Vers le droit de vote et d'éligibilité des "étrangers"

Imprimer

urne.jpgVive le suffrage universel !

Le 24 avril 2005, les Genevois et voises accordaient le droit de vote (mais pas d'éligibilité), d'initiative et de référendum municipaux, aux étrangers résidant en Suisse depuis au moins huit ans. Comme cinq autres cantons romands. Trois cantons alémaniques (les Rhodes intérieures d'Appenzell, les Grisons et Bâle-Ville) ont accordé à leurs communes le droit d'accorder le droit de vote à leurs habitants étrangers. Le Jura leur a en outre accordé le droit de vote cantonal, Vaud le droit d'éligibilité municipale. Genève est donc en retard (le Valais aussi, d'ailleurs) sur le reste de la Romandie, s'agissant des droits démocratiques. Un pas supplémentaire pourrait cependant être fait si le Grand Conseil d'abord, le peuple ensuite (du moins sa part adulte, de nationalité suisse et électoralement active), y consentent : le droit de vote et d'éligibilité des étrangers aux plans communal et cantonal. Une extension légitime et bienvenue à l'élection et au canton d'un droit encore contenu à celui de voter dans les communes. Une commission du Grand Conseil a en effet adopté en ce sens un projet de modification de la constitution : déposé par la députée d'"Ensemble àé Gauche" Jocelyne Haller, le projet a évidemment  été soutenu par les socialistes et les Verts, mais aussi par le PDC, le PLR rejoignant (c'est son tropisme, en ce moment) l'UDC et le MCG dans un refus obsidional de quelque droit politique que ce soit aux métèques. Dont on rappellera qu'ils constituent plus de 40 % de la population du canton, ce qui fait de Genève de tous les cantons suisses celui qui prive encore la plus grande part de sa population des droits politiques fondamentaux de voter, d'élire et de siéger.

J'y vis, j'y vote, j'y siège...

A Genève, 85'000 personnes qui n'en disposaient pas disposent donc depuis quinze ans d'une partie -mais d'une partie seulement- des droits politiques. Certes, seule une minorité d'entre elles les exercent, mais cela fait tout de même des dizaines de milliers de votants et de votants, et de toute façon seule une minorité de Suisses exercent aussi leurs droits politiques. Si les étrangers votent encore moins que les Suisses, ce n'est pas parce qu'ils sont étrangers, c'est qu'ils ne peuvent le faire que sur les enjeux municipaux dans le canton suisse où les communes ont le moins de compétences, sur les enjeux fédéraux, et qu'ils font plus souvent que les Suisses partie des catégories sociales qui votent le moins : ils sont plus jeunes, et plus souvent situés dans les couches sociales moyennes ou "inférieures". Bref, l'électeur étranger est un électeur comme les autres. Sauf que son droit de voter est contenu dans la commune et amputé de son droit d'élire. Ne disposant de droits politiques que communaux, les étrangères et les étrangers sont des électeurs de deuxième zone, et Genève est dans ce domaine et avec le Valais le canton romand le plus restrictif alors qu'il est le canton suisse qui compte la plus forte proportion d'étrangers au sein de sa population. On devrait  pouvoir, enfin, y passer du "j'y vis, j'y vote" à un plus cohérent "j'y vis, j'y vote, j'y siège". L'Assemblée constituante avait fait, un moment, mine de le faire, ce pas, avant, pusillanime, que se raviser par peur que le projet de nouvelle constitution soit refusé à cause de cela. En 2013, c'est le Grand Conseil qui avait de même choisi la fuite -ni en avant, ni en arrière, mais de côté. Et 40 % des habitants majeurs et contribuables de Genève sont toujours privés du droit de vote cantonal. Résultat : lors des dimanches de votations, un tiers du corps électoral ne peut donner son avis que si dans le menu dominical un plat communal est servi. Les étrangers peuvent voter pour ou contre les coupes dans le budget de la Ville, la rénovation du Musée d'Art et d'Histoire, les arbres de Plainpalais, le parking de Clé-de-Rive ou la vente des actions de Naxoo... mais pas sur l'ouverture des magasins le dimanche, la stratégie énergétique, la libre circulation ou les tarifs des TPG... Et ils et elles ne peuvent pas être élu-e-s là où elles et ils votent (dans leur commune). Pourtant, ils sont bien objectivement (matériellement, socialement, fiscalement) citoyens de cette ville et de ce canton, si l'on veut bien accepter de donner de la "citoyenneté" une définition qui ait les pieds dans la réalité et pas seulement la tête dans les textes de lois. Et l'exercice des droits politiques réduits qu'on leur a concédés n'a pas bouleversé les rapports de force politiques municipaux.

