Fiscalité - Page 4

  • Revenir sur les « cadeaux fiscaux » distribués à Genève : Impôt de gauche, impôt de droite ?

    Imprimer

    La coalition de la « gauche de la gauche » genevoise («Ensemble à Gauche») propose, pour équilibrer le budget cantonal, assurer le maintien des prestations sociales et réduire la dette du canton, de revenir sur les cadeaux fiscaux faits en 1998. La gauche, unie, avait déjà tenté en 2005 pareille effacement d'une connerie qui coûte très cher aux finances publiques, mais le corps électoral actif avait décidé de ne pas toucher aux cadeaux qu'il avait reçu (il est vrai que ce sont les couches sociales les plus aisées qui votent le plus, et les plus précarisées qui votent le moins). « Ensemble à Gauche » remet donc l'ouvrage sur le métier, et elle fait bien, parce que sa démarche relance, depuis la gauche,  un débat indispensable sur le rôle de l'impôt, et le choix à faire entre deux conceptions de l'« équilibre budgétaire » : calibrer les recettes à la couverture des dépenses (conception de gauche), ou calibrer les dépenses aux ressources fiscales existantes (conception de droite)...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité, Genève, Politique 0 commentaire
  • Forfaits fiscaux : déjà cinq cantons les ont abolis : Et de six le 30 novembre ?

    Imprimer

    forfaits fiscauxCinq cantons (Zurich, les deux Bâle, Schaffhouse, Appenzell Rhodes extérieures) ont déjà aboli les « forfaits fiscaux » (l'imposition sur la dépense). Un sixième les rejoindra-t-ils le dimanche 30 novembre ? Genève se prononcera alors sur une initiative socialiste proposant leur abolition. Et le même jour, toute la Suisse en fera autant, sur une initiative fédérale de La Gauche, exprimant la même revendication. A l'inverse, huit cantons (Berne, Lucerne, Nidwald, Schwatz, Glaris, Saint-Gall, Thurgovie et Appenzell Rhodes intérieures) ont décidé de maintenir ce privilège fiscal réservé aux riches étrangers résidant en Suisse sans y avoir (du moins officiellement et légalement) d'activité professionnelle -mais pour prix de ce maintien, ces cantons ont, sous pression d'une initiative populaire, alourdi les conditions d'accès à ce privilège. Ce que la Confédération elle-même a également décidé de faire. On lâche donc du lest -mais un peu, juste ce qui est nécessaire pour permettre aux aérostiers fiscaux de continuer à survoler l'imposition normale sans s'y confronter...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité, Politique, Suisse 0 commentaire
  • "Il faut prendre l'argent chez les pauvres, ils sont plus nombreux que les riches" (Alphonse Allais, Conseiller d'Etat genevois)

    Imprimer

    Alphonse Allais.jpgAlphonse Allais est mort trop tôt pour obtenir le Prix Nobel d'économie auquel le destinait naturellement sa célèbre injonction de « prendre l'argent chez les pauvres, ils sont plus nombreux que les riches », règle sans conteste possible qu'une palanquée d'économistes patentés, voire eux-mêmes nobélisés, et de politiciens moins patentés et moins nobélisés mais tout aussi fidèles à l'injonction d'Alphonse, n'ont fait que reprendre, les uns en la vernissant d'un discours à prétentions scientifiques, les autres en la dissimulant de références à la dureté des temps, au respect des grands équilibres, à la nécessité de ne pas effrayer les gros contribuables et autres foutaises du même tonneau (des Danaïdes, le tonneau). Alphonse Allais n'a pas eu le Prix Nobel d'Economie. Mais il a fait mieux : mort depuis bientôt 110 ans, sa pensée immortelle irrigue le gouvernement genevois.

    Lire la suite

  • Abolition des forfaits fiscaux : la droite s'inquiète

    Imprimer

    tortues.jpgEt si la Suisse allemande...

