mardi, 07 septembre 2010

Augmentation des tarifs TPG : S'insoumettre, quoi d'autre ?

Dans le même temps, les Services Industriels annoncent une baisse de 3 % de tarifs et les Transports Publics Genevois une hausse de 6,6 % des leurs. On croyait pourtant avoir entendu les autorités genevoises emboucher d'un joli mouvement collectif de lèvres les trompettes du développement durable... mais c'était seulement pour cracher dedans. Parce qu'à l'heure des décisions, on rend plus attractive ce dont on devrait imposer la réduction (la consommation d'électricité) et plus décourageant l'usage de ce à quoi ont fait semblant d'inciter (les transports publics). La hausse des tarifs TPG, assez furivement annoncée sans conférence de presse, est la première du genre depuis 2005, et le choix politique a été fait de demander aux usagers (pardon : en novlangue, on dit désormais « client ») un «effort » supplémentaire. Ce sont donc les usagers qui paieront la facture ! Une mesure injuste, mais surtout une mesure stupide, de nature à décourager à l'usage des transports publics (sauf à en user comme nous, gratuitement, mais illégalement), au moment où l'on incite la population à en user plus pour désengorger Genève de son flot de bagnoles !  Une mesure qu'il ne suffit pas de dénoncer, et à laquelle il faudrait peut-être commencer par appeler à s'insoumettre...

Lire la suite

15:14 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : tpg, politique | |  Facebook | | | |

Budget de la Ville de Genève : L'équilibre, quoi d'autre ?

Le Conseil administratif de la Ville a présenté le projet de budget municipal pour 2011, et le Conseil municipal, hier, s'est offert une chtite séance parfaitement superfétatoire pour en prendre acte, permettre à chaque groupe de faire son petit tour de piste, et, pour le plaisir additionnel, à chaque Conseiller-e municipal-e qui aurait des états d'âme à transmettre à la population avide de les entendre, de s'exprimer sur un pavé qu'il ou elle n'aura certainement pas encore eu le temps de lire, de comprendre et d'analyser. Exercice convenu, rituel, où, puisque la Municipalité est de gauche, la gauche saluera le budget (avec ou sans réticences, avec ou sans amendements) que la droite déénoncera (avec ou sans amendements, avec ou sans conviction). L'UDC et les libéraux réclameront des baisses d'impôt, le PDC plus de soutien aux familles, les radicaux plus de places pour les bagnoles, les Verts plus de zones piétonnes, les socialistes plus de logements sociaux, A gauche Toute ! plus d'investissements, l'Alternative plus de soutien à la culture alternative et l'Entente plus de soutien au Grand Théâtre... chacun obtiendra quelque chose, personne n'obtiendra tout ce qu'il demandait et dans trois mois le budget de la Municipalité de gauche sera voté par la majorité de gauche, contre l'opposition de droite. Le budget de la Ville est équilibré ? Les rituels politiques aussi...

Lire la suite

01:13 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : politique, finances, budget | |  Facebook | | | |

vendredi, 03 septembre 2010

Yes, we Kanaan !

Municipalité de Genève : Yes, we Kanaan !*

Les socialistes de la Ville de Genève ont donc choisi, et bien choisi, Sami Kanaan pour accompagner Sandrine Salerno à l'élection du Conseil administratif, sur une liste qui portera aussi les noms des candidates et candidats des Verts et d'A Gauche Toute !.Sami Kanaan, Sandrine Salerno, Rémy Pagani sont déjà partants, et du chapeau vert vont la semaine prochaine sortir les noms d'une femme et d'un homme pour parfaire le choix présenté par l'Alternative. Au risque de lasser, on le redit, au cas où ça manquerait encore de clarté : l'exécutif municipal genevois est élu de fait à la majorité simple : les cinq candidates et candidats qui obtiennent le plus de voix sont élue-s dès lors qu'ils ont obtenu le tiers des suffrages. Pour autant qu'elle fasse listes communes, l'Alternative est donc en mesure de faire élire autant de candidates et de candidats qu'elle en présente. Quant à la droite, même si c'est la mendicité, pas l'aumône, qu'elle a fait interdire à Genève, c'est à elle de se battre pour garder un siège que la gauche n'a pas mission de le lui octroyer par compassion.

