vendredi, 12 décembre 2014

Genève, an 1602 : « Ah la Belle Escalade... »

Le battement d'aile d'un papillon

Le battement d’aile d’un papillon en Chine peut provoquer un typhon en Californie, nous suggère la théorie du chaos. Dans la nuit du solstice d’hiver 1602, un papillon a battu de l’aile. Il n’a pas provoqué de typhon, il a seulement réveillé quelques veilleurs endormis. Le sort d’une République tenait à ce réveil : Des envahisseurs furent repoussés, la République survécut, 18 de ses défenseurs furent tués et 72 de ses assaillants (dont 13 exécutés après avoir été fait prisonniers)... Ville de marchands devenue République de pasteurs et d’imprimeurs, cité de diplomates et de conspirateurs, refuge de potentats chassés de leurs trônes par des révolutionnaires qui avant eux avaient ici trouvé le même refuge, Genève n’a pu l’être que parce que le battement de l’aile du papillon, au solstice d’hiver 1602, tira de leur sommeil quelques bourgeois et quelques réfugiés assoupis.  Jusqu'à dimanche, c'est leur réveil que Genève commémore.

Lire la suite

15:37 Publié dans Genève, Histoire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : escalade, savoie | |  Facebook | | | |

jeudi, 11 décembre 2014

Message de Berne à Genève : Il n'y a pas eu de génocide des Arméniens en 1915...

De la pleutrerie au négationnisme

Le Ministre suisse des Affaires étrangères, et par ailleurs encore président de la Confédération, Didier Burkhalter, s'est fendu d'une lettre au Conseil d'Etat genevois pour lui recommander de ne pas accorder à la Ville de Genève l'autorisation d'ériger dans un parc de la Ville, à proximité du Palais des Nations un mémorial des génocides du XXe siècle, et en particulier (mais seulement en particulier, parce qu'il n'a pas été reconnu par les héritiers de ses auteurs) du génocide des Arméniens -qu'on commémorera en avril prochain, un siècle après qu'il fût commis. Le Conseil fédéral suisse se fait ainsi le commis d'un gouvernement turc (et de ses porte.valises et porte-plumes locaux, dont, détail amuant, le MCG...), au prétexte que le mémorial des génocides, prévu pour être installé à proximité des organisations internationales, pourrait gêner quelques diplomates et fonctionnaires internationaux. Ainsi la pleutrerie conforte-t-elle le négationnisme.

Lire la suite

14:58 Publié dans Genève, Histoire, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arménie, turquie, génocide | |  Facebook | | | |

mardi, 09 décembre 2014

Répartition des tâches entre les communes et le canton de Genève : Petit rappel de quelques principes...

Il y a deux semaines, le Conseil municipal de la Ville de Genève a renvoyé en commission un projet de règlement déposé par les Verts et "Ensemble à Gauche", concernant la capacité d'intervention du Conseil Municipal dans les "négociations" entre les communes et le canton sur la répartition des tâches et des compétences entre les unes et l'autre. On revient donc sur les propositions (admettons qu'elles vaillent la peine d'être considérées comme telles) faites dans ce cadre par le mirifique gouvernement genevois. On vous fera grâce d'en prendre prétexte pour vous gratifier d'un exposé sur le projet anarchiste de remplacement de l'Etat par la libre association des communes, pour nous en tenir à un rappel des principes constitutionnels et des lois qui en découlent.  Ce n'est pas que l'actuelle constitution  genevoise soit un modèle d'audace et d'imagination politiques, c'est simplement que c'est le texte sur lequel le gouvernement cantonal est supposé s'appuyer pour organiser la répartition des tâches et des ressources entre collectivités publiques -et en l’occurrence, entre communes et canton. Et que ce texte garantit "l'autonomie des communes", proclame le principe de "subsidiarité" et pose comme méthode celle de la concertation...

