagers couvrent directement, par les billets et les abonnements, 39 % du coût des TPG- mais les usagers sont aussi des contribuables, et ils paient donc deux fois : une fois en tant qu'usagers, une deuxième fois en tant que contribuables. La gratuité équivaudrait ainsi à ne plus les faire payer qu'une seule fois, en tant que contribuables. Et à faire économiser au passage aux TPG l'ensemble des coûts occasionnés par la prise de billets et d'abonnements, et par la répression de la resquille.

Lire la suite

15:38 Publié dans Genève, Transports, votations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tpg | |  Facebook | | | |

lundi, 15 mai 2017

Trois candidatures socialistes au Conseil d'Etat genevois

votez sportif, votez PS.jpgChoisir ou ne pas choisir, that is the question

Le PS genevois a donc décidé de présenter deux candidates (Anne Emery Torracinta et Sandrine Salerno) et un candidat (Thierry Apothéloz) au gouvernement de la Parvulissime République (où il ne dispose plus que d'un siège).Trois candidatures au premier tour, qui pourront être maintenues toutes les trois au deuxième tour. Sont-ce les candidatures que nous avons soutenues par nos votes ? Peu importe : ce sont celles qui ont été choisies, et qu'on va donc soutenir. Pas par discipline, mais par ce qui nous tient lieu de cohérence : on ne peut pas défendre (même sans la défendre tout en la défendant) une liste de trois candidatures pour ne pas les soutenir ensuite. Il faut au passage saluer la modestie et la retenue du Comité directeur du PSG : il aurait pu nous proposer de présenter les six candidates et candidats disponibles, il nous a proposé de n'en présenter que quatre, comme en 2013 -et donc d'en virer deux. Mais présenter quatre candidates et candidats participe de la même logique qu'en présenter six : c'est renoncer à faire nous-mêmes le choix déterminant, et le laisser à l'électorat du premier tour -y compris à l'électorat de droite.  En somme, des "primaires" qui n'osent pas dire leur nom, mais qui aboutissent, comme celles qui osent dire leur nom, à ce que qu'un parti politique renonce à désigner lui-même celles et ceux qui, finalement, vont le représenter. On vous fait grâce de l'évocation de l'état dans lequel ce processus d'abandon a conduit le PS français -mais aussi, y'a une justice, la droite française.

Lire la suite

13:44 Publié dans élections, Genève, Politique, PS | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

jeudi, 11 mai 2017

Des musées, pourquoi ? y faire quoi, et leur faire dire quoi ?

Musees-XXI.jpgExposition, colloque et statistiques sur les musées :
Des musées, pourquoi ? y faire quoi, et leur faire dire quoi ?

Du 11 mai au 20 août se tiendra au MAH une exposition sur le thème des "Musées du XXIe siècle - visions, ambitions, défis", avec, les 1er et 2 juin, un colloque consacré à l'avenir des musées (programme : www.mah-geneve.ch) dont débattront architectes, sociologues, directeurs de musées et muséologues. "Musées du XXIe siècle", au pluriel. Au pluriel aussi, "visions, ambitions, défis". L'exposition passe en revue seize musées, choisis au sein de 200 nouveaux musées, déjà réalisés ou en projet. Le pluriel s'impose, parce que LE  musée du XXIe siècle n'existe pas, ni comme référence unique, ni comme Idealtype. Mais LES musées du XXIe siècle, eux, existent, différents, voire contradictoires dans leurs projets, leurs rôles, leur matérialité. Quant aux musées des siècles précédents, la première statistique suisse sur ce qu'ils représentent, quantitativement, en fait les premiers lieux et les premières institutions culturelles du pays, loin devant les lieux de concerts et de spectacles musicaux, les salles de cinéma, les théâtres. Exposition, colloque et statistiques ont de quoi nourrir les débats genevois sur l'avenir du Musée d'Art et d'Histoire -et les nourrir avec une interrogation judicieuse, comme première question à se poser : un "grand musée" pour y faire quoi, et pour dire quoi ?

Lire la suite

14:58 Publié dans Culture, Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : musées | |  Facebook | | | |

jeudi, 04 mai 2017

Tarifs des transports publics genevois : On re-re-revote...

bandeauTPG.jpg

Le 21 mai, on votera à Genève sur les tarifs des transports publics.On commence à en avoir l'habitude, après tout ça ne fera que la troisième fois en trois ans, la quatrième en neuf ans si on compte le vote (qu'on avait perdu) sur la gratuité. En septembre, le parlement cantonal a voté, par une majorité PLR, UDC, PDC et Verts contre le PS, Ensemble à Gauche et le MCG, une hausse de 4 %  (en gros) du prix des billets et des abonnements TPG pour compenser la perte de recettes dues à la baisse des tarifs imposée par le peuple en 2013, et confirmée en 2014. Or cette compensation peut se faire autrement qu'en faisant payer les seuls usagers : en augmentant la subvention cantonale aux TPG, c'est-à-dire en faisant payer tout le monde par l'impôt, en partant du principe que tout le monde, même ceux qui ne les utilisent pas, bénéficie d'un réseau de transports publics efficace. On votera donc,. pour la troisième fois, NON à la hausse des tarifs -en attendant le moment d'imposer la gratuité. Gratuité dont bénéficient d'ailleurs déjà les députés qui votent les hausses de tarifs (pour les autres) au parlement...

Lire la suite

18:34 Publié dans Genève, Transports, votations | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tpg | |  Facebook | | | |

samedi, 29 avril 2017

Budget 2017 de la Ville de Genève : Vive le quatrième débat !

normal_gauche-droite.jpgLe budget municipal genevois a donc été voté. Huit mois pour ça ? Il aura fallu huit mois, du dépôt du projet de budget du Conseil administratif à l'adoption (quatre mois après le début de l'année budgétaire) par le Conseil municipal de ce qui va tenir lieu de budget à la Ville de Genève. Huit mois et trois jours. Et trois débats. On aurait même pu en rajouter un quatrième, comme l'année dernière, dans une campagne référendaire close par un vote populaire rétablissant un budget qui ait un sens. Compte tenu du délai référendaire, des dates de votations déjà agendées, on pouvait se retrouver à voter le budget de la Ville de Genève pour 2017... juste avant noël 2017... A vrai dire, le jeu n'en valait pas la chandelle. En revanche, relancer par voie d'initiatives populaires municipales le combat pour renforcer les engagements solidaires de la Ville, sa politique culturelle, sa politique sociale, malgré la droite coagulée qui sévit au Conseil municipal, ça a du sens politique*. Finalement, c'est tout de même dans les urnes, dans la rue et dans les têtes que se régleront comme il se doit, dans un quatrième débat démocratique, les comptes politiques sur ce qui importe.

Lire la suite

16:29 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

mardi, 25 avril 2017

Débat budgétaire tardif en Ville de Genève

tete réduite.jpgAccouchement d'indigence

Le débat budgétaire devrait être le grand moment de l'année parlementaire. En Ville de Genève, cette année, il ne sera qu'un long moment de vacuité et d'ennui, clos par un vote sans plus aucune importance : ça ressemble à quoi, de voter (ou non) un budget annuel quatre mois après le début de l'année, huit mois après en avoir reçu le projet, et quatre mois avant de recevoir le projet de budget de l'année suivante ? ça ressemble au Conseil municipal de la Ville de Genève. Et à la politique d’équarrisseurs monomaniaques d'une majorité de droite dilatée jusqu'à l'extrême-droite, dont on va pouvoir mesurer (mais il va y falloir un microscope) la pertinence, la cohérence et l'intelligence dès ce soir, et peut-être, si on y prend goût, tous les soirs suivants jusqu'à la nuit de vendredi à samedi : le Conseil municipal de la Ville de Genève se réunit en séance extraordinaire pour approuver (ou non) le budget annuel de la commune. Plus de quatre mois après le début de l'exercice budgétaire : il fallait bien ce temps pour que la majorité de la commission des finances du parlement communal accouche de quelque chose. Quant à évaluer de quoi elle a accouché, un seul mot est requis : l'indigence...

