Culture - Page 4

  • Le "nouveau Musée d'Art et d'Histoire" : l'ancien en mieux, ou autre chose ?

    Imprimer

    MAH, MAH+, muséesMAH + ? Mais plus de quoi ?

    Faire entendre, pendant la campagne référendaire, une réflexion socialiste critique (mais aussi prospective) sur la politique muséale, le contenu du projet, la fonction d'un musée, tout ça : voilà à quoi nous allons nous vouer, héroïquement, ces prochains mois -à une sorte de travail de sape (souterraine, forcément, comme toute sape) des certitudes béates. Et des illusions heureuses : on n'a commencé à réfléchir au projet culturel du nouveau musée qu'une fois que nous l'ayons demandé publiquement, et institutionnellement, par une motion que le Conseil municipal a accepté. Mais n'était-ce pas trop tard ? N'était-ce pas par cela qu'il fallait commencer, plutôt que par cela terminer ? Et si on en est insatisfaits, du projet culturel qui nous sera présenté, comment fera-t-on pour le changer, et combien de temps faudra-t-il pour le changer, et qui serait en charge d'un projet différent de celui que la direction actuelle du musée aura proposé ? cette direction elle-même ? Le MAH, c'est-à-dire sa direction, ne fait pas mystère de son intention  : "la notion d'encyclopédie, qui sous-tend la conception originelle et actuelle du MAH, est aussi la pierre angulaire du futur musée", lit-on dans une première réponse, en janvier 2015, à la motion de la gauche réclamant que le contenu culturel du projet d'extension du musée soit exprimé. Le projet culturel du "futur musée" est donc celui du musée actuel... en un peu plus grand, avec un peu plus de moyens, d'espace et de confort. Or cela ne nous suffit pas... On veut du sens, et pas du sens commun...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 3 commentaires
  • Projet de rénovation et d'extension du Musée d'Art et d'Histoire de Genève : Le référendum, pour provoquer au débat sur le fond...

    Imprimer

    escaliers MAH.jpgEn dix votes (six projets d'arrêtés, quatre amendements), le Conseil Municipal de la Ville de Genève a accepté, mercredi soir, le projet de rénovation et d'extension du Musée d'Art & d'Histoire. Les opposants (Verts, UDC, Ensemble à Gauche) ont annoncé le lancement d'un référendum qui, compte tenu de la multiplicité des motivations de leurs oppositions respectives (défense du patrimoine, coût de l'opération, déséquilibre du partenariat public-privé) n'aura aucune peine à aboutir. Le peuple votera donc. Et c'est une excellente chose, non seulement du point de vue démocratique, mais aussi de celui d'un vrai débat public sur l'enjeu culturel du projet. Un enjeu passé totalement au second plan d'un débat décevant, au terme duquel on aura même pu s'offrir le plaisir quelque peu pervers de voter en faveur d'un projet auquel on n'adhère pas, mais qui devait être accepté par le Conseil municipal pour qu'un référendum puisse être lancé (ce que d'ailleurs Sami Kanaan appelait de ses vœux), que le peuple se prononce et qu'un vrai débat s'engage sur ce grand absent des joutes parlementaires : le contenu culturel du projet, le rôle qu'on attend que joue le musée rénové et agrandi. Un référendum pour provoquer au débat sur le fond, ou du bon usage d'un droit politique...

    Lire la suite

  • La Nouvelle Comédie en scène : D'un théâtre à une « fabrique de théâtre »

    Imprimer

    théâtre,nouvelle comédieDeuxième (après le Musée d'Art et d'Histoire) gros morceau à l'ordre du jour du Conseil Municipal : la Nouvelle Comédie. Un  projet à 98 millions, dont 53 à charge de la Ville et 45 à charge du canton (s'il y consent, ce que le Conseil d'Etat propose, mais ce dont le Grand Conseil disposera, sans que l'on puisse le moins du monde préjuger de ses bonnes ou mauvaises dispositions). Un projet totalement à charge des collectivités publiques, contrairement à celui de rénovation et extension du MAH, dont le financement est fondé sur un « partenariat public-privé ». Et surtout, un projet culturellement bien plus ambitieux que celui du MAH, qui pourtant fait plus de bruit.  Parce que la Nouvelle Comédie, ce n'est pas l'actuelle Comédie en plus grand, c'est une nouvelle institution culturelle. Dont le projet devra, lui aussi, affronter un référendum, venu, de la droite de la droite. Les deux projets devant être adoptés lors de la même session du Conseil Municipal, les deux référendums seront lancés en même temps et, s'ils aboutissent tout deux, soumis au peuple en même temps. Une votation majeure, et périlleuse, s'annonce sur deux projets inégalement séduisants, mais également déterminants pour tout le « paysage culturel » genevois.

    Lire la suite

  • Soutenir les derniers cinémas indépendants, pourquoi ?

    Imprimer

    projecteur pathé baby.jpg

    Entre les deux lourdes propositions de crédit pour la rénovation et l'extension du Musée d'Art et d'Histoire, d'une part, la construction de la Nouvelle Comédie, d'autre part, s'est glissée, dans l'ordre du jour du Conseil Municipal de la Ville de Genève, cette semaine (ou le mois prochain), une petite proposition de soutien aux cinémas indépendants de la ville. La commission des Arts & de la culture du Conseil Municipal propose (dans un vote gauche contre droite) de voter en faveur du projet du Conseil administratif de soutenir, par un crédit de 3,460 millions de francs, les travaux de réhabilitation de quatre de ces cinémas indépendants, le Cinélux, le City, le Nord-Sud et les Scala*. Depuis 1972, treize salles de cinéma de quartier ont fermé. Il ne reste en 2015 de réellement indépendants en Ville de Genève que ces quatre cinémas et leurs sept salles (on y ajoutera le Ciné17...), et leur disparition, pour quelque raison que ce soit, serait un considérable appauvrissement de l'offre cinématographique genevoise, de sa diversité et de sa qualité. D'où la proposition du Conseil Administratif, soutenue par la gauche mais que le PLR, l'UDC et le MCG refusent : payer (un peu) pour voir (beaucoup)...


     * On trouvera le rapport de la commission sous http://www.fichier-pdf.fr/2015/05/08/rapport-pr-1113-a/

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 2 commentaires
  • Rénovation et extension du Musée d'Art & d'Histoire de Genève : Comment jouer un musée au poker

    Imprimer

    En aboutissant, comme nul ne peut plus nulle part l'ignorer, au Conseil Municipal, de la Ville de Genève, le débat sur la rénovation et l'extension du Musée d'Art et d'Histoire de Genève va-t-il prendre forme politique, ou en rester là  où il vagit depuis des mois ? On le saura d'ici jeudi. En ayant compté, comme lorsque l'on compte des moutons pour s'endormir, le nombre de fois où des élu-e-s inspirés proféreront d'un air conquérant ce sonore truisme des envolées parlementaires : "il faut aller de l'avant ! ". On ira en effet, de l'avant : droit dans le mur d'un référendum périlleux, ou le poujadisme anticulturel, pour qui toute dépense pour une institution culturelle est forcément excessive, le disputera à l'opposition au projet Nouvel-Jucker d'extension du MAH. Que ce projet (ou ce qu'il en reste) succombe ne serait d'ailleurs qu'une péripétie : le plus grave serait que la rénovation du musée, et donc, vu l'état où il est, le musée lui-même, sombre avec lui -sans que jamais ait été vraiment débattu, et jamais véritablement contesté, le projet culturel qui, seul, peut justifier l'investissement demandé pour l'extension du MAH. Or en liant les deux enjeux, la rénovation indispensable et incontestée, et l'extension, certes utile mais contestée, on imposera à  la première le sort que le corps électoral, puisque référendum il y aura, risque fort d'infliger à  la seconde. Le "paquet ficelé" de la rénovation et de l'extension relève d'un jeu de poker politique dont l'enjeu est le musée lui-même...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 5 commentaires
  • On peut encore sauver le Plaza

    Imprimer

    Remise d'une pétition au Conseil Municipal et au Conseil Administratif de la Ville de Genève

