samedi, 02 septembre 2017

Sauver "Le Plaza" : sprint final

logo Plaza.jpg

A dans un mois...

Où en est le combat pour sauver à Genève la salle de cinéma "Le Plaza" ? Il en est presque à bout touchant. Face à la volonté de son propriétaire de détruire cette salle, qui fut (et peut redevenir) la plus belle de la ville, classée avec tout l'ensemble architectural Mont-Blanc centre, puis déclassée (alors que l'ensemble architectural, lui, restait classé) pour complaire à un propriétaire qui n'avait d'autre argument pour lever cette protection que celui de la non-rentabilité de la salle, les démarches juridiques et administratives d'opposition ont presque toutes échoué, et les démarches politiques se sont heurtées à une capacité assez inédite d'inertie et de surdité : une motion déposée au Conseil municipal en 2016 demandait au Conseil administratif de tout faire (y compris le racheter( pour sauver Le Plaza. La motion avait obtenu le soutien d'une majorité des membres de la commission des Arts et de la Culture du Conseil municipal, mais le rapport de la commission n'a toujours pas été rendu, et la motion n'a donc jamais été inscrite à l'ordre du jour. Une pétition faisant la même demande a été déposée, signée par 1700 personnes, au Conseil municipal, et transmise à la commission des pétitions. Là encore, aucun rapport n'a été rendu, et la pétition n'a donc, elle non plus, jamais été inscrite à l'ordre du jour. Alors, lorsque cette année, l'autorisation a été donnée au propriétaire de démoli la salle pour construire à sa place un centre commercial, les défenseurs de la salle, à la fois défenseurs du patrimoine et d'un projet culturel plutôt que d'un énième souk, ont lancé une initiative populaire législative demandant le maintien de la salle dans son architecture et son expropriation pour cause d'utilité publique. L'initiative a reçu le soutien de Patrimoine Suisse Genève, et il reste aujourd'hui un mois pour la faire aboutir. C'est court, mais cela peut suffire, si toutes celles et tous ceux qui en partagent les objectifs la signent. Vous savez ce qu'il vous reste à faire : signer, et faire signer, l'initiative.

Des feuilles de signatures sont téléchargeables sur
http://www.fichier-pdf.fr/2017/05/24/initiative-populaire-cantonale-lEgislative-formulEe-plaza/


Sauver Le Plaza parce que c'est nécessaire. Et possible.

Que faire du Plaza ? On peut en effet en élargir la fonction, le rôle, la place, sans attenter ni à son histoire, ni à sa configuration architecturale, mais "sauver le Plaza" suppose d'avoir un projet pour cette salle : si considérable que soit sa valeur patrimoniale, elle ne se réalise pleinement que par un projet d'utilisation -nous ne voulons pas d'une belle sale vide et inutilisée. Ce projet, nous l'avons : c'est celui d'un "Quartier du cinéma" autour du Plaza, mais compte tenu du rapport des forces politiques qui règne au niveau cantonal, et de la résignation de la Ville à ce que la plus belle salle de cinéma de Genève laisse place à un centre commercial de plus, il ne reste que la voix populaire, portée par un vote, qui puisse être assez forte pour sauver le Plaza et en faire le centre, avec sa salle de 700 places, d'un véritable "quartier du cinéma".

Le Plaza a toutes les qualités nécessaires à un projet culturel : il est au centre ville, accessible facilement par transports publics, à deux pas de la gare et des quais du lac et du Rhône, entouré d'un espace (un "quartier du cinéma") qui peut être requalifié, et dans lequel des activités en lien avec la sienne -le cinéma- peuvent être proposées, de telle manière qu'il redevienne un lieu de socialisation, de sorties, de visites. Un lieu ne vivant pas seulement de la projection de films, mais vivant tout de même du cinéma. Une salle ayant non seulement une fonction, mais une identité : on irait alors pas seulement "au cinéma", on irait "au Plaza". Car un cinéma n'est plus seulement (à supposer même qu'il ait jamais été que cela)  un lieu de projection : c'est un espace social -et c'est peut-être de l'avoir oublié que des salles ont périclité. Et c'est peut-être aussi parce que les salles du centre-ville ont fermé les unes après les autres qu'autour d'elles des bistrots de quartier ont fermé aussi : une salle de cinéma, comme lieu social, n'attire pas seulement vers elle, mais aussi vers tout ce qui autour d'elle est aussi un lieu social. Le public se rendra dans une salle non seulement pour y voir un film, mais aussi pour tout ce que la salle peut, autour du film, à son propos ou son prétexte ou non, proposer : événement, spectacles, expositions, prolongements et accompagnement du film -et des spectateurs... Il faut donner à un nouveau public l'envie de se déplacer vers la salle de cinéma, et à un ancien public l'envie d'y revenir. Et pour cela, il faut que le centre-ville abrite encore au moins une grande salle de cinéma, que cette salle soit préservée de l'acharnement mercantile qui pousse à sa démolition.
Pourquoi sauver Le Plaza ? Parce que c'est nécessaire, que c'est légitime, et que c'est possible.

 

 

 

17:45 Publié dans Culture, Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : plaza, cinéma, saugey, initiative | |  Facebook | | | |

Commentaires

Entièrement d'accord avec vous pour le Plaza!

Ce bâtiment mérite aussi d'être sauvé. Merci par avance d’en parler autour de vous et de faire tout ce que vous pouvez pour nous aider:

https://www.change.org/p/antonio-hodgers-sauvons-le-jeu-de-l-arc-des-d%C3%A9molisseurs?source_location=minibar

et aussi:

https://www.facebook.com/contrelenlaidissement

Écrit par : Arthur | dimanche, 03 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Espérons

Écrit par : Greffier | dimanche, 03 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

A part un remake d'Arditi ou un de ses potes, je ne vois pas trop comment l'argument rentabilité pourrait tenir la rampe face à un temple de la consommation.
Mais surtout j'observe l'inanité du politique qui bafoue systématiquement les institutions. Vous ne servez pour ainsi dire à rien dans les divers conseils, parlements ou commissions. Vous êtes là pour vous faire plaisir en vous écoutant parler. Mais vous tournez en rond au frais de la princesse et vous passez votre temps à vous foutre sur la gueule entre les diverses factions. Pour le plus grand malheur des citoyens qui vous ont mis en place pour les représenter.
Honte à vous tous, bande de glandeurs !

Écrit par : Pierre Jenni | lundi, 04 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.