Lire la suite

14:49 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : budget, ville de genève | |  Facebook | | | |

mercredi, 12 avril 2017

Nos zélections à nous

roseraie.jpgLes noms de la rose

Faut pas croire que l'avidité avec laquelle nous suivons les péripétie feuilletonesques de la présidentielle française nous fait oublier que nous aussi, dans nos coins de pays, nous avons quelques enjeux électoraux à relever : les Vaudois sont en pleine campagne électorale, les Genevois vont y entrer dans pas longtemps, les Neuchâtelois et les Valaisans viennent d'en sortir. Le 13 mai, le Parti socialiste genevois désignera ses candidates et candidats au Conseil d'Etat et au Grand Conseil, pour les élections cantonales de l'année prochaine. Le Comité directeur propose une liste de 45 candidates et candidats au Grand Conseil et de 4 candidates et candidats au Conseil d'Etat. Or pas moins de six socialistes ont annoncé leur candidature à la candidature au gouvernement : la Conseillère d'Etat Anne Emery-Torracinta, ainsi que Thierry Apothéloz, Carole-Anne Kast, Romain de Sainte Marie, Sandrine Salerno, Carlo Sommaruga. Dilemme : le PS genevois va devoir choisir lui-même ou laisser ce choix à son électorat. Heure du choix, leurre du non-choix...

Lire la suite

14:09 Publié dans élections, Genève, Politique, PS | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

vendredi, 07 avril 2017

Répartition des tâches entre le canton et les communes : Les cadeaux piégés du désenchevêtrement

charcuterie.jpgA Genève, 2017 sera l'année du véritable test politique du partage des tâches entre, le canton et les communes  tel qu'encadré par des projets de loi dans tous les domaines où l'un et les autres conduisent des politiques publiques -et en réalité, il et elles en conduisent précisément dans tous les domaines de l'action publique, même si on n'a jusqu'à présent trouvé aucun cas réel de "doublon", de tâches identiques menées identiquement auprès de publics identiques, alors même que la droite cantonale et ses succédanés communaux, en particulier en Ville de Genève, ne cessait d'en dénoncer la prolifération. De "doublons", donc, point, mais d'actions et de compétences à coordonner, tout plein. Or les champs politiques les plus délicats à réglementer pour y répartir rationnellement charges et compétences, c'est cette année qu'ils sont au menu. Le 1er janvier, les transferts ont été opérés dans des domaines où un accord s'est fait (par exemple l'aide sociale, le parascolaire, le soutien à la culture). Mais dans le courant de l'année, ce sont des enjeux plus conflictuels qu'il va falloir aborder : les grandes institutions culturelles (sauf les musées), le réseau des routes, les bâtiments scolaires : c'est ainsi que le Conseil d'Etat projette de transférer aux communes (qui ont déjà celle des bâtiments scolaires primaires) la charge de la construction, de la propriété et de l'entretien des 19 Cycles d'Orientation (dont 16 ont plus de 40 ans, ont été mal entretenus et nécessiteront de coûteuses rénovations) -mais le canton continuerait à décider où ils seront construits, et à leur répartir les élèves. Et on s'étonne au Conseil d'Etat que l'Association des communes genevoises ne prenne pas ce transfert de charges pour un cadeau, sinon un cadeau piégé ?

Lire la suite

15:48 Publié dans Culture, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

jeudi, 06 avril 2017

Un rapport de plus sur la Pénitentiaire genevoise : Bricoler la prison ou l'ouvrir ?

gramsciLa Cour des Comptes genevoise a rendu un deuxième audit sur l'Office cantonal de la détention, le bon vieux Service Pénitentiaire de nos jeunes années délinquantes. Le premier portait sur le service des ressources humaines de l'OCD. Il était ravageur. Le second l'est aussi : des indemnités versées de manière "inappropriée", des gardiens rétribués pour des services et des travaux qu'ils n'ont pas accompli, des indemnités versées pour surpopulation carcérale (250 francs par mois)ne tenant pas compte de de l'atténuation de cette surpopulation, une indemnité pour remplacement dans une fonction supérieure (dont celle du directeur général de l'Office) versée sans base légale, des cadres sans formation adéquate pour gérer les crises, des contrôles internes lacunaires... N'en jetez plus... Commentaire du Conseiller d'Etat Pierre Maudet, souvent mieux inspiré, et qui nous fait le coup de l'"héritage du régime précédent" : "nous avons hérité du bricolage du passé, et nous sortons pas à pas de cette situation". Par un nouveau bricolage ? En attendant, le débat de fond sur la prison, son rôle, son usage, son mésusage, ne se fait pas. Ou peu. Et mal. Il y a cent ans, pourtant, quand la Russie était encore en révolution, elle ouvrait les prisons, et pas seulement aux "politiques" : aux droits communs aussi. Laissons Gramsci en témoigner.

