jeudi, 11 février 2016

"Deuxième tube" au Gothard : On peut s'en passer !

Gothard  Quel que soit le résultat du vote du 18 février, le tunnel routier du Gothard sera rénové. Parce qu'il doit l'être, en raison de son ancienneté Mais sera-t-il rénové pour 3 milliards en favorisant le trafic routier que la Suisse, ses lois et sa constitution, proclament vouloir réduire au profit du rail, ou pour la moitié de ce coût (1,4 milliards) en confirmant la priorité au rail ? Le tunnel doit être refait, mais il peut l'être sans que son doublement soit accepté, et sans que le flux de transport qui l'utilise actuellement soit interrompu : il peut être chargé en partie sur le rail (le tunnel de base du Gothard sera mis en service cette année : c'est le plus long tunnel ferroviaire d'Europe...), et passer pour une autre partie par les cols et les tunnels du Simplon et du San Bernardino... en respectant des mandats populaires réitérés en votations : celui de l'Initiative des Alpes, celui des Nouvelles transversales ferroviaires alpines, celui des refus successifs par les Uranais et les Tessinois de l'augmentation du trafic routier à travers leurs cantons...


 La traversée du lac de Genève, entubée sous le Gothard

Le résultat de la votation sur le "deuxième tube" routier du Gothard serait-il, pour les partisans de ce projet, si incertain qu'il se sentent tenus de dire n'importe quoi pour justifier l'investissement qu'ils sollicitent du peuple ? On  sait bien le poids symbolique du Gothard pour la Suisse, mais quand on lit dans le "tous ménages" romand des partisans du projet ce slogan : "oui à la Suisse, oui au Gothard", faut-il comprendre que les opposants au projet disent "non à la Suisse" ? raisonnement typiquement udéciste (nous sommes les vrais Suisses, ceux qui ne sont pas d'accord avec nous sont donc de faux Suisses, ou des étrangers), partagé sur l'objet du vote tunnelier par toute la droite (Verts libéeraus exceptés).
D'autres perles pendent à ce collier de campagne : Le Tessin, coupé de la Suisse en cas de "non" ? C'est une plaisanterie : non seulement le Tessin n'a jamais été coupé de la Suisse depuis que celle-ci existe (sans quoi il n'aurait pas été envahi par les Waldstaetten), mais ni le tunnel ferroviaire ni le col routier du Gothard, ni les tunnels et cols du Simplon et du San Bernardino ne vont être fermés pour réfection lorsque le tunnel routier du Gothard le sera...
La capacité routière du tunnel n'augmentera pas lorsque le "deuxième tube" sera en service ? Mais où a-t-on vu un tunnel doublé pour ne pas absorber de trafic supplémentaire ? Certes, la loi actuelle ne prévoit l'exploitation que d'une seule voie par direction, et même la constitution impose de ne pas augmenter le trafic routier à travers les Alpes, mais la loi se modifie (il y a déjà une majorité au parlement fédéral pour le faire), et si besoin est, la constitution aussi...
Le tunnel est au maximum de sa capacité ? Il y passe bien 17'000 véhicules par jour dans le tunnel du Gothard, mais il en passe six fois plus sur l'autoroute Genève-Lausanne, à Renens ou à Versoix... et quatre fois plus sur le pont du Mont-Blanc, à Genève...
La dépense de trois milliards pour le "deuxième tube" ne réduira pas les ressources affectées à d'autres ouvrages routiers, notamment en Romandie ? Et où diable une Confédération qui accumule les "plans d'économies", les restrictions budgétaires, les corsets d'investissements, les freins au déficit et les réductions de dépenses, prendra-t-elle les crédits nécessaires pour faire tout ce qu'elle envisage de faire ? Dans la poche de qui ? Des transporteurs routiers ? On plaisante, là...
Oui, on plaisante. Et on a raison de plaisanter, quand on voit, à Genève, nombre de partisans d'une traversée routière du lac, impossible à réaliser sans financement fédéral, plaider pour que les ressources nécessaires à ce financement fédéral (d'ailleurs fort improbable) soient entubées sous le Gothard.
On fait même plus que plaisanter, d'ailleurs : on ricane, carrément...
Faut dire qu'on a assez mauvais esprit.

18:32 Publié dans Politique, Transports, votations | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : gothard | |  Facebook | | | |

Commentaires

Un de plus qui cause sans s'être vraiment rencardé, ça devient pénible.
Bon, dans votre cas on peut comprendre, vous semblez vivre en autarcie. Jamais un commentaire sur le blog d'un autre, rarement une réponse à un intervention... Monsieur sait. Il a besoin de dire des choses et après lui le déluge.
Et puisque je vous aime bien malgré moi, je fais l'effort de vous déniaiser la moindre sur ce coup.
http://mobilite.blog.tdg.ch/archive/2016/02/11/au-gothard-une-variante-apolitique-273998.html

Écrit par : Pierre Jenni | jeudi, 11 février 2016

Vous avez parfaitement raison: dépenser 3 milliards au Gothard, c'est idiot. Je propose de réduire de moitié la facture, en ayant recours au tunnel ferroviaire construit par le Genevois Louis Favre en 1880, qui n'a depuis lors jamais été agrandi. Monsieur Jenni indique où trouver le mode d'emploi, qui n'est pas loin.

Écrit par : weibel | jeudi, 11 février 2016

Le débat n'est pas 3 mrds ou rien c'est que faire avec plusieurs mrds au Gothard !
La rénovation va coûter cher, la solution pour permettre au trafic de passer aussi.Et franchement sacrifier les terres uranaises pour y construire les installations de chargement/déchargement des véhicules est aussi ridicule. Sans parler de l'évidence sécuritaire : selon les nouvelles normes un tel tunnel à un tube serait impossible à construire aujourd'hui. Alors, oui, ça coûte cher mais la seule réponse logique, sécuritaire et durable c'est d'avoir un deuxième tube, moderne , aux normes actuelles
p.s. @ weibel : faire passer deux voies de circulation automobiles dans la partie hélicoïdale de tunnel, vous êtes sérieux ?

Écrit par : uranus2011 | vendredi, 12 février 2016

L'autoroute du Gothard, décrite du Nord vers le Sud, commence à Erstfeld, monte à Göschenen avec de nombreux virages, traverse la montagne par le tunnel routier qu'il faut moderniser, en ressort à Airolo, puis redescend jusqu'à Biasca avec de nombreux virages. Tout le tracé ainsi décrit est à 4 pistes, sauf le tunnel entre Göschenen et Airolo, qui n'en compte que deux.

La ligne ferroviaire historique, construite en 1880, commence à Erstfeld, monte à Göschenen avec de nombreux virages, lacets, courts tunnels, dont un hélicoïdal, puis traverse la montagne en droite ligne, par le tunnel construit par Louis Favre (c'est le seul dont il s'est occupé), en ressort à Airolo, puis redescend jusqu'à Biasca, avec de nombreux virages et des tunnels, dont quatre hélicoïdaux.

A Airolo et à Göschenen, les portails du tunnel autoroutier et du tunnel ferroviaire consteruit par Louis Favre sont très voisins. Je propose de transformer le tunnel de Louis Favre en second tube autoroutier, parfaitement rectiligne.

Écrit par : weibel | vendredi, 12 février 2016

@ Weibel: merci.

Écrit par : divergente | vendredi, 12 février 2016

Les commentaires sont fermés.