Lire la suite

16:52 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : communes | |  Facebook | | | |

jeudi, 04 décembre 2014

Grève (ou pas) des Transports Publics Genevois : Efficace, en plus d'être légitime...

TPG, grève

Un accord*a été trouvé entre les syndicats des TPG et les employés de la régie d'une part, le Conseil d'administration et la direction d'autre part : La grève annoncée des Transports Publics Genevois pour aujourd'hui n'aura pas lieu -les employés en ont décidé cette nuit). La grève de la semaine dernière et la menace de grève de cette semaine ont été couronnées de succès, après des négociations provoquées par la grève elle-même -et c'est sans doute ce que ceux qui depuis dix jours accablent les syndicats et les employés des TPG d'injures et de menaces vont le moins bien digérer : la grève, en plus d'être légitime, c'est efficace. Quand c'est bien organisé, et que ça intervient à temps, c'est-à-dire avant que les décisions combattues soient prises, pas après, quand c'est trop tard, comme à la Boillat ou à Merck Serono... La grève des TPG était préventive ? oui. Et elle a prévenu. Et même si rien n'est encore joué (la question, éminemment politique, des moyens à allouer aux TPG pour compenser la baisse des tarifs décidés par le peuple, moyens que les majorités parlementaires et gouvernementales refusent de leur allouer), la grève et la menace de grève sont porteuses d'enseignements -à commencer par celui-ci : un rapport de force, ça se construit avant la confrontation, pas après, quand on a déjà perdu et qu'on ne peut plus négocier que le prix de la défaite et le nombre des victimes. 
Cet après-midi, à 16 heures 30, devant l'Hôtel-de-Ville,
à l'appel de tous les syndicats genevois, on se rassemblera pour soutenir toutes les actions de défense du service public et de leur personnel. 
   
* L’accord prévoit l’absence de licenciement pour la période 2015-2018, le maintien des mécanismes salariaux statutaires, le maintien des effectifs pour 2015 sur la base de l’effectif en vigueur au 31 décembre 2014. Pour les autres années du contrat de prestations, l’évolution des effectifs sera discutée chaque année. L’entreprise et les syndicats s’engagent à analyser l’offre, les temps de parcours et les horaires de conduite avec pour objectif une adaptation dès avril 2015. L’entreprise s’engage aussi à intervenir auprès de la caisse de pension pour que les retraités bénéficient pour les deux prochaines années de 700 fr. en guise de remerciement pour les services accomplis. Pour 2017, l’entreprise s’engage à mettre en place un fonds de solidarité.
De leur côté, les syndicats s’engagent à négocier un service minimum dès janvier 2015.
 

Lire la suite

06:07 Publié dans Genève, syndicats | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : tpg, grève | |  Facebook | | | |

mercredi, 03 décembre 2014

Transports publics genevois, fonction publique, budget du canton : SchwarzPeter in Genf

touche pas a mes TPG.JPGDemain, comme nul en Romandie ne peut l'ignorer, les Transports Publics Genevois devraient être en grève, malgré un début de commencement de négociation «  encourageant », selon les syndicats. « Qui pilote le droit de grève dans les services publics et aux TPG ? », s'interrogentla Communauté genevoise d'Action Syndicale et le Cartel Intersyndical des services publics. Réponse : personne. Les syndicats négocient, organisent la grève, exercent le droit de grève -mais leurs interlocuteurs,à commencer par le gouvernement,, jouent à propos de la grève comme à propos du financement du service public, au très vieux jeu du « SchwarzPeter », où il s'agit de se débarrasser le plus vite possible d'une carte (le « Pierre noir ») en la refilant au voisin. Le gouvernement renvoie les syndicats au Conseil d'administration des TPG, ou à leur direction qui les renvoie au Conseil d'administration, avec qui les syndicats négocient mais qui les renvoie quand il peut au parlement ou au gouvernement qui les renvoie au parlement qui les renvoie au gouvernement. Lequel est lui aussi, dans ce conflit comme dans d'autres, en grève. Mais depuis un an. Et sans aucun service minimum.
Demain jeudi, à 16 heures 30, devant l'Hôtel-de-Ville, à l'appel de tous les syndicats genevois, on se rassemblera pour soutenir la grève des TPG et les actions de défense du service public. Y'a urgence.

Lire la suite

15:45 Publié dans Genève, Politique, syndicats, Transports | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tpg, grève | |  Facebook | | | |

lundi, 01 décembre 2014

Le peuple des contribuables lambdas sauve un privilège fiscal

Forfaitaire.jpgLa Suisse vote à droite ? Ah ben ça alors...

La gauche, dans ce pays, pèse entre un quart (quand elle est très malade) et un tiers (quand elle ne se porte pas trop mal) des suffrages. L'abolition des forfaits fiscaux a recueilli 40 % des suffrages. Elle a donc fait (sauf en Romandie) le plein des voix de gauche, et quelques voix de droite en plus. Dessiné ainsi, à gros traits, le résultat du vote de ce week-end n'a rien de surprenant (y compris le résultat d'Ecopop, qui recueille, toujours en gros, des suffrages équivalant au poids de la droite de la droite et de l'extrême-droite). Certes, les rapports électoraux ne sont pas si figés et une partie de la gauche (notamment en Romandie) a voté pour le maintien des forfaits fiscaux et une partie de la droite a voté pour leur abolition, mais sur cet objet en tout cas (on vous reparlera d'Ecopop), on est dans un rapport de force entre la droite et la gauche tout ce qu'il y a de plus médiocrement normal. La Suisse vote à droite ? Voui. Depuis la fin du XIXe siècle.

Lire la suite

13:12 Publié dans Fiscalité, Genève, votations | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

jeudi, 27 novembre 2014

Manifestation de soutien aux employés des TPG : Secouer les plumes et l’édredon...


 Une semaine après la grève des TPG, le Conseil d'administration de la régie s'est déclaré résolu à « préserver les prestations » et « éviter les licenciements ». Le syndicat SEV avait annoncé que la grève de la semaine dernière serait suivie d'une « action plus importante » si ses revendications n'étaient pas prises en compte. Le Conseil d'administration l'a entendu -mais ce n'est pas lui qui décide, c'est le Grand Conseil, qui doit voter la semaine prochaine le contrat de prestations passé entre l'Etat et les TPG. Or c'est précisément ce contrat de prestation qui implique, faute d'une augmentation de la subvention publique, baisses de prestations et licenciements. Le combat des employés continue donc -et à la nécessité de le soutenir s'ajoute désormais celle de convaincre le Conseil d'administration de la régie de ne pas reculer face au Conseil d'Etat et à la majorité du parlement. Tout à l'heure, y'a eu manif de soutien aux employés des TPG, dont la grève a fort opportunément secoué quelque peu les plumes (et l’édredon avec) dans lesquelles s'endormaient paisiblement les majorités politiques qui voudraient nous gouverner.

Lire la suite

13:56 Publié dans Genève, syndicats, Transports | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : tpg | |  Facebook | | | |

lundi, 24 novembre 2014

Répartition des tâches entre communes et canton : Le bailli nous la baille belle


autonomie Ville.jpgLe Conseil Municipal de la Ville de Genève se réunit en séance extraordinaire aujourd'hui, sur convocation d'une vingtaine de ses membres (les groupes Ensemble à Gauche et Verts) pour débattre de la répartition des tâches entre communes et canton, et plus précisément d'un projet de "règlement municipal relatif à la répartition des tâches entre communes et Canton" présenté par le groupe "Ensemble à Gauche". Projet mal fichu, et à reprendre, mais débat légitime, et à tenir, car le sujet est à la fois d'importance et d'actualité. D'importance, puisque cette répartition détermine la capacité d'agir de la commune et borne le champ de son action (cela vaut pour toutes les communes, indépendamment de leurs majorités politiques et de leurs moyens financiers). Et sujet d'actualité, puisque le Conseil d'Etat a produit un avant-projet de "loi-cadre" qu'il fait mine de soumettre à consultation auprès des communes. Drôle de "consultation" : sans concertation ni négociation, réduite une "prise de température" par un questionnaire bâclé, scolaire et confus. A renvoyer à son expéditeur avec prière instante de faire correctement son boulot, en respectant la Constitution.

Lire la suite

15:49 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

vendredi, 21 novembre 2014

Au lendemain de la grève des Transports Publics Genevois : Gueule et langue de bois (de justice) à droite

 

TPG, grève

C'est fou ce que ça peut être révélateur, une grève réussie -et on ne parle pas là de la capacité des travailleurs et de leurs syndicats à l'organiser, et de la gauche à la soutenir, mais des réactions qu'elle suscite à droite. La « Tribune de Genève » de mardi annonçait le « chaos » -mais « chaos » il n'y eut point. Sinon dans la masse de déclarations à la mord-moi-le-tram qui ont salué la « grève à la française ». Toute déçue de ce que les syndicats opposés à la grève n'aient pas pour autant accepté de la casser, que la police ne soit pas intervenue contre les piquets et que le chaos annoncé ait fait défaut, la droite nous fait un gros caca nerveux : Pour le PLR, la grève est « scandaleuse et totalement anti-démocratique »... Antidémocratique, l'usage d'un droit constitutionnel  ?  C'est vrai que dans la constitution libérale de 1815, y'avait pas le droit de grève. Mais bon, deux cent ans et deux constitutions plus tard, faut vous y faire, les gars : la démocratie a progressé. Avec le droit de grève.

Lire la suite

15:47 Publié dans Genève, Politique, Transports | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tpg, grève | |  Facebook | | | |

mercredi, 19 novembre 2014

Transports Publics Genevois : Une grève contre une prise d'otage

 

TPG, transports publics

Aujourd'hui, à l'appel du syndicat SEV, les employés des TPG se mettent en grève. Pas seulement pour défendre leurs conditions et leurs postes de travail, les unes dégradées et les autres menacés : ils se mettent aussi en grève pour défendre leur entreprise, leur service public (et le service qu'il rend au public). Et même pour défendre le respect de la volonté populaire, et s'opposer à son détournement. Par deux fois, les Genevois-es ont ratifié dans les urnes l'initiative de l'AVIVO pour une baisse des tarifs. Faute de pouvoir les faire revoter une troisième fois, ou désespérant de les faire changer d'avis, les majorités du gouvernement, du parlement et du Conseil d'administration des TPG ont choisi de les punir en réduisant les prestations de la régie et en supprimant des postes de travail. Pour la droite locale, la grève des TPG est une « prise d'otage ». Et son refus, pour punir les Genevois d'avoir « mal voté », d'accorder aux TPG les moyens d'assurer son service public, c'est quoi, sinon précisément une double prise d'otage des usagers et des salariés de l'entreprise ? 
Tout à l'heure, à midi et demi au dépôt des TPG (Bachet de Pesay), se tiendra à l'appel de toute la gauche un rassemblement de solidarité avec les grévistes et de dénonciation des coupes dans les prestations et les effectifs des transports publics.

