Combattre les racismes tels qu'ils se manifestent

Imprimer

Affiche Félix Potin.jpg
Negrophobie


Hier soir, le Conseil municipal de Genève a accepté une proposition d'accorder un modeste crédit de soutien à la lutte contre le racisme "anti-noir" (on parlera de "negrophobie"...). Cette proposition a été imposée par la gauche et le PDC au PLR, au MCG et à l'UDC, qui n'en voulaient pas, arguant que l'antiracisme doit être global, général, indistinct, et qu'il ne convient pas de lutter contre tel ou tel racisme. Il ne conviendra donc pas de lutter contre la negrophobie. Pas plus que contre 'antisémitisme (au sens de la bonne vielle judéophobie) ? La Ville subventionne pourtant déjà des associations et des actions de lutte contre tel ou tel racisme spécifique. Comme, s'agissant de l'antisémitisme, la CICAD (qui a pourtant tendance à confondre antisémitisme et antisionisme). Y'a-t-il des racismes moins condamnables que d'autres ? Le racisme "anti-noir" est-il un fantasme ? La réalité, largement documentée, le dément. Et puisqu'il existe, l'antiracisme exige de le combattre. Comme tous les autres.

La négation du racisme porte un nom : le négationnisme

Pourquoi combattre spécifiquement (sans exclusive d'autres combats contre d'autres racismes) la negrophobie, le racisme "ant
i-noir" ? Parce qu'il existe.  Parce qu'il y a un travail spécifique à faire contre LES racismes (et non pas  seulement LE racisme) tels qu'ils se manifestent. Parce que nous ne voulons pas nous contenter de dire que le racisme, c'est pas bien, c'est pas beau, c'est pas intelligent. Nous voulons le combattre là où il se manifeste. Et il se manifeste concrètement, précisément à l'encontre de groupes  spécifiques...
Il faut bien traduire en actes sur le terrain les belles paroles des textes fondateurs. Sinon ces textes ne valent que ce que vaut le vent qui emporte leurs mots. Les textes internationaux sur les droits humains proclament l'égalité des droits entre femmes et hommes ? L'Arabie Saoudite s'en fout tant que personne ne se mêle de concrétiser cette égalité chez elle...  Les textes internationaux proclament le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ? Erdogan s'en fout, tant que les Kurdes ne s'autorisent pas à le concrétiser aux frontières de la Turquie, ou pire : en Turquie même... La Constitution fédérale suisse dit de très justes choses sur les droits fondamentaux -mais ces très justes choses ne valent rien de plus que la bonne conscience qu'elles caressent dans le sens du vent si on ne fait pas l'effort de les concrétiser sur le terrain. "ça ne sert à rien d'avoir un pacte à la tonalité morale très puissante mais à l'impact limité", reconnaissait la représentante spéciale de l'ONU pour les migrations, Louise Arbour.

Lutter contre chaque racisme, là où il se manifeste, quand il se manifeste, comme il se manifeste : le Service de lutte contre le racisme de la Confédération ne dit pas autre chose : "Le racisme peut se manifester sous différentes formes; le fait de les définir une par une permet de mieux en identifier les causes et les manifestations et d’appliquer les mesures de prévention à meilleur escient". (Rapport sur les discriminations raciales en Suisse 2018: https://www.edi.admin.ch/.../rapports-et.../rapport.html).

Ici, on parle du racisme anti-"noirs". On en parle parce qu'il existe -et ce n'est pas parce que nous en parlons que nous constituons une "race noire" (avec tous les guillemets qui s'imposent). Il n'y a pas plus de race "noire" qu'il n'y a de race "blanche". Les "noirs", dans une situation de racisme, sont ceux qui sont définis comme tels par ceux qui se définissent eux-mêmes comme "blancs" (ou en tout cas comme "pas noirs"), comme la définition du "juif" dans les politiques antisémites est le fait des antisémites, pas des juifs... On parle ici de la définition des "races" par les racistes : les juifs se définissent eux-mêmes, comme les chrétiens, par une adhésion religieuse, mais sont définis comme une race par les antisémites, comme "les nègres" par les racistes "blancs" (quitte à ce que des "nègres" comme Césaire ou Senghor en fassent une revendication).  Pour le reste, il n'y a évidemment pas plus de "blancs" que de "noirs" ou qu'il y a de races humaines différentes depuis la disparition de Tonton Neanderthal . Ou alors, il nous faudrait admettre que la moitié de la population "blanche" de nos contrées devient "noire" entre la fin juin et le début septembre, entre le petit-déjeuner et le retour de la plage, entre la sortie du bureau et le retour du solarium.

Si une commune sert à quelque chose de plus qu'appliquer et payer les décisions de l'Etat, c'est bien à concrétiser là où elles doivent l'être les belles proclamations de principe des beaux textes nationaux ou internationaux. La commune ne fait pas les lois, ni les constitutions, ni les pactes internationaux. Mais ne les faisant pas, elle peut les rendre réels, les concrétiser sur le terrain, dans la "vraie vie" des "vrais gens".

On peut toujours essayer de nier que les femmes et les hommes que les racistes définissent comme "noirs" sont victimes de racisme. On peut toujours nier les évidences. Mais il faut alors assumer cette négation pour ce qu'elle est. Car ici, aujourd'hui, dire qu'il n'y a pas de racisme anti-noir, c'est comme dire qu'il n'y a pas de racisme anti-rroms ou que l'antisémitisme a disparu.

La négation du racisme porte un nom : le négationnisme.



Commentaires

  • Le racisme est condamné par la loi. Je ne comprends donc pas la démarche. Est-ce que le racisme est plus fort envers les noirs ? Certainement pour différentes raisons, dont une a été très forte, la vente de drogues, notamment près des écoles. La tolérance et la confiance envers l'Etat a été entamée, et ceci a rejaillit sur les migrants noirs. Le racisme est certainement moindre pour ceux qui travaillent.
    Si je comprends la démarche de souligner un des racismes, je ne comprends pas à quoi ça sert.

    L'argent sera pour des brochures, pour engager un fonctionnaire, bref des trucs vachement efficace contre le racisme ?

    Il y a 2 formes de racismes, un inné, si on peut dire, et un autre qui se construit face à des excès ou vu comme tels. Lutter contre le racisme, c'est lutter contre le carburant qui alimente le deuxième type de racisme. Cela passe par l'expulsions des délinquants.

    Combattre les actes racistes, ce n'est pas un problème, lutter contre le racisme c'est impossible si il est alimenté par la colère du citoyen qui ne supporte plus l'état présent.
    La bonne conscience au frais du contribuable n'apporte rien si ce n'est pour ceux qui ont voté, d'avoir un sentiment de supériorité grâce à leur pseudo générosité.

    J'ai peut-être loupé un truc. A part le plaisir socialiste de créer un budget de la bien-pensance, à quoi servira l'argent ? Autant j'apprécie la lutte contre la discrimination (mais toutes sans idéologies), autant les budgets idéologiques qui ne servent à rien ou peu me dérangent fortement.

    J'ajoute, inutile de se tortiller pour parler de races, ça devient ridicule. Le monde scientifique est partagé par cette notion de race. Comme on sait qu'à gauche le parler correct est une race unique, pas besoin d'en rajouter ou d'expliquer.

  • Dans la récente affaire du Crédit Suisse (qui espionne ses salariés, même ceux occupant des postes très élevés), il n’a jamais été fait mention du fait que Tidjane Thiam est noir. A mon avis, cela démontre bien que le racisme anti-noir n’existe pas.

    Dire que les dealers sont noirs, c’est simplement une réalité. Trouvez-nous un dealer p.ex Rrom ou Mexicain et on en reparlera. Ce trafic est le business de clans, il est donc impossible pour un Kosovar de vendre de la coke, comme il sera impossible pour un Nigérian de vendre de l’héroïne. Arracher les sacs des mamies de Perly, c’est le terrain de chasse des jeunes de St-Julien - et je m’abstiendrai de faire des suppositions sur leurs origines pour éviter d’être censurée. Disons qu’ils proviennent certainement d’une culture qui estime que les mécréants sont des sous-hommes, surtout si elles ne portent pas le voile.

    Ce sont les actes des uns et des autres qui provoquent des réactions racistes. Supprimez les comportements délinquants et le racisme disparaîtra de lui-même.

  • Les dealers de rue sont "noir" -les dealers de salons, eux, sont "blancs"... quand à rêver que le racisme disparaîtra "de lui-même" quand les comportement délinquants auront disparu, cela tient dans le meilleur des cas possibles de l'illusion : pour ne prendre que cet exemple, non seulement l'antisémitisme n'était pas une réponse à une quelconque délinquance des "juifs", mais il sévissait même dans des pays sans aucun "juif" (comme le Japon...). La fonction du racisme est de hiérarchiser des groupes humains considérés comme des "races", en posant le groupe auquel on appartient (ou auquel on droit appartenir) comme supérieur aux autres. Dès lors, la réalité importe peu : ce qui importe, c'est de pouvoir se mettre "au-dessus du lot". Le dernier des crétins antisémites se proclamera supérieur à Einstein, et le petit blanc analphybète supérieur à Aimé Césaire ou James Baldwin...

  • Les dealers de salon sont blancs : c’est peut-être vrai (quoique... le cartel de Medellin & Co...), mais ça, on peut le dire sans se faire traiter de raciste.

    Votre texte parle de racisme anti-noir, on aimerait bien savoir en quoi il consiste. Votre lien vers le rapport admin.ch ne mène nulle part. Quant au crédit qui a été voté, comment va-t-on l’utiliser? Pour faire des affiches ? Des clips vidéos ? Est-ce que c’est comme ça qu’on lutte contre le racisme ?

    Il y a bien sûr des personnes qui n’aiment pas les juifs, sans raison, il s’agit bien de racisme. Mais de quel racisme souffrent les noirs ? Doivent-ils être protégés par des militaires, comme les synagogues? Ne trouveraient-ils pas d’emploi ? Que dire alors des blancs de plus de 50 ans? Va-t-on voter un crédit pour lutter contre les discriminations qu’ils subissent ?

    J’en ai archi-marre qu’on nous bassine avec le racisme. La vie est dure pour tout le monde et ce n’est pas forcément lié à la couleur de peau.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel