Retour à nos portes du terrorisme islamiste

Imprimer


MORTOPOR.jpgDanse macabre

Un "djihadiste" d'un modèle assez courant dans nos contrées (un délinquant de droit commun et d'habitude, condamné en France, en Suisse et en Allemagne pour près d'une vingtaine de délits divers, "radicalisé" en prison et "fiché S" comme tel) a tué deux personnes, en a blessé mortellement (elle est en mort cérébrale) une troisième et grièvement une quatrième hier, à Strasbourg, pendant le "Marché de Noël" de l'une des deux capitales européennes. Retour à nos portes (il n'avait pas cessé ailleurs, en Irak, au Pakistan, en Afghanistan, en Syrie...) du terrorisme islamiste, et des interrogations qu'il suscite -car il doit en susciter, à la fois sur sa nature et sur les réponses, ou plutôt les ripostes, autres que sécuritaires qui doivent lui être opposées.

"Quiconque aura sa vie à mépris, se rendra toujours maître de celle d'autrui" (Montaigne)

 Pour tuer comme tuent les djihadistes où comme tuaient les nazis, il faut que ceux que l'on tue ne soient plus que "ce" que l'on tue. "Ce", pas "ceux" : plus des personnes humaines, mais des objets manifestant ce que l'on a décidé de haïr. Après le carnage de "Charlie", Robert Badinter, évoquant les assassins, écrivait qu'ils "trahissent l'idéal religieux dont ils se réclament". Vraiment ? Se réclament-ils d'un "idéal religieux" pacifique et irénique d'amour, de fraternité ? Non : ils se réclament d'un "idéal religieux" purificateur, d'élimination de ceux qui ne le partagent pas... et la voie qu'ils proposent a l'avantage d’une radicale simplicité : la destruction rapide de soi et des autres, comme remède à toutes les frustrations, toutes les attentes et tous les désespoirs. On n'a pas affaire aux "meurtriers délicats" en qui Albert Camus voyait les narodnikis russes du XIXe siècle, Contrairement à eux, et aux "terroristes" anarchistes, les djihadistes ne cherchent pas à atteindre des cibles déterminées, mais à tuer le plus de monde possible, par n'importe quel moyen -et si possible le moyen le moins sophistiqué possible. Et il ne s'agit que de tuer avant que d'être soi-même tué, non de réaliser quelque projet politique que ce soit.

"Quiconque aura sa vie à mépris, se rendra toujours maître de celle d'autrui" écrivait déjà Montaigne, en pleine guerre de religion (entre chrétiens). Cette prétention à être une menace se réalise par les actes commis, mais surtout, par leur médiatisation : il faut faire peur, et pour faire peur, il faut faire savoir universellement ce qu'on est capable de faire. Les media sont ici l'arme essentielle, non seulement quand ils rendent compte, en boucle, des jours durant, des massacres commis, mais quand ils ajoutent à cette submersion de l'opinion publique par les images des massacres, la publicité faite à leurs auteurs et à leurs commanditaires : chaque biographie, chaque photo, chaque exposé du parcours du djihadiste kamikaze produit d'autres djihadistes kamikazes. Cela recrute en même temps que cela terrifie. Double victoire.

Cette résurgence d'anciennes  formes de fanatisme, s'ajoutant à d'autres  (les tribales, les racistes), et à la tentation constante du repli national, sont, à leur manière, porteuse de quelque chose qui remplace les espérances défuntes de la gauche -même si on conviendra aisément qu'il n'y a pas, ni idéologiquement, ni programmatiquement, grand chose de commun entre le projet socialiste libertaire d'abolition de l'Etat, du salariat et de la propriété privée et le projet djihadiste de se faire exploser devant une école en massacrant un maximum d'écolières au nom de la restauration du califat. Cette espérance insensée n'est peut-être que la manifestation d'une absence : si l'islamisme terroriste peut se faire passer comme une force de résistance à la globalisation capitaliste et au fétichisme marchand, c'est bien que les forces qui furent celles de cette résistance ne sont plus que celles d'un accommodement -ou d'une impuissance réduite à psalmodier d'anciens slogans et à les bégayer en langue de bois...