Lire la suite

05:46 Publié dans Genève, syndicats | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : tpg, transports publics | |  Facebook | | | |

mercredi, 12 novembre 2014

Ce que l'emploi de frontaliers fait gagner à Genève (et dont on se fout un peu, à vrai dire)...

apothicaire.jpgCalculs d'apothicaires à Piogre

« Le Matin Dimanche » (le seul jour où ce canard est lisible) avait, il y a quelque temps, mené l'enquête sur l'apport des « frontaliers étrangers actifs » à Genève. Et les résultats de l'enquête sont sans ambiguïté (on a beau jeu de le reconnaître, puisqu'on avait toujours soutenu ce qu'ils confirment) : «  Genève profite plus qu'elle ne pâtit » de l'apport d'une main d'oeuvre frontalière. Le « Matin Dimanche » a tenté de chiffrer cet apport en bonne monnaie suisse bien de chez nous : 382 millions de francs par an, constitués par la contribution fiscale nette des frontaliers, leur contribution au financement de l'assurance-chômage, le cofinancement fédéral de projets qui n'obtiennent ce financement que s'ils sont transfrontalier, et enfin les économies de charge obtenues par le simple fait que ces salariés n'habitent pas sur le territoire cantonal, n'y ont pas été formés et que leurs enfants ne sont (sauf exceptions) ni scolarisés à Genève ni accueillis dans des crèches genevoises... Calculs d'apothicaires,sans doute.. Mais en harmonie parfaite avec un débat souffreteux, où le projet politique se réduit à des chipotages comptables.

Lire la suite

16:02 Publié dans Genève, Région | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : frontaliers, préférence cantonale, grand genève | |  Facebook | | | |

jeudi, 06 novembre 2014

Transports publics et mobilité douce : entre plébiscite populaire et sabotage parlementaire

19.jpgIl n'était ni un sondage, ni une enquête scientifique, le questionnaire à Lulu, mais c'est une gentille petite claque que les réponses qui y ont été données adressent aux mauvaises odeurs, au TCS, à l'ACS, à Feu Vert et au MCG -pour une fois vert, mais de rage... Questionnés en septembre sur la «  mobilité », Plus de 12'000 Genevois-ses y ont répondu et plébiscitent transports publics et mobilité douce. Il ne reste plus qu'à traduire ça en actes politiques, qu'aucun sondage ne remplacera jamais, et en choix clairs, qui devront bien s'éloigner du mantra constitutionnel sur la fumeuse « liberté de choix du mode de transport ». Oui, notre optimisme est parfois déconcertant... D'autant qu'au moment où on apprenait que les réponses au questionnaire de la Direction des Transports soutenaient une priorité aux transports publics, on apprenait aussi que la Commission des Transports du Grand Conseil soutenait un «  contrat de prestation » des Transports Publics Genevois réduisant leurs prestations et leurs places de travail au lieu de les renforcer, cela pour se venger de l'adoption réitérée de l'initiative populaire imposant une baisse des tarifs des TPG, et la faire payer aux usagers (et au personnel) plutôt que s'en servir pour renforcer l'attractivité des transports publics...

Lire la suite

15:36 Publié dans Genève, Politique, Transports | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tpg, mobilité douce, automobile | |  Facebook | | | |

vendredi, 31 octobre 2014

Répartition des tâches entre Genève... et Genève : Musclor fait de la gonflette

Musclor.jpgLe gouvernement genevois est pressé : il a princièrement laissé un délai d'un mois aux 45 communes du canton, et à leur association pour « apporter leurs commentaires » sur un avant-projet de « loi-cadre fixant les principes de la répartition des charges entre communes et canton » ou « émettre d'autres propositions » que celles qu'il fait (http://ge.ch/communes-canton/consultation-communes). Le Conseil d'Etat veut déposer son projet de loi avant la fin de l'année, et les lois concernant les propositions spécifiques en 2015. Et il menace, si les communes ne lui répondent pas dans le délai qu'il a fixé, d'avancer sans elles. Il a pourtant jusqu'en 2018 pour le faire -mais non : il a le feu aux « doublons », et il veut brusquer les choses, au point de rendre publiques ses propositions alors qu'il avait convenu avec les communes de ne pas le faire avant qu'elles aient pu se prononcer. Que fait un gouvernement sans projet et sans imagination pour se donner l'apparence d'en avoir ? Il fait le chef, il donne des ordres et fixe des délais. Musclor montre ses muscles -mais on voit surtout la gonflette.

Lire la suite

14:43 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : communes | |  Facebook | | | |

jeudi, 30 octobre 2014

« 94ème cérémonie à la mémoire des soldats de Genève morts au service de la Patrie » : D'un 9 novembre l'autre...

fusil brisé.jpgOn a reçu d'on ne sait trop qui, mais signée d'un capitaine dont charitablement nous ne donnerons pas le nom, et qui se présente comme « président  » (sans nous dire de quoi), une invitation à participer à la « 94ème cérémonie à la mémoire des soldats de Genève morts au service de la Patrie », le 9 novembre au parc Mon-Repos (éternel). Bon, déjà, organiser un 9 novembre une cérémonie à la mémoire des « soldats de Genève morts pour la patrie », c'est... comment dire... audacieux, vu ce que le 9 novembre signifie à Genève. Il est vrai que cette cérémonie date de 1920, et qu'elle est une sorte d'expiation de la Grève Générale de 1918 (on avait alors accusé les grévistes d'avoir favorisé la propagation de la grippe espagnole, qui tua nombre de soldats suisses), un peu comme le Sacré-Coeur de Paris est une expiation de la Commune. Mais bon, on ne va pas demander à des sociétés militaires d'avoir une mémoire historique plus longue que la visière de leur képi. 

Lire la suite

17:18 Publié dans Armée, défense nationale, Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : 9 novembre | |  Facebook | | | |

vendredi, 24 octobre 2014

On vous dit ça, mais c'est juste histoire de dire autre chose des élections municipales...

Votez pour vous !

Et si on parlait des élections municipales à venir autrement qu'en prêchant pour sa paroisse ? Si on parlait de la commune avant que de parler des élections ? Selon un beau et solide lieu commun, la commune est « le premier échelon de la démocratie ». Certes. Mais cette affirmation ne renvoie pas à la structure institutionnelle : elle fait référence à la pratique même de la démocratie, d’une démocratie vivante, enracinée, portées par les gens et portant sur des enjeux concrets. La commune est un lieu, le premier et le plus important, d’expérimentation politique, de mise en œuvre des procédures démocratiques sur ce qui a immédiatement des conséquences concrètes sur la vie même des habitants. C’est dire  que toute restriction des compétences de la commune est une restriction de la démocratie, et que toute tentative de suppression de ce « premier échelon de la démocratie » est une tentative de suppression de la démocratie elle-même, là où elle a un contenu vérifiable sur le terrain, et donc là où elle est subversive de l’ordre social – de tout ordre social, quel qu’il soit. Au printemps prochain, allez voter. Pour vous.

Lire la suite

14:25 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élections municipales | |  Facebook | | | |

mercredi, 22 octobre 2014

Une traversée routière du Petit-Lac de Genève « à l'horizon 2030 » ? Comme dirait Magellan...

Le Conseil d'Etat genevois n'en démord pas : il veut une autoroute sur ou sous le (petit) lac. Et deux semaines après le refus sec et sonnant (mais pas trébuchant) de la proposition de l'UDC d'une traversée de la rade, il nous sort son projet. Fumeux, le projet : la seule chose qu'on en comprend, c'est qu'il s'agit de faire passer des bagnoles d'une rive à l'autre du lac. Mais on ne sait pas si ce serait sur un pont ou dans un tunnel, sur deux ou trois voies, si les utilisateurs du machin devraient ou non s'acquitter d'un péage, si le coût du projet serait de 2,8 ou de 3,3 milliards ou plus, si des partenaires privés le financeraient, en tout ou partie, si la Confédération y mettrait son obole, si... si...  L'« horizon » de la réalisation du projet est, selon le Conseil d'Etat, l'an 2030 du calendrier grégorien. Quelqu'un pourrait-il expliquer au Conseil d'Etat genevois que, comme dirait Magellan, le propre d'un horizon est de s'éloigner au fur et à mesure que l'on croit s'en approcher ?    

Lire la suite

14:27 Publié dans Genève, Transports | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : traversée du lac, traversée de la rade | |  Facebook | | | |

lundi, 20 octobre 2014

Revenir sur les « cadeaux fiscaux » distribués à Genève : Impôt de gauche, impôt de droite ?

La coalition de la « gauche de la gauche » genevoise («Ensemble à Gauche») propose, pour équilibrer le budget cantonal, assurer le maintien des prestations sociales et réduire la dette du canton, de revenir sur les cadeaux fiscaux faits en 1998. La gauche, unie, avait déjà tenté en 2005 pareille effacement d'une connerie qui coûte très cher aux finances publiques, mais le corps électoral actif avait décidé de ne pas toucher aux cadeaux qu'il avait reçu (il est vrai que ce sont les couches sociales les plus aisées qui votent le plus, et les plus précarisées qui votent le moins). « Ensemble à Gauche » remet donc l'ouvrage sur le métier, et elle fait bien, parce que sa démarche relance, depuis la gauche,  un débat indispensable sur le rôle de l'impôt, et le choix à faire entre deux conceptions de l'« équilibre budgétaire » : calibrer les recettes à la couverture des dépenses (conception de gauche), ou calibrer les dépenses aux ressources fiscales existantes (conception de droite)...

Lire la suite

16:37 Publié dans Fiscalité, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : impôts | |  Facebook | | | |

vendredi, 17 octobre 2014

Grand Conseil genevois : cri primal, thérapie de groupe et autoabsolution

Donc, Gominator ne sera pas sanctionné pour avoir mis le souk au Grand Conseil vendredi soir, et avoir refusé (avec le soutien de ses spadassins à la double casquette de députés et de policiers) d'être conduit vers la sortie par des gendarmes lambdas, même pas députés : « sollicité de se prononcer » sur une proposition de sanction, « le Bureau n'a pas adopté cette proposition » -ni ne l'a d'ailleurs refusée puisqu'il y avait égalité des voix (les représentants du PS, du PLR et du PDC étaient favorables à une sanction, celui du MCG -Gominator lui-même- et ceux de l'UDC et d'Ensemble à Gauche y étaient opposés, et le représentant vert était absent). Comme il faut une majorité pour qu'une décision soit prise, dans un sens ou un autre, aucune décision n'a été prise. Et le MCG, annonçant la nouvelle de l'autoabsolution de Stauffer avant même que le bureau le fasse, de plastronner : « la sagesse l'a emporté et la démocratie se voit renforcée ». D'où il appert que la sagesse consiste à ne rien décider, qu'on renforce la démocratie en allant à la pêche mais que le bureau du Grand Conseil ne convient pas mieux à une thérapie de groupe que le Grand Conseil lui-même à un cri primal.

Lire la suite

13:26 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

mercredi, 15 octobre 2014

Choses vues au parlement de Mahagonny

(texte paru dans "Le Courrier" d'hier)

Lire la suite

02:47 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : police, mcg | |  Facebook | | | |

vendredi, 10 octobre 2014

« Journée mondiale du refus de la misère » : La posture ou l'action ?

Samedi, avec une semaine d'avance, le « Collectif 17 octobre » célèbre à Genève (sur le bateau « Genève », précisément, dès midi) la « Journée mondiale du refus de la misère ». Qui ne refuserait la misère ?  Or « refuser la misère », qu'est-ce que cela signifie, au juste, au-delà du sentiment ou de la rhétorique ? Par quelles actions, quels choix politiques, traduire ce refus ? Parce que c'est bien là que le bât blesse : tout le monde « refuse la misère » -mais tout le monde n'accepte pas de donner à ce refus les moyens, les instruments, les ressources, sans lesquels il n'est qu'une posture.    

Lire la suite

16:36 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |