Appel de Conseillères et Conseillers municipaux de la Ville de Genève

Imprimer

Affiche RFFA-RIE.jpgPour la justice sociale, climatique et fiscale

Depuis 1999, les impôts ont baissé neuf fois dans le canton de Genève, entraînant une perte fiscale de 1 milliard de francs par an. Les promesses des bienfaits de ce dumping fiscal ne se sont pas concrétisées. Au contraire, les inégalités se sont aggravées au sein de la population genevoise.

Alors que des défis cruciaux nous attendent en termes sociaux et culturels, de vieillissement de notre population et d’urgence climatiques, la RFFA coûtera plus de 50 millions par année à la seule Ville de Genève, soit environ 250 millions de francs sur cinq ans.

L’Exécutif a créé une réserve conjoncturelle destinée à absorber la violence du choc pour les cinq prochains exercices budgétaires. Oui, mais après ?

Le Conseil administratif fait le pari hasardeux, voire superstitieux, d’un retour à l’équilibre en 2025 alors qu’aucune étude sérieuse ne vient à ce jour étayer cette croyance. De fait, la Ville de Genève fait endosser dès aujourd’hui le poids de la réforme au contribuable genevois.

 

Face à un dérèglement climatique sans précédent, il n’y aura aucune justice environnementale s’il n’y a pas une justice sociale et fiscale qui atténue les inégalités, en redistribuant une partie raisonnable des richesses créées au sein de notre société.

La RFFA est une duperie qui profitera aux grands actionnaires des grandes entreprises, souvent les plus polluantes. Elle se traduira par une baisse massive des recettes fiscales, ne permettant plus le bon fonctionnement du service public et les investissements nécessaires pour faire face à l’urgence écologique.

Considérant que la RFFA ne profitera qu’aux plus riches au détriment de l’immense majorité de la population, nous appelons les citoyennes et citoyens de la Ville de Genève à rejoindre notre Appel, pour une justice sociale, climatique et fiscale et de voter 2XNON à la RFFA (Fédérale et Cantonale), le 19 mai 2019

Premiers signataires :
Maria Lou Pérez (EàG)
Alfonso Gomez Cruz (Verts)
Christina Kitsos (Socialistes)
Emmanuel Deonna (Socialistes)
Annick Ecuyer (EàG)
Omar Azzabi (Verts)
Uzma Khamis Vannini (Verts)
Pascal Holenweg (Socialistes)
Stéphane Guex Pierre (Indep)
Tobias Schnebli (EàG)
Antoine Maulini (Verts)
Morten Gisselbaek (EàG)
Olivier Gurtner (Socialistes)
Hanumsha Qerkini (Verts)
Brigitte Studer (EàG)
Laurence Corpataux (Verts)
Maria Casares (Socialistes)
Delphine Wuest (Verts)
Arianne Arlotti (EàG)
Marie-Pierre Theubet (Verts)

Lien permanent Catégories : Fiscalité, Genève, votations 6 commentaires

Commentaires

  • Personne jamais et nul part n'a atteint la justice sociale et sauvé la planète par des taxes ! C'est juste un placébo pour soigner l'amertume des nostalgique du collectivisme totalitaire.

    Par ailleurs le fondement de l'impôt est que chacun contribue selon ses moyens au fonctionnement de l'état. D’où sortez vous que ce serait un système de redistribution des richesses ?

  • Vous avez répondu vous-mêmes à votre question : " que chacun contribue selon ses moyens au fonctionnement de l'état", c'est précisément un moyen de redistribution des richesses puisque l'Etat accorde aides, allocations et subsides sociaux...

  • ... plutôt "vous-même" que "vous-mêmes", à moins que vous soyez multiple...

  • L’Etat s’en met aussi plein les poches avec des salaires royaux.... vous ne croyez pas PHolenweg?

  • L'Etat ne peut pas s'en mettre "plein les poches" avec des salaires qui sont payés par l'Etat lui-mêmne : ça lui vidrait plutôt les poches que ça les remplirait...

  • Monsieur Holenweg, la RFFA est assurément une duperie et la classe moyenne en paiera le prix tôt ou tard. Je salue l'Appel courageux que vous avez signé avec d'autres élus du CM. Je ne peux cependant que déplorer que sur les 34 élus d' EàG, des Verts et du PS seuls 19 (et 1 indépendant) ont jugé bon de signer cet Appel.
    Je déplore la position officielle du PS qui, depuis des années, se rallie davantage aux positions des partis bourgeois plutôt que de défendre les intérêts des citoyens dont la situation est la plus précaire. Il le confirme en appelant à soutenir la réforme en trompe-l'oeil du 20 mai 2019. Il y a bien entendu quelques exceptions - dont vous - mais dans l'ensemble, je constate que de moins en moins de voix s'élèvent au sein du PS pour dénoncer les inégalités croissantes tant en suisse que dans le canton. Pour ma part, en tant que citoyen ordinaire, je voterai deux fois non.

Les commentaires sont fermés.