mercredi, 31 octobre 2018

RFFA : Rejoindre le front du refus

Bandeau réforme fiscalité.JPG

RFFA : Le PS genevois décide ce soir de soutenir ou non le référendum

Le PS cantonal genevois prendra ce soir la décision de soutenir ou non le référendum lancé par le reste de la gauche politique (les Verts, Ensemble à Gauche) et syndicale (la Communauté genevoise d'action syndicale, c'est-à-dire l'ensemble des syndicats genevois) contre la dernière mouture de la réforme fiscale fédérale, couplée (pour nous la faire avaler) à un financement additionnel de l'AVS. On ne prophétisera pas ici la prise de position du PS. On se contentera de rappeler la nôtre : c'est NON à la RFFA. Le même NON qu'à la réforme précédente, que le PS avait combattu (avec succès) et à laquelle la réforme actuellement en débat ressemble comme une petite soeur. Pas jumelle, mais soeur quand même. Et c'est NON à la méthode qui consiste à fusionner en un seul projet (et donc un seul vote lorsque le référendum aura abouti) deux propositions correspondant à des enjeux totalement différents (malgré une tentative des Verts de les dissocier, ce que le Conseil national a refusé) : la réforme fiscale et le financement de l'AVS. La méthode est détestable -et si elle devait être adoubée, on se demande à quoi il nous faudra répondre demain : un couplage de l'achat d'avions de combat et de la création d'une caisse publique d'assurance-maladie ?

Lire la suite

14:48 Publié dans Assurances sociales, sécurité sociale, Fiscalité, Politique, PS, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rffa, rie iii, pf17 | |  Facebook | | | |

mardi, 30 octobre 2018

Brexcitations...

Brexit.jpg

A la mi-octobre, trois anciens Premier ministre et vice-premiers ministres britanniques (le néo-travailliste Tony Blair, le libéral-démocrate Nick Clegg et le conservateur Michael Heseltine) cosignaient un texte paru dans plusieurs journaux européens, reprochant vertement aux défenseurs du Brexit de "vivre dans un monde imaginaire et le déni", et au gouvernement conservateur de ne pas avoir réussi à évaluer les coûts économiques de la sortie, et de nourrir l'idée "fantasmée" que l'Union Européenne cédera "sur les principes du marché unique" en accordant au Royaume-Uni l'accès au marché unique sans exiger d'en respecter les règles. Quant au Maire de Londres (les Londoniens avaient rejeté le Brexit lors du référendum), Sadiq Khan, il a carrément appelé, avec des dizaines de milliers de manifestants le 21 octobre à un référendum sur l'accord final sur le Brexit, ouvrant la possibilité de rester finalement dans l'Union Européenne si aucun accord n'est conclu : "ceux qui ont voté en faveur d'une sortie de l'UE ne souhaitaient pas la baisse des investissements, les pertes d'emplois et la diminution du rôle de la Grande-Bretagne", par la faute d'un gouvernement "totalement dépassé et privé de direction". Enfin, devant le congrès de son parti, le leader travailliste Jeremy Corbin a appelé à des élections anticipées en cas de non-accord ou de rejet d'un accord par les Communes. S'adressant à Theresa May, qu'il accuse de vouloir "imposer au pays un choix unique entre un mauvais accord ou aucun accord" pour "mettre en oeuvre à la fois une politique des années 1950 et une pensée économique du XIXe siècle", Corbyn a lancé : "Si vous n'êtes pas capables de négocier un accord (...) qui protège l'emploi et les droits des salariés (...) et des consommateurs, alors laissez la place à un parti qui peut le faire". Ce parti,pour Corbyn, c'est évidemment le sien. Et son programme, s'il obtient une majorité lors d'élections anticipées, c'est de mettre fin au "capitalisme financier dérégulé avide" et de "reconstruire l'économie" grâce à un vaste programme d'investissements publics, de création d'emplois verts, de rééquilibrage des relations sociales en faveur des salariés, de restauration du service national de santé. Ainsi l'impasse du Brexit n'en serait-elle pas une : elle mènerait à l'arrivée d'un gouvernement de gauche en Grande-Bretagne... Amusant, non ?

Lire la suite

14:30 Publié dans Europe, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : brexit, grande betagne | |  Facebook | | | |

lundi, 29 octobre 2018

Dernier budget de la Ville avant campagne électorale... Noël ou Pentecôte ?

bpWalker.jpgLe 11 septembre dernier, il s'est passé, au Conseil Municipal de la Ville de Genève, une sorte de petite... révolution ? N'exagérons pas, disons plutôt de "retour à la normale" : les conseillères et conseillers municipaux de droite ont accepté de faire leur boulot, d'étudier le projet de budget 2019 du Conseil administratif (un budget à l'équilibre, d'un peu moins de 1,150 milliard) et pour cela de le renvoyer en commissions. Et le Conseil municipal d'accepter même, dans la foulée, d'accepter les comptes 2017. Et tout ça en à peine un peu plus d'une heure. "C'est Noël", jubile Sandrine Salerno. Théologiquement, ce serait plutôt la Pentecôte, mais on va pas chipoter... 
 
 

Lire la suite

14:04 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

vendredi, 26 octobre 2018

Loi genevoise sur la laïcité : Sacraliser l'Etat ?

sacre.jpgLe 10 février prochain, à Genève, on votera sur une loi cantonale sur la laïcité de l'Etat, attaquée par un référendum qui a obtenu 8300 signatures (6500 étaient nécessaires pour qu'il aboutisse). La Constitution cantonale pose (c'est la première à le faire à Genève) la laïcité comme principe fondamental de la République. Le Grand Conseil a jugé que cette proclamation ne suffisait pas, qu'il fallait une loi et en a donc bricolé une, qui enfonce quelques portes ouvertes et profère quelques truismes, exercices absurdes qui ne justifient pas que l'on appelle à refuser la loi. Mais on ne peut non plus l'accepter : elle sombre en effet dans une confusion parfaitement réactionnaire en confondant le rôle, le statut, la légitimité des élus et celle des fonctionnaires, en prétendant neutraliser les lieux politiques au point d'imposer aux parlementaires l'obligation, parfaitement hypocrite, de s'interdire toute exposition visible de leurs convictions religieuses, voire même politiques, et finalement en érigeant religieusement l'Etat en totem tout en plaçant la religion au-dessus des autres faits de culture, comme si le premier devait être sacralisé en même temps que la seconde, et chacun des deux préservé de l'autre. Que faire d'une loi qui ne mérite ni l'honneur d'un soutien ni l'indignité d'un refus ? On n'en fera rien : on votera blanc, ou nul. Parce que cette loi ne mérite rien de plus. Elle sera sans doute acceptée, et nous interdira de porter un "signe religieux ostentatoire" en séance du Conseil Municipal. Peu importe : passoire-à-thé-ancienne-en-métal-argenté-avec.jpgnotre "signe iréligieux ostentatoire", on l'arborera quand même : une passoire athée (à porter en sautoir ou en collier)...

 

Lire la suite

14:28 Publié dans Genève, Politique, religion, laïcité, églises, votations | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

jeudi, 25 octobre 2018

Vers un nouveau Musée d'Art et d'Histoire à Genève

MAH escalier.jpgUn musée, ça sert à quoi ?

Au printemps dernier avait fleuri le rapport du groupe d'experts chargé par le Conseil administratif de Genève plancher sur le futur du Musée d'Art et d'Histoire, et d'en proposer les grandes lignes. Pas de rupture dans ces propositions, mais une sorte de mise du musée au niveau des moyens que la Ville lui accorde (35 millions par an) -une mise à niveau qui serait un rehaussement des ambitions de l'institution, couplé à une extension matérielle. Le concours pour le poste de directeur du MAH a été lancé (le directeur actuel prendra sa retraite en 2019), le concours d'architecture pour la nouvelle enveloppe du musée est prévu pour le printemps 2020, le choix des lauréats pour le fin 2020 ou le début 2021. Mais la réflexion sur le contenu muséal (la fonction du musée) a précédé le choix du contenant architectural : c'était la logique même, mais il fallut la rétablir -le précédent projet de rénovation du musée avait fonctionné à l'inverse. Et donc, on va pouvoir débattre de l'idée force du projet élaboré par la commission d'expert : raconter Genève "dans toutes ses dimensions" (historique, artistique, scientifique...). Et répondre à la question première : un musée, et ce musée-là, ça sert à quoi ?

Lire la suite

15:03 Publié dans Culture, Genève | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : mah, musée | |  Facebook | | | |

mercredi, 24 octobre 2018

Qu'est ce qui est "trop coûteux" dans le système de santé ?

clystere-seringue___iniature-1470c32.jpgLe malade, c'est le système...