Lien permanent Catégories : Politique, terrorisme 18 commentaires

Commentaires

  • "Robert Badinter, évoquant les assassins, écrivait qu'ils "trahissent l'idéal religieux dont ils se réclament"."
    Au hasard, st-barthélémy, conquête de l'amérique...
    L'assassinat est dans la genèse de l'islam. Et il continue à le justifier pour les apostats. Ne pas confondre trahison d'idéal et accomplissement d'une mission "divine".

    "si l'islamisme terroriste peut se faire passer comme une force de résistance à la globalisation capitaliste et au fétichisme marchand,"
    Pour ceux qui connaissent l'islam, c'est une force de globalisation qui s'accomode très, très bien du capitalisme. Au point de se laisser instrumentaliser par l'impérialisme USraël, comme on écrit maintenant.

  • Le rejet est occidental pas capitaliste. Les cibles ne sont pas capitalistes.

    Vous pouvez parler des effets d'un capitalisme qui créé une société inégalitaire qui produit des monstres. Il ne faut pas oublier que l'éducation dans la haine du juif, ou la non éducation a son rôle de déstabilisateur. L'occident est vu comme ami des juifs et parfois antimusulman de par son Histoire.
    Bref, le capitalisme est juste un paramètre.

    Néanmoins, la question se pose. Ou est le parti socialiste pour ceux opposé à l'immigration. Parce que même en doublant les salaires, l'hostilité à l'immigration resterait.
    Aller plus à gauche ne les ramèneraient pas, sinon en France ça se saurait.
    Pour une majorité, l'inégalité se supporte, mais les changements de la société non.

    Les socialiste doivent soutenir les travailleurs de leur pays, la qualité de vie, l'écologie par une stabilisation de la population (sinon on y arrivera pas).

    Quant aux migrants, les partis peuvent donner leurs avis, mais c'est à la population de décider puisque l'impact sur la société est énorme.

    Ou est donc cette gauche qui représente TOUTE la classe moyenne et inférieur ?
    Le pragmatisme suisse fait que la question est beaucoup plus importante en France.

  • Un magasin de fringues est tenu par un juif.
    Tout à coup un "déséquilibré" barbu, en djellaba, fait irruption, brandissant un grand couteau en criant : "Allah est grand" !!! Et le Juif de répondre : "Ne vous inquiétez pas, on a toutes les tailles..."

  • Une autre victime vient de succomber.

    J’ai prévu, et à prévoir, un acte de bien plus grande ampleur. Ne jamais oublier que le marché de Noël et la Cathédrale de Strasbourg étaient visés par Ben Laden mais cet attentat a été dejoué. Nous ne l’avions su qu’après celui du 11 septembre! Les Français avaient averti les Americais qui n’y ont pas cru! Nous connaissons la suite! Je ne suis donc pas convaincue par cet « acte » terroriste! Ce fiché S ne sera probablement pas retrouvé de si tôt, Gilets jaunes obligent.......

  • Ben Laden a été fabriqué et soutenu par les USA en Afghanistan afin de contrer l expansion soviétique venant du nord vers le Sud. Même dame Hillary Clinton (qui n est pas un ange non plus!) l avait écrit et avoué.

    Par ailleurs, Al Qayda du salaud et nébuleux de Ben Laden est aujourd hui
    réhabilitée par les USA et leurs alliés et serpillières, réhabilitée sous nouvelle casquette de "rebelles modérés", sic. Je cite surtout que sa branche principale en Syrie dite Al Nosra qui "fait du bon boulot en Syrie" selon les deux escrocs Hollande et Fabius voire même appelés les "Combattants de la Liberté", sic...

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • "il n'avait pas cessé ailleurs, en Irak, au Pakistan, en Afghanistan, en Syrie..."
    Méthode bien connue pour minimiser les attentats islamistes en Europe : "c'est bien pire ailleurs, d'ailleurs les premières victimes sont les musulmans eux-mêmes, gna gna gna"

    En attendant, les musulmans sont généralement d'abord musulmans et ensuite, éventuellement Français ou Suisses ou Suédois. L'Oumma avant tout. Mais, quand ils se mettent à tuer comme des nazis, c-à-d dézinguer des innocents qui ont le tort d'appartenir à la mauvaise religion, voilà qu'ils sont Alsaciens !!! Voir le blog de HRF et le commentaire d'icelle-là. Eh oui, les méchants seront toujours les occidentaux et Plantu va nous faire un joli dessin avec des petits coeurs et des cigognes qui pleurent.

    Maintenant que la racaille alsacienne est froide, les droits-de-l'hommeux vont faire le procès des violences policières et tresser des lauriers à Cherif Chekkat, le pauvre petit, incompris, rejeté par les Français racistes etc. N'oublions pas qu'il est maintenant entouré de 71 vierges et qu'il pourra forniquer jusqu'à la fin des temps, il n'est donc pas à plaindre.

    A se demander si ce n'est pas une forme de suicide. Il était irrécupérable, il n'aurait jamais pu vivre une vie normale, c-à-d hors déliquance, violence et prison.

    Enfin, si vous pensez que l'islamisme est une forme de résistance au capitalisme, voyez un peu les Qataris. Ils ont fort bien compris le capitalisme, vu qu'ils achètent tout ce qui rapporte, entreprises et marques occidentales, clubs de foot etc. Cessez donc de voir l'islam comme l'avènement de l'Homme Bon.

  • @Arnica,

    Au fait je ne suis nullement enchanté par l arrivée (ndr =import programmé) de réfugiés syriens comptant environ 1 million en Allemagne. Main d oeuvre très bon marché, 1 euro/hr, jeunes relativement bien formés aux frais du Pays d origine, la Syrie, fertiles afin de booster la natalité allemande défaillante comme par ailleurs dans toute l Europe surtout qu ils ont été choisis en ayant déjà 2 ou 3 enfants de bas âge!

    Savez vous que les dirigeants de grandes entreprises allemandes disent qu elles sont satisfaites de leur arrivée(ndr =import) et surtout par leur intégration idéale dans la société allemande...

    Je vous laisse méditer!

    Sur ce,
    Charles 05

  • Même les islamistes ne prétendent pas que l'islam soit "l'avènement de l'homme bon". Moi, je me contente de dire qu'il est ce que Marx disait de la religion : qu'il est l'opium du peuple...

  • Avec toute le respect que je vous dois M. Pascal Holenweg, vous vous trompez comme beaucoup d ailleurs quand vous attaquez la Religion d après la fameuse formule, cette fois-ci vraie, et dite par Karl Marx "La Religion est l opium du peuple".

    Marx n a jamais été ni un anti clérical forcené ni un combattant de la religion. Il prêchait bien entendu pour le changement radical et pour la Révolution mais il craignait que les traditions religieuses chrétiennes à l époque n étaient pas intellectuellement prêtes dans la tête des citoyens à accepter de tels changements. C est pour cette raison qu il fait sa fameuse citation la plus répétée du monde comme la religion qui est l opium qui va empêcher les gens d accepter de se révolter, rien ni de plus ni de moins.

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Il me semble que de l'avis des tenants d'un islam pur et dur, il faut respecter le Coran et la charia à la lettre pour plaire à Allah et faire ainsi de la terre un lieu où coule le lait et le miel. Si le monde va mal, c'est à cause de la décadence occidentale etc. Raison pour laquelle il faut éliminer tout ce qui n'est pas musulman.

    Ils disent d'ailleurs d'eux-mêmes qu'ils sont "la meilleure des communautés". Ca correspond à l'übermensch dans l'idéologie nazie.

    Ce que personne ne comprend, c'est pourquoi la gauche défend cette idéologie qui correspond, en tout point, au nazisme? Il me semble que vous êtes un peu plus critiques de d'autres, mais sauriez-vous répondre à cette question?

  • En même temps, 71 vierges, ce n'est pas une récompense, même plus un fantasme: c'est un cauchemar ! Le voilà bien puni ...

  • "La gauche" (mais encore faudrait-il savoir de quoi on parle quand on parle de "la gauche") ne défend pas l'islamisme. Certains courants de "la gauche", cependant, excusent les islamistes en leur accordant d'étranges circonstances atténuantes, comme celle de Marx excusant les fidèles des religions : "la religion est l'opium du peuple", en ce sens qu'elle est la consolation des désespérés... je ne vois pas en quoi adhérer à une connerie (celle-là ou une autre...) parce qu'on est désespéré atténue cette connerie et le danger qu'elle représente...