*merci à Marko pour le slogan...

Lire la suite

01:46 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élections, municipales, politique, ps | |  Facebook | | | |

mercredi, 01 septembre 2010

La communauté urbaine, quoi d'autre ?

Contre l'esprit de clocher et contre les réflexes technocratiques

Le rapport sectoriel 403 de la Constituante sur les communes ne sera pas le best-seller de la rentrée, mais pour qui s'interroge sur l'état du débat institutionnel, sa lecture est assez édifiante. Nous devons à Genève résoudre deux contradictions : celle, fondamentale,  entre les compétences politiques réelles de la commune et le rôle qu'on attend d'elle, et celle, fonctionnelle entre la Ville politique et la ville physique. Aucune de ces deux contradictions ne sera résolue par l'un ou l'autre des bricolages institutionnels proposés  à la Constituante (éclatement de communes, fusions autoritaires de communes, création de « districts communaux », etc...) par de brillants esprits plus intéressés au dépeçage de la Ville  et au maintien d'une tutelle étroite sur  toutes les communes, qu'à l'invention d'un nouvel espace politique démocratique. Or c'est bien de cela, de cette invention, dont il doit s'agir : à accepter que se distende de plus en plus l'espace politique, où peut s'exercer le contrôle démocratique, et un espace physique laissé aux « lois de l'économie », c'est la démocratie qu'on rend impuissante, pas l'économie, et c'est à la technocratie qu'on livre l'espace de la ville réelle, pas à ses habitants.

Lire la suite

14:51 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : région, communes | |  Facebook | | | |

mardi, 31 août 2010

Candidatures au Conseil administratif de la Ville : Un socialiste, qui d'autre ?

Demain mercredi 1er septembre (jour de la truite, dans le calendrier républicain, ce qui convient assez à cette pêche au vif), le PS procèdera à la désignation de sa candidate (une seule postulante : notre Maire à tous) et de son candidat (d'entre quatre postulants) au Conseil administratif de la Ville, aux côtés des candidates et candidats des Verts et d'A Gauche Toute ! L'Alternative détenant au moinsla majorité simple en Ville de Genève, voire (il ne tient qu'à elle d'y arriver) la majorité absolue, elle est en mesure de faire élire autant de candidates et de candidats qu'elle en présente. Quant à la droite, c'est à elle de se battre pour garder un siège que la gauche n'a pas mission de lui octroyer, princièrement ou compassionnellement. Le PS a deux sièges, il les défendra et soutiendra les candidates et candidats de ses partenaires actuels, même en ayant parfois l'étrange, mais persistante, impression que leur objectif n'est pas de prendre un siège à leurs adversaires, mais de le prendre à un allié...

Lire la suite

15:21 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : politique, élections | |  Facebook | | | |

lundi, 30 août 2010

MEG : Un musée ? Non : un miroir...

Man_Ray_Noire_et_blanche.jpgLe Conseil administratif genevois a revu et corrigé le projet d'agrandissement du Musée d'ethographie, combattu par un référendum populaire parce qu'il implique l'abattage de 31 arbres dans la cour du musée. Au projet initial ont été ajoutés un jardin public, des pelouses, des fleurs, un plan d'eau, des jeux pour les enfants, une terrasse de bistrot, tout cela sans attenter au préau de l'école voisine et sans dépasser le budget initial de 63,2 millions (sans quoi il aurait fallu déposer un nouveau projet, certainement lui aussi combattu par référendum, puisque c'est le sort de tous les projets muséaux à Genève depuis des lustres). On abattra donc des arbres, mais pour en replanter plus qu'on en aura abattus.  Ce sont les beautés de la démocratie directe : un référendum, et la végétation pousse (ou repousse) dans la cour des musées. Un référendum de plus, ce serait carrément la jungle. Cela dit, ce que le débat, et demain, 26 septembre, le vote sur le projet d'agrandissement du Musée genevois d'ethnographie, mettent en évidence est bien qu'un tel musée n'est pas le lieu où « notre société » regarde les sociétés des autres, mais d'abord celui où elle se regarde elle-même, telle qu'elle est, pour ce qu'elle vaut. « Citoyens aux urnes pour 31 arbres », titre «20 Minutes». Pour 31 arbres (remplacés 41 autres) vraiment ? Ou pour dire ce que nous sommes prêts à payer pour savoir qui nous sommes ?

Lire la suite

15:21 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : culture, politique, meg, musée, ethnographie | |  Facebook | | | |

vendredi, 27 août 2010

Agrandissement de Champ-Dollon : Geôles stagnantes

L'agrandissement « urgent » de Champ-Dollon, c'est-à-dire la pose de containers pour augmenter d'une centaine le nombre de places de détention, prend du retard : les trois offres reçues d'entreprises privées pour ce chantier ont toutes été rejetées par le département des constructions : trop chères, ne répondant pas aux conditions en termes de délais, de garanties sur le paiement des charges sociales ou de respect des conventions collectives de travail. Le parlement avait voté le 20 mai, en urgence, un crédit de 25 millions pour ces 100 places supplémentaires, en faisant mine de croire qu'elles allaient durablement faire baisser le taux de (sur)occupation de la prison, alors que chacun sait qu'elles n'allaient offrir qu'un répit de trois mois avant que d'être englouties elles aussi dans le bourrage de geôles actuel. Bref, y'aura du retard dans le répit, les entreprises ayant flairé la bonne affaire et gonflé leurs prix en pensant que, saisi par l'urgence, l'Etat allait avaler n'importe quel devis. C'est raté. Reste une solution, idéale, et tellement dans l'air du temps qu'on s'étonne que personne n'y ait encore pensé : les travaux forcés. Yaka faire agrandir la prison par les prisonniers eux-mêmes. On leur file les outils, et au boulot. Comme disait un poète communiste local : « la pelle, la pioche et l'espérance »...

Lire la suite

15:30 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prisons, champ-dollon | |  Facebook | | | |

mercredi, 14 juillet 2010

Un procureur général averti, ça en vaut combien ?

Zavatta zenvatenguerre...

Le Procureur général Daniel Zappelli, sous enquête disciplinaire du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) pour avoir tenté de refiler à Berne, histoire de le soustraire à quelques juges genevois entreprenants, un dossier (une histoire de détournement de fonds au profit du président angolais) dont la justice genevoise avait été saisie et dont il lui déplaisait qu'elle fût saisie, a écopé d'un avertissement du CSM. L'avertissement, c'est la plus bénigne des sanctions prévues par la loi, mais cette chiquenaude a tout de même rendu Zavatta et son fan club très colères,  un procureur averti n'en valant plus tout à fait un entier. Pour faire diversion, Zavatta a porté plainte début juillet contre le  « mouchard » qui aurait balancé des infos à la télé romande, et l'avocat d'ancien régime Marc Bonnant en a rajouté une couche en exigeant que soit  « démasqué le traître » et que soient récusés tous les membres du CSM (dont lui-même est membre). Il tombe bien, le « mouchard », le «traître» ... Comme dirait mon plombier : cherchez à qui les fuites profitent...

Lire la suite

20:39 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : justice, zappelli, angolagate | |  Facebook | | | |

lundi, 28 juin 2010

La « gauche de la gauche » genevoise se re-réunit

Ouf !

Bonne nouvelle : la  « gauche de la gauche » genevoise partira sur une liste commune aux élections municipales de l'année prochaine. Le Parti du Travail, solidaritéS, les communistes, les indépendants de gauche, et  « Défense des aînés, des locataires, de l'emploi et du social » ont signé jeudi dernier un accord en treize points, reprenant l'essentiel de l'accord instituant  « A Gauche Toute ! » en 2007. En faisant liste commune, les diverses formations se situant (elles-mêmes) à  « la gauche du PS et des Verts », évitent la réédition des calamiteuses expériences de 2005 (élections cantonales), 2007 (élections nationales) et 2009 (élections cantonales) lorsque, se dispersant sur plusieurs listes, elles réussissaient l'exploit de réunir ensemble entre 12 et 15 % des suffrages sans obtenir le moindre siège. Il leur aura fallu trois échecs successifs pour comprendre, mais elles auront compris. Et c'était une condition pour que la majorité alternative se maintienne, voire se renforce, en Ville de Genève.