La démocratie n'est autre chose qu'un slogan que si les citoyens participent à la prise des décisions qui les concernent. Mais cela ne donne encore aucune définition du mot même de "citoyen". L'étymologie, là, répond : le citoyen, c'est l'homme (et la citoyenne, la femme) de la Cité -au sens non de la seule commune, mais de la République. En d'autres termes, l'habitant, l'habitante. Cette définition ne renvoie à aucun critère de nationalité, elle ne renvoie qu'à l'habitat et à l'insertion sociale : j'y suis, j'y vote, j'y siège. Et la légitimité des institutions politiques étant, en démocratie, fonction de la part de la population qui peut concourir à leur désignation, accorder aux étrangers résidents le droit, non seulement de voter mais aussi d'élire, et non seulement dans la commune mais aussi au niveau cantonal, procède de la même démarche qui fit passer (péniblement) du suffrage censitaire au suffrage universel (il y aura fallu deux révolutions), et du suffrage exclusivement masculin au suffrage sans discrimination de sexe (il y aura fallu une grève générale et des décennies de combat féministe). Et on n'évoquera qu'en passant les 250 ans qui séparent la création de la République de Genève de l'octroi  du droit de vote... aux catholiques.

La citoyenneté n'est pas la nationalité : la première est une pratique, qui peut faire l'objet de distinctions selon qu'elle concerne la commune, le canton ou la Confédération, la seconde est un statut légal unique, indistinct, fondé soit sur le hasard de la naissance, soit sur un octroi administratif. Et la démocratie n'est autre chose qu'un slogan que si les citoyens participent à la prise des décisions qui les concernent. Botter en touche en invoquant la naturalisation comme moyen de faire accéder des étrangers aux droits politiques n'est de ce point de vue, dans un pays dont le droit de la nationalité est fondé sur le droit du sang, qu'une forme de déni de réalité, quand des centaines de milliers d'"étrangers" sont nés en Suisse, et sont donc d'ici, et pas d'ailleurs. La commission municipale des naturalisation de la riante (on le suppose, du moins) commune Schwytzoise d'Arth a refusé d'accorder la nationalité suisse à un Italien, vivant en Suisse depuis trente ans, parce qu'il ne savait pas que les loups et les ours du parc animalier de la région partageaient le même enclos. Fin janvier, c'est le Tribunal fédéral qui a tranché : on ne peut pas refuser la nationalité suisse à quelqu'un pour une raison aussi futile, une telle décision violant le principe de l'interdiction de l'arbitraire.

On conclura en reprenant les mots de la socialiste Sandrine Salerno et de la démocrate-chrétienne Anne-Marie von Arx-Vernon : "Lorsque l'on vit dans un endroit, qu'on y élève ses enfants, qu'on participe de mille et une façon, voter et élire me semble une évidence", dit la première, "A partir du moment où des gens font partie de la communauté, vivent dans le même contexte, paient des impôts, il me semble normal qu'ils puissent aussi participer pleinement à la vie politique locale". De cette évidence, il reste à convaincre celles et ceux qui ont déjà le droit de voter au plan cantonal pour qu'ils l'accordent enfin à celles et ceux qui ne l'ont pas encore. Au fond, c'est le même combat que celui qu'il a fallu mener pendant des décennies pour que les femmes aient droits de vote et d'éligibilité communaux, cantonaux et fédéraux : ce sont les hommes, qui en disposaient seuls, qu'il a fallu convaincre de les accorder aux femmes. Ce sont les Suisses qu'il faut convaincre aujourd'hui à Genève d'accorder aux étrangers(et encore, pas tous...) les droits dont eux, les Suisses aux urnes noueuses, disposent déjà. C'est ainsi que progressent la démocratie, la République et la Cité : en s'élargissant. Des hommes aux femmes, des vieux aux jeunes, des riches aux pauvres, des indigènes aux étrangers.

Cela s'appelle le suffrage universel.

 

Commentaires

  • S'ils sont contraints à 245 jours de services et 10 ans d'incorporation dans l'armée /service civil, comme les Suisses aux urnes noueuses, pourquoi pas. Cela s'appelle mêmes droits, mêmes devoirs.

  • "La citoyenneté n'est pas la nationalité". Vous sortez cette définition de votre chapeau (et non chapò). Un citoyen peut avoir plusieurs nationalités et plusieurs nationalités peuvent vous donner plusieurs citoyennetés. C'est le cas de nombreuses personnes ayant plusieurs passeports et pouvant exercer leurs droits de vote dans plusieurs pays. (Ce qui est discutable, car une personne = une voie).
    La citoyenneté et la nationalité sont donc bien indissociables.