  • Il est navrant que la citation de Marx se limite souvent à ces 7 mots. Ce qui précède et surtout ce qui suit valent la peine d'êtr lus:

    "La misère religieuse est, d'une part, l'expression de la misère réelle, et, d'autre part, la protestation contre la misère réelle. La religion est le soupir de la créature accablée par le malheur, l'âme d'un monde sans cœur, de même qu'elle est l'esprit d'une époque sans esprit. C'est l'opium du peuple. Le véritable bonheur du peuple exige que la religion soit supprimée en tant que bonheur illusoire du peuple. Exiger qu'il soit renoncé aux illusions concernant notre propre situation, c'est exiger qu'il soit renoncé à une situation qui a besoin d'illusions. La critique de la religion est donc, en germe, la critique de cette vallée de larmes, dont la religion est l'auréole."

    Ce sont les trotzkystes de solidarités qui font alliance avec les soumis. Par exemple avec les frérots. Eux qui veulent torpiller la nouvelle loi sur la laïcité pour faire plaisir aux soumis et permettre aux islamistes de siéger avec le foulard sur la tête.
    Moralité: les trotzkystes ne veulent pas le bonheur du peuple.

  • Je n'ai en effet pas donné l'entier de ce passage de l'introduction à la critique du droit politique hégelien, mais je l'ai résumé par "(la religion est) la consolation des désespérés), ce qui est en substance ce que Marx en disait...

  • "mais je l'ai résumé par "(la religion est) la consolation des désespérés), ce qui est en substance ce que Marx en disait..."
    Effectivement, dans la première partie du passage reproduit.
    "Protestation" ou consolation/soumission?!

    La seconde partie dit tout autre chose. Et pose exigence et critique.

  • Daniel,

    La religion, à ne pas confondre avec la spiritualité, est ce que l'on en fait.

    La religion peut se comparer à une auberge espagnole… on y trouve ce que l'on apporte… tel un repas canadien.

    A la recherche de la beauté, de la bonté, de l'apprentissage de la bienveillance.

    Des amis, des contacts ou des ouvertures avec des orientations pratiques aux débouchés dans le quotidien.

    Ou, hélas, le pire des moyens de contrainte.

    Evangiles traduction d'André Chouraqui: des "cœurs graissés, des yeux qui regardent sans voir et des oreilles qui écoutent sans entendre"!

    Mais faut-il pratiquer une religion pour rencontrer de tels dysfonctionnements ou de telles anomalies?

    Bonne journée à tous.

  • Je considère le texte de Marx comme une merveille littéraire. Le point de vue qu'il exprime me semble cependant quelque peu limitatif, de par son aspect politique probablement.
    Il considère la religion du point de vue de ceux qui instrumentalisent une tendance universelle à se révolter contre la condition humaine en imaginant des êtres ou des puissances surnaturelles pour acheter une forme de paix sociale au profit des puissants.
    En cela ils sont généralement servis par les intermédiaires (prophètes, prêtres, Eglises) qui assoient ainsi leur propre pouvoir tout en asseyant le pouvoir des classes dominantes.
    Si c'était là la seule raison de l'existence et des pouvoirs de la religion, ceux qu'elles n'auraient pas de raison d'y adhérer sincèrement eux-mêmes. S'ils le font c'est qu'eux-mêmes se révoltent aussi contre cette condition humaine qui leur impose douleur, chagrins et finalement la mort inéluctable.
    Pourtant ils ont plus de moyens et d'occasions d'échapper, sinon au but ultime, du moins à certains accidents et souffrances du parcours.
    Même des athées font d'ailleurs partie de ceux qui cherchent une survie dans le transhumanisme ou d'autres moyens comme la cryogénie, qui ne sont que d'autres moyens d'arriver plus ou moins au même but qu'imaginer une vie dans l'au-delà. Je ne suis pas de ces athées là et j'accepte ce que cette position, inspirée par la raison (du moins partiellement, du moins la mienne) peut comporter de doutes et d'angoisse.

  • "Le point de vue qu'il exprime me semble cependant quelque peu limitatif, de par son aspect politique probablement."
    Tout l'entier de la pensée de Marx sur la religion n'est pas uniquement dans ce texte. Il est vrai que le rôle de la classe dominante dans son utilisation de la religion n'y apparaît pas clairement ou alors seulement en filigrane. Mais il est clair que la religion permet à la classe bourgeoise de contrôler les pauvres et à ces derniers d'accepter l'ordre établi.

    Ici c'est surtout le Marx philosophe qui écrit, mais qui renonce à la philosophie pour la pratique (dernière thèse):
    https://www.marxists.org/francais/marx/works/1845/00/kmfe18450001.htm

Les commentaires sont fermés.