mardi, 13 juin 2017

Elections législatives britanniques : A qui perd, gagne

8626622.jpgDes législatives, les françaises, en ont chassé d'autres, les britanniques, aux places de choix des media, mais on peut tout de même revenir à celles qui ont ouvert les feux -elles sont tout aussi intéressantes, à leur manière : en Grande-Bretagne, on a voté à qui perd gagne, quand en France on a voté pour renforcer encore les chances de victoire de ceux dont on annonçait déjà la victoire. Donc, les conservateurs de Theresa May ont perdu la majorité absolue à la Chambre des Communes et sont contraints de passer alliance avec l'extrême-droite nord-irlandaise pour rester au pouvoir, mais ils demeurent le premier parti du Royaume-Uni, avec 42,4 % des suffrages (enfoncés, les "Marcheurs" macroniens). En face, les travaillistes de Jeremy Corbyn progressent de manière spectaculaire pour atteindre plus de 40 % des suffrages et gagner 29 sièges), mais restent minoritaires (à une quarantaine de sièges des conservateurs) et ne pourraient former un gouvernement qu'en s'alliant aux nationalistes (de gauche) écossais et irlandais, et aux libéraux. Ainsi, ceux qui ont perdu les élections gardent le gouvernement, et ceux qui les ont gagnées restent dans l'opposition. Et tout cela affaiblit considérablement la Grande-Bretagne dans sa négociation avec l'Europe sur les conditions du Brexit, que Theresa May promettait "dur". Mais là, avouons-le, une certaine Schadenfreude nous titille.


Les Conservateurs à la merci d'un gang d'extrême-droite

Donc, Theresa May reste Premier Ministre (du moins tant que son parti la supporte) et les Conservateurs restent au pouvoir, lors même qu'ils ont perdu les élections. Et si elle reste Premier Ministre et s'ils restent au pouvoir, c'est en passant avec l'extrême-droite nord-irlandaise du DUP (Parti unioniste démocratique -on peut mettre "démocratique"entre guillemets et UNIONISTE en majuscule) un accord qui met un parti ayant obtenu 318 sièges (les Conservateurs) à la merci d'un gang qui en a obtenu 10 (la majorité absolue des sièges étant de 322). 700'000 Britanniques avaient déjà signé avant-hier une pétition récusant cette alliance douteuse avec une formation religieusement sectaire (furieusement anticatholique), raciste, sexiste et homophobe, et au surplus corrompue, et prête à tout pour empêcher Corbyn, qu'elle qualifie de "pom-pom girl de l'IRA", d'arriver au pouvoir.

Theresa May a perdu sa majorité parlementaire en se trompant de campagne électorale, en la faisant sur le Brexit comme si la question n'avait pas encore été tranchée par un référendum, et en promettant un "Brexit dur", sans concession britannique, qu'elle n'a pas les moyens d'imposer, et dont vraisemblablement une majorité de Britanniques craint les effets -sans même parler des Ecossais, des nord-Irlandais et les Londoniens, qui ont refusé tout Brexit.

En face, Jeremy Corbyn a mené campagne sur les enjeux sociaux, et sur un programme bien ancré à gauche.Cette campagne lui a permis de récupérer des électeurs perdus au fil des dérives sociales-libérales du "New Labour" blairiste, et de reprendre pied en Ecosse (où des électeurs effrayés par l'annonce d'un prochain référendum ont abandonné le Parti nationaliste, qui n'en reste pas moins -si nationaliste qu'il soit, c'est aussi un parti de gauche, comme le Sinn Féin irlandais (qui refuse cependant toute participation réelle au parlement britannique)- le premier parti écossais avec près d'un million d'électeurs, le troisième parti du parlement britannique et le plus important des alliés possibles de Corbyn (avec qui, hors de la question nationale, il partage nombre de positions) pour tenter de former un gouvernement : l'addition des suffrages travaillistes, nationalistes écossais et irlandais les fait dépasser ceux des conservateurs britanniques, sans toutefois se traduire en un nombre de siège supérieur -beautés du mode de scrutin majoritaire uninominal à un tour (au moins en France propose-t-on deux tours pour les législatives, ce qui permet éventuellement de corriger au deuxième les tendances du premier)

On relèvera enfin un enseignement de ce scrutin : la progression des travaillistes s'est faite sur une ligne, celle de Jeremy Corbyn, résolument à gauche -et une ligne "résolument à gauche", en Grande-Bretagne, cela veut dire une ligne social-démocrate, au vrai sens du terme : étatiste, redistributrice, égalitariste. Plus rien à voir avec le social-libéralisme de Blair. Et en creux, en négatif, cette progression travailliste signe, du moins en Grande-Bretagne, le caractère illusoire d'une stratégie de rupture à la Mélenchon. Corbyn est un socialiste de l'espèce la plus traditionnelle, la plus "archaïque" disent ses adversaires au sein de son parti. Cela fait quarante ans qu'il est membre, presque toujours minoritaire, du parti travailliste,presque trente ans qu'il est député travailliste, et vingt ans qu'il est l'une des incarnations de la gauche socialiste britannique. Corbyn, c'est un Hamon qui aurait réussi, ou un Mélenchon qui serait resté. Une sorte de Gérard Filoche, en somme.

14:30 Publié dans élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : grande bretagne, theresa may, jeremy corbyn, brexit | |  Facebook | | | |

Commentaires

Vous n'avez pas l'impression de tourner en rond ?

Écrit par : Pierre Jenni | mercredi, 14 juin 2017

Le résultat de l'opposition est le résultat d'un conservatisme qui a mis à mal le système sanitaire, qui ne se préoccupe pas des moins favorisé, et c'est tant mieux.

Néanmoins, la question se pose concernant le chef de l'opposition. Est-il baigné par l'idéologie ou le pragmatisme.

Les idéologies sont censé être façonnées pour le peuple. Mais en vérité, ceux qui s'en réclament fortement, n'ont qu'une obsession, celle de satisfaire l'idéologie et non le peuple.
Et lorsque je dis pour le peuple, c'est tout le peuple, des moins favorisés au plus, des sans diplômes aux universitaires, etc...

Toutes idéologies qui divise le peuple doivent être fortement repoussées, à l'image d'un Mélenchon et des nationalistes qui désignent les bon et les méchants.

Si Corbyn a la sagesse, il peut être un bon premier ministre, sinon il fera beaucoup de dégâts au pays, et enfoncera l'Angleterre encore plus dans le conservatisme libéral destructeur.

L'important pour la gauche n'est pas d'atteindre le pouvoir, mais de bien gouverner lorsqu'elle l'obtient.
Parce que lorsqu'elle échoue, elle disparaît du pouvoir pour 10-20ans. Ce qui ne fait guère avancer sa cause.

Écrit par : motus | mercredi, 14 juin 2017

Les commentaires sont fermés.