Vote de la loi genevoise sur la laïcité : Un pet dans l'eau

Imprimer

pet dans l'eau.jpgLa loi cantonale genevoise sur "la laïcité de l'Etat"a été acceptée hier par 55 % des suffrages, grâce au soutien massif que lui a apporté l'électorat de droite et au différentiel de participation au vote entre les arrondissements de droite et ceux de gauche (la participation s'est établie à 43,8 % au plan cantonal, mais elle s'étage entre e38,5 % à Châtelaine et plus de 49 % à Veyrier). L'effet de ce différentiel saute aux yeux en Ville de Genève : tous les arrondissements de gauche (soit la majorité des arrondissements de la ville) votent contre la loi, malgré quoi elle est acceptée par la majorité des votants de la commune... On notera au passage le nombre important de bulletins blancs (5578 dans le canton). 

Et maintenant ? Maintenant, rien... Genève n'est ni plus, ni moins laïque depuis hier, et sa "loi sur la laïcité de l'Etat" ne changera finalement rien aux pratiques genevoises : l'Etat va continuer à trier entre les bonnes églises et les autres, les vraies et les fausses religions, à permettre à quelques unes d'utiliser l’administration fiscale pour prélever leur dîme, à faire prêter serment aux conseillers d'Etat et aux députés dans un temple, tout en leur interdisant d'arborer des signes religieux pendant les séances publiques du parlement... cela, d'ailleurs, se règlera devant les tribunaux : l'assimilation stupide des élus dans les parlements municipaux et cantonal à des agents de l'Etat, avec à la clef l'interdiction leur étant faite de porter des signes religieux (ou philosophiques, ou idéologiques) visibles pendant les séances plénières publiques, cette interdiction ne tiendra sans doute pas longtemps face à des recours déposés par des députées ou des députés, des conseillères municipales ou des conseillers municipaux. Au fond, tout au fond même, ce vote sur cette loi n'est guère qu'un pet dans l'eau : ça fait un petit bruit et de grosses bulles, ça fleure un peu, mais ça se dissipe presque aussi vite que cela s'exhale.

On ne prendra pas le maquis parce qu'une loi idiote a été acceptée.

La laïcité ne consiste pas seulement en une séparation des églises et de l'Etat, et en une neutralisation religieuse de l'espace politique institutionnel et des services publics (et donc de leurs agents, dont on attend effectivement une neutralité religieuse, philosophique, idéologique dans son action, mais dont on peut se contrefoutre de l'apparence physique), mais elle consiste aussi, et peut-être aujourd'hui surtout, en une égalisation des religions, en ce qu'elle accorde les mêmes droits à toutes et tous indépendamment de leurs convictions religieuses (ou irréligieuses). L'espace public, les institutions publiques et les services publics doivent être neutres, mais cette neutralité est elle-même soumise au principe d'égalité : même majoritaire, un groupe défini par sa religion (ou sa philosophie, ou son idéologie) ne peut l'imposer, monopoliser la parole et l'usage d'un espace public -qui n'est pas l'espace de l'Etat mais, précisément, celui du public.  Il est donc, de ce point de vue, aussi peu "laïque" de contraindre à un mode vestimentaire (ce que font les intégrismes religieux, en privilégiant les femmes comme cibles et victimes de cette contrainte) que de l'interdire (également en faisant des femmes la cible privilégiée de cette interdiction). L'interdiction du burkini dans les piscines municipales ou celle de la burqa ou du hidjab dans les rues relèvent de la même démarche que leur obligation... On leur a successivement interdit de montrer leur visage, puis de se montrer tête nue, puis de porter des jupes courtes, puis de porter des pantalons, et maintenant de se couvrir les cheveux... Ne pourrait-on pas, au XXIe siècle (chrétien...) les laisser libres de décider de leur apparence vestimentaire ?  De ne ni leur imposer de porter un voile, ni leur interdire de le porter ? Apparemment, on ne peut pas. Disons : pas encore.

Il y a plus de 400 groupes religieux à Genève (dont une centaine d'évangéliques). Lesquels seront sélectionnés par l'Etat, en fonction de critères posés par l'Etat, pour bénéficier (s'ils le sollicitent, ce qui semble ne devoir être le cas ni des évangéliques, ni des musulmans) des avantages que l'Etat garantit aux groupes religieux qu'il aura sélectionnés ? Et quelle laïcité, quelle neutralité sont-ce, que celles qui donnent à l'Etat le pouvoir de cette sélection des bonnes et mauvaises religions et des bons et mauvais groupes religieux ? Si imposer la laïcité par une loi et charger l'Etat de réglementer particulièrement les pratiques religieuses en  les distinguant des autres pratiques philosophiques ou idéologiques,  et cela tout en affirmant la séparation de l'Etat et des organisations religieuses, est peut-être "républicain" et "démocratique",  rien n'est moins laïque. Mais rassurons-nous : la société genevoise vivra avec cette contradiction, évidente, après le vote d'hier comme elle vivait déjà avec depuis un siècle... Quel est le plus important -et de loin- de tous les groupes statistiques définis en fonction de ses convictions religieuses (ou de leur absence) à Genève ? Celui des "sans religion", des agnostiques et des athées...

On ne prendra pas le maquis parce qu'une loi idiote a été acceptée : son idiotie même la rendra inopérante. On n'aurait pas plus pris le deuil si elle avait été refusée: la laïcité y aurait survécu. D'ailleurs, on a voté blanc -c'était le seul vote respectueux de la laïcité... Et si on devait n'avoir qu'un regret, c'est celui de ne pas assister au spectacle que la Kahina nous avait promis si la loi était refusée : "venir siéger en cornette de bénédictine (en expliquant) que ce n'est pas un costume religieux, mais une nouvelle collection de mon cru à base de coton amidonné"...

Commentaires

  • Obligée de se couvrir ou de se découvrir, c'est selon.
    Je propose le port obligatoire d'un couvre-chef pour tous les hommes le dimanche, sauf pour les enfants de moins de six ans et les aristocrates, en guise de solidarité.

  • De solidarité avec qui??? Du temps de calvin il y avait des dictats très précis, on ne pouvait pas porter tel ou tel choses trop voyante, vous nous proposez de revenir au temps de calvin! Vous avez sa statue dans le parc des bastion, allez le voir, il ressemble à un ayatollah, c'est cette perspective qui vous met en joie???

  • Votre vision de la religion est trop simpliste. Lorsqu'une religion est religion et politique, il est du devoir de l'Etat de surveiller son pendant politique.

    Le quartier de Bruxelles en mains salafistes, l'est devenu avec un point de vue identique au vôtre.
    Le monde n'étant pas idéal, la religion n'est pas toujours que religion. Si ça l'était, le fascisme musulman, bouddhiste, hindouiste, évangélique n'existeraient pas.

    Je crois que les partis tentés de voir les frères musulmans et salafistes comme une normalité, devraient parler avec des musulmans progressistes.

    La laïcité a le mérite de limiter la tribune aux extrémismes tout en restant dans le politiquement correcte.

    En attendant des temps meilleurs, je suis pour la laïcité. Et lorsque l'extrémisme sera éradiqué, je ne verrai plus son utilité.

  • @motus

    Parce que le nazisme est mort pour vous!?

  • Pourriez-vous m'éclairer, puisque vous semblez au fait : que faut-il faire - d'un point de vue juridique -pour être reconnu comme "religion" ?

    Merci si vous pouvez éclairer ma lanterne!

  • Je suis fière des Genevois et très heureuse en tant que femme, féministe de l'acceptation de la loi sur la laïcité. Cette acceptation donne des ailes à mes amies du Québec qui luttent contre les obscurantistes. Cette excellente nouvelle de Genève les inspire. Elles mettront encore plus d'ardeur à leur combat.

  • Pour être reconnu comme communauté, ou organisation religieuse, ou comme église, il faut d'abord demander à l'être, et notamment s'engager à respecter les principes de la constitution (dont l'égalité entre femmes et hommes) et présenter ses comptes à l'Etat...

  • " On ne prendra pas le maquis parce qu'une loi idiote a été acceptée : son idiotie même la rendra inopérante. "

    Là on sent vraiment le mauvais perdant !

    A quoi cela sert-il de faire des comparaisons entre bureaux électoraux, de chercher des arguties, ou, comme je l'ai lu sur le blog de Ramadan, d'évoquer la violation des droits de l'homme (oui ... rien que cela ...) à propos de cette loi ? Nous sommes dans un État de droit où les recours à la justice sont bien évidemment possibles. Les vieux caciques de la nébuleuse EAG et leurs alliés, sauront bien évidemment trouver les ressources pour en user et même en abuser.

    Après des mois, voire des années, cette loi a enfin été votée et acceptée. Le peuple en a décidé ainsi. Cela s'appelle la démocratie, et en démocratie le peuple n'est pas moins éclairé que ceux qui sont censés le représenter.

    Passons maintenant à autre chose !

  • "Ne pourrait-on pas, au XXIe siècle (chrétien...) les laisser libres de décider de leur apparence vestimentaire ?"

    Il serait intéressant de savoir ce qu'on voté les femmes.... Au sujet des votations anti-minarets, elles étaient largement pour l'interdiction de ces symboles de domination islamique.

  • Une connaissance, pour être plus précis un de mes jeunes voisins qui est musulman m'a expliqué pourquoi il a voté oui à cette loi sur la laïcité et toute sa famille aussi. Il m'a dit que toutes ces femmes voilés et tous ces barbus salissaient les musulmans en les faisant passer pour des extrémistes religieux. A un tel point qu'il n'osait plus dire qu'il était musulman à ses connaissances et amis.
    Sa sœur et sa mère ont été abordé par des "amis" musulmans qui leurs ont « exprimés » que ça serait bien de porter le voile pour être de « bonnes musulmanes ». Sa mère et sa sœur n'ont jamais porté de voile et ne souhaite pas en mettre. Résultat : ils se sont brouillés avec leurs "amis" et ont été mis au ban d’une partie de la « communauté des bons musulmans ».
    Sa famille a été traitée de mécréante et sa soeur est considérée comme une fille facile. (Bonne à baiser). Elle n’ose plus sortir seule.
    Il m'a dit : "Je ne comprends pas que des gens qui se disent "éclairés" puissent être contre cette loi. Ils se croient démocrates et humanistes mais ils ne se rendent pas compte qu'ils ont à faire à des gens qui sont à l'opposé de ces valeurs. Le voile est un de leur étendard. Ils font rentrer l'Islam politique dans notre société. En Tunisie mes cousines sont harcelés par leur famille et connaissance pour qu'elle mettent le voile et ici ça devient pareil."
    Au résultat du vote sur la laïcité sa joie était grande.
    Ca serait intéressant et amusant que vous lui expliquiez que cette loi est « un pet dans l'eau ».

  • L'explication serait simple : la loi ne change rien à rien... si compréhensible que soit sa joie, elle est pour le moins excessive : les islamistes ne seront pas moins dangereux sans foulard ou sans barbe. Seulement moins visibles. Et encore : seulement dans quelques lieux où on croira s'en être préservés parce qu'on ne les repérera plus...

  •  »Seulement moins visibles »? Avec votre taille vous pourrez les repérer de loin..... M. Holenweg :) Il faudrait sans doute vous exercer avec des photos pour les reconnaître....... Ironie mise à part, votre crainte est injustifiée.

  • En paroisse protestante nous avions un paroissien qui était conseiller de paroisse et municipal.

    Conseillère communale l'écoutais donc cet homme en paroisse comme au Conseil.

    Sa pensée et ses intentions franchement de droite était les mêmes qu'il soit en paroisse ou au Conseil.
    Juste le langage était adapté à la paroisse ou au Conseil.

    A l'époque de la religion du dieu Aton, en Egypte, les fonctionnaires arboraient la croix d'Aton mais ceux d'entre eux demeurés fidèles à la corne du dieu Amon changeaient de signe selon les circonstances en cachant l'autre signe sous leur vêtement.

    Ainsi la colère de Moïse en apercevant la corne dite du veau d'or en réalité était provoquéee par le fait que profitant de sa longue absence en pensant qu'il ne reviendrait plus les dirigeants sur place avaient choisi d'en revenir au culte du dieu Amon représenté par une corne alors que les prêtres, leurs familles et fonctionnaires (rejoints par toute une "tourbe" dont les Hébreux) n'acceptant pas le retour du culte au dieu Amon avaient été obligés sous la conduite de Moïse... de la cour égyptienne... de quitter l'Egypte en direction de la terre promise… Voir, si intéressés, LES SECRETS DE LÊXODE sur Google par deux auteurs juifs érudits non fantaisistes.

Les commentaires sont fermés.