A Genève, le Conseil d'Etat s'oppose à l'initiative de la gauche pour un plafonnement des primes d'assurance maladie à 10 % du revenu du ménage : la proposition est jugée trop coûteuse par le gouvernement cantonal, qui rappelle qu'il verse, pour 323 millions de francs par an, des subsides à 110'000 personnes pour les aider à payer leurs primes -ou les payer presque totalement à leur place. Mais qu'est ce qui est "trop coûteux", dans le système suisse de santé ? L'aide apportée à celles et ceux qui ne peuvent assumer le coût exorbitant des primes (obligatoires) d'assurance par tête (et non par ménage), ou ce système lui-même, ce qu'il condense d'absurdité dans la conception même d'une politique de la santé, voire la définition même de la santé, et l'impossibilité d'une part croissante de la population à en assumer le coût sur elle reporté ?

Lire la suite

15:24 Publié dans Santé, médecine, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

mardi, 23 octobre 2018

Une vaillante centenaire : la grève

greve2.jpgLa grève d'il y a un siècle et un siècle de grèves

Mardi et mercredi, à Genève, les maçons faisaient grève et manif, à l'appui de leurs revendications. Et les patrons du secteur étaient furax : les syndicats "sont dans une stratégie de lutte incessante", geignait le président de la Société genevoise de la Société suisse des entrepreneurs... Ben oui, coco, c'est ça, le syndicalisme ouvrier. Rien de tel qu'une bonne démonstration de terrain pour l'alphabétisation des élites patronales. Pour qui, la mobilisation des travailleurs de la construction n'est que "gesticulations inutiles, déloyales, choquantes, une violation crasse de la paix du travail". Dont on sait qu'elle n'est légitime que lorsqu'elle est utile au seul patronat, ce que résume avec une admirable concision le titre d'une annonce des syndicats patronaux genevois du secteur de la construction : "La grève du 16 octobre ne sert à rien". Un pays où ce sont les syndicats patronaux qui décident si une grève "sert" ou non à quelque chose n'est-il pas un pays merveilleusement organisé ?


Mardi 6 novembre, à 19 heures à Fonction Cinéma (Maison des Arts du Grütli) Metroboulotkino célèbre le centenaire de la grève générale, avec deux films documentaires de Jacqueline Veuve : La grève générale de 1918 et  Genève, 9 novembre 1932, documentaire de Jacqueline Veuve (1973). La projection sera suivie d'une discussion avec Charles Heimberg, historien spécialiste de l'histoire ouvrière suisse.


Vendredi 9 novembre, à la Salle du Faubourg dès 18 heures 30 (juste après la commémoration à 17 heures sur l'esplanade d'Uni Mail du massacre du 9 novembre 1932?, la Communauté genevoise d'action syndicale et le Collège du Travail invitent à une conférence et une table ronde sur la Grève générale de 1918 et les grèves et les luttes collectives d'aujourd'hui).

 

Lire la suite

14:21 Publié dans Politique, Suisse, syndicats | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : grève, grève générale | |  Facebook | | | |

lundi, 22 octobre 2018

Une pétition pour sauver le Plaza

plazaAvant que sonne le glas

Le plus beau cinéma de Genève risque fort d'être démoli pour laisser place à un centre commercial et à un parking. Une pétition pour empêcher ce saccage avait déjà été déposée au Conseil Municipal, qui l'avait acceptée. Une motion, avec le même contenu que la pétition, avait également été déposée au Conseil Municipal, qui l'avait aussi acceptée. Une initiative populaire a été lancée, et a largement abouti (avec plus de 11'000 signatures) -le Conseil d'Etat ayant trouvé judicieux de l'invalider, la cause est pendante devant la Chambre constitutionnelle de la Cour de Justice. En attendant quoi, l'autorisation de construire un centre commercial et un parking en détruisant pour cela la salle de cinéma est entrée en force -et le Conseil d'Etat refuse de la suspendre, comme le Parti socialiste vient de le lui demander, et comme le lui demande l'association des défenseurs du Plaza (https://www.facebook.com/groups/1447065642251760/). Le sort de la plus belle salle de cinéma de Romandie dépend aujourd'hui de la volonté (ou de son absence) d'un gouvernant (Antonio Hodgers, Conseiller d'Etat et président du Conseil d'Etat) de tenir politiquement sa propre parole médiatique. Aidons-le à se livrer à cet exercice de cohérence en signant la pétition qui lui est adressée, et dont nous reproduisant ci-dessous le texte. On signe la pétition ici :

https://www.change.org/p/antonio-hodgers-ne-laissez-pas-mourir-le-plaza

Lire la suite

15:27 Publié dans Culture, Genève, Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : plaza | |  Facebook | | | |

jeudi, 18 octobre 2018

Une gauche socialiste à reconstruire

quidautre.jpgPercées vertes et déroutes socialistes dans trois élections en Europe