    Le 30 novembre, en même temps que les Suisses se prononceront sur une initiative fédérale demandant l'abolition des forfaits fiscaux, les Genevois en feront autant d'une initiative cantonale faisant la même proposition. Heureuse coïncidence (dont il faut remercier le gouvernement genevois, puisque c'est lui qui décide de la date des votations cantonales). Et à droite, on s'inquiète. Pas seulement de cette coïncidence, mais surtout du risque de voir une majorité populaire soutenir l'initiative fédérale, grâce à un vote alémanique de droite s'ajoutant au vote national de gauche. Parce que les forfaits fiscaux sont un peu une spécialité romande, qu'ils sont réservés aux étrangers, et que les spécialités romandes et les étrangers n'ont pas en ce moment une grosse cote d'amour en Alémanie. Une initiative de gauche approuvée grâce aux Suisses-allemands de droite ? En attendant cet heureux événements, il convient de se mobiliser ici aussi pour l'abolition d'un privilège absurde, indéfendable en principe et improductif en réalité...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité, Politique, Suisse 0 commentaire
  • Forfaits fiscaux (« Imposition d'après la dépense ») : Cosmétique de droite, clarification de gauche

    Imprimer

    Les citoyens et yennes genevois se prononceront donc, probablement en septembre prochain,  sur la suppression ou non des « forfaits fiscaux » accordés aux riches étrangers sans activité professionnelle en Suisse. Une initiative socialiste (qui a abouti il y a déjà trois ans) demande leur suppression (déjà acquise dans plusieurs cantons, dont Zurich), un contre-projet de la droite et de l'extrême-droite préconise leur maintien, au prix d'un lifting destiné à les rendre plus acceptables aux yeux du bon peuple des gentils contribuables qui, eux, paient leurs impôts en fonction de leur fortune et de leur revenu, et non sur une estimation de leurs dépenses. La droite parle d'un « durcissement » des conditions d'octroi des forfaits fiscaux -mais il ne s'agit guère que d'une opération cosmétique, ou du nouvel emballage d'un vieux cadeau, pas plus acceptable en principe sous cette revêture qu'il ne l'était sous l'ancienne.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité, Genève, Politique 0 commentaire
  • Initiative "familiale" de l'UDC : Papafume et Mamancoud

    Imprimer

    Femme au foyer.jpgLe 24 novembre, on se prononcera en votation populaire sur une initiative de l'UDC qui propose que les déductions fiscales accordées aux parents qui ont des frais de garde extérieure de leurs enfants soient aussi accordées aux parents qui les gardent eux-mêmes. Cela semble "neutre" et égalitaire -mais cela ne l'est pas. En réalité, la proposition udéciste d'accorder aux parents dont l'un (c'est-à-dire, soyons clairs, l'une) garde les enfants des déductions fiscales pour des frais de garde qu'ils n'ont pas,  trimballe la nostalgie du vieux modèle familial, ou plutôt de l'idée nostalgique qu'on s'en fait, dans lequel le père travaille à l'extérieur et "subvient aux besoins de la famille" pendant que la mère œuvre  dans le cadre familial, fait le ménage, les courses et la cuisine et s'occupe des enfants. Papa fume, Maman coud et l'UDC veille. Attendrissant, non ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Famille, Fiscalité, Politique 2 commentaires
  • Abolition du forfait fiscal : Que Genève fasse le pas !

    Imprimer

    Hier  soir, à l'heure où nous pondions ce poulet, le Grand Conseil genevois s'apprêtait à se prononcer, en la rejetant (elle n'est soutenue que par le PS et les Verts) sur l'initiative populaire socialiste pour la suppression des «forfaits fiscaux ». Et, avec la même majorité de droite et d'extrême-droite, à lancer un contre-projet maintenant les forfaits fiscaux (en durcissant en peu leurs conditions d'octroi et de fixation), auquel une partie de la droite se résignait difficilement, mais en comprenant qu'elle ne pouvait donner l'image, trop réaliste, d'un bloc politique préservant un privilège -qui n'est accordé, pour tout compliquer, qu'à des étrangers. Zurich, Schaffhouse, Bâle et les Rhodes extérieures d'Appenzell ont déjà aboli les forfaits fiscaux, sans que leurs finances n'en souffrent. Une initiative fédérale de La Gauche propose de les abolir dans tout le pays. Ne serait-ce qu'au nom de l'égalité devant l'impôt, Genève devrait faire le pas. Malgré la droite et l'embûche qu'elle tend à l'initiative socialiste.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité, Genève, Politique 5 commentaires
  • « Bouclier fiscal » : L'Inique et sa Propriété