Lire la suite

15:12 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : politique, gauche, élections | |  Facebook | | | |

mardi, 22 juin 2010

Vive la Commune, bordel !

mars 2011 : élections municipales genevoises et 140e anniversaire de la Commune de Paris

2011 : Les élections municipales se dérouleront à Genève en mars, au moment du 140ème anniversaire de la Commune de Paris (28 mars 1871, proclamation de la Commune de Paris - 22-27 mai 1871 : Ecrasement de la commune de Paris par l'armée du gouvernement de Versailles). Municipales à Genève, 140e anniversaire de la Commune de Paris ? Deux raisons de reprendre un bon vieux cri primal : « Vive la Commune ! », et de réunircelles et ceux, candidates et candidats à quoi que ce soit en 2011, ou candidates et candidats à rien sinon à continuer le combat engagé en 1871, à qui ce vieux cri dit encore quelque chose -ne serait-ce que la volonté de lutter contre la résurgence de la tentation de supprimer purement et simplement la commune de Genève, ou de l'éclater en cinq ou six communes de quartier d'autant plus confortables qu'elles seront impuissantes. Rejoignez donc sur Facebook le groupe « Vive la Commune » :

http://www.facebook.com/group.php?gid=113164468710239

Lire la suite

15:50 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, ville, commune | |  Facebook | | | |

mercredi, 16 juin 2010

Travailleuses et travailleurs sans statut légal : Un travail = un permis !

Mardi dernier, près de 600 sans-papiers sont sortis de la zone grise où leur étrange statut les confine : Ils ont tenu à l'initiative du SIT une assemblée générale et adopté une résolution demandant la régularisation collective de toutes celles et tous ceux qui se trouvent dans leur situation. Début mars, Charles Beer avait annoncé l'intention du gouvernement genevois d'examiner l'opportunité de relancer la demande faite en 2005 de régularisation collective des travailleuses et travailleurs en situation irrégulière : c'était une manière de répondre, en bottant en touche, à la proposition faite par les villes de Lausanne et de Genève, et portée dans les deux cas par des socialistes, Oscar Tosato et Sandrine Salerno, de permettre l'engagement d'apprentis « sans papiers » par les municipalités -au Comité directeur du PS, la confrontation de la position de la magistrate municipale et du magistrat cantonal avait été un véritable dialogue de sourds. Il semble que la majorité du gouvernement genevois n'ait pas l'intention de relancer la demande faite par le précédent gouvernement (à majorité de centre-gauche, celui-là), et entend bien se satisfaire des régularisations au compte-goutte, au cas par cas, à la tête du client ou de la cliente. Ce qui a l'immense avantage, pour la droite de la droite, de faire perdurer un « statut des sans-statut » et un dumping salarial qui arrangent bien des employeurs (et bien des ménages s'offrant à bas prix des employées de maison que leur situation prive de tout recours), et auxquels la Conseillère d'Etat Isabel Rochat, en charge du dossier, n'a aucune envie de toucher. Lors de l'assemblée du 1er juin, Ruth Dreifuss a estimé que ceux qui maintiennent les sans-papiers dans la précarité prenaient « le risque qu'ils soient exploités ». Le risque ? Le choix délibéré, plutôt.

Lire la suite

15:07 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : immigration, sans-papiers | |  Facebook | | | |

mardi, 15 juin 2010

Opération policière à Genève : Figaro ci, Figaro là...

La police genevoise avait lancé le 19 avril une opération « Figaro » supposée permettre de débarrasser le centre-ville des petits délinquants. La cheffe de la police, Monica Bonfanti, annonçait le « déploiement massif d'effectifs policiers afin d'assurer une présence préventive visible, de réprimer les délits et incivilités et d'effectuer des contrôles préventifs » dans quatre quartiers : les Pâquis, les Eaux-Vives Rive et le secteur de la gare. Ce qui a repoussé les petits délinquants « harcelés » (en particulier les dealers) dans les quartiers circonvoisins et a quelque peu « dégarni » la présence policière dans le reste du canton. La cheffe de la police le savait parfaitement, qui annonçait : « si nous devions constater que notre action reporte le problème dans d'autres quartiers, nous changerions de tactique, quitte à déplacer nos forces ». Dès lors, autant faire semblant de ne rien avoir constaté, ce qui évite de changer de tactique et d'avouer, sinon l'échec, du moins la très relative efficacité de celle employée. C'est donc un premier bilan forcément « globalement positif » qui a été tiré de l'opération, avec une logique diminution (de 10 %, dans les zones « figarisées ») des vols et du deal, lequel s'est simplement redéployé ailleurs, non moins logiquement, puisqu'une opération de ce genre ne réduit ni le nombre, ni les besoins, des consommateurs.

