vendredi, 17 novembre 2017

Ce dont Tariq est le nom...

Ramadan.jpgRamadan2.jpgL'"Affaire Tariq Ramadan" occupe depuis maintenant plusieurs semaines les media. Et elle est exemplaire, à la fois par les accusations portées et par la personnalité de l'accusé. Les faits sont triviaux, les actes sont minables, l'accusé est célèbre. S'il n'y avait que les faits et les actes, il n'y aurait pas d'"affaire".  Il y a deux Tariq dans le même Ramadan : il y a le gourou islamiste (serait-il d'une autre obédience religieuse que cela n'importerait guère), et il y a le dragueur pulsionnel. Il y a celui qui dit ce qu'il faut faire et penser, et celui qui pense avec ses génitoires. Ce qui se dévoile là, sous l'apparence de rapports de séduction, c'est un rapport de dépendance à l'égard du prédicateur, de l'enseignant, de la figure autoproclamée de l'"intellectuel musulman". Celui qui se dévoile sous Ramadan, c'est Tartuffe. Que ce Tartuffe là soit musulman quand celui de Molière était chrétien (ou que d'autres du même acabit professent quelque autre religion, ou philosophie, ou idéologie) ne change rien à sa tartufferie, sauf à confirmer qu'il n'est nul besoin d'être chrétien pour être jésuite : c'est d'abus de pouvoir qu'il s'agit. D'abus d'un pouvoir bien spécifique, car il se trouve que le prédicateur, l'intellectuel, le théologien en cause, a prétention à être une référence pour au moins une partie des musulmans -qui en font effectivement une référence- et leur représentant auprès d'instances sociales, culturelles, médiatiques, voire politiques, des sociétés non musulmanes. C'est cette prétention à jouer ce rôle que "l'affaire" devrait réduire à néant. Parce que cette prétention a un pré-requis, une exigence préalable : celle de la cohérence entre le dire et le faire, entre l'image que l'on veut donner et la réalité de ce que l'on est. Et si les actes aujourd'hui reprochés, même tardivement, à Tariq Ramadan se confirment, si les témoignages sur ces actes se vérifient, alors la contradiction entre ce que veut être Tariq Ramadan et ce qu'il est se révélera telle qu'elle tiendra de la forfaiture. Qui veut indiquer le bon chemin ne doit pas patauger dans la gadoue du fossé : cela vaut pour Tariq Ramadan comme cela valait pour Dominique Strauss-Kahn et comme cela vaut pour un Thierry Marchal-Beck, ancien président du mouvement de la Jeunesse Socialiste française.


Du vieux slogan "ni Dieu, ni Maître", c'est le "ni Maître" qui importe le plus.

L'Affaire Weinstein a ouvert les vannes des témoignages de femmes victimes de prédation sexuelle, de la part d'hommes puissants -que cette puissance soit celle de l'argent, du pouvoir politique, du pouvoir social, voire du charisme ou du prestige (les actrices suédoises qui dénoncent le "culte du génie" offrant l'impunité aux prédateurs auréolés de la valeur artistique de leur création dissipent elles aussi un voile de silence). Ces témoignages, le mouvement qu'ils suscitent, renversent le vieux rapport des forces entre le prédateur sexuel et la proie -mais il faudra tout de même plus de temps et plus d'efforts que le temps d'un scandale médiatique (suscité par la notoriété des accusatrices autant que par celle de l'accusé) et les efforts de solidarité immédiate avec les victimes pour que ce renversement se traduise en un véritable changement social, pour qu'on n'accorde plus présomption de vérité à une parole parce qu'elle est celle du plus fort, et qu'on tienne pour nécessaire que les hommes, tous les hommes (même nous, qui sommes assurément du côté du bien et du juste) assument leurs actes, tous leurs actes, sur les femmes -ou leur silence complice sur les  actes d'autres hommes (forcément d'autres que nous...). Il n'est d'ailleurs besoin pour se convaincre de l'ampleur du chemin encore à faire et du travail encore à accomplir que de prendre connaissance des messages de solidarité produits avec Tariq Ramadan -même lorsqu'ils sont défensifs, même lorsqu'ils émanent de groupes marginaux ou de personnes sans crédibilité, ils sont exemplaires : ainsi de la pitoyable réaction du porte-parole de l'"Association culturelle des musulmans de Neuchâtel" qui assure qu'"un intellectuel de (l') envergure (de Tariq Ramadan) ne peut pas être coupable de ce dont on l'accuse", ou celle de la "Ligue des musulmans de Suisse", qui dénonce la "calomnie dirigée contre le professeur Tariq Ramadan et son "harcèlement par certains médias ne tenant aucun compte de la présomption d'innocence et des principes les plus fondamentaux de l'éthique journalistique", dont on est surpris d'apprendre ainsi que les Frères Musulmans sont les vérificateurs. Et la Ligue d'apporter"son plein soutien au professeur Tariq Ramadan" et d'annoncer qu'un comité de soutien va être formé  composé de femmes et d'hommes "libres" pour le soutenir, "briser le mur du silence et condamner la diffamation médiatique". De la pure novlangue orwélienne.

Dans les rapports entre hommes et femmes, ce qu'on pensait invariant (la domination des femmes par les hommes, l'acceptation de cette domination par les femmes, sa justification par les hommes) n'est plus immuable : "Les choses vont changer parce que les conditions de pensée ont changé", assurait peu avant sa mort l'anthropologue Françoise Héritier, qui plaidait pour que ce qui avait été lancé comme un combat féministe devienne un combat humaniste. Admettons-en l'augure : dans la société (dans la nôtre, du moins), les "conditions de pensée" sont en effet en train de changer, et les institutions sociales (et politiques) finiront bien par en prendre acte et agir en conséquence.  La socialisation des hommes peut changer, mais que faire de ce qui clapote dans la tête et le bas-ventre des gourous prédateurs ? A défaut de pouvoir en transmuter la gadoue, faisons au moins en sorte que ceux qui y pataugent ne puissent plus compter sur la docilité de celles qu'ils convoitent, ni sur leur silence après qu'ils en ont abusé : ici, du vieux slogan "ni Dieu, ni Maître", c'est le "ni Maître" qui importe le plus.

16:45 Publié dans religion, Société - People | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : tariq ramadan, harcèlement, féminisme | |  Facebook | | | |

Commentaires

"La socialisation des hommes peut changer, mais que faire de ce qui clapote dans la tête et le bas-ventre des gourous prédateurs ? "
Tout ce que vous écrivez est bien bel et bon, mais les gourous prédateurs ne changeront jamais. C'est lutter contre ceux qui les suivent trop facilement qu'il convient de faire. "Ni dieu ni maître" ne s'adresse ni à l'un (pour des raisons évidentes : il n'existe pas...) ni à l'autre, mais à ceux qui restent dans la logique de soumission...

Écrit par : Géo | vendredi, 17 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

C'est en effet bien de cela dont il s'agit, de lever la "servitude volontaire". Le "Ni Maître" est précisément une invitation à s'émanciper des maîtres...

Écrit par : Pascal Holenweg | vendredi, 17 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

ton copain Scheller laïciste ultra orthodoxe , enseignant dans les temps du Ramadan est apparu dans un débat TSR face à Tariq sourate contre manifeste républicain que du bonheur .. mais que savait-il?????
je lui pose la question sur son réseau , mon commentaire dure le temps des cerises ,sang sûr ne saurait mentir.

Écrit par : briand47@gmail.com | vendredi, 17 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

la cour des contes, je ne suis pas un lanceur de Halalerte mais je dénonce les faux -culs , en chasse des néo- pauvres immigrés pour faire mousser une liste de Schindler genevoise

Écrit par : briand | vendredi, 17 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

"et il y a le dragueur pulsionnel."

Et c'est, si ce n'est de notoriété publique, du moins connu de tous les collaborateurs et surtout collaboratrices des écoles qu'il a fréquentées à Genève. Un tès grand manipulateur manipulé pas sa quéquette. Maintenant il va débander pour de bon. Il lui restera sa femme. Sauf si elle a un peu de dignité.

Écrit par : Léonard | vendredi, 17 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Bonsoir, j’ai adoré l’article sur Ramadan..., très bien écrit et dont la justesse ne fait pour moi aucun doute.
Les gens ont toujours eu la pulsion de suivre quelqu’un, un Maître ou un Dieu fantasmé et pré fabriqué. C’est évidemment la peur qui commande cette quête de se trouver un sauveur. Dans le cas qui nous occupe le gourou adulé comme la reincarnation de Mahomet, aura fait des ravages dans le mal. Alors de grâce mes frères, mes sœurs, ne suivez personne, jamais !

Écrit par : Raymond Perez | vendredi, 17 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Il y a un moment où les intellectuels deviennent plus dangereux que les criminels.

Écrit par : NORBERT MAENDLY | vendredi, 17 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je m'attendais à lire une défense pavlovienne de TR, eh bien non: Bravo!
Puisse Topo Thévoz, lui aussi, sortir de ses rails et ôter ses lunettes roses.

Les faits reprochés à TR à Genève sont prescrits, le procès n'aura pas lieu devant les tribunaux, Bonnant et Hayat peuvent aller se rhabiller, surtout que la contre-attaque de calomnie ne va pas vraiment tenir la route.

Al Capone est tombé pour fraude fiscale, Tariq Ramadan va tomber pour cause de stupre et de luxure. Ses amis et ses soutiens auront beau accuser le Grand Complot Juif ("ils sont partout!"), ses paroles ne vaudront plus un pet de lapin.

Hani va-t-il continuer à prôner les bienfaits de la lapidation? Qui saurait nous dire si la lapidation pour cause d'adultère s'applique aussi aux hommes? Les quatre témoins, on pourra les trouver facilement, je pense ;-)

Écrit par : Arnica | vendredi, 17 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Parfait, votre texte, M. Holenweg

Écrit par : Noëlle Ribordy | samedi, 18 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

l'illustration aussi, M. Holenweg

Écrit par : vermeer | samedi, 18 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Hola compañero qué pasa ? Vous avez été hacké ?

Écrit par : Giona | samedi, 18 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

C'est fou ce que l'on peut dire à partir d'allégations. Pas besoin de tribunaux, les juges siègent en permanence dans la presse.

Écrit par : Anastase de Saint-Senestre | mardi, 21 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

"Pas besoin de tribunaux, les juges siègent en permanence dans la presse."

Pas seulement dans la presse qui après tout ne fait que son devoir d'information des citoyens et des citoyens qui ont compris qu'il n'y avait aucun "complot sioniste", mais le comportement d'un tartufe manipulateur devant l'avalanche des témoignages. Il est dommage qu'il n'y ait plus de jury populaire.

Pas seulement disais-je: il suffit d'entendre les déclarations de nombreux dirigeants qui ne s'embarrassent pas de la "présomption d'innocence". Comme ce président qui vint déclarer un jour que "justice était faite" après un assassinat bidonné. Rideau.

Écrit par : Daniel | mardi, 21 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.