Lire la suite

14:38 Publié dans Genève, prison | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gramsci | |  Facebook | | | |

mercredi, 22 mars 2017

Musée d'Art et d'Histoire de Genève : Scories, répliques et règlements de comptes

Inauguration MAH.jpgVingt ans après l'attribution du mandat de rénovation du Musée d'Art et d'Histoire, et un an après le refus en votation du projet issu de ce mandat, on continue à Genève à s'agiter autour du MAH. A s'agiter bruyamment, mais aussi à réfléchir, plus discrètement. La Commission des Finances du Conseil municipal de la Ville de Genève invite la Cour des Comptes à analyser la légalité de l''attribution en 1998 du projet de rénovation (mais pas encore d'extension) du Musée d'Art et d'Histoire, projet refusé en votation populaire il y a un an. Un soupçon d'illégalité de la procédure d'appel d'offres plane, et le coût du projet est passé de 10 millions de francs (mais pour une rénovation sans extension) au moment de l'attribution du mandat à 137 millions au moment de l'acceptation du projet par le Conseil municipal. Dans le même temps que la démarche de la Commission des finances auprès de la Cour des Comptes, deux propositions politiques sont tombées dans l'ordre du jour du parlement de la Ville : l'une d'"Ensemble à Gauche", qui veut la tête du directeur actuel du musée, l'autre de l'UDC, qui veut qu'une fondation du musée se substitue à l'actuelle gestion directe par la commune. Et pendant que les élus municipaux  s'agitent, la commission d'experts nommée par le Conseil administratif pour élaborer des propositions de contenu muséal, d'identité et de fonction culturelles et dessiner le cadre d'un projet concret pour le MAH, annonce qu'elle livrera ses premiers travaux en juin prochain. Elle aura d'ici là auditionné toutes celles et tous ceux qui ont quelque chose à dire sur cet enjeu et ce dossier, qu'elles et ils aient été partisans ou adversaires du projet refusé en vote populaire.

Lire la suite

16:42 Publié dans Culture, Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mah | |  Facebook | | | |

mardi, 14 mars 2017

Régularisation des sans-papiers genevois : L'UDC, un Papyrus dans le nez

Papyrus.jpgL'UDC a un Papyrus dans le nez : les deux udécistes genevois du Conseil National, Céline Amaudruz et Yves Nidegger, ont déposé une initiative parlementaire pour ôter aux cantons toute autonomie dans l'application de la loi fédérale sur le séjour des étrangers. But de l'exercice : empêcher Genève de régulariser des sans-papiers, comme le canton a commencé de le faire en initiant avec l'opération "Papyrus" une procédure, dans le cadre de la loi, avec les organisations d'entraide et les syndicats. Céline Amaudruz se désolait : "Pierre Maudet a trouvé une astuce pour contourner la loi". Foutaise : il ne s'agit que de l'appliquer dans les limites qu'elle donne, en régularisant celles et ceux qui peuvent l'être, au cas par cas, en fonction de critères objectifs et rigoureux. Faut pas confondre les conseillers d'Etat PLR avec des automobilistes UDC bourrées zigzagant pour éviter la police. Reste que la question se pose, insidieuse : pourquoi diable l'UDC (mais pas elle seule : la majorité des députés vaudois a refusé de tenter une démarche comparable à la genevoise) tient-elle à ce point à ce que des dizaines de milliers de travailleuses et de travailleurs dans ce pays soient sous-payés, sous-protégés, incontrôlés, et ne paient ni cotisations sociales ni impôts ?

