Ouverture dominicale des magasins genevois : Loi de la jungle ou convention collective

Imprimer

On ne peut pas à la fois se serrer la ceinture et baisser son froc.jpg

Souvenez-vous : en novembre 2016, en votation cantonale, le bon peuple avait accepté que les commerces genevois puissent ouvrir trois dimanches par année, plus le 31 décembre, à condition qu'une convention collective de travail soit en vigueur, étendue à toute la branche. Mais cette condition n'a pas été remplie -un contrat-type de travail a dû être édicté par le canton pour suppléer à cette carence. Ce contrat impose des salaires minimums et prévoit une augmentation du salaire (très) minimum pour le personnel non qualifié et sans expérience, qui passerait au niveau mirifique de 4007 francs par mois pour 42 heures de travail hebdomadaire. Ce contre quoi des associations patronales du commerce de détail genevois ont recouru au Tribunal fédéral. Auparavant, le patronat du secteur avait tenté de contourner la condition d'une Convention collective de travail en en signant une avec la société des employés de commerce, pratiquement absente du secteur du commerce de détail genevois et donc disposée à signer n'importe quoi avec n'importe qui pour exister dans le paysage syndical local. Sauf que son coup de surin dans le dos des syndicats représentatifs des travailleuses et des travailleurs du secteur lui a valu d'être exclue de la communauté genevoise d'action syndicale (la CGAS), qui regroupe tous les syndicats genevois -sauf, désormais, la SEC... Les associations patronales ont également instrumentalisé la majorité de droite du Grand Conseil pour contourner la condition d'une convention collective, par une loi la supprimant, ce contre quoi les syndicats ont lancé un référendum*, soutenu par la gauche. On vote le 19 mai. Et on vote, évidemment, "non". Pour rétablir l'obligation d'une convention collective si vraiment le patronat du commerce genevois tient à ouvrir le dimanche les magasins qui le peuvent. Parce que la loi de la jungle, c'est fait pour la jungle, pas pour une République où on ne cesse de nous chanter les vertus du "partenariat social". Pour mieux s'assoir dessus.

 

* A Nyon aussi, un référendum a été lancé contre une décision politique d'élargir les horaires d'ouverture des magasins (jusqu'à 19 heures le samedi), décision prise par le Conseil communal (les horaires d'ouverture sont dans le canton de Vaud de la compétence des communes) pour complaire au patronat du commerce de détail local. Pour les référendaires (les syndicats et le PS), une prolongation des heures d'ouverture ne profitera qu'aux grands magasins. Comme à Genève.

L'ouverture dominicale, c'est l'opium du commerçant.

 

Dans le magazine de la Migros (qui est évidemment favorable à l'ouverture dominicale de ses magasins -dont deux, plus les franchisés, sont déjà ouverts le dimanche), le directeur de Payot assure que "pouvoir ouvrir trois dimanches par an, avant les fêtes, renforcerait l'attractivité des commerces genevois et préserverait l'économie locale et l'emploi". Mais en quoi trois dimanches d'ouverture des magasins réduiraient-ils le tourisme d'achat et la consommation par internet ? En quoi baisseraient-ils les prix à Genève (ou les augmenteraient-ils en France) ? Le directeur de Migros Genève cultive la même illusion (dont il sait lui-même qu'elle est une illusion) d'ouvertures dominicales permettant "aux commerçants genevois qui le souhaitent de s'adapter à l'évolution de leurs clients et nous redonner de l'attractivité face à la concurrence". La concurrence de qui ? d'Amazon ?

Il y en a un, en tout cas, qui n'est plus (s'il y a jamais été) dans les petits papiers du patronat du commerce genevois, c'est le président du Conseil d'Etat, Antonio Hodgers. Il s'est attiré une lettre ouverte furibarde (adressée aussi à Pierre Maudet, mais elle a dû être retournée à l'expéditeur avec mention "destinataire inconnu")  du président du Trade Club, de la présidente de la Fédération du commerce genevois et du président de la Nouvelle organisation des entrepreneurs, qui dénoncent en les personnes de Hodgers et Maudet "une politique étatique de développement économique faisant peu de cas des besoins et attentes légitimes des commerçants". Mais qu'est-ce qu'il a fait, Hodgers, pour s'attirer5 cette philippique ? il a déclaré que le "tourisme d'achat" des Genevois en France était "anecdotique"... Blasphème ! Les Genevois font pour 416 millions de francs d'achats par en en France, ce qui ne doit guère représenter plus de 3 ou 4 % du total des achats faits par les Genevois (et par les résidents en France) à Genève. Mais ce n'est pas la réalité qui intéresse les patrons du commerce (sinon, pourquoi s'obstineraient-ils à nous faire croire qu'ouvrir trois dimanches par an allait remédier à la crise du secteur ?), c'est le regard qu'on porte sur eux. Ils veulent qu'on les aime, quoi. On compatit à leur douleur, mais on le redit : à la crise que vivent certains commerces (les petits commerces d'abord), l'ouverture dominicale à laquelle ils s'accrochent comme des fidèles  du moyen-âge à des reliques n'offre aucune solution, ni même aucun échappatoire. Sinon celui d'un rêve dans un paradis artificiel : comme dirait Karl Marx, l'ouverture dominicale, c'est l'opium du commerçant...

Commentaires

  • Je suis parfaitement conscient et d'accord qu'il est important de surveiller la rapacité de certains et la protection des travailleurs.
    Je suis aussi dubitatif sur tout ce qui alimente la fuite en avant vers un consumérisme débridé qui ne fait que détourner l'attention sur des futilités.
    En revanche, pour moi ce ne sont pas trois dimanche par an mais l'ouverture totale de tous les commerces qui le souhaitent qui serait logique. Et c'est d'ailleurs certainement l'intention des initiants qui avancent à petits pas vers cet objectif.
    Mais...!
    Il s'agit de cadrer ce fonctionnement avec des avantages sérieux pour les travailleurs qui font l'effort. Des indemnités conséquentes et la liberté totale de se soumettre à ces horaires spéciaux.
    Car il devient de plus en plus difficile de trouver du travail décent rémunéré correctement. L'ouverture totale, jours fériés, nuit et WE me semble une opportunité d'offrir de l'emploi correctement rémunéré à tous ceux qui n'ont pas d'obligations de famille et des horaires contraignants. Ils sont nombreux et seraient ravis de pouvoir profiter de ces offres.
    C'est dans ces combats d'arrière garde que je comprends la perte d'influence des syndicats qui s'accrochent à n'importe quoi pour continuer à exister et qui perdent en crédibilité.
    Cela devient carrément caricatural aux States avec la candidature de Joe Biden qui est issu d'une famille de syndicalistes engagés et qui base sa campagne électorale à la présidentielle sur sa capacité à raviver ce modèle en perdition.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel