vendredi, 02 décembre 2011

Au menu de l'élection d'un nouveau Procureur Général genevois : Coquoz vain...

Voilà, c'est fait, le député PLR Olivier Jornot a été élu Procureur Général de Genève, au premier tour par 49 suffrages sur 99 présents, contre 39 suffrages pour son concurrent PDC, Christian Coquoz, et le hallebardier de service, l'udéciste Schifferli. Jornot a donc fait une voix de plus que le plein des voix de son camp (le PLR, et le MCG), et Coquoz trois voix de moins que le total des députés des partis qui officiellement le soutenaient, ce qui suggère non seulement que Jornot ait voté pour lui-même (et la règle prescrivant l'abstention quand l'objet soumis au vote comporte un intérêt personnel direct ? la règle, quelle règle ? où ça une règle ? Et pourquoi pas de l'élégance, pendant qu'on y est ?), mais aussi que son élection ait été facilitée par les états d'âmes de quelques députés PDC, Verts ou PS. Et par le vote des députés policiers (vive la séparation des pouvoirs. Mais après tout, c'est ça, l'autogestion, l'élection des chefs par la base, non ?). Reste que sortir d'un Zapelli par un Jornot, c'est ce qui s'appelle une glissade sur le Parquet. Même si c'est le parlement qui est ciré.

Lire la suite

11:49 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : élection, justice, parquet, procureur | |  Facebook | | | |

jeudi, 01 décembre 2011

« Culture et politique à Genève » : après le forum du RAAC

Beaux discours et lourdes menaces

« Paradoxalement, les inquiétudes se manifestent de plus en plus vivement (au sein des milieux culturels) alors que les progrès accomplis sont indéniables » a regretté Charles Beer, lors du dernier Forum du RAAC (Rassemblement des artistes et acteurs culturels genevois). Quelles inquiétudes ? Quels progrès? Le projet de loi sur les arts et la culture témoigne certes d'une belle intention de faire travailler le canton, la Ville, les autres communes et les milieux culturels ensemble, mais cette belle intention pourrait se traduire concrètement par un appauvrissement considérable du soutien public à la culture, faute d'une majorité politique cantonale acquise à un engagement matériel plus fort de la République sur ce terrain, alors que les ressources financière de la Ville risquent de se trouver lourdement amputées par les diverses contre-réformes fiscales concoctées par la droite cantonale, sans que ces ressources perdues soient récupérées par le canton.. Dans ces conditions, on comprend mieux les « inquiétudes » des milieux culturels :
les menaces sont directes, et elles pèsent sur tous les acteurs culturels genevois, institutionnels ou non.

Lire la suite

14:11 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : culture, raac, celac, grand théâtre | |  Facebook | | | |

mercredi, 30 novembre 2011

Budgets publics : Et si on faisait notre boulot ?

On n'est même pas encore entrés dans l'Avent, le sapin n'est même pas dressé, on n'a même pas encore acheté les cadeaux que dans nos petits souliers, ce matin, le Père Noël a déposé une grosse enveloppe. Avec un gros document dedans : le budget de la Ville de Genève. Et nos copains du Grand Conseil vont recevoir une plus grosse enveloppe encore. Avec un encore plus gros document dedans : le budget du canton. Merci Père Noël. Fallait pas. Mais bon, maintenant qu'on l'a reçu, notre cadeau de Noël, trouvons-lui le meilleur usage possible. C'est pas parce que la droite locale refuse de faire son boulot qu'il faut la suivre dans cet exemple lamentable et refuser de faire le nôtre Notre travail, nous, on veut le faire. On a été élus pour ça, non ?

Lire la suite

13:43 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : budgets, politique, impôts, déficit | |  Facebook | | | |

mardi, 29 novembre 2011

Après un échec sur le salaire minimum... La fiscalité, pour rebondir ?

S'il ne devait y avoir qu'un seul enseignement à tirer de notre échec de ce week-end, sur le salaire minimum et le revenu minimum d'aide sociale, ce serait celui-ci : ceux qui ont intérêt à ce que nos propositions échouent savent se mobiliser, pas celles et ceux dont les droits et la situation matérielle seraient améliorés par ces propositions. Et on ne peut pas toujours compter sur la Ville de Genève pour renverser les majorités périurbaines et rurbaines de droite. Bref, pour faire passer nos initiatives fiscales, il va falloir non seulement les faire aboutir*, mais surtout les faire voter par ces « milieux populaires » qui, massivement, se sont abstenus dimanche... Parce qu'en face, on s'est déjà mobilisé. On trouvera des feuilles de signatures pour les deux initiatives socialistes sur www.ps-ge.ch/Canton/GE/Canton//Nos-projets/IN-fiscales/

Lire la suite

15:26 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : fiscalité, inititives, développement | |  Facebook | | | |

lundi, 28 novembre 2011

Refus du salaire minimum, enterrement du revenu minimum d'aide sociale: Genève a voté, mais quelle Genève ?