    Cet après-midi, à 16 heures 30, devant l'Hôtel-de-Ville, on se rassemblera pour aller remettre au Conseil Municipal et au Conseil administratif de la Ville de Genève une pétition signée par 1500 personnes, pour sauver le cinéma «  Le Plaza » de la démolition. Inauguré en 1952, le Plaza était le plus grand cinéma genevois, avec ses 1250 places. Il est fermé depuis plus de onze ans, après qu'une programmation volontairement médiocre ait pu, en réduisant sa fréquentation, doner prétexte à cette fermeture.  Les propriétaires du bâtiment (racheté il y a une dizaine d'années à un fonds d'investissement) ont déposé en début d'année une demande d'autorisation de démolir la salle, sans projet de reconstruction, mais en annonçant qu'ils n'avaient pas l'intention d'en refaire une salle de cinéma.  Sans attendre la réponse à leur demande, ils ont commencé, et peut-être achevé, de la vider de son mobilier (notamment de ses sièges), de ses équipements intérieurs et de son matériel de projection.
        

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 1 commentaire
  • "Plaza" : frères Lumière et frères Pénombre"

    Imprimer

    façade Plaza.jpg

    Il y a, quelque part du côté de Rolle, un vieux cinéaste ironique et ronchonnant qui, dans ses "histoire(s) du cinéma", effeuille "toutes les histoires", "une histoire seule"... "seul le cinéma", "fatale beauté"... "la monnaie de l'absolu", "une vague nouvelle"... "le contrôle de l'univers", "les signes parmi nous"... effeuillons alors par les mêmes mots, non des histoires de cinéma, mais l'histoire d'un cinéma, d'une salle de cinéma que l'on voudrait condamner et démolir, et que nous voulons sauver -l'une des plus belles salles de Genève : le Plaza...
    Le cinéma, ça se projette quelque part. Sur un écran plus grand que le spectateur. Avec des images plus grandes que ceux qui les regardent. On n'est pas devant une télé, on est dans une histoire, enveloppé par elle, par l'image, par le mouvement. Quant le train filmé par les frères Lumière arrivait sur l'écran, des spectateurs prenaient peur. D'ailleurs, comme dirait Godard (il l'a d'ailleurs presque dit comme cela), ce n'est sûrement pas un hasard si les inventeurs du cinéma s'appelaient les frères Lumière et pas les frères Pénombre.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 1 commentaire
  • LE "PLAZA" NE DOIT PAS ETRE DEMOLI, ET DOIT RESTER UN CINEMA

    Imprimer

     

     

    Pétition au Conseil Municipal et au Conseil Administratif de la Ville de Genève

           
    LE "PLAZA" NE DOIT PAS ETRE DEMOLI, ET DOIT RESTER UN CINEMA

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 5 commentaires
  • Projet de la Nouvelle Comédie de Genève : Changer d'échelle, de rôle, d'ambition

    Imprimer

    Hier soir, les deux commissions municipales des travaux et de la culture étaient réunies ensemble pour auditionner le Conseil administratif, les représentants de la Fondation d'Art Dramatique et de l'Association pour une nouvelle Comédie, après qu'ait été déposée une motion de l'Alternative demandant à la Municipalité, comme cela fut fait à propos de la rénovation-extension du Musée d'Art et d'Histoire, de préciser les enjeux, les contenus et les ambitions culturelles du projet de « Nouvelle Comédie » dans le quartier de la Gare des Eaux-Vives (future gare du CEVA), projet pour lequel le Conseil administratif sollicite un crédit net de plus de 52 millions de francs (sur un total de plus de 98 millions, dont à déduire une participation cantonale proposée par le Conseil d'Etat, mais qui dépend d'un vote du Grand Conseil). Enjeu de taille : avec ce projet, la Comédie de Genève ne change pas seulement de lieu, mais surtout d'ambition, d'échelle et de rôle.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 3 commentaires
  • Les Musées d'Art et d'Histoire de Genève « à l'horizon 2020 » : notre faim d'un projet culturel toujours pas rassasiée...

