samedi, 12 février 2011

Mou Baraque, dégage !

MarkMuller.JPG

Lire la suite

18:11 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

vendredi, 11 février 2011

Vers la suppression du Revenu minimum cantonal d'aide sociale

Les dominos de l'exclusion

Une majorité (la droite, sans les libéraux et l'UDC, mais avec le MCG et les Verts) de la commission sociale du Grand Conseil genevois propose une révision de la loi sur l'aide sociale individuelle pour abolir le revenu minimum d'aide sociale (RMCAS) dont bénéficiaient en septembre dernier 3470 personnes -des chômeuses et chômeurs en fin de droits , qui passeraient alors directement à l'assistance, comme le millier et demi de personnes, au moins, que la révision de la loi fédérale sur le chômage va contraindre, 1er avril, au même parcours. La révision de la LASI sera sans doute votée par le Grand Conseil. Un référendum sera alors lancé. Il est prêt, nous sommes prêts, pour un débat sur l'effet domino d'une politique qui, renvoyant les chômeurs à l'assistance, nourrit l'exclusion sociale.

Lire la suite

14:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : rmcas, chômage, assistance | |  Facebook | | | |

mardi, 08 février 2011

Une Constitution ou un travail de séminaire ?

Consultation sur l'avant-projet de nouvelle constitution genevoise
Une Constitution ou un travail de séminaire ?


La Constituante ayant consenti à demander leur avis aux citoyennes et citoyens avant de leur balancer un projet de nouvelle constitution, son avant-projet est soumis à consultation jusqu'au 25 mars. Elle fera du résultat de cette consultation ce qu'elle veut, le peuple faisant lui-même du projet final ce qu'il voudra. Autant dire que si l'exercice consultatif n'est pas décisif, ni, compte tenu d'une certaine platitude du texte, franchement jouissif, on ne perd pas grand chose, sinon un peu de temps, à y participer... On attendait une nouvelle constitution ? On doit pour l'instant se contenter d'un travail de séminaire de droit constitutionnel. Qu'on nous demande de noter. Bah, pourquoi pas ?

(les documents utiles sont disponibles sur http://www.ge.ch/constituante, et on peut répondre en ligne à la consultation sur http://www.link.ch/constituante).

Lire la suite

14:36 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : constituante, constitution, politique | |  Facebook | | | |

samedi, 05 février 2011

VIVE LA COMMUNE

BandeaauVLCgrand.jpg
Parce que la commune ne produit pas de lois et qu'elle ne gouverne pas les gens, mais
qu'elle administre les choses, redistribue les biens et concrétise les droits,
Parce qu'elle est à Genève aujourd'hui le seul contre-pouvoir réel à une majorité de droite détenant tous les autres leviers de commande,
Parce que la droite la plus à droite rêve depuis 200 ans de la démanteler, de l'éclater ou de l'abolir...
Parce qu'elle est à votre service et que nous voulons être au sien...
... et parce que la droite et l'extrême-droite ont les dents longues, les idées courtes et les envies pressantes...

Lire la suite

16:37 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, élections | |  Facebook | | | |

jeudi, 03 février 2011

Fraudez, vous serez récompensés ?

carte-fraudeur.jpg
Le fond et l'arrière fond de la droite politique et patronale, regroupée dans un comité unitaire, a lancé, assez tardivement, sa campagne pour son projet d'amnistie fiscale, soumis au vote le 13 février. Une amnistie cantonale qui s'ajoute à une amnistie fédérale que le libéral Jornot a qualifié de minimaliste : elle ne fait qu'amnistier les fraudeurs, sans même leur faire cadeau de la plus grosse partie de ce qu'il ont chouravé. L'avocat et fiscaliste Michel Lambelet plaidait dans « Le Temps » pour l'amnistie fiscale, en ces termes :  « Permettons aux fraudeurs du fisc de faire amende honorable ». En leur remettant le 70 % du produit de leur fraude ? C'est plus une amende honorable, c'est une prébende honorée.

Lire la suite

14:25 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fiscalité, amnistie, impôts, politique, incivilités | |  Facebook | | | |

vendredi, 28 janvier 2011

Constituante genevoise : Chouette, on est consultés !

