lundi, 29 février 2016

Refus de l'initiative UDC : Hourrah ? plutôt Ouf...

mouton noir.jpgVainqueurs ? Non : seulement soulagés...

Le rejet, d'une ampleur surprenante, de l'initiative udéciste de "mise en oeuvre" de l'initiative udéciste sur l'expulsion des "criminels étrangers", au terme d'une campagne qui aura mobilisé contre elle toute la gauche politique et toute la droite démocratique, les syndicats et le patronat, les juges, les procureurs et les avocats, les églises et les organisations de défense des droits humains, ce rejet nous soulage, mais peut difficilement passer pour une victoire de la Suisse "ouverte, solidaire et démocratique" dont nous voulons être. Tout au plus avons-nous évité une défaite supplémentaire de cette Suisse-là. Parce que si la délirante initiative de l'UDC a été repoussée, c'est en ayant tout de même été acceptée par une proportion de votantes et de votants (40 %) largement supérieure à l'électorat de l'UDC et de ses satellites cantonaux (dont la Lega et le MCG) et de ce qu'aurait mérité ce texte, et c'est aussi en laissant derrière elle s'appliquer désormais une réforme du code pénal qu'en d'autres temps nous aurions combattue avec la même énergie que celle que nous avons mise à combattre la soi-disant initiative de "mise en oeuvre"... qui ne mettait en oeuvre, une nouvelle fois, que l'obsession xénophobe de ses géniteurs.



 
 
Peut-on dire d'une bataille qu'on l'a gagnée, simplement parce qu'on ne l'a pas perdue ?

Peut-on dire d'une bataille qu'on la gagnée, simplement parce qu'on ne l'a pas perdue ? Et qu'on l'a gagnée parce que dans le camp d'en face, une partie de la troupe a commencé à se lasser d'une offensive permanente ? Pour éviter le pire sans pour autant éviter de régresser (comme nous y contraint la révision du code pénal dans la foulée de la précédente initiative UDC) il aura donc fallu que se constitue, contre l'UDC et son texte, une coalition formidable de tout ce qui n'est pas l'UDC et ses succédanés locaux. Il aura fallu l'argent du patronat, l'engagement des milieux judiciaires, la mobilisation des universitaires, et une alliance politique, au moins implicite, allant de la "gauche de la gauche" au PBD en passant par le PLR, pour qu'une proposition émanant d'un parti qui pèse 30 % des suffrages ne passe pas la barre des 50 % de votants -en craignant d'ailleurs de ne pouvoir empêcher qu'elle soit acceptée par une majorité de cantons. En fait, c'est la mobilisation de la droite démocratique qui a fait basculer le vote : elle avait roupillé face à la première initiative (celle que l'UDC prétendait "mettre en oeuvre"), elle s'est réveillée à temps pour concourir à repousser la seconde.
La xénophobie a-t-elle subi une défaite hier en Suisse ? A-t-elle reculé ? On aimerait bien clamer que "oui". On se doute que non. Et que l'initiative udéciste n'a finalement été repoussée que parce que c'était "l'initiative de trop", et qu'elle était particulièrement mal foutue. Mais pas parce qu'elle était xénophobe : elle s'inscrivait logiquement et parfaitement dans les obsessions tribales de l'UDC : elle s'en prenait aux criminels "étrangers", pas aux criminels. Pas à nos criminels à nous, nos criminels indigènes.

Un code pénal durci contre les "étrangers criminels" (et eux seuls) va donc entrer en vigueur. ll est la véritable "mise en oeuvre" de la première initiative udéciste : il en émane, et quoi qu'ait pu en dire les auteurs de la seconde initiative, il concrétise la précédente et lui est fidèle. Il n'en diffère essentiellement qu'en maintenant une certaine liberté d'appréciation des juges (tout en la réduisant par rapport à la pratique antérieure), et en laissant le droit international s'imposer au droit national si les décisions prises conformément à celui-ci entrent en contradiction avec les textes fondamentaux de celui-là : Heureusement, il y a les "juges étrangers" (dont certains cependant sont suisses...) qu'abhorre l'UDC : ils ont pu à plusieurs reprises mettre le holà aux pulsions vindicatives d'administrations, voire de tribunaux, helvétiques et ils resteront un recours contre l'arbitraire.
Du moins si une même mobilisation que celle qui a permis de repousser l'initiative de "mise en oeuvre" se fasse, pour réserver à une autre initiative de l'UDC, celle sur la "primauté du droit national", le même sort.

Hier, nous avons ouvert une poubelle politique : contiunons à la remplir. 

 

17:27 Publié dans Immigration, Justice, votations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : udc, xénophobie | |  Facebook | | | |

Commentaires

Excellent et réaliste cependant n'oublions pas l'adage, jamais deux sans trois !
On entend souvent en tous cas chez nous ,ils vont revenir jusqu'à ce que le peuple dise oui tandis qu'ailleurs on entend ces politiciens sont de vrais enfant gâtés /oui car pourris c'est pas très poli / qui ont sans doute été capables de tenir tête à leur parents jusqu'à ce que ces derniers à bouts de nerfs cèdent enfin à leurs caprices
Très belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | mardi, 01 mars 2016

Les commentaires sont fermés.