    Imprimer

    bouclier fiscal.jpgQue faire, en bons (quoique critiques) lecteurs de Max Stirner, de l'Inique et de sa propriété ? Au XXIe siècle, la place d'un bouclier est au musée. Et donc, celle du bouclier fiscal instauré à Genève pour protéger les hauts revenus et grosses fortunes de la progression de l'impôt direct, est au musée des iniquités fiscales, puisque la propriété de cette iniquité est de soustraire les contribuables les plus aisés à l'application du principe « chacun doit contribuer selon ses moyens ». Début juin, le PS genevois lancera une initiative populaire pour la suppression de ce « bouclier fiscal » protégeant les nantis de leur douloureuse participation équitable au financement des collectivités publiques. Et une semaine plus tard, à Zurich, on votera sur la proposition d'« impôt des bonzes » -un prélèvement de 1 % sur les fortunes de plus de deux millions. La fiscalité redevient donc, et c'est une bonne nouvelle, un enjeu politique prioritaire.

    Lire la suite

  • « Offshore Leaks » : Les crapauds, le nénuphar et le marécage

    Imprimer

    Deux millions et demi de pièces concernant 120'000 sociétés  « offshore », examinées par près de 90 journalistes d'une trentaines de media : cela s'appelle « Offshore Leaks » et c'est un chapelet de mines prêtes à exploser sous les pas des puissants de partout et de leurs commis d'à peu près toutes les places financières. Dont, évidemment, la Suisse, et en particulier Genève. Au moins 300 personnes et 70 sociétés suisses (dont une vingtaine de banques ayant ouvert des sociétés dans des paradis fiscaux et légaux) sont concernées. Et comme il ne s'agit là que du résultat de l'étude de documents issus de deux intermédiaires sur les centaines de crapauds actifs dans le marécage dont  «Offshore Leaks» n'est que le nénuphar, on imagine l'ampleur des pratiques d'évasion, de soustraction et de fraude fiscales, d'évasion de capitaux et de blanchiment d'argent douteux, que les sociétés  « offshore » recouvrent et permettent : par elles, de riches particuliers détiendraient au total une trentaine de milliers de milliards de dollars -l'équivalent du produit intérieur brut des USA et du Japon réunis...

    Lire la suite

  • Crise chypriote : La faillite d'un bordel...

    Imprimer

    En échange de 10 milliards d'euros d'« aide » européenne pour « sauver » l'Etat chypriote de la faillite (à supposer que le concept de faillite puisse être applicable à un Etat...), le gouvernement chypriote devait trouver sept milliards, par des privatisations (recette connue, et qui met à sac les services publics), mais surtout par une ponction sur les dépôts bancaires. L'Union européenne et le Fonds Monétaire International proposaient une ponction de 6,5 % sur les comptes bancaires de moins de 100'000 euros (ceux inférieurs à 20'000 euros étant exonérés), et de 9,9 % pour les comptes de 100'000 euros et plus. Et c'est le gouvernement chypriote qui a proposé de ponctionner aussi les comptes inférieurs à 20'000 euros. Bref, voir une partie de la gauche de la gauche prendre fait et cause pour l'Etat chypriote en le confondant avec le peuple chypriote, a quelque chose d'ironique : le « modèle chypriote », c'était l'exact inverse de tout ce que nous attendons des Etats dans lesquels nous sommes présents... Chypre s'étant vendue au plus riche, la faillite de l'Ile d'Aphrodite n'est peut-être que la faillite d'un bordel.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Economie, Europe, Fiscalité, Politique 4 commentaires
  • Initiatives fiscales socialistes : Premières salves

    Imprimer


    Les deux initiatives fiscales socialistes (l'une pour abolir les forfaits fiscaux, l'autre pour supprimer les cadeaux fiscaux consentis aux multinationales) viennent tout juste d'être lancées que déjà s'abattent sur elles les clameurs outragées de la droite politique, des milieux patronaux et des porte-voix du secteur financier. Et ça ne fait que commencer. Parce qu'à droite, quand il y a un enjeu (et là, il y en a un...), il y a de l'argent. Tout l'argent qu'il faut : souvenez-vous de la campagne, l'année dernière,  contre l'initiative socialiste pour la justice fiscale... Nous ne sommes plus le 4 août 1789 : Quand on touche aux privilèges, les privilégiés se rebiffent, et mobilisent le ban, l'arrière banc, le banc de touche et le banc de nage de leurs relais politiques, tous usant de tous les moyens disponibles (attaques personnelles comprises, Sandrine Salerno en sait aujourd'hui quelque chose) pour combattre ce qui, à leurs yeux, relève de l’infamie : l'abolition des privilèges fiscaux...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité 6 commentaires