Le 5 février prochain s'ouvrira la consultation (la seule et unique) organisée pour soumettre à l'appréciation de qui aura quelque chose à en dire l'avant-projet de nouvelle Constitution issue des travaux de la Constituante, outre un questionnaire plus général. Cette consultation (qui comprendra des stands dans la rue et des soirées débats) se terminera le 25 mars. En d'autres termes, elle se déroulera parallèlement aux élections municipales, sans que l'on puisse prédire laquelle des deux campagnes parasitera l'autre, ou sera submergée par elle... L'avant-projet de constitution genevoise est disponible sur internet (www.ge.ch/constituante/doc/constitution/avant_projet_1301...), comme d'ailleurs les thèses refusées et acceptées par la Constituante, et les rapports des 5 commissions thématiques. Quitte à le comparer à ce qu'aurait pu être une constitution de gauche (www.perso.ch/troubles/constitution.pdf) ou aux bonnes intentions des partis désireux de participer à l'exercice constituant (par exemple : www.ps-ge.ch/constituante), On ne saurait trop vous inciter à lire cet avant-projet, et à participer à la consultation (tout le monde peut le faire, sans condition d'âge ou de nationalité, puisqu'une constitution s'applique à tout le monde sur le territoire qu'elle norme).

Lire la suite

17:04 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : constitution, constituante, politique | |  Facebook | | | |

jeudi, 20 janvier 2011

Organisons rationnellement la délation

Conseil Municipal de la Ville de Genève
Proposition d'arrêté
de Mmes Vera Figurek, Salika Wenger, Ariane Arlotti, Marie-France Spielmann et MM. Pascal Holenweg, Gérard Deshusses, Thierry Piguet et Grégoire Carasso
déposé le 19 janvier 2011

Exposé des motifs

Le Conseil fédéral examine une proposition consistant à obliger les enseignant-e-s à dénoncer leurs élèves sans statut légal de séjour ou de résidence ("sans-papiers"). Cette proposition complète un dispositif dont l'un des éléments est l'obligation faite aux officiers d'état civil de dénoncer à la police les fiancés en situation illégale au regard des lois sur l'immigration. Face à un tel dispositif et à de telles propositions, il n'y a guère que deux attitudes cohérentes : celle qui consiste à en appeler à la désobéissance civile, à l'insoumission, à l'insubordination face à des lois scélérates, d'une part, et celle qui consiste à se plier à ces lois et aux injonctions qu'elles produisent, et, pour des enseignant-e-s, des officiers d'état civil, demain sans doute pour tout-e fonctionnaire, et après-demain pour tout.e citoyen-ne, à se transformer en mouchard bénévole, en corbeau militant et en indicateur de police supplétif. L'air du temps pousse, sans ambiguïté, à l'adoption de cette seconde attitude, et le parlement de la deuxième ville de Suisse, fût-elle "capitale mondiale des droits de l'homme", se doit, telle la girouette dans le vent, le tournesol face au soleil ou la carpe morte dans le sens du courant de respirer le même air, si pestilentiel soit-il, que celui que l'on veut contraindre toute la population à respirer. C'est la raison pour laquelle nous proposons d'associer la Commune à l'entreprise de généralisation de la délation, du mouchardage, de la surveillance de voisinage et de la chasse au faciès et au permis de séjour, si heureusement entamée, et si heureusement parfaite, par les autorités fédérales et une partie des forces politiques de ce pays.

Lire la suite

02:01 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : délation, sans-papiers | |  Facebook | | | |

lundi, 17 janvier 2011

Amnistie fiscale : la droite veut faire taire le Conseil d'Etat

Les Indulgences dans le silence

Or donc, le bureau (à majorité de droite, forcément) du Grand Conseil genevois (à majorité de droite) nous fait un caca nerveux parce que le Conseil d'Etat (à majorité de droite) a fait paraître, dans la brochure officielle expliquant les objets cantonaux soumis au vote populaire le 13 février, deux mentions de l'opposition du Conseil d'Etat à la proposition (de droite) de rétablir le commerce des Indulgences en accordant une juteuse amnistie aux fraudeurs et soustracteurs fiscaux. Pour le bureau du grand Conseil, qui a pondu une interprétation très particulière de la loi, en cas de divergences d'opinion entre le parlement et le gouvernement, seule la position de la majorité du parlement devrait être transmise au public. La loi ne dit rien de tel ? Peu importe : pour la droite (UDC et MCG compris), la loi compte moins que la crainte de voir la position du gouvernement entendue par les gouvernés, quoi que ceux-ci en fassent.  Et du coup, nous voilà conduits à être gouvernementaux... un comble...

«   Leur ventre leur est pour dieu, la cuisine pour religion, lesquels ôtés, non seulement ils ne pensent pas qu'ils puissent être chrétiens, mais ne pensent plus être hommes.. Bref, ils ont tous un même propos : ou de conserver leur règne, ou leur ventre plein. (Jean Calvin)  »

La brochure officielle pour la votation cantonale du 13 février contiendrait donc deux crimes de lèse-majorité parlementaire : elle indique que « contrairement à l'avis du Conseil d'Etat, le Grand Conseil invite les citoyennes et les citoyens à voter oui » à l'amnistie fiscale, ce qui est la stricte vérité, et elle intègre la position du Conseil d'Etat dans la liste des recommandations de vote diverses et variées que contient la brochure. Un ancien député rangé des voitures parlementaires mais pas des chais pinardiers a même cru bon de déposer devant le Tribunal administratif un recours, en couinant que « le Conseil d'Etat viole la loi » et que c'est « inacceptable ». En fait, le Conseil d'Etat ne viole rien du tout, et la loi n'exclut nullement que sa position soit mentionnée. Certes, le Conseil d'Etat doit consulter le bureau du Grand Conseil avant de publier les explications et prises de position officielles sur l'enjeu soumis au vote populaire, mais il n'est absolument pas tenu de suivre la position dudit bureau. Le PS dénonce à juste titre l'attitude « infantile » de la droite (ou de ceux qui agissent en son nom), en relevant que si le recours libéral devait être accepté, il en coûterait aux caisses publiques plusieurs centaines de milliers de francs pour reconvoquer le corps électoral (il faudrait en effet retirer l'amnistie fiscale de la liste des objets soumis au vote du 13 février, l'nscrire à un autre scrutin et faire réimprimer la brochure électorale et les bulletins de vote envoyés à toutes et tous les citoyen-nes du canton. Il faut donc croire que le rétablissement du commerce des indulgences (que nous allons d'ailleurs proposer au Conseil Municipal de la Ville de soutenir) est chose si essentielle, si fondamentale dans la Rome protestante, que le silence doive se faire sur les oppositions qu'il suscite. Cela dit, le Conseil d'Etat pourra toujours, comme le fit Luther, placarder ses propres thèses sur la porte des églises. Sans rien risquer d'ailleurs de ce que risqua Luther -mais il est vrai, sans guère de chance non plus de provoquer la révolution qu'il provoqua. Et, gouvernementaux comme nous le sommes, puisque socialistes, nous nous ferons, si besoin est, un devoir de les diffuser, les thèses du Conseil d'Etat. Un devoir accru même du plaisir, exceptionnel, de nous retrouver, modeste habitant plébéien, dans le même camp que nos Magnifiques Seigneurs Syndics. Un plaisir pareil, plus encore que le devoir qu'il accompagne, ne se refuse pas : sa rareté même lui donne toute sa valeur. A condition, bien entendu, de n'en pas abuser.

indulgence.jpg

13:38 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : politique, fiscalité, amnistie | |  Facebook | | | |

mercredi, 12 janvier 2011

Sale farce pour les chômeurs : Fin de droits le 1er avril

Sale farce : dès le 1er avril prochain, des milliers de chômeuses et chômeurs (entre 14 et 17'000, selon les estimations officielles) risquent en Suisse de se retrouver sans indemnités, si les dispositions de l'ordonnance fédérale d'application de la loi sur le chômage sont maintenues. La révision de la loi a en effet entraîné une diminution importante du nombre d'indemnités auxquelle les chômeuses et chômeurs de moins de 25 ans et de plus de 55 ans, ainsi que les nouveaux diplômés et les artistes, ont droit. Les syndicats genevois qui s'opposaient à la révision de la loi, ont exigé des mesures d'accompagnement maintenant les droits acquis pour toutes les chômeuses et tous les chômeurs inscrits avant le 1er avril, mais rien ne dit que ces exigences seront acceptées -les chômeuses et les chômeurs, et même le personnel de l'Office de l'emploi et des caisses de chômage, ne sont en tout cas pas informés de ce qui les attend. Après tout, pourquoi s'en faire ? L'Hospice Général pourvoira...

Lire la suite

15:15 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chômage, travail, emploi | |  Facebook | | | |

mardi, 04 janvier 2011

Votation cantonale genevoise du 13 février : le retour des Indulgences

indulgence.jpgLe 13 février prochain, le bon peuple genevois des bons contribuables honnêtes se prononcera sur la proposition de la droite d'amnistier le petit peuple des contribuables fraudeurs. Cette proposition, inacceptable sur le fond, pour ne rien dire de la forme, a quelque chose d'un assez fulgurant retour en arrère : celui du commerce des Indulgences dans la Cité de Calvin. Le paradoxe serait amusant, s'il n'illustrait le plus clairement possible la conception qu'a la droite de la lutte contre la délinquance et les « incivilités » : une lutte contre la délinquance et les incivilités des autres, mais une permanente tolérance à l'égard de la délinquance et des incivilités dont se rendent coupables celles et ceux que les promoteurs de l'amnistie fiscale représentent. La fraude fiscale n'est pas un sport de pauvres et l'amnistie fiscale ne s'adresse pas à eux.

Lire la suite

12:45 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fiscalité, amnistie, politique, indulgences | |  Facebook | | | |

mercredi, 22 décembre 2010

De la commune à la communauté urbaine

2011 : Plus loin que les Municipales

2011, à Genève, sera l'année des élections municipales. Les enjeux de ces élections sont clairs : ils portent sur la constitution de majorités dans les Conseils et les exécutifs municipaux -et, pour la gauche, le maintien, voire le renforcement, des majorités dont elles dispose parfois, et si possible la constitution de majorités nouvelles là où cet objectif est atteignable. Mais derrière cet enjeu politique local, ou plus haut que lui, ces élections ont un enjeu régional : Nous avons à Genève à résoudre deux contradictions : celle, fondamentale, entre les compétences politiques réelles de la commune et le rôle qu'on attend d'elle, et celle, fonctionnelle entre la Ville politique et la ville physique -et aucune de ces deux contradictions ne sera résolue par l'un ou l'autre des bricolages institutionnels proposés (par exemple à la Constituante) par de brillants esprits plus intéressés au dépeçage de la Ville et au maintien d'une tutelle étroite sur tout es les communes, qu'à l'invention d'un nouvel espace politique démocratique.

Lire la suite

10:31 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : région, communes, municipales | |  Facebook | | | |

vendredi, 17 décembre 2010

Financement de la politique culturelle genevoise :La Ville raque, le canton glande

Aujourd'hui, une semaine après celui de la Commune, le parlement de la République se plonge dans les délices de l'examen du budget. Il y passera sans doute moins de temps, même si l'extrême-droite menace de parasiter le débat en s'accrochant au micro et en multipliant les amendements (comme le fit d'ailleurs la droite traditionnelle municipale, en sachant pertinemment l'inutilité de l'exercice puisqu'il était établi que le budget de la Municipalité de gauche serait voté par la majorité de gauche...). La préparation du projet de budget cantonal, en commission, a été marquée par une offensive de la droite, refusant, dans au moins trois domaines sensibles et prioritaires (l'hôpital, la mobilité et la culture) les modestes efforts supplémentaires proposés par le gouvernement. S'agissant de la culture, ce refus initial de la droite d'accorder deux misérables millions de plus (dont 900'000 francs afin de créer la Fondation romande pour le cinéma) illustre on ne peut mieux, et on ne peut plus clairement, la vacuité, ou l'hypocrisie, ou les deux à la fois, du discours tenu par la droite sur la nécessité d'un « plus fort engagement du canton », aux côtés de la Ville. Ou face à elle. Qui a encore accru son effort budgétaire en faveur de la culture, quand le canton mégote sur le sien.

Lire la suite

13:47 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : culture, politique, budget | |  Facebook | | | |

mercredi, 15 décembre 2010

La Ville a un budget ? Le Conseil d'Etat a un problème...

Dans l'attente du rôt du Bailli

Après s'être offert le plaisir, légèrement pervers avant que de tourner lourdement en farce, d'un bon samedi de gesticulations sécuritaires, le Conseil Municipal de la Ville a finalement voté le budget de la Municipalité. Et l'a voté en respectant la logique de sa configuration politique, chacun jouant son rôle, la gauche donnant à la Municipalité de gauche les moyens de mener une politique de gauche, la droite les lui refusant, et refusant même tout moyen financier à ses propres propositions, ce qui réduit celles-ci à une vaine gesticulation.  Une brève escapade dans le psychodrame, suivie d'une bonne thérapie de groupe, et tout est rentré dans l'ordre, que demande le peuple ? Sans doute, des Conseillers municipaux qui fassent le travail pour lequel ils ont été élus (ou ont remplacé ceux qui avaient été élus et ont démissionné), et pour lequel ils ont été convoqués en séances trois jours durant. Et maintenant ? Maintenant, on attend le rôt du Bailli, qui menace d'invalider le budget municipal, parce qu'il maintient une ligne de dix millions pour l'aide aux rentiers AVS, aide que le Bailli a en travers de la gorge parce qu'elle révèle l'insuffisance de sa propre politique sociale.