    Quand on vit dans un pays et qu'on veut s'intégrer on en prend la nationalité. Pour employer une métaphore si vous voulez adhérer à un club ou à une association vous devez vous faire parrainer, prendre votre carte de membre et éventuellement payer une cotisation. Vous faites partie d’un parti politique ; vous avez bien accepté de devenir membre en prenant la carte de votre parti.

    J'ai des amis Italiens qui étaient à l'école avec moi. Certains se sont fait naturaliser (les frais CHF 500 à 1000) Pour votre info ils ont pu garder leurs passeport italien, d'autres ont refusé. Les premiers ont pris la nationalité suisse (j’ai parrainé plusieurs personnes) car ils voulaient participer à la vie politique de la suisse et ainsi obtenir le droit de vote. Ils ont fait l'effort de prendre leur carte de membres et ont ainsi manifestés leurs intérêts à la vie du pays dans lequel ils vivent. Les autres se sentent bien en Suisse mais ne veulent pas aller plus loin ; c'est-à-dire prendre la nationalité Suisse. Ils se sentent uniquement italiens. C'est un choix que je respecte et qu’ils assument sans demander le droit de vote. Pour conclure on ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre et la fermière en prime. C'est ce que j'y vis, j'y vote demande.

  • Eh non, la nationalité n'est pas la citoyenneté : les mineurs sont "nationaux" sans être citoyens, les personnes privées de leurs droits ciuvils et/ou politiques aussi. Et les femmes étaient, jusqu'à ce qu'on condescende à leur accorder les droits politiques, "nationales" sans être citoyennes. Et je suis citoyen en étant internationaliste.

  • Cela s'appelle surtout une ânerie : le droit de vote n'est plus lié au service militaire obligatoire depuis un demi-siècle, et il ne l'était d'ailleurs même pas avant : l'inaptitude au service n'entraînait pas la perte des droits politiques...

  • Ce que veut dire ocb est que les droits s'accompagnent d'obligations et de devoirs. Pourquoi accorder un droit aux étrangers sans les soumettre aux mêmes obligations que les Suisses?

    Bien des personnes rechignent à se faire naturaliser parce que ça signifie devoir faire le service militaire. On ne peut pas bénéficier des avantages d'un club sans en être membre.

  • Même réponse que précédemment : il n'y a plus, depuis longtemps, aucun lien entre le service militaire et les droits politiques -sinon les femmes seraient soumises su service obligatoire, ou ne disposeraient toujours pas des droits politiques. Les droits politiques ne s'accompagnent pour les Suisses d'aucune obligation ou devoir particulier -il n'y a aucune raison pour que les étranger-e-s établi-e-s depuis longtemps soient traités autrement. Pour le reste, ils sont soumis aux mêmes obligations que les Suisses : cotisations sociales, impôts, respect des lois... obligations dont l'irrespect par des Suisses n'entraîne sauf rarissimes exceptions, aucune perte de leurs droits civiques...

  • Ce n'est pas tout à fait exact : les fonctionnaires internationaux ne sont pas tenus de cotiser à l'AVS.
    Alors donnons-leur le droit de vote, à mon avis, ils ne voteront pas forcément à gauche.

  • " les mineurs sont "nationaux" sans être citoyens," Les mineurs sont bien nationaux et ils obtiennent le droit de vote à leur majorité. il devienne ainsi citoyen. (Avec les droits et devoirs) Si vous souhaitez donner le droit de vote aux mineurs, Pourquoi pas, mais c'est un autre sujet.

  • ... non, c'est le même sujet, celui des conditions des droits politiques... il y a toujours celle de l'âge, il y eut naguère celles du sexe, de la fortune, de la religion, voire du statut matrimonial... le projet est de lever une condition de nationalité, et de s'en tenir à la condition de résidence durable dans l'espace politique où ces droits s'exercent : c'est la logique du suffrage universel...

  • Pour votre information, vous pouvez visualiser le papillon e présentation du projet de loi par l'association DPGE à cette adresse http://bit.ly/2SPbfNi

  • Votre billet renvoie à la définition de ce qu'être "suisse"... Il en existe plusieurs. A gauche c'est souvent "vivre ensembles et payer des impôts" à droite c'est "amener un plus value économique ou participer à l'effort national". Personnellement, il me semble qu'être suisse c'est chercher le dialogue, le consensus et la paix.

    Votre idée de donner le droit vote à tous, est un moyen de se mettre d’amplifier le vote des communautés. Cela existe déjà plus ou moins avec certaines à Genève. On trouve souvent des candidats plus ou moins choisi, pour leur rayonnement au sein de leur communauté d'origine, pas pour leur véritable capacité ou engagement. Les gens vont voter pour tel ou tel parti, car il y a des gens de leur ethnie qui s'y présentent.

Les commentaires sont fermés.