Lire la suite

23:51 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : police, sécurité, insécurité | |  Facebook | | | |

vendredi, 11 juin 2010

Programme du Conseil d'Etat genevois : Plan-plan de législature

Lundi dernier, nos sept magnifiques seigneurs et seignoresses, baillis et baillies, ont présenté leur  « programme de législature ». On ne s'attendait pas à grand chose, on a eu ce à quoi on s'attendait, on ne sera donc pas déçus. L'emballage, d'ailleurs, était clinquant : beau papier, belle présentation dans un bel endroit... une jolie opération de com'...  Quant au contenu :  « il faut être indulgent », plaide la cheffe du groupe socialiste au Grand Conseil. Voui, Lydia, on va être indulgents. D'abord parce que c'est dans notre nature profonde. Ensuite parce qu'on ne voit pas comment on pourrait être sévères sans être injustes : comme le dit un bon vieux proverbe vaudois :  « à ceux à qui il a été peu donné, il faut peu demander ». Le gouvernement genevois est d'un centre-droit plutôt droite que centre, et est affublé de la majorité parlementaire la plus à droite que Genève ait connu depuis 1941... On a beau être optimiste, puisque socialiste, on ne croit pas aux miracles. Et ç'en eût été un que ce gouvernement, veillé par cette majorité, produise plus que ce qu'il a produit. Beaucoup de vent : celui que font les portes ouvertes quand on les enfonce.

Lire la suite

15:36 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : politique | |  Facebook | | | |

jeudi, 10 juin 2010

Des parkings pour payer la « paix des transports » ?

Plan genevois de  « piétonnisation »  du centre-ville :
Des parkings pour payer la « paix des transports » ?


Plein de bonne volonté, le Conseil administratif de la Ville de Genève veut établir « la paix des transports »  entre les défenseurs des zones piétonnes et le lobby de la bagnole, en accordant au second, en échange de son soutien aux premières, un parking souterrain. Mais c'est assez mal parti. Son plan (qui implique notamment la construction d'un parking souterrain à Rive en échange d'une « piétonnisation »  de quelques rues et tronçons de rues) est rejeté à la fois par l'Association Transports et Environnement (ATE) et la gauche, et les commerçants du Groupe Transports et Economie (GTE). La Ville souhaite faire accepter le principe général de la suppression du plus grand nombre possible de places de parc en surface pour créer des zones piétonnes, en compensant les places de parc supprimées en surface par la création de places de parc en sous-sol, mais pas forcément dans le même périmètre. L'ATE et la gauche refusent de signer un « chèque en blanc », sans garantie et sans réelle concertation préalable, le GTE et la droite refusent la compensation de places supprimées en surface par des places en sous-sol, si les secondes ne se trouvent pas à côté des premières. Les commerçants (et la droite du Conseil municipal) exigent en outre que l'on construise d'abord de nouveaux parkings avant de supprimer des places existantes et de créer des zones piétonnes.

Lire la suite

14:58 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : transports, parkings | |  Facebook | | | |

mardi, 08 juin 2010

La Constituante genevoise, en marche arrière toute...

Arrêter la déconstitution ?

Des centaines de personnes ont manifesté jeudi dernier, devant l'Hôtel-de-Ville, leur refus des manoeuvres de la majorité de droite de l'assemblée constituante, et de la volonté de cette majorité d'imposer un projet de constitution faisant revenir la République deux siècles en arrière, au temps béni de la Constitution de 1815, pondue par les représentants de l'Ancien Régime revenus au pouvoir dans les fourgons des armées de la Saint-Alliance. Le 25 mai, cette droite du XXIe siècle pensant comme celle du XIXe avait réussi à faire refuser par la Constituante les thèses affirmant la non-discrimination, l'égalité entre femmes et hommes, le droit aux moyens de vivre, le droit au logement, une bonne partie du droit aux études, les droits des travailleurs et travailleuses, les droits aux allocations familiales, de naissance, d'adoption. Quelques jours plus tard, ce sont les droits aux soins et à l'assistance, à l'information et à la transparence de l'administration et à l'assistance juridique qui passaient à la trappe. Et ce n'est pas fini. En revanche, les droits sacro-saints à la «  propriété » (privée) et à la « liberté économique » (mercantile) ont été maintenus. On ne s'en étonnera pas, si on regrettera qu'ils l'aient été, compte tenu des épisodes précédents, avec l'apport inutile des votes socialistes.