Lire la suite

02:26 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, budget, élections, avs | |  Facebook | | | |

lundi, 13 décembre 2010

Aide sociale : Monopole cantonal et constat d'échec

Depuis des années, contre la volonté du canton, c'est-à-dire de sa majorité politique de droite, la Ville de Genève, c'est-à-dire sa majorité politique de gauche, verse une modeste  allocation mensuelle (185 francs par personne pour les célibataires, 165 francs pour les personnes en couple) à 4750 habitantes et habitants de la commune, bénéficiaires des allocations complémentaires à l'AVS, mais se trouvant encore dans une situation matérielle trop difficile pour être acceptable socialement. Mais que le Bailli cantonal persiste, lui, à trouver normale, puisqu'il prétend interdire à la Ville de l'améliorer si peu que ce soit. Et le voilà donc, notre Bailli cantonal, qui nous baille des décisions de justice qu'il interprète à sa guise pour menacer la Ville d'invalider son budget si celui-ci contenait toujours une ligne de 10 millions de francs destinée à financer l'aide municipale que le canton voudrait abolir.

Lire la suite

14:18 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : avs, oapa, politique | |  Facebook | | | |

dimanche, 12 décembre 2010

Comment apprêter une couleuvre (recette de cuisine politique)

On cherchait, après une soirée calamiteuse au Conseil Municipal de la Ville, et pour se prémunir contre une nuit du même tonneau, une bonne recette pour apprêter les couleuvres. On a trouvé une. On ne sait pas ce qu'elle vaut, mais on va l'essayer. On verra bien. Or donc :

Lire la suite

23:41 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cuisine | |  Facebook | | | |

jeudi, 09 décembre 2010

Budgets de la Ville et du canton : Couleuvres au menu

Vendredi, samedi, et peut-être encore mardi, le Conseil municipal de la Ville va se pencher, avec toute l'attention qu'il mérite, et quelques lourdes arrière-pensées suscitées par la proximité des élections municipales, sur le budget de la Commune de Genève (le canton se livrera au même exercice pour le budget de la République, une semaine plus tard). Avec, pour la gauche, quelques couleuvres bien dodues à avaler, tant au Grand Conseil qu'au Conseil Municipal. Mais des couleuvres qu'en Ville, elle se sert elle-même, et qu'elle pourrait fort bien se passer d'ingurgiter puisque, majoritaire, elle n'a aucun besoin de la droite pour faire passer le budget de sa Municipalité et que de toute façon la droite ne votera pas le budget. Le budget de la Ville de Genève, c'est plus de 1,1 milliard de francs de revenus. Pour une municipalité de moins de 200'000 habitants, c'est plus que le budget de dizaines d'Etats membres de l'ONU. Ce budget municipal pour 2011 sera équilibré (la loi, d'ailleurs, l'y oblige), contrairement à celui du canton, mais cet équilibre est fragile : il n'est pas seulement à la merci de la « conjoncture », il l'est aussi à celle des choix politiques, et, s'agissant d'un budget municipal, et du budget de cette municipalité-là, des choix politiques cantonaux -ceux d'une majorité qui a depuis vingt ans la Ville de Genève dans le colimateur.

Lire la suite

13:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ville, budget, impôts | |  Facebook | | | |

mardi, 07 décembre 2010

Grand Théâtre : De l'« autonomie » comme camouflage

La droite traditionnelle de la Ville de Genève (libéraux, radicaux, démo-chrétiens) a trouvé une porte ouverte à enfoncer : le statut du Grand Théâtre. Qu'elle fait mine de vouloir réformer, dans une motion déposée au Conseil Municipal alors que la Fondation du Grand Théâtre doit elle-même rendre un rapport, élaboré par l'ancien Conseiller d'Etat Guy Olivier Segond, sur les trois termes de l'alternative qui s'offre à la Ville : un statu quo amélioré (le GTG reste une Fondation de droit public), l'« autonomisation » (réclamée par la droite), et la gestion directe (l'opéra devient une institution municipale comme les grands musées), dont on ne cachera pas plus longtemps qu'elle a notre préférence, d'autant que dès l'année prochaine, la quasi totalité du personnel « non artistique » du GTG fera partie de la fonction publique municipale. Du Grand Théâtre,  il s'agit de partager la charge financière, non de la camoufler derrière une « autonomie » factice.