Dimanche, en Bavière, en Flandre belge et au Luxemburg, des élections régionales, municipales et législative (selon les cas) ont vu la montée en puissance des Verts au détriment, surtout, des sociaux-démocrates. Ce "dimanche vert" et ce quasi "désastre rose" ne peuvent s'expliquer par la seule actualité climatique : ils s'expliquent aussi par la perte par les socialistes de leur boussole politique, entre ralliement plus ou moins honteux au libéralisme (disons : le "social-libéralisme" survivant à ses inventeurs, Blair et Schroeder) et volonté de retrouver les racines idéologiques et programmatiques du socialisme. En Bavière, le SPD tombe au-dessous de 10 % des suffrages, est même dépassé par l'extrême-droite de l'AFD alors que les Verts, avec près de 18 % des suffrages, deviennent la deuxième force politique du Land, derrière la CSU catho-conservatrice (qui elle aussi a subi une lourde défaite électorale à force de courir après l'extrême-droite en reprenant quasiment son programme xénophobe). En Belgique, les socialistes ne résistent qu'en Wallonie et à Bruxelles (où les Verts deviennent aussi, derrière le PS, la deuxième force politique), mais s'effondrent en Flandre. Qu'est-ce que cette déroute socialiste et cette percée verte disent de l'état de la gauche (et particulièrement de la social-démocratie) en Europe ? Pour le moins, qu'elle est en reconstruction...

Lire la suite

15:17 Publié dans élections, Politique, PS | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

mardi, 16 octobre 2018

"Juges étrangers" : Ne pas sous-estimer l'enjeu

bandeau initiative UDC.jpg

Refuser un texte dangereux au prétexte qu'il ne changerait rien ?

Selon un sondage Tamedia, l'initiative udéciste dite "contre les juges étrangers" serait repoussée lors du scrutin prévu dans un mois et demi, par 50 à 53 % de "non" contre 41 à 45 % de "oui". L'opposition au texte serait plus forte en Romandie qu'en Alémanie. Le texte ne serait accepté qu'au Tessin (mais le sondage distingue les régions linguistiques, pas les cantons). Les femmes refuseraient l'initiative plus nettement que les hommes. D'entre les arguments convainquant une majorité de sondés de repousser la proposition de l'UDC, le plus cité serait celui de la capacité de la Suisse de décider déjà quels textes internationaux elle va signer, cette décision pouvant d'ailleurs être rendue au peuple par voie de référendum obligatoire au facultatif. Refusera-t-on l'initiative pour la première raison qu'elle ne changerait rien ? Ce serait se tromper sur l'enjeu, en le sous-estimant : un refus clair, net, sans bavure, de ce texte doit s'imposer -car s'il est stupide, il est tout de même dangereux : il ne s'en prend pas à la cible qu'il se donne (les fantômatiques "juges étrangers"), mais à une autre, bien plus précieuse : la garantie des droits humains fondamentaux par l'adhésion, non de la Suisse mais des Suisses à ces droits et aux textes qui les garantissent. Et là, on n'est plus dans le droit (international ou national), on est dans les droits des gens, d'ici ou d'ailleurs -dans la politique, au vrai et profond sens du terme.

Lire la suite

14:47 Publié dans Droits de l'Homme, Politique, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

lundi, 15 octobre 2018

Faux-derches


marionnette.jpgQuand un Conseil d'Etat dévalué dévalue le patrimoine architectural

Malgré un appel des architectes genevois et des défenseurs du patrimoine, le parvulissime gouvernement de la parvulissime république n'entend rien faire pour sauver la salle de cinéma "Le Plaza", construite en 1952 sur les plans de l'architecte Saugey, et que le propriétaire de l'ensemble (classé) dans lequel elle est insérée veut démolir pour construire à sa place un centre commercial de plus dans un quartier qui n'en manque pas, avec un parking de plus dans un quartier qui n'en manque pas plus. L'ensemble "Mont-Blanc Centre" qui abrite la salle a beau être classé, lui-même court désormais le risque d'être sérieusement affecté par des travaux qui ne pourront pas l'épargner. La salle avait été classée avec l'ensemble, mais ensuite déclassée pour de pure, et assez sordides, raisons financières : elle n'était pas assez rentable.. Qu'en pense le Conseil d'Etat ? Il n'en pense rien. Il pourrait suspendre l'autorisation de construire (c'est-à-dire de détruire) accordée au propriétaire, il ne le fait pas. Il pourrait rouvrir une procédure de classement, qui aurait cet effet suspensif, il ne le fait pas non plus. "Le Conseil d'Etat est très sensible à cette salle", fait-il dire à la secrétaire générale adjointe du département du Territoire. Vous avez dit "faux-derches" ?

Lire la suite

13:56 Publié dans architecture, Genève, Patrimoine, urbanisme | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : plaza, saugey, cinéma | |  Facebook | | | |

vendredi, 12 octobre 2018

Ouverture des commerces le dimanche : Un référendum nécessaire

referendum ouverture le dimanche.jpg

Faire respecter la volonté populaire

Le 21 septembre dernier (était-ce le dernier jour de l'été ou le premier de l'automne ?) la majorité de droite (MCG compris) du Grand Conseil genevois votait un projet de loi mitonné par le patronat et déposé par le PLR, autorisant l'ouverture des magasins trois dimanches par an sans que la condition, posée par le peuple en votation en 2016 d'une extension de la convention collective soit remplie. Le prétexte de cette loi est le même que celui de toutes les tentatives précédentes de la droite et du patronat : répondre à la concurrence transfrontalière, exercée par les commerces côté français. Comme si c'était une question d'horaires et pas de prix. Un référendum a été lancé par la gauche et les syndicats. Alors, si vous ne savez pas quoi faire dimanche, plutôt que des courses, faites acte de solidarité avec le personnel des magasins : signez et faites signer ce référendum. Et faites respecter la volonté populaire plutôt que les obsessions patronales.

 

Lire la suite

21:57 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : ouverture dominicale des commerces | |  Facebook | | | |

jeudi, 11 octobre 2018

Aquarius Helveticus

Aquarius2.jpgPour une fois que le drapeau de l'Etat peut être utile...

25'000 personnes ont signé une pétition au Conseil fédéral, déposée mardi à Berne, demandant que la Suisse accorde son pavillon au dernier navire de sauvetage des migrants en Méditerranée, l'Aquarius, mouillé à Marseille dans l'attente d'en retrouver un -temps d'attente pendant lequel il ne peut assumer sa mission auprès des migrants en détresse.
 une dizaine de personnalités, dont une ancienne présidente de la Confédération, un ancien président du CICR, une ancienne procureure du Tribunal pénal international, un Prix Nobel, un évêque, ont lancé un appel faisant la même demande, également soutenue au Conseil national par une interpellation déposée par des élus de gauche, du centre et de droite. Mardi, on proposera au Conseil Municipal de Genève de se souvenir que cette ville est le siège du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, et que la convention qui proclame le droit fondamental à l'asile porte le nom de Genève, comme celles qui proclament le droit international humanitaire. On proposera donc à son parlement communal d'exprimer son soutien à la demande faite à la Suisse d'accorder son pavillon à l'Aquarius. Pour une fois que le drapeau d'un Etat peut-être utile aux hommes...

Lire la suite

13:55 Publié dans Droits de l'Homme, Immigration, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aquarius | |  Facebook | | | |

mardi, 09 octobre 2018

Référendum de gauche contre la réforme de l'imposition des entreprises : A vos paraphes !