    Imprimer

    Nous avons reçu, il y a quelque temps des Musées d'art et d'histoire un texte, intitulé « Le MAH à l'horizon 2020 », donnant, du point de vue de la direction du MAH, des «éléments pour un  projet culturel», dans le cadre du traitement par la commission des Arts & de la Culture du Conseil Municipal d'une motion de l'Alternative demandant au Conseil administratif de présenter au Conseil Municipal, avant le vote du projet de crédit pour la restauration et d'extension du Musée d'Art et d'Histoire, un rapport spécifique sur les implications et les contenus de ce projet, la politique muséale du MAH, les collaborations entre le MAH et les autres musées genevois, ainsi que les autres institutions culturelles genevoises, y compris les établissements d'enseignement public et de recherche. Que dire des « éléments pour un projet culturel », tels qu'esquissés par les MAH ? Qu'on reste sur notre faim -il est vrai qu'elle confinait à la gloutonnerie, et que ce qu'on nous sert pour la calmer tient, pour l'instant, du carême. Alors on attend, pour savoir si le projet de rénovation et d'extension du MAH vaudra, culturellement, la peine qu'on le soutienne.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 1 commentaire
  • L'écrivain algérien Kamel Daoud répond à sa condamnation à mort par un imam salafiste

    Imprimer

    Kamel Daoud.JPGLe 16 décembre, l'imam salafiste algérien Abd El Fattah Hamdache a appelé au meurtre de  « L'écrivain apostat » Kamel Daoud, « mécréant, algérien 'sionisé', criminel insultant Dieu […] ». Kamel Daoud est poète, conteur, journaliste, romancier auteur d'un « Meursault, contre-enquête » réplique à et miroir de l'« Etranger » de Camus. Objet d'une fatwa le condamnant à mort comme naguère le fut Salman Rushdie par une fatwa de l'Ayatollah Khomeiny, il répond à ceux qui s'octroient droit de vie et de mort sur toute personne exprimant, par l'écriture, la vêture ou de toute autre manière, une autre conception de la vie et du monde que celle qui leur tient lieu de dogme, et à laquelle on n'a envie aujourd'hui de répondre que par le mot d'ordre de Voltaire : « Écrasons l'infâme » !

    Lire la suite

  • Ce qui vient en scène pour troubler...

    Imprimer

    A propos des "Démons" de Dostoïevski, adaptés au théâtre, à Genève, par José Lillo
         Dostoïevski, terrorisme, théâtre, Camus
    "Les Démons" de Dostoïevski font, en français,  un millier de page. Les adapter au théâtre est un défi, pour qui veut faire incarner sur scène sa trame et, surtout, ses questionnements. A Genève, jusqu'au 18 octobre, au Théâtre du Loup*, José Lillo en tire le sel. Allez au Loup ! Ne craignez pas, si vous ne connaissez pas le roman de Dostoïevski par coeur, de vous perdre au début de la représentation entre les personnages d'un récit dont le meilleur traducteur en français de Dostoïevski, André Markowicz, nous dit qu'il "n'existe finalement que pour semer le trouble" avant d'"abandonner le lecteur, essoufflé, avec rien. Possédé". Tout s'ordonne et se clarifie au fil de l'adaptation dépouillée de tout artifice qu'en fait José Lillo. Et on se retrouve après trois heures et demi de théâtre avec la même stupéfaction qu'après mille pages de lecture : celle qui vient de l'incroyable actualité d'un texte vieux de presque un siècle et demi, et des questionnements qu'il livre en nous laissant formuler les réponses -s'il y en a.


    * www.theatreduloup.ch, +22 301 31 00A

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture 0 commentaire
  • La Suisse se mord les langues

    Imprimer

    languesDouillou schpik englschwiz
       
    Le PS (entre autres) est inquiet : Il a appelé la Confédération à intervenir (le Conseiller fédéral Alain Berset avait déjà évoqué une intervention de la Confédération contre l'abandon de l'enseignement du français à l'école primaire) pour empêcher que des cantons renoncent à l'enseignement, dans le cadre de la scolarité obligatoire, d'une deuxième langue nationale, et va proposer une modification de la loi sur les langues afin d'y ancrer l'apprentissage des langues nationales à l'école primaire :  ce à quoi il appelle ainsi à répondre, c'est à l'offensive lancée en Suisse alémanique contre l'enseignement du français. Le parlement Thurgovien a accepté une motion de l'UDC demandant la suppression de l'enseignement du français à l'école primaire. Nidwald suit.  Paradoxalement, c'est le parti qui a accoutumé de célébrer avec le plus de trémolos dans la youtze patriotique l'"unité nationale" et l'"identité suisse" qui est à la pointe dans l'offensive contre l'enseignement du français, pour y substituer celui de la langue actuelle du mondialisme, l'anglais (ou ce à quoi ce mondialisme le réduit).

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, école, Politique, Suisse 1 commentaire
  • Grisélidis s'ennuyait dans son Panthéon, quand soudain...

    Imprimer

    Trublionne posthume...

    Grisélidis Réal repose certes dans le petit Panthéon genevois, mais pas pour laisser Genève en repos. Troubler était une vocation, chez elle et c'est aussi pour cela que Genève avait décidé de l'honorer d'une place dans le même cimetière que Calvin ou Borges -mais tel est pris qui croyait se déprendre de la perturbatrice : ce n'est plus le lieu de repos des cendres de la courtisane qui est contesté mais ce qui va en signaler la localisation : Le Conseil administratif de la Ville de Genève a refusé pour la deuxième fois le projet de stèle devant être placée sur la tombe de Grisélidis Réal au cimetière des rois. Le projet du sculpteur Jo Fontaine évoquerait de manière trop explicite un sexe féminin. En réalité, rien n'est vraiment explicite, on est dans le symbole (un triangle dans un cercle), et c'est beau. Et puis quoi ? rappelle Jo Fontaine :  il y a déjà « plusieurs paires de fesses et de seins au cimetière des rois ».. Et très explicites, ces paires. Pour ne rien dire du phallus granitique qui orne, sur son tapis de roubignolles, la tombe de l'illustre Georges Favon, ci-devant  Conseiller d'Etat.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 0 commentaire
  • Restauration et extension du Musée d'Art et d'Histoire : Un peu de culture dans le débat ?

    Imprimer

    Un projet de motion déposé au Conseil municipal de la Ville de Genève*, et renvoyé à la commission des Arts et de la Culture, demande qu'on mette un peu de projet culturel dans le débat sur la restauration et la rénovation du MAH... Un débat sur le projet culturel, après des années de guerre de tranchées autour du seul enjeu patrimonial, et avant des mois de polémiques sur le seul enjeu financier, cela s'impose.. Parce que si « faire entrer un musée du XIXe siècle dans le XXIe siècle »  est l'ambition affichée du projet officiel de restauration et d'extension du Musée d'Art et d'Histoire, on a beaucoup de mal à trouver sous cette formulation prudhommesque de quoi exprimer le contenu culturel d'un tel projet. Or c'est ce contenu culturel qui peut seul peut justifier l'engagement politique et financier qu'il implique de la part de la Ville de Genève... 

    * Projet de motion de Mme et MM Pascal Holenweg,  Pierre Gauthier, Grégoire Carasso et Sandrine Burger : "Restauration et extension du Musée d'Art et d'Histoire :quel contenu culturel, quelles garanties éthiques ?"

    Lire la suite

  • Restauration et extension du Musée d'Art et d'Histoire : Et le projet culturel ?

    Imprimer

    La semaine dernière, le Conseil Municipal de la Ville de Genève a renvoyé en commission la proposition du Conseil administratif d'un crédit de, formellement, 139 millions de francs (dont 6,8 millions de frais d'étude déjà  engagés), pour la restauration et l'extension du Musée d'Art et d'Histoire. Le parlement municipal ne s'est donc pas encore prononcé sur cette proposition -il le fera lorsqu'elle reviendra, avec un rapport de majorité et, sans doute, un rapport de minorité,  de la seule commission où elle a été expédiée, la commission des travaux, le Conseil municipal ayant en effet refusé de faire étudier aussi la proposition par la Commission des arts et de la culture. Comme si le seul enjeu du projet était l'enjeu architectural et patrimonial. Comme si le débat ne devait porter que sur le contenant du musée. Comme si le projet muséal en tant que tel, la démarche culturelle qui va être celle du nouveau musée (s'il se réalise), les rapports de cette institution culturelle avec les autres institutions culturelles genevoises -comme si tous ces enjeux étaient secondaire, et que la question : "un musée pourquoi" était intempestive, alors qu'elle est la première, et la plus importante, qu'il faudrait se poser...

    Lire la suite

  • Rénovation ET extension du Musée d'Art et d'Histoire de Genève : le contenant, le contenu, le pognon

    Imprimer

     

    MAHcoupe.jpg

    "Faire entrer un musée du XIXe siècle dans le XXIe siècle", pouvoir exposer les collections immenses du MAH (qui ne peut actuellement n'en montrer que 1,5 % en un seul moment)... telles sont les ambitions du projet de rénovation et d'extension du Musée d'Art et d'Histoire (MAH) de Genève, présenté hier  hier par le Conseil administratif aux commissions du Conseil Municipal, qui auront à l'étudier sous forme de quatre crédits. Mais avant même ces ambitions, qui relèvent de la politique culturelle il y a une urgence à relever : celle de la rénovation d'un musée qui n'offre plus les conditions matérielles nécessaires à l'accomplissement de la mission qui lui est assignée -et moins encore celles de la mission qu'il s'assigne à lui-même. Dans le débat qui va s'engager sur ce projet, on va parler du contenant (le bâtiment), du contenu (le rôle du musée) et de pognon (le coût de l'opération). Et on va beaucoup parler. Parce qu'il y a beaucoup à dire.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 1 commentaire
  • Au prétexte des investissements publics dans la culture...

    Imprimer

    Moi artiste, toi gestionnaire...

    Ces prochaines années, la Ville de Genève  va consacrer aux institutions culturelles, à la rénovation de leurs bâtiments, à leur fonctionnement, à la création de lieux nouveaux, des moyens financiers considérables -plusieurs centaines de millions de francs au total, sur une ou deux législatures, si l'on additionne la rénovation du Grand Théâtre, la rénovation et, peut-être, l'extension du Musée d'Art et d'Histoire, la construction de la Nouvelle Comédie, les subventions ordinaires, directes et indirectes, aux institutions et à des fonds comme celui, romand, de soutien au cinéma. Cet effort est pleinement justifié -même lorsque nous regrettons le déséquilibre entre ce qui est affecté aux grandes institutions et ce qui l'est aux lieux plus modestes, à la culture émergente, aux acteurs culturels indépendants. Mais dans le débat autour de ces choix politiques, une voix peine à se faire entendre : celle des des créateurs qui vont peupler ces lieux de leur travail et de leurs oeuvres. Alors, on s'autorise à parler à leur place -qu'ils nous pardonnent cette licence : après tout, s'ils parlaient plus fort, et plus ensemble, on les entendrait mieux...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture 3 commentaires
  • Genève : La culture dans la ville des mots

    Imprimer

    Tout à Genève, à commencer par Genève elle-même, a procédé de l’échange et de la parole. L’histoire ici n’a pas laissé ces alluvions, ces dépôts matériels empilés les uns sur les autres, siècle après siècle, règne sur règne, et sur quoi se fondent les villes illustres d’Europe. Genève n’est pas moins porteuses d’histoire qu’elles, mais son histoire n’est pas dite par des pierres : elle l’est par des mots.  Genève a la discrétion hautaine, l’orgueilleuse modestie de ses vieux prédicateurs. On n’y trouvera pas de grands monuments, pas de grands ensembles architecturaux, pas de chefs d’oeuvres picturaux ou sculpturaux. On y trouvera d’abord l’air du temps, de tous les temps vécus par la ville ; air où flottent encore la parole de Calvin et les rêves de Rousseau, les imprécations de Voltaire et l’égocentrisme d’Amiel -mais des mots, d’abord, et des mots, surtout.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 0 commentaire
  • Elections cantonales genevoises : la culture montre le bout de son nez. ENFIN !

    Imprimer

    Débat mardi.jpgLa campagne pour l'élection du Conseil d'Etat touche à sa fin, et on n'y a pas beaucoup parlé de culture. C'est le moment qu'elle montre, enfin, le bout de son nez. Parce que si jusqu'à présent, la politique culturelle était essentiellement le fait des communes, et en particulier celui de la Ville de Genève, une nouvelle loi entrée en vigueur donne au canton des compétences nouvelles, et surtout exprime des ambitions cantonales nouvelles. Des ambitions qui supposent qu'on leur consacrent des moyens. Des moyens que les majorités politiques cantonales ne semblent pas vouloir leur consacrer -l'essentiel de leurs efforts politiques se résumant pour l'instant à de grands discours, d'autant plus sonores qu'ils sont creux (c'est le principe du tambour). Et surtout gratuits.
    Ce soir, à 20 heures, au Théâtre de Poche, un débat permettra de faire le point.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève, Politique 1 commentaire