vendredi, 11 novembre 2016

Ouverture des commerces le dimanche et protection des travailleuses : Un deal défendable

On va voter à Genève, dans deux semaines, sur une initiative syndicale s'opposant à l'élargissement des possibilités d'ouverture dominicale des commerces. Cette initiative était d'abord une réponse à la décision du Conseil fédéral, prise par ordonnance et donc impossible à contrecarrer par un référendum, d'élargir ces possibilités à tous les dimanches dans les zones touristiques se situant à moins de 15 kilomètres à vol d'oiseau d'une frontière nationale -ce qui englobe tout le territoire genevois. Mais l'ordonnance fédérale laisse aux cantons la capacité de légiférer de manière plus restrictive qu'elle -ce que Genève s'apprête à faire, si l'initiative ou le contre-projet parlementaire passe le cap du vote populaire le 27 novembre prochain. Car contre-projet il y a : d'une réponse à une offensive patronale, on est passé à l'usage de l'initiative comme moyen de renforcer la protection des salariés de toute une branche, en posant comme exigence l'application (et l'élargissement à tout le secteur) d'une convention collective de travail. Cette exigence a été reprise dans le contre-projet à l'initiative (et elle explique l'opposition de la droite libérale à ce contre-projet) : le deal, c'est un peu plus d'ouverture des magasins le dimanche, en échange d'une convention élargie. Et ça se défend -on peut donc aussi voter "oui" au contre-projet... et même, si l'on privilégie la protection des travailleurs (surtout des travailleuses, en l’occurrence) , le privilégier en cas d'acceptation des deux textes.


  
consommationLe dernier jour de distance d'avec le consumérisme, de retrouvaille avec des personnes et non plus des marchandises...

En novembre 2013, une nouvelle convention collective pour le commerce de détail (alimentaire et non-alimentaire) avait été signée (depuis 2010, on était dans le vide conventionnel). En échange de l'ouverture des magasins le 31 décembre, jour férié à Genève, les grands distributeurs (y compris la Migros et la Coop) et les petits commerçants avaient accepté de fixer le salaire minimum des 18'000 employées et employés de la branche à 3980 francs mensuels, contre 3740 francs précédemment, mais cette augmentation de 240 francs devait se faire progressivement, dans un délai de cinq ans. Les syndicats, qui demandaient une augmentation en une seule fois, avaient donc cédé sur ce point. La plupart (90 %, selon les syndicats) des salariés de la branche n'étaient d'ailleurs pas concernés, puisqu'ils gagnaient déjà en 2013 plus de 4000 francs par mois. Le "hardiscounter" Lidl avait de son côté décidé d'accorder un salaire minimum de 4000 francs dans toute la Suisse, et sur 13 mois (alors qu'à Genève on en était resté à douze mois). Les syndicats ont en outre échoué à faire admettre l'institution d'une structure de contrôle de l'application de la convention collective, alors que le secteur du commerce de détail (à très forte proportion de travailleuses et de travailleurs immigrés ou frontaliers) est l'un de ceux où le dumping salarial est le plus fréquent. C'est de cette situation qu'on peut maintenant sortir.

Le 27 novembre, face à une initiative syndicale (qu'il faut soutenir) qui exclut toute possibilité d'ouverture supplémentaire des magasins le dimanche, le parlement cantonal  a lancé un contre-projet qui accorde trois dimanches d'ouverture en plus du 31 décembre (jour férié à Piogre), mais à la condition qu'une convention collective avec force obligatoire dans toute la branche soit conclue. Et ça se défend -on peut donc aussi voter "oui" au contre-projet... et même, si l'on privilégie la protection des travailleurs (surtout des travailleuses, en l’occurrence) , le privilégier en cas d'acceptation des deux textes.

On soutiendra donc l'initiative, parce que l'élargissement de l'ouverture dominicale des commerces tel que permis par l'ordonnance fédérale est à la fois inutile et néfaste. Inutile, parce qu'à Genève, on a déjà, dans toute la zone urbaine, largement de quoi satisfaire ses besoins, voire ses envies, de consommer le dimanche. Illusoire, parce qu'elle ne renforcera pas le commerce local (et surtout pas le petit commerce) face à la "concurrence française" : ce ne sont pas les heures d'ouverture qui sont la principale motivation des clients transfronaliers, mais les prix -et les prix ne vont pas baisser à Genève parce que les commerces seront plus souvent ouverts le dimanche. Et nuisible, parce qu'elle met à mal le dernier jour de "repos du consommateur", de distance d'avec le consumérisme, de retrouvaille avec des personnes (la famille, les amis...) et non plus des marchandises. Et on soutiendra aussi le contre-projet, parce qu'en imposant une convention collective avec force obligatoire dans tout le secteur du commerce de détail, elle fait faire un grand pas dans la défense des droits des travailleurs.
Et des pas dans la défense des droits des travailleurs, en ce moment, on en a bien besoin. Des grands pas, et même des petits pas.

18:13 Publié dans Commerce, Genève, syndicats, Travail, votations | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : consommation | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je n'arrive pas à comprendre ce combat de la gauche à notre époque.
Avec les taux de chômage qui ne semblent pas se compresser je connais nombre de gens qui seraient ravis de pouvoir bosser le dimanche.
Vous semblez savoir mieux que les patrons ce qui est bon pour eux et vous faites donc leur bien malgré eux en leur rappelant que la manoeuvre ne sera pas rentable.
Quant au consumérisme, là aussi vous voudriez éduquer, seulement voilà, ça ne marche pas vraiment comme ça. Chacun reste libre de ses priorités et si une d'elles c'est de pouvoir continuer à avoir tout, tout de suite à n'importe quel moment, je doute que votre prêche touche.
Alors laissons la liberté à une entreprise qui le souhaite d'ouvrir le dimanche en permettant d'embaucher du personnel à des tarifs horaires majorés.

Écrit par : PIerre Jenni | vendredi, 11 novembre 2016

Les élus de gauche refusent de voir les commerces ouverts le dimanche à Genève mais alors pourquoi on les croisent sur les marchés de Divonne, Ferney-Voltaire ou Collonges/Salève chaque samedi ou dimanche?

Écrit par : Miloslav Leku | samedi, 12 novembre 2016

Les élus de gauche ne refusent nullement de voir les marchés genevois ouverts le dimanche comme les marchés français (allez à Plainpalais le dimanche, vous en retrouverez une palanquée). Quant aux commerces (et pas aux marchés), nous sommes favorables à ce qu'ils ouvrent trois dimanches de plus par année. A condition de traiter correctement leur personnel (d'où l'exigence d'une convention collective)... Un problème ?

Écrit par : Pascal Holenweg | dimanche, 13 novembre 2016

Ils sont sur le marché de Plainpalais ? Cela doit être grâce aux futures votations !!

Écrit par : Miloslav Leku | mercredi, 23 novembre 2016

Les commentaires sont fermés.