droite-gauche.jpgC'est fait : le référendum de gauche contre la réforme de l'imposition des entreprises et du financement de l'AVS, la RFFA, est lancé. Il a (nous avons...) jusqu'au 17 janvier pour le faire aboutir. Et on le fera aboutir. Le référendum est lancé par les Verts et les Jeunes Verts, la Jeunesse Socialiste, solidaritéS, le Parti du Travail, le SIT, le SSP, le Cartel intersyndical de la fonction publique genevoise, le MPS, l'Avivo, Attac (et on en passe). Le front est large, vous y trouverez sans peine liste de signatures à votre goût.... Certes, les poids lourds de la gauche suisse, l'Union Syndicale et le Parti socialiste, soutiennent la RFFA. Mais le référendum étant lancé sur leur gauche (et dans leur propre gauche), dans les fédérations syndicales (Unia s'est prononcée contre la réforme, mais ne participe pas au référendum, contrairement au SSP), les cartels syndicaux cantonaux, les PS cantonaux, voire les sections, ce sont les militants qui décideront de la position de leur organisation. Et ils en décideront en ayant notamment à l'esprit les menaces qui continuent de peser sur l'âge de la retraite des femmes  : les partisans de la réforme assurent que son report à 65 ans n'est plus à l'ordre du jour ? Quand le "Temps" (du 1er octobre) demande à à la présidente du PLR suisse, Petra Gössi, ce qu'elle pense de la certitude affichée par le président du PSS, Christian Levrat qu'avec le "paquet" de la RFFA, qui lie réforme fiscale et soutien financier à l'AVS, "le relèvement de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans n'est plus à l'ordre du jour", la PLR répond : "Il se trompe. (...) Des mesures structurelles et axées sur les dépenses sont nécessaires". Comme le relèvement de l'âge de la retraite des femmes. Est-ce assez clair ?

Lire la suite

15:18 Publié dans Assurances sociales, sécurité sociale, Fiscalité, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rffa, rie iii | |  Facebook | | | |

lundi, 08 octobre 2018

60 millions de travailleuses domestiques sans droit

balayeuse.jpgSortir du servage

A Genève, l'opération "Papyrus" -dont nous persistons à savoir gré à Pierre Maudet de l'avoir rendue possible- a permis à des centaines de travailleuses domestiques sans statut légal d'en trouver un, et avec lui d'obtenir les protections légales auxquelles elles ont droit -en même temps que les obligations qui leur sont liées. Mais dans le monde, 90% des travailleuses domestiques (et elles sont plus de 60 millions) restent privées de sécurité sociale, de rente de retraite, d'indemnités de chômage, travaillent sept jours sur sept, et souvent plus de douze heures par jour. Les syndicats d'employées de maison ont réussi à faire adopter en 2011 par l'Organisation internationale du travail une convention (N° 189) protégeant travailleurs et travailleuses domestiques et définissant leurs droits. Ce texte toutefois n'a pas été ratifié par tous les Etats, et nombre de ceux qui l'ont ratifié mne l'appliquent pas. Les syndicats de travailleurs et travailleuses domestiques luttent dans des conditions extrêmement précaires. Le SOLIFONDS lance une campagne pour les soutenir, et soutenir ainsi l'accession de dizaines de millions de travailleuses et travailleuses à des droits humains minimaux, et pour que le travail domestique cesse d'être un servage.

SOLIFONDS, mail@solifonds.ch, www.solifonds.ch, CCP 80-7761-7

Lire la suite

17:03 Publié dans Femmes, Solidarité, syndicats, Travail | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : travail domestique | |  Facebook | | | |

vendredi, 05 octobre 2018

Quand le gouvernement genevois oublie la traversée routière du lac...

rafiot.jpgLaissons couler le rafiot

Le Conseil consultatif pour la traversée du lac a comme un doute sur l'utilité de son travail : ce projet n'a été évoqué par le gouvernement genevois ni lors de son investiture, ni lors de la présentation de sa "stratégie de mobilité", fin septembre. "Sans volonté politique, faudra-t-il poursuivre nos travaux après notre prochain rapport ?", s'interroge le président du Conseil consultatif, Raymond Loretan. Nous, bien sûr, on répondrait "Non, laissez tomber, ce machin n'est ni utile (il est même nuisible), ni finançable. Le porte-parole du Conseiller d'Etat Dal Busco, chargé de ce dossier plombé, se contente de dire que si cet ouvrage reste prioritaire, il n'est prévu que dans plus de vingt ans, ce qui nuance considérablement son caractère très hypothétiquement "prioritaire", d'autant qu'avant lui, d'autres ouvrages sont plus "prioritairement prioritaires" (et même, eux, en voie de réalisation), comme le "Léman Express" -dont la mise en service réduira plus encore, si c'est possible, la pertinence du projet de faire traverser le Petit Lac par une semi-autoroute, quand Annemasse sera à vingt minutes de Cornavin par le train... Il y a des rafiots qu'il faut laisser couler.

Lire la suite

17:36 Publié dans Genève, Politique, Transports | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : traversée du lac, mobilité douce, pistes cyclables | |  Facebook | | | |