La majorité (un peu moins de 55 %) d'une minorité (celle qui participé au vote) de citoyennes et de citoyens genevois a donc à la fois refusé le principe d'un salaire minimum, et accepté de supprimer le revenu minimum d'aide sociale. Pendant qu'à Neuchâtel, où l'on votait aussi sur le salaire minimum, celui-ci était accepté avec une majorité comparable à celle qui le refusait à Genève. Et qu'à Saint-Gall, pour l'élection au Conseil des Etats, le président de l'Union Syndicale Suisse terrassait le président de l'UDC. On ne peut pas toujours être les meilleurs. Et on fera mieux la prochaine fois. C'est promis. Reste à nous en donner les moyens.

Lire la suite

13:35 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : votations, salaire, démocratie | |  Facebook | | | |

jeudi, 24 novembre 2011

Genève peut-elle soutenir d'une main ce qu'elle condamne de l'autre ? « La question ne sera pas posée »

Est-il opportun, cohérent, défendable que la Ville de Genève soutienne, par le biais d'un concert une organisation (le Keren Kayemeth Leisraël, KKL, ou Fonds National Juif) qui, concrètement, sur le terrain est l'instrument d'une politique que la même Ville de Genève condamne en soutenant un plan, l'«Initiative de Genève», qui veut y mettre fin ? La question aurait dû être posée au Conseil Municipal hier soir, par le biais d'une motion urgente déposée par sept conseillères municipales et conseillers municipaux de gauche, motion que le bureau du Conseil municipal, soutenu par tous les chefs de tous les groupes parlementaires -sauf une- a refusé de soumettre au vote du Conseil, sous les prétextes les plus divers dont celui, franchement ordurier, que la demande faite par la motion relèverait de l'antisémitisme. La question de la cohérence entre les discours et les actes de la Ville ne sera donc pas posée.

Lire la suite

13:56 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : israël, palestine, kkl | |  Facebook | | | |

mercredi, 23 novembre 2011

Du revenu minimum à l'assistance individuelle ? NON à la suppression du RMCAS !

broyeur.jpg« Acceptez-vous la loi modifiant la loi sur l'aide sociale individuelle ? », demandent le Conseil d'Etat et le Grand Conseil genevois aux citoyennes et aux citoyens de la République. « Non ! », répondons-nous (nous, c'est-à-dire toute la gauche, et les syndicats). La question est innocente, la réponse qu'on lui donnera, quelle qu'elle soit, le sera beaucoup moins. Parce que si cette réponse est « oui », moins de huit mois après l'entrée en vigueur d'une nouvelle loi fédérale sur l'assurance chômage (que Genève avait refusée à plus de 60 %), c'est une nouvelle tentative de faire peser la responsabilité du chômage sur les chômeuses et les chômeurs eux-mêmes, en précarisant leur situation et en les basculant dans l'assistance, qui serait couronnée de succès.

Lire la suite

15:30 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rmcas, politique, cotation, assistance, chômage | |  Facebook | | | |

vendredi, 18 novembre 2011

Affres budgétaires municipales : Un déficit, et alors ?


Résumé des festivités budgétaires de fin d'année : En Ville de Genève, la Commission des Finances du Conseil Municipal s'étant révélée incapable de faire son boulot d'examen du projet de budget présenté par le Conseil administratif, c'est donc en séance plénière que ce travail devra être fait. Sans aucune garantie qu'il le soit. Et la Ville n'aura peut-être pas de budget à la fin de l'année, puisque seule la gauche (c'est-à-dire les socialistes et « Ensemble à gauche ») est disposée à voter le seul qui sera proposé.  Pas de budget 2012, et alors ? la Ville aurait recours aux «douzièmes provisionnels», c'est-à-dire au budget de l'année précédente, découpé en tranches mensuelles. Et on s'en satisferait fort bien : ce budget, c'était, pour l'essentiel, le nôtre...

Lire la suite

14:26 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, économie, budget | |  Facebook | | | |

mercredi, 09 novembre 2011

Non à la suppression du Revenu minimum d'aide sociale : La Justice, pas l'aumône !

Le 27 novembre prochain, en même temps que l'introduction d'un salaire minimum, c'est la suppression d'un succédané de revenu minimum (le RMCAS, revenu minimum cantonal d'aide sociale) qui sera soumise au vote des Genevoises et des Genevois. La gauche a lancé un référendum contre cette suppression -non qu'elle se satisfasse du RMCAS, mais parce que ce que par quoi la droite propose de le remplacer est encore plus lacunaire, plus suspicieux, socialement plus excluant. C'est donc pour la même raison que nous disons «  oui » au salaire minimum et « non » à la suppression du RMCAS : parce que le principe de toute politique sociale doit être la justice, pas l'aumône !

Lire la suite

14:03 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : politique, rmcas, lasi, assistance | |  Facebook | | | |

lundi, 31 octobre 2011

Budget culturel de la Ville de Genève : C'est pas le moment de mollir...

Vendredi 18 et samedi 19 novembre prochains, le Rassemblement des artistes et acteurs culturels genevois (le RAAC) tiendra son 4ème Forum public sur un thème que l'actualité politique locale a, à grands pas, rattrapé : « culture et politique » . Et précisément, demain mardi, à 16 heures 30, devant l'Hôtel de Ville, un rassemblement est organisé pour protester contre les intentions de la droitunie municipale, du PDC au MCG en passant par le PLR et l'UDC, de ratiboiser de 10 millions le budget culturel de la Ville. Les élagueurs culturels de droite font mine de faire marche arrière ? Peut-être. Mais seulement parce qu'ils n'ont pu perpétrer leur mauvais coup en douce (une pétition lancée contre leur tentative a déjà recueilli plus de 4000 signatures : www.petitions24.net/signatures/pas_de_coupe_dans_le_budge... ). La mobilisation s'impose donc toujours. Le budget de la Ville de Genève, et donc son budget culturel, sera soumis au vote du Conseil Municipal le 11 décembre. D'ici là, il s'agit bien, pour la gauche et pour les milieux culturels, de ne pas baisser la garde. Parce que la droite ne renoncera que si elle y est contrainte, par notre mobilisation, dans et hors du parlement.

Lire la suite

11:52 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : culture, politique, budget | |  Facebook | | | |

mercredi, 19 octobre 2011

Secret de fonction et décret de ponction

Le bâillon ou les menottes ?

Après que l'offensive de la droitunie contre le budget culturel de la Ville de Genève ait été rendue publique (par nous aussi, certes, mais d'abord par les cris de victoire de certain commissaire de droite dans les estaminets), la présidente du Conseil Municipal a envoyé à toutes les conseillères municipales et tous les conseillers municipaux une lettre (au fait : Cette Bulle présidentielle est-elle frappée de confidentialité ou pouvions-nous en faire état ?) nous rappelant que le secret de fonction sur les débats et les votes en commission est imposé par la loi, que le violer tombe sous le coup de l'art. 293 du  code pénal et qu'il nous est donc « fait défense de communiquer ou polémiquer sur des débats ou votes de l'une ou l'autre des commissions du Conseil municipal par quelque moyen que ce soit, tant que le rapport de l'objet en question n'a pas été inscrit à l'ordre du jour des séances plénières ». Nous avons donc commis ce qu'il ne fallait pas commettre. Soit. Et alors ?  Faute d'avoir pu nous bâillonner, nous menottera-t-on ?

Lire la suite

14:55 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : politique | |  Facebook | | | |

vendredi, 14 octobre 2011

Budget culturel de la Ville de Genève : En quel état la droite se meuh...

Les commissions spécialisées du Conseil municipal de la Ville de Genève examinent en ce moment  les projets de budgets qui les concernent. La Commission municipale des arts et de la culture (Carts) examine donc le budget culturel de la Ville de Genève. Compte tenu de l'importance de ce budget, due à l'importance de la Ville de Genève dans la politique culturelle de toute la région (la Ville en est depuis un siècle et demi le premier acteur public, le premier contributeur et le premier soutien), on est en droit d'attendre des élues et élus municipaux siégeant au sein de la Carts qu'ils fassent leur boulot avec tout le sérieux qui s'impose, et avec le souci de défendre à la fois l'engagement culturel de la Ville auprès des artistes et les prestations que les différents lieux culturels genevois offrent à la population. Mais l'attendre de toutes et tous, c'est méconnaître l'état en lequel se meut (ou se meuh...) désormais la droite municipale genevoise...

Lire la suite

17:51 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : politique, culture | |  Facebook | | | |

jeudi, 13 octobre 2011

Traversée routière de la rade : Roses-verts prêts au ralliement ?

De petites prudences rhétoriques dans les débats électoraux des Fédérales laissent supposer qu'une partie de la gauche soit prête à se rallier au projet de traversée routière de la Rade de Genève. « Une réflexion est en cours », lâche, sibyllin, le président des Verts, Yvan Rochat, confirmé par son homologue socialiste, René Longet : « le non ferme est une position révolue car l'offre des transports a évolué ». On n'ironisera pas (c'est pas notre genre) sur l'hypothèse qu'un « non » ferme, à quoi qu'il soit opposé, ait jamais été de l'habitude du PS ou des Verts. On se contentera de se demander ce qui pourrait bien justifier que la gauche se rallie à un projet qu'elle combattait.

Lire la suite

20:07 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : transports | |  Facebook | | | |

mardi, 11 octobre 2011

Rénovation du Musée d'Art et d'Histoire (suite, et pas fin) : Etudier TOUS les projets...

Le Conseil administratif de la Ville de Genève propose au Conseil Municipal un nouveau crédit d'étude de 2 millions et demi de francs, s'ajoutant aux trois millions et demi déjà accordés, pour terminer l'examen du projet « Nouvel » d'extension du Bâtiment principal du Musée d'Art et d'Histoire.  L'objectif affiché du Conseil administratif est de « disposer d'un projet concret et complet avant de décider du dépôt d'un crédit de construction ». Objectif louable, nul n'ignorant que le Musée  a besoin d'être rénové et agrandi. Mais la décision de déposer un crédit de construction pour un ouvrage qui coûtera au minimum 60 millions à la Ville ne devrait pas se prendre sans que les alternatives au seul projet étudié jusqu'à présent soient aussi examinées, sérieusement et sans a-priori...

Lire la suite

13:29 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : culture, mah, nouvel | |  Facebook | | | |

mercredi, 05 octobre 2011

Sandrine Salerno met les pieds dans le Dies : Feu sur la socialiste !

Cette année, le Dies Academicus de l'Université de Genève s'est donné comme thème : « Maîtriser la croissance ». Et il a été ouvert par la contribution d'une invitée surprise : la Conseillère administrative socialiste Sandrine Salerno. Qui a précisément dit ce qu'elle pensait de la « croissance à la genevoise ». Et a mis toute la droite en un émoi dont les clameurs ont assourdi la République. Mais qu'est-ce qu'elle a bien pu dire, Sandrine Salerno, qui suscite une telle rage ? Elle a dit ce que tout le monde à Piogre peut constater : que le modèle de développement économique sur lequel se fondent les choix du gouvernement genevois a des conséquences calamiteuses.  Et du coup, les flingues à tirer dans les coins ressortent de tous les placards de droite : feu sur Salerno ! A propos de tout, de rien et de n'importe quoi. Mais qu'attendre d'autre qu'un écran de fumée d'une droite qu'on est capable de faire, d'un doigt, sortir de la salle du Conseil Municipal ?

Lire la suite

14:57 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : politique, croissance, économie, fiscalité, salerno | |  Facebook | | | |

lundi, 03 octobre 2011

Projet d'agrandissement du Musée d'Art et d'Histoire :Echec et MAH ?

Le Conseil administratif de la Ville de Genève présente au Conseil municipal, la semaine prochaine (et aujourd'hui aux media, lors d'une conférence de presse) une demande de crédit d'étude complémentaire de deux millions et demi (après celui de 3 millions et demi voté en 2007) pour le projet « Nouvel » d'agrandissement du Musée d'Art et d'Histoire -mais seulement pour ce projet, modifié (deuxième entrée publique, plate-forme élévatrice, deux niveaux supplémentaires nouveaux espaces pour les collections d'horlogerie, émaillerie, bijouterie, miniatures, instruments anciens de musique, jardin des sculptures sur le promenade de l'Observatoire) et dont le coût estimé à été revu à la hausse de plus de 50 % (il passe de 80 à 127 millions). Or ce projet a désormais une alternative... dont on ne saura ce qu'elle vaut que si on consent à l'étudier aussi...

Lire la suite

12:26 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musées, mah, gandur, nouvel | |  Facebook | | | |

mercredi, 28 septembre 2011

Boni municipal, déficit cantonal : Budgets communiquants ?


Le projet de budget communal de Genève est équilibré, le projet de budget cantonal de Genève est déficitaire, les deux déplaisent à la droite et le gouvernement lorgne sur les caisses municipales : devant l'assemblée générale de l'association des communes genevoises, leur baillie cantonale, Michèle Künzler, a rappelé que si le budget cantonal 2012 allait être largement déficitaire (la faute à la conjoncture, à la Confédération, aux baisses d'impôts)  « certaines communes ont des trésoreries florissantes ». Et elle a averti :  « si nous voulons éviter que le frein à l'endettement ne (sic) soit activé, nous avons tous intérêt à travailler de concert ». Pour faire payer le déficit cantonal aux communes en général et à la Ville en particulier ? ça sent la ponction, le racket et le transfert de charges sans transfert de compétences, tout ça...

Lire la suite

14:33 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, budgets | |  Facebook | | | |

vendredi, 16 septembre 2011

A propos (ou au prétexte) de l'Usine comme « lieu alternatif »

Contre l'urbanisme séparateur

Petit débat, assez intime, mais fort intéressant, à l'Usine, hier après-midi. Thème : «L'Usine est-elle toujours un lieu alternatif». On n'a pas répondu à la question. On ne pouvait pas y répondre autrement qu'en se disant que l'Usine est un lieu alternatif puisqu'il est perçu et se perçoit lui-même comme tel. Mais si on n'a pas répondu à cette question, on s'en est posées de nombreuses autres. Dont celle-ci : les offensives dont l'Usine fait l'objet (de la part de la droite municipale, de la part aussi de ses voisins...) ne témoignent-elle pas de la mise en oeuvre, dans la Ville, d'une systématique de la séparation, pour un meilleur contrôle ? De la séparation des lieux, des activités, des publics, des temps, alors que le projet de l'Usine, sa situation au centre de la Ville dans un quartier devenu d'habitation, relève d'une logique de confrontation, de juxtaposition, de désordre ? Bref, d'une logique urbaine ?

Lire la suite

14:46 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : culture, usine, urbanisme | |  Facebook | | | |

mardi, 13 septembre 2011

Alliances électorales genevoises : La droite s'écrème

N'importe quel sous.-officier de carrière pourrait vous le dire : la troupe, ça se rassemble avant de se disperser. Avant, pas en même temps. Ces deux ordres, « rassemblement ! » et «dispersion ! », la droite genevoise se les donne et les suit. Mais dans le désordre. Elle se disperse avant même de s'être rassemblée. Ou tout en se rassemblant. Le sous-officier de carrière en perd son latin légionnaire. Et c'est dès lors à un biologiste qu'il faut faire appel, pour nous expliquer que la décomposition du vivant précède sa recomposition. Puis lui succède.Rien ne se perd, tout se recrée. Même la droite genevoise ? Mais oui : deux voitures-balais sont là pour en récupérer les dissidents : les Verts Libéraux et le MCG...

Lire la suite

14:07 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : politique, élections | |  Facebook | | | |

lundi, 05 septembre 2011

Election partielle à la Cour des Comptes : Tout ça pour ça ? Ben oui...

Le 25 septembre, une élection partielle désignera celui qui, de Daniel Devaud (solidaritéS) ou d'Yves Nidegger (UDC), remplacera, pour un intérim de huit mois, Antoinette Stalder (PS) à la Cour des Comptes -une instance ne disposant d'aucun pouvoir de décision, produisant des rapports dont on fait ce qu'on veut, y compris rien du tout, et ne pouvant émettre que des recommandations contraignantes pour personne. Grave question à l'ordre du jour : Préfèrera-t-on y caser un juge que l'envie démange de changer de juridiction (même si la Cour des Comptes n'est pas un tribunal et que ses membres ne sont pas des juges) ou un politicien qui roupille au Conseil Municipal et joue les utilités au Conseil National ? Mais comme poser la question en ces termes, pourtant d'une objectivité sans faille, n'affriolera guère l'électeur-trice, on va se la jouer grand affrontement idéologique, Front Antifasciste contre Union de la Droite... Et c'est ainsi que de la Cour des Comptes on passe à la Cour des Miracles...

Votez Madoff

Souvenez-vous : un communiqué incantatoire de solidaritéS était tombé, le 23 juin,  dénonçant le "dépôt d'une liste MCG pour l'élection complémentaire à la Cour des comptes... avec comme candidat unique sur celle-ci René Longet, Président du Parti socialiste genevois". Et de dénoncer un candidat (Longet, donc) "capable de vendre son âme pour conquérir une place", et d'en appeler à une mobilisation en faveur de l'autre candidat de gauche, celui de solidaritéS "pour barrer la route à la droite et à l'extrême-droite" C'était beau comme l'antique. C'était Barcelone en 1936. Sauf que c'était parfaitement, et délibérément mensonger, et que les brillants auteurs de cette petite saloperie savaient pertinemment qu'il n'y avait pas de liste MCG avec le nom de René Longet, ni d'ailleurs avec aucun autre nom, le MCG ne présentant pas de candidat, et René Longet n'étant le candidat que du seul Parti socialiste.  Mais peu leur importait, aux auteurs de ce torchon, qu'il soit mensonger, puisqu'il fut efficace : peu disposé à passer toute la campagne à devoir se défendre de l'accusation ordurière de pactiser avec la Bête Immonde, le président du PS a jeté l'éponge et son parti, qui la veille proclamait encore haut et fort son intention de faire de l'élection partielle à la CdC le moment d'un débat politique sur le rôle de l'Etat, a, piteusement, suivi. Depuis, on meuble, comme on peut. L'élection, on le sait déjà, ne passionnera pas les foules (pour les partis qui s'y livrent, elle n'est guère qu'un petit galop d'essai avant les fédérales) et l'abstention sera à la hauteur de l'enjeu (encore heureux si on atteint 25 % de participation...). Alors on s'agite, pour faire croire que quelque chose, là, se joue, quelque chose d'autre que les parcours personnels des deux candidats. Quelque chose qui serait politique. Après avoir appelé à "barrer la route" à un candidat inexistant du MCG, on appelle donc, comme Guy-Olivier Segond, à voter pour le candidat de la gauche en fournissant au passage l'argument le plus tarte de la campagne : "un juge à la cour des Comptes, c'est évident". Evident ? Ah bon. Et pour le Conseil de fondation du Grand Théâtre, une cantatrice chauve s'impose avec la même évidence ?. Du coup, Pascal Décaillet tombe à blog racourcis sur Segond,  Didier Bonny démissionne du PDC pour la goutte de fiel de trop (une affiche PDC soutenant un candidat UDC), d'autres, à droite, annoncent qu'ils voteront blanc, et courant d'une fuite à l'autre pour écoper sa chaloupe de sauvetage électoral, le président des libéraux-radicaux appelle lui aussi à "barrer la route de la Cour des Comptes" (Genève, décidément, est en travaux), mais cette fois à "l'extrême-gauche" (dont il est à peu près le seul à croire qu'elle bouge encore, et dont les héritiers présomptifs disposent d'ailleurs déjà à la Cour des Comptes d'un siège de juge suppléant), et cela pendant que ladite "extrême-gauche", convertie aux vertus social-démocrates de la Justice "au-dessus des parties", présente la candidature d'un "juge impartial" -comme si un juge pouvait être "impartial", quand il est, au mieux, "du côté de la loi" qui, elle, n'est jamais impartiale - vérité d'évidence qu'il est assez amusant de voir un socialiste rappeler à des militants qui furent d'extrême-gauche au millénaire dernier. "Daniel Devaud, un juge impartial, compétent, indépendant et intègre pour la Cour des comptes" proclame donc son comité de soutien : à quel gaspillage de qualités, alors, se livrera-t-on en l'expédiant là où il veut qu'on l'expédie... On aurait pu avoir, à l'occasion de cette élection partielle sans grand enjeu en elle-même, un débat politique intéressant sur les critères, les contenus, les finalités du fonctionnement des institutions publiques -on n'aura qu'une glauque pitrerie où l'on voit, en écho, le PDC de Luc Barthassat appeler à voter pour l'udéciste Nidegger et le président du PS appeler à voter pour le candidat de ceux qui l'ont traîné dans la fange (il est assez vraisemblable que le candidat de la gauche sera élu contre le candidat de la droite, lequel pourra donc rester siéger dans les parlements où il siège et discourir dans les media où il discourt, toutes choses que son élection à la Cour des Comptes lui interdirait). Vu l'ambiance, que l'intérimaire du 25 septembre s'appelle Nidegger ou Devaud, on devrait s'en contrefoutre, mais finalement on a voté. Pour Bernard Madoff. Après tout, les Cours et les Comptes, il connaît. Et le bourrage de mou aussi.

13:29 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : élections, politique | |  Facebook | | | |