Lire la suite

13:26 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : culture, opéra, gtg | |  Facebook | | | |

jeudi, 25 novembre 2010

Genève déborde de ses frontières : L'agglo et les blaireaux

Un accord a été signé lundi dernier entre les autorités genevoises, vaudoises et françaises de la région, pour le financement d'une première étape de projets infrastructurels rendus nécessaires par le développement fulgurant de la régio genevensis. Fulgurant ? Bien plus rapide que prévu, en tout cas : on prévoyait 200'000 habitants de plus en vingt-cinq ans, on en déjà gagné 65'000 en cinq ans... dont la moitié se sont installés en France, et un tiers dans le canton de Vaud, faute de logements disponibles à Genève, alors que dans le même temps et le même espace le nombre de places de travail s'est accru de 36'000 (soit en cinq ans le tiers de ce qu'on prévoyait en vingt-cinq ans), dont 6000 sur territoire vaudois -mais sans progression côté français. Les déséquilibres régionaux auxquels le projet d'agglomération voulait remédier se sont donc accentués, alors que l'on peine à constituer réellement la région, et surtout à admettre qu'elle est désormais le cadre de référence politique qui s'impose, puisqu'elle est le cadre qui s'impose à la réalité, et qui impose sa réalité, quelque déni que lui opposent dérisoirement quelques blaireaux refusant de voir plus loin que l'entrée de leur terrier, et rêvant même de s'y barricader.

Lire la suite

12:58 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : région, agglomération, mcg | |  Facebook | | | |

mercredi, 24 novembre 2010

Rénovation de la patinoire des Vernets : Combien vaut une fesse de sponsor ?

obeses.jpgPour assurer le confort des fessiers des sponsors et autres « VIP » qu'insupporte l'idée de se mélanger au commun des supporters (qui sentent la bière et la transpiration) du Genève-Servette Hockey-Club (GSHC), le Conseil administratif de la Ville a proposé au Conseil municipal, qui les a renvoyés en commission, un ensemble de deux ou trois crédits, pour un total de 13 ou 14 millions de francs, destinés à la création aux Vernets de « sky loges » et d'une « zone Lounge » et du « reprofilage du gradin sponsors ». En quels termes poétiques est dit ce vrai projet de gauche, pour une vraie Municipalité de gauche... Ces crédits, toutefois, ne satisfont même pas le GSHC, qui veut plus : une nouvelle patinoire. Et qui craint que la rénovation de l'ancienne, et l'amélioration de l'accueil des séants de la crème (financière) des spectateurs, ne soient un argument pour repousser aux calendes grecques la « nouvelle enceinte » dont il rêve et dont il rêve qu'elle lui soit offerte sur un plateau par la Ville et le Canton. Et le président du GHSC, Hugh Quennec, de sussurrer que le club « ne demande pas d'aide financière, mais simplement un outil structurel » pour lui permettre « de vivre ». Le rôle d'une collectivité locale est-il de mettre une infrastructure sportive à la disposition d'un club ou de la mettre à disposition de la population ?

Lire la suite

13:46 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gshc, vernets, hockey, sport, patinoire | |  Facebook | | | |

mardi, 23 novembre 2010

Avant-projet de loi sur la culture : qu'en faire ?

Sortir de la guerre de tranchées

Le Parti socialiste, et nous* même, puisqu'il nous* arrive d'être d'accord avec notre* propre parti, avons salué, sans illusions excessives, l'avant-projet de loi sur la culture issu des travaux de la commission d'experts (CELAC). Cet avant-projet exprimait, sur le fond, une position que nous défendons depuis des années, et que défendaient également les milieux culturels regroupés dans le RAAC -dont à notre connaissance nul n'a jamais affirmé qu'il était à lui seul le représentant attitré de toutes celles et ceux qui, à un titre ou un autre, dans un domaine ou un autre, professionnellement ou en amateurs, sont des acteurs culturels. Mais les travaux de la CELAC n'ont rien eu du parcours d'un long fleuve tranquille, et ont plus souvent qu'à leur tour été le théâtre d'une véritable guerre de tranchée entre la Ville et le canton. Le projet qui en est ressorti en porte encore les traces -et le débat qui va s'engager sur l'ultime phase de ce travail, celle du projet de loi qui sera déposé devant le Grand Conseil, n'y échappera pas non plus.


*où l'on s'offre le petit plaisir d'un pluriel de majesté

Lire la suite

12:58 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : culture, celac | |  Facebook | | | |