Lire la suite

14:44 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : constituante, constitution, politique | |  Facebook | | | |

jeudi, 27 mai 2010

La Constituante genevoise part en couille

Voter en 2012 sur la Constitution de 1815 ?

Elue pour rédiger la « Constitution genevoise du XXIe siècle » , la Constituante s'est retrouvée avec une majorité (de droite, le bon vieux clivage politique structurant ayant repris ses droits) plagiant la Constitution de 1815 -la plus réactionnaires de toutes les constitutions de la République  Cette majorité a donc refusé d'inscrire le principe d'égalité dans les premiers mots du texte.  Et le reste a suivi : refus de l'égalité entre femmes et hommes, du droit au logement, du droit à la formation, du droit aux allocations familiales. Pour protester contre le sabordage d'un an de travail en commission, la gauche a quitté la séance de la Constituante, empêchant celle-ci, réduite à la droite, de poursuivre ses travaux, faute de quorum. Et le président socialiste de la commission qui avait travaillé sur les droits fondamentaux a démissionné de sa présidence. Dans deux ans, le peuple se prononcera sur le résultat des travaux de la Constituante... il convient d'ores et déjà de se demander si ces travaux auront eu finalement une autre utilité que celle de financer, grâce à une part des jetons de présence versés aux constituant-e-s, les partis et associations représentés dans l'assemblée. C'est peut-être un peu court, comme légitimité...

Lire la suite

14:23 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : politique, constituante | |  Facebook | | | |

vendredi, 21 mai 2010

Association des Communes Genevoises : Le sacre de la commune Sam'suffit

La République de Genève compte 45 communes : une trentaine de communes représentant 20 % de la population, qui ont plus de compétences légales et constitutionnelles que de moyens, et surtout d'envie, de les assumer; une petite quinzaine de communes qui représentent 40 % de la population, qui ont les moyens de leurs compétences et qui les assument; et une commune, la Ville, qui représente 40 % de la population, qui a plus de moyens que la loi et la constitution lui accordent de compétences, et qui pourrait donc faire beaucoup plus que ce qu'elle fait actuellement, et faire mieux ce qu'elle fait déjà. Ces 45 communes sont regroupées dans un machin érigé en leur représentante à toutes : l'association des communes genevoises, à laquelle les communes sont tenues d'adhérer et où chaque commune a droit à une voix (sauf la Ville à qui ont en a princièrement concédé deux), qu'elle ait 300 ou 30'000 habitants. Et où donc un habitant de Gy pèse politiquement cent fois plus qu'un habitant de Vernier...  Un machin entièrement voué à la défense de ces  « communes Sam'suffit »  qui se défaussent sur quelques autres de leurs responsabilités sociale, tout en leur donnant des leçons de démocratie.

Lire la suite

16:44 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : communes, acg, politique | |  Facebook | | | |

mardi, 18 mai 2010

Fusion des fondations immobilières de droit public : Rationalisation ou bureaucratisation ?

Quatre fondations immobilières de droit public* gèrent à Genève plus de 6000 logements sociaux bon marché (HBM). Le Conseiller d'Etat Mark Muller veut les fusionner en une seule (dite « Habitat ») et, en s'appuyant sur un vieil avis de la Cour des comptes (qui ne se préoccupait ni du contenu, ni des méthodes de la politique du logement), dégèle un projet de loi mis au frais, faute de majorité pour l'adopter, en 2008. Au prétexte de «rationalisation » (au sens le plus bureaucratique du terme) et d'« économies » plus apparentes que réelles, il s'agirait surtout de prendre le contrôle direct des quatre fondations existantes, fondues en une seule dirigée par un Conseil nommé en totalité par le Conseil d'Etat. Cette fondation, ainsi soustraite à tout contrôle démocratique, ne se mêlerait plus des « aspects opérationnels incombant aux régies », à condition qu'on les paie pour cela, mais s'acquitterait uniquement d'une mission « stratégique ». En clair, et pour reprendre le résumé fait du projet mullérien par la Conseillère administrative socialiste et onésienne Carole-Anne Kast : « mettre une armée de fonctionnaires à la solde du Conseiller d'Etat » en cassant « l'approche humaine que les représentants de milice » (les membres actuels des Conseils de fondation) ont développées avec les communes qui concentrent l'habitat « bon marché ».


* Les fondations Camille-Martin, Jean-Dutoit, Emile-Dupont et Emma-Kammacher

Lire la suite

13:57 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, logement, politique, hbm | |  Facebook | | | |

mercredi, 05 mai 2010

Drôle de comédie à la Comédie : « Main basse sur la culture », le remake...

« Nous n'avons cédé ni au copinage ni à l'arbitraire », a déclaré Bernard Paillard, président de la Fondation d'art dramatique (FAD) lors d'une conférence de presse visant à répondre aux critiques dont elle est l'objet dans le processus de nomination du nouveau directeur de la Comédie de Genève. Critiques provenant du canton, par la voix du Conseiller d'Etat Charles Beer, qui s'est désolidarisé du processus en retirant sa représentante de la commission de sélection des candidats. Bouderie après laquelle chacun est monté sur son grand cheval, comme si la nomination du successeur d'Anne Bisang était l'enjeu réel de l'épisode, quand il devrait être évident qu'on est toujours, ou une fois de plus, dans un débat biaisé sur la répartition des charges, des compétences et des pouvoirs dans la politique culturelle des collectivités genevoises. La Comédie n'est qu'un prétexte et la nomination de son futur directeur qu'une opportunité pour les deux grands partenaires publics de la culture genevoise, la Ville et le canton (par ordre d'importance réelle sur le terrain) de montrer leurs muscles. Piètre spectacle, dans lequel la couleur (politique) du maillot des deux culturistes cultureux n'a que l'importance d'une anecdote.

Lire la suite

14:35 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : culture, politique, comédie | |  Facebook | | | |

lundi, 03 mai 2010

Hoquets sur glace

Genève : Nouvelle patinoire ou rénovation de l'ancienne ?
Hoquets sur glace


Emouvant tableau, ce 28 avril, à la Mairie de Piogre : magistrates et magistrats de gauche, du centre et de droite, de la Ville et du canton, communiaient dans l'obligatoire ferveur à laquelle tout politicien-ne de Genève était tenu à l'égard du club de hockey local. Concours de génuflexions ( « vous avez dépassé toutes les attentes et fait rêver toute une ville et un canton » - Manuel Tornare Dixit), exercice individuel et collectif de prosternation béate ( « vous avez amené quelque chose de magique dans le cité » - Charles Beer dixit), choeurs de louanges ( « le parcours des Aigles peut s'assimiler à une victoire » - Rémy Pagani dixit)... après quoi, puisqu'il faut bien passer aux choses sérieuses, promesses en vrac : on va rénover la patinoire des Vernets (qui le mérite, comme le mérite par exemple ,le stade de Frontenex), on va vous donner une autre patinoire, plus grande, plus belle, plus chère et plus vide, qu'on installera à l'Arena, ou à Plan Les Ouates, ou ailleurs, on ne sait pas où, mais peu importe, on paiera. Chaque année. Comme pour le stade de la Praille. On puisera dans les caisses publiques pour construire la chose, pour l'entretenir, pour l'administrer. On paiera pour la patinoire, on paiera pour le club, même s'il ne communique ses budgets qu'avec réticence et que ses comptes sont opaques. Le président du Servette Hoykey Club, Hugues Quennec, qui veut une patinoire d'au moins 10'000 places, exige des « garanties et des engagements » de la Ville, et menace :  « Sans infrastructure adéquates, le coach et moi-même ferons nos valises ». Pour la Praille ?

Lire la suite

13:21 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : sport, hockey, servette | |  Facebook | | | |