Elections municipales : recette d'une proclamation électorale

Imprimer

Maire de Champignac.jpgMots obligés

Vous avez sans doute vu nos affiches avec nos têtes, reçu dans vos boîtes aux lettres nos tracts, prospectus, dépliants électoraux, vous avez reçu votre enveloppe avec vos bulletins de vote et votre carte de vote, vu passer des bus et des trams à nos couleurs avec nos slogans. Vous l'aurez compris : y'a, incessamment sous peu, des zélections, auxquelles, pour peu que vous disposiez des droits politiques, vous êtes conviés à participer par vos votes forcément sélectifs, informés et rationnels. De vrais votes de vrais citoyens et de vraies citoyennes, quoi. Alors,  remettons la campagne électorale dans son bain rhétorique : il y a des choses qu'il faut dire. Qu'on ne peut pas ne pas dire. Aussi convient-il de vous dévoiler la recette incontournable de toute proclamation électorale conforme, sinon aux attentes des citoyennes et des citoyens, du moins au cadre obligé de cet exercice.

Citoyennes, citoyens, camarades, chères électrices, chers électeurs,

Il n'est de discours, de texte, d'entretiens électoraux admissibles qui ne doivent contenir un certain nombre de quotas rhétoriques, de mots obligés, d'expressions obligatoires, de références incontournables. Et ces quotas sont de deux ordres : il y a d'abord ceux que toute candidate et tout candidat, tout parti et toute liste, doit respecter, qu'il ou elle soit de gauche, de droite, du centre, d'ailleurs ou de nulle part. Il y a ensuite les quotas rhétoriques spécifiques à un camp -de gauche, de droite, d'ailleurs ou de nulle part. 

Ainsi, toutes et tous doivent impérativement énoncer que "nous sommes à un tournant" (la ligne droite, forcément, ça a une fin) et qu'il y a des enjeux (ou des défis, si on faire sportif) à relever. Faut croire qu'ils étaient tombés. Il faut ensuite proclamer qu'"il faut aller de l'avant", sans forcément avoir à préciser où il faut aller pourvu que ce soit "de l'avant". Vers quoi, on s'en fout, mais faut dire qu'on y va. Sans marche arrière. Il faut aussi proclamer qu'"il faut changer de paradigme" -peu importe le paradigme doit on doit changer, les paradigmes, c'est comme les slips ou les chaussettes, il faut en changer régulièrement.  Il faut en outre invoquer la "classe moyenne", mais sans la définir puisqu'on dès qu'on se risque à la définir on s'aperçoit que ce n'est pas une classe. Il faut évidemment exprimer son amour des arbres et des animaux -mais on peut choisir lesquels, genre "si chuis élu, je ferai don de 10 % de mon salaire aux vieux chevaux"... qui dit mieux ? "moi, m'sieur : si chuis élu, je supprimerai la taxe sur les chiens"... et les dugongs, alors, personne n'y pense ?. Ce n'est pas tout : il faut encore proclamer son exigence de "transparence" et d'"exemplarité". Sans évidemment trop s'y livrer soit-même. Enfin , quoi que l'on propose, à quelque domaine d'action politique qu'on se réfère, il faudra que cela soit "durable" et "citoyen". On pourrait aller jusqu'à "républicain", mais ça fait un peu trop français.

Plus sélectivement, pour peu qu'on soit de gauche et qu'on tienne à le faire savoir, on doit impérativement défendre un projet "inclusif", "multiculturel", prôner l'"ouverture" et le "vivre ensemble" et, évidemment, se soucier de l'état du climat. A droite, il faudra vénérer la liberté du commerce, rendre culte à la "liberté de choix du mode de transport" (réduite à celle de choisir la bagnole quel que soit le parcours qu'on ait à faire), défendre la propriété privée, invoquer (si on est PDC) la famille, et  promettre de baisser les impôts (qui écrasent la classe moyenne). Pour terminer votre tambouille électorale, qui que vous soyez et quelles que soient vos convictions politiques (parce qu'on suppose que vous en avez), vous y ajouterez une pincée de "racines", une invocation de l'"avenir", vous parlerez de culture si vous êtes de gauche, de sport si vous êtes de droite, de culture et de sport si vous avez le cul entre deux sièges, de logement dans tous les cas -mais de logement social si vous êtes de gauche et d'accession à la propriété si vous êtes de droite.

Enfin, n'oubliez pas d'affirmer haut et fort que vous êtes candidate ou candidat pour servir. Pour vous mettre au service de la population, des citoyens, de l'Etat, de la société, du parti, de la classe ouvrière, de la classe moyenne, de la famille, de la patrie, de ce que vous voulez,peu importe quoi pourvu qu'il s'agisse de servir. Servir, c'est une vocation : tous les candidats s'appellent Nestor, toutes les candidates s'appellent Bécassine.

Voilà, vous êtes parés : A respecter ces quotas, vous tiendrez un discours électoral légitime. Et peu importe qu'il soit à la fois vide et ronflant, champignanesque, quoi. Ce discours ne veut rien dire ? Tant pis, ou tant mieux : il n'intéressera sans doute pas grand monde, mais au moins ne fâchera personne non plus. Et si on le dit avec au moins un accent de sincérité, tant mieux, quoiqu'on ne nous demande même pas d'y croire -seulement de faire croire qu'on y croit. Nuance, nuance...

Donc, Citoyennes, citoyens, camarades, chères électrices, chers électeurs,
Résolument tournés vers le futur mais les pieds dans le présent sans oublier le passé, et ouverts à l'avenir qui est devant nous, nous devons aller de l'avant , car nous sommes à un tournant du destin de notre ville, et nous avons à relever pour la classe moyenne des enjeux qui nous imposent de changer de paradigme. Alors, dans la transparence et l'exemplarité, assurons un vivre ensemble multiculturel, ouvert, climatiquement durable et socialement inclusif, fidèles en cela à nos racines et à celles de nos arbres.

Bon, ben voilà, tout y est, on ne voit pas que je dire de plus. Parler politique, peut-être ? Et puis quoi encore ?

Les commentaires sont fermés.