jeudi, 18 mai 2017

Politique sociale ou asociale du logement ?

masques.jpgLes masques tombent...

Il faut remercier les gens qui nous font des cadeaux. Alors on remercie la droite municipale de nous en avoir fait hier soir deux, sous forme de propositions de démantèlement de la politique du logement menée par la commune. Peut-être même n'aurait-on pas dû les refuser, ces cadeaux politiques que nous faisait cette droite-là (sans le MCG). La première proposition voulait porter à 30 % (au lieu de 5 %)I la part des loyers libres dans le total des logements loués par la Ville. La seconde voulait confier à des régies privées la gestion de 10 % du parc immobilier de la Ville. Pouvait-on mieux dire qui la droite élargie défend, pour qui elle roule, ce qu'elle défend ? Et, a contrario, qui la gauche défend, pour qui elle se bat, et ce qu'elle défend ? Les masques tombent...


Quand la droite genevoise parle de classe moyenne, ne parle-t-elle donc que d'elle-même ?

Confier à des régies privées la gestion de 10 % du patrimoine locatif de la Ville, multiplier par six (de 5 à 30 %) la part de loyers libres, au prétexte d'"ouvrir ces logements à la classe moyenne", mais en réalité pour pouvoir en tirer un maximum de profit : la droite municipale genevoise (MCG mis à part) a tombé le masque, et a clairement signifié qui elle défend (ceux qui peuvent se payer à Genève des logements en loyers libres), pour qui elle roule (les régies privées), et ce qu'elle défend (la réduction de la politique du logement à un critère de rentabilité financière). Ce faisant, et en miroir, la droite municipale permettait à la gauche municipale de dire tout aussi clairement ce qu'elle défendait (une politique sociale du logement) et qui elle défendait  : cette part, majoritaire, de la population qui ne pourrait se loger correctement si des logements aux loyers plafonnés ou fixés en fonction du revenu n'étaient pas offerts. Car c'est bien la majorité de la population genevoise qui bénéficie d'une politique sociale du logement. Et dans cette majorité, il y a la "classe moyenne" dont la droite en général, et le PDC en particulier, se gargarise à longueur de discours, mais en se gardant bien de la définir. Parce que si les mots et les chiffres ont un sens, la "classe moyenne", c'est la population dont le revenu réel se situe autour du revenu moyen. Soit en gros, à Genève, 7000 francs par personne, 12'000 francs par famille. Un revenu qui ne donne pas accès aux logements à loyer libre. Quand la droite genevoise parle de classe moyenne, ne parle-t-elle donc que d'elle-même ?

Au passage, si au PS certains pouvaient douter que Sandrine Salerno puisse représenter les "milieux de la défense des locataires", la droite municipale a levé leurs doutes : en s'attaquant à la politique de logement social de la municipalité, la droite municipale la qualifie précisément comme une politique sociale du logement. Une sorte de label, d'hommage du vice à la vertu, d'occasion donnée de défendre une telle politique face à ceux qui veulent la démanteler. A un an des élections cantonales, ce cadeau prend toute sa valeur. Nostra culpa, donc : nous avons été bien ingrats de ne pas en remercier directement hier soir ceux qui nous le faisaient. Mais ce n'est sans doute que partie remise : gageons qu'ils reviendront à la charge. Et que nous n'en retirerons encore que la même frustration : celle de pouvoir compter sur la bêtise de nos adversaires plutôt que sur nos propres talents.

 

 

15:00 Publié dans Genève, Logement, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : gim, ville de genève | |  Facebook | | | |

Commentaires

"Soit en gros, à Genève, 7000 francs par personne, 12'000 francs par famille. Un revenu qui ne donne pas accès aux logements à loyer libre."
Suis-je seul à trouver quelque chose d'effarant à ces chiffres ?

Écrit par : Mère-Grand | vendredi, 19 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Non, vous n'êtes pas la seule : ça dit à la fois un niveau de revenu moyen qui paraît invraisemblablement élevé à nos copains étrangers, et un niveau de loyers moyens, hors logement social, qui leur paraît encore plus invraisemblable...

Écrit par : Pascal Holenweg | vendredi, 19 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.