Lire la suite

14:43 Publié dans Genève, Immigration | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : papyrus, sans-papiers | |  Facebook | | | |

vendredi, 10 mars 2017

Naturalisations : La fabrique genevoise d'Helvètes

nationalité,naturalisationsSuisses de souche et Suisses de choix

La population résidente (les "sans-papiers" n'en faisant évidemment pas partie, et ils sont au moins 13'000...) du canton de Genève a augmenté de 3128 habitants en 2016, contre 8000 en 2015. Elle s'établissait il y a deux mois et des poussières à 493'706 habitants, dont 40,5 % d'étrangers, un pourcentage bas du fait des plus nombreuses naturalisations effectuées en 2016, par une "véritable volonté politique" d'accélérer les procédures et de rattraper les dossiers en attente. Le Conseiller d'Etat Pierre Maudet, en charge des naturalisations, s'est félicité d'avoir "fait beaucoup de Suisses". Moins d'étrangers sont venus s'installer (légalement) à Genève, plus d'étrangers installés se sont fait Suisses ? les xénophobes locaux vont peut-être moins hurler contre les étrangers, mais ce ne sera que pour couiner un peu plus contre les nouveaux Suisses pas vraiment Suisses, contre les Suisses de choix et pas de souche, ou pas de souche assez ancienne. Et contre les étrangers "sans-papiers" qui vont devenir des étrangers "avec papiers" (enfer...), et peut-être même, un jour, être naturalisés genevois et suisses (enfer et damnation...). D'ailleurs, les deux udécistes genevois du Conseil national, Yves Nidegger et Céline Amaudruz, se sont empressés de déposés une initiative parlementaire pour priver les cantons en général et Genève en particulier de toute autonomie dans l'application de la loi fédérale sur le séjour des étrangers...

 

Lire la suite

15:21 Publié dans Genève, Immigration | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : nationalité, naturalisations | |  Facebook | | | |

vendredi, 03 mars 2017

La Ville de Genève aura-t-elle un budget le 20 mars ?

Jetdeautordu.jpgLe nécessaire budget d'en bas

Le Conseil Municipal de la Ville de Genève sera vraisemblablement convoqué pour le lundi 20 mars, avec à l'ordre du jour l'adoption, peut-être, éventuellement, si tout va bien, d'un budget pour l'année commencée depuis des mois. En attendant le bon vouloir d'une majorité du Conseil municipal, la Ville fonctionne depuis le 1er janvier sous le régime des "douzièmes provisionnels", c'est-à-dire sur la base du budget 2016 découpé en tranches mensuelles. Or contrairement aux cantons et à la Confédération, les communes n'ont pas la possibilité de se décharger de leurs responsabilités sur un échelon institutionnel inférieur, et même s'il est celui d'une ville de 200'000 habitants, leur budget est le "budget d'en bas", le seul qui finance des prestations publiques qui ne peuvent être reportées sur un autre budget public mais seulement sur les habitants ou le tissu associatif. Le seul, au fond, qui soit nécessaire. Ce dont jusqu’ici, une majorité du Conseil municipal de la Ville de Genève semble n'avoir pas pris conscience -ou se contrefoutre.

Lire la suite

16:32 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : budget, ville de genève | |  Facebook | | | |

lundi, 27 février 2017

"Opération Papyrus" de régularisation des sans-papiers : Une Genferei comme on les aime

sans-papiers"Opération Papyrus" de régularisation des sans-papiers : Une Genferei comme on les aime

Les "sans-papiers" sont des personnes, ces personnes ont des droits, et Genève a décidé de reconnaître ces droits et ces personnes. Pas inconditionnellement, pas automatiquement, au cas par cas -mais en posant des critères objectifs, égalitaires à cette reconnaissance. L'"opération papyrus", conçue entre le canton, la Confédération et les organisations sociales (notamment le SIT, le Centre social protestant, le Centre de contacts Suisses-immigrés, le Collectif de soutien aux sans-papiers) actives dans la défense de ces milliers de travailleuses et de travailleurs de l'ombre (13'000 rien qu'à Genève), sous-payés, privés de droits sociaux et pourtant indispensables, ouvre la voie à la prise en compte, à Genève, et peut-être ailleurs, là où on pourrait s'inspirer de l'opération genevoise (un appel en ce sens vient d'être lancé dans le canton de Vaud) d'une réalité encore largement occultée ailleurs en Suisse. Ce n'est ni une régularisation collective (à laquelle cependant il faudra bien que l'on vienne), ni l'application du principe selon lequel "qui travaille ici a le droit de résider ici", mais c'est déjà la fin d'un déni de réalité et d'un déni de droits. Deux semaines après l'acceptation de la naturalisation facilitée des petits-enfants d'immigrants, c'est une nouvelle éclaircie et l'UDC, seul parti à condamner l'opération, a bien raison, dans son amour du renfermé, de dénoncer un "appel d'air". Un air printanier, même. Une Genferei comme on les aime.

Une grande soirée d'information sur l'opération "Papyrus" et les conditions posées à la régularisation des travailleuses et travailleurs sans titre de séjour est organisée par les syndicats SIT et UNIA mardi 28 février au Palladium (rue du Stand), dès 20 heures. Une permanence sera en outre ouverte tous les matins par le Bureau des étrangers, à l'Office cantonal de la population.

Lire la suite

15:58 Publié dans Genève, Immigration | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sans-papiers | |  Facebook | | | |

lundi, 06 février 2017

Offensive générale contre l'aide sociale : Naissance du Quart Etat

pauvreté,aide sociale

Si méprisante qu'elle soit à l'égard de celles et ceux qu'elle vise et contraint, et si absurde qu'elle soit du trivial point de vue de l'efficacité, la volonté de la droite municipale genevoise de transformer une allocation sociale (celle de rentrée scolaire) en aumône accordée en bons a quelque chose d'exemplaire de la dégradation continue des politiques et des pratiques d'aide sociale, à Genève et en Suisse, depuis plus de dix ans. 13 % de la population genevoise reçoit une aide sociale,mais un tiers de celles et ceux qui pourraient en bénéficier ne la sollicitent pas. Ce taux de 13 % est stable, alors que la population augmente, ce qui signifie que le nombre de personnes vivant dans la précarité augmente et que, comme le Conseil d'Etat lui-même le reconnaît, une part de plus en plus importante de la population genevoise est menacée de pauvreté : le nombre de chômeurs en fin de droit s'accroît, celui des emplois mal rémunérés aussi (5,5 % des travailleuses et des travailleurs sont des "travailleurs pauvres" dont le salaire ne suffit pas à couvrir les besoins). L'Hospice traitait 13'000 dossiers d'aide sociale en 2015, et en 2016, ce record a été battu, le nombre de personnes bénéficiant du Vestiaire Social a doublé entre 2014 et 2015, le nombre de repas gratuits offerts par les colis du coeur est passé entre 2015 et 2016 de 80'000 à plus de 100'000... Et c'est ainsi, du Tiers Etat, naît un Quart Etat. Sans qu'un Sieyès ne s'avise de rappeler que n'étant rien, il rêve tout de même d'être quelque chose.

Lire la suite

15:22 Publié dans Genève, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pauvreté, aide sociale | |  Facebook | | | |

lundi, 23 janvier 2017

Sauver le "Plaza" : c'est pas fini

Vignette Plaza.jpgReclasser ou exproprier ?

Le cinéma "Le Plaza" n'a pas encore été démoli, mais le projet de ses propriétaire reste de le détruire pour le remplacer par un centre commercial, et sous le centre commercial un parking (et sur le centre commercial, des "logements pour étudiants" histoire de masquer un peu les objectifs purement financiers de l'exercice). Ce projet est à l'examen au Département cantonal de l'Aménagement (le DAL), à qui chacun-e peut encore adresser ses observations. Et même si le projet, malgré toutes ses tares (à commencer par celle de nécessiter, pour pouvoir être autorisé, une dérogation générale à quasiment toutes les lois qu'un projet de ce genre est supposé respecter) devait finalement être accepté, il sera encore temps de faire recours, pour autant qu'on en ait la capacité juridique, contre cette autorisation de démolir pour dénaturer. Pendant quoi, il nous faut également intervenir partout où cela peut avoir un effet, afin que la salle, dont la valeur patrimoniale a été reconnue même par les jugements qui la déclassaient, soit "reclassée", et que l'exigence de la maintenir devienne incontournable. Cette exigence suppose un projet culturel pour cette salle. S'ajoutant à la valeur patrimoniale du Plaza, seul un tel projet peut justifier l'intervention de la Ville et du canton. Mais pour que cette intervention se fasse, il n'est que deux moyens possibles : soit le reclassement de ce qui n'a été déclassé qu'au prétexte de la non-rentabilité de la salle, soit l'expropriation pour utilité publique. Cette expropriation peut être décidée par le parlement cantonal, mais aussi, par voie d'initiative législative, par le peuple. A tout cela, on travaille.

 

Lire la suite

13:06 Publié dans Culture, Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : plaza, cinéma | |  Facebook | | | |