lundi, 22 février 2016

Votations du 28 février : ça sera trop injuuuuuste ! Forcément...

calimero.jpgIl y a une règle, commune à tous les scrutins référendaires comme celui de dimanche prochain : on ne les perd jamais de sa faute, on les perd toujours parce qu'en face, ils sont trop gros, trop riches, trop malhonnêtes, trop nombreux, trop méchants, trop menteurs. On est jamais défait que par un complot, un mensonge, une injustice. Par une Sainte Ligue, un Front Uni, une alliance contre-nature, la coalition des media, face à quoi on est les petits, les sans-grade. A l'inverse, d'ailleurs, quand on gagne, c'est comme David  contre Goliath : contre toute logique, on a terrassé la Bête (aux noms changeants : le complot judéo-maçonnique, l'Internationale moscoutaire, la menace islamique, le néo-libéralisme). Parce qu'on est dans le camp du Vrai, du Beau, du Juste et du Bien. Par définition. Ainsi pourrait-on se doter d'un générateur automatique de communiqués d'après-votations. Pas très compliqué à concevoir : les discours sont rodés, les discoureurs aussi. Nous y compris.


Successus improborum plures allicit

La règle est simple, et d'évidence : si on perd, c'est injuste, et quand on gagne, ce n'est que justice. Sur quoi, on brode. Ainsi, des deux objets qui ont  fait le plus débat dans notre république de bout de lac : son musée d'art et d'histoire, et l'initiative udéciste de mise en oeuvre (dit-elle) de l'initiative udéciste précédente. 
Après le vote sur le MAH les perdants, quels qu'ils soient, dénonceront les "mensonges" et les attaques du front des gagnants, quels qu'ils soient. Si c'est "non", comme il est probable, les partisans du "oui" dénonceront l'alliance de la gauche de la gauche et de la moitié des Verts avec l'UDC, et celle des défenseurs du patrimoine avec "Tout l'Immobilier". Si c'est "oui", les partisans du "non" qui dénonceront le barrage médiatique et l'alliance du PS et de l'autre moitié des Verts avec l'Entente et le MCG. Et chaque camp suggèrera que l'autre a gagné grâce à la fortune de tel ou tel de ses sponsors, et on se renverra Gandur et Barbier-Muller à la figure.


Après le vote sur l'initiative UDC, mêmes postures : Si elle est refusée (et il importe qu'elle le soit), l'UDC et ses satellites la joueront "seuls contre tous" dénonceront la Sainte-Alliance de tous les autres partis et de tous les media. Et si elle est acceptée (hypothèse funeste pour la démocratie elle-même transformée en "dictature de l'opinion"), notre camp (celui du "non") dénoncera la démagogie, la vulgarité, les mensonges et les ressources de l'UDC.


On ne prend donc pas grand risque à prédire ainsi les discours des vaincus de dimanche prochain sur ces deux objets, particulièrement disputés depuis des semaines. Et on n'en prend pas beaucoup plus en prédisant les réactions des perdants du vote sur le "deuxième tube" routier du Gothard... Pour faire court, on s'en tiendra à l'hypothèse d'un refus (pour connaître les réactions des opposants à ce projets, vous n'aurez qu'à lire les nôtres, on fera un effort pour rester dans la rhétorique convenue du "c'est pas notre faute si on n'a perdu, c'est que les autres étaient trop forts, qu'ils avaient trop d'argent et qu'ils ont trompé le peuple").  Nous sommes le 28 février dans l'après-midi, le résultat tombe, c'est "non" au "deuxième tube". L'écho de cette annonce ne s'est pas dissipé que les partisans du projet refusé se répandent déjà dans tous les media pour pleurer sur les malheureux Tessinois désormais coupés de la Suisse (en oubliant que de toute façon, le tunnel routier existant sera refait, et qu'un nouveau tunnel ferroviaire sera inauguré à la fin de l'année), sur l'égoïsme des Romands et des Alémaniques (en oubliant que nombre de Tessinois ont voté contre le projet), l'irresponsabilité des écologistes, le dogmatisme des socialistes. On entendra dénoncer les "plans B" illusoires proposés par les opposants (alors même que le Conseil fédéral était prêt à en soutenir un), l'entrave à la libre-circulation des marchandises (alors qu'elles pourront prendre le train, comme les personnes -que les partisans d'extrême-droite du "deuxième tube" ne veulent d'ailleurs pas laisser librement circuler). Et on entendra résumer tout cela par l'habituel, et fort oécuménique (puisque nous nous y recourons aussi à notre heure) "le peuple a été trompé". Forcément, puisque cela seul peut expliquer qu'il ne fut pas d'accord avec nous.


Car ainsi va la démocratie directe : Nul n'y perd par sa propre faute, tous qui y perdent n'y perdent que par injustice, par la malhonnêteté, les mensonges ou les ressources financières des adversaires. Et tous qui gagnent n'y gagnent, bien entendu, que par leurs propres mérites.
C'est d'ailleurs bien ce que nous nous souhaitons : ne sommes-nous pas dans le camp du bon et du juste, et dans le sens de l'histoire ?

16:20 Publié dans Politique, votations | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.