lundi, 30 novembre 2015

Succession d'Eveline Widmer-Schlumpf au Conseil fédéral : On s'en tamponne (un peu) !

Autant vous l'avouer  : savoir lequel sera élu des trois candidats de l'UDC à la succession d'Eveline Widmer-Schlumpf, le Romand, l'Alémanique (qui a adhéré à l'UDC parce qu'"en Suisse centrale, le PDC a tendance à glisser à gauche") ou le Tessinois (pas membre de l'UDC mais de la Lega), on s'en tamponne le botte-cul. Comme de savoir où ira gésir Ueli Maurer. Et on s'en tamponnerait aussi de savoir quel département l'éduciste nouveau prendra (les Finances, l'Armée, la Justice et la police, l'Intérieur), si d'aucun-e-s ne caressaient pas l'idée sadique, du point de vue de la défense du droit d'asile, de lui confier la tutelle de la politique d'asile. Ce droit à l'indifférence (relative) que nous prônons, c'est l'avantage que nous offre le système de démocratie "semi-directe" (et donc "semi-parlementaire") : le Conseil fédéral a l'initiative (partielle) des lois et des choix politiques, pas leur maîtrise. Et si le parlement a glissé à droite, avec une majorité UDC-PLR au Conseil national, ce glissement est moins calamiteux qu'on pouvait le craindre, avec une majorité PS-PDC au Conseil des Etats... et des majorités populaires et cantonales que l'on peut construire, surtout s'agissant de la politique sociale, contre des décisions parlementaires.

Lire la suite

16:29 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : conseil fédéral, udc | |  Facebook | | | |

vendredi, 27 novembre 2015

Grèves à Genève : La DMEDD reprend le travail...

manif-droite.jpg

"Il faut savoir terminer une grève" (Maurice Thorez). Ou la reprendre (la fonction publique genevoise) 
   
Cela fait bien trois mois que nous (la gauche) sommes prêts à étudier le projet de budget 2016 de la Ville de Genève, et qu'on attend que la DMEDD (Droite municipale élargie, distendue et dilatée) se déclare prête, elle aussi, à faire son boulot et à nous laisser faire le nôtre. Et ouf ! ça y'est : la DMEDD a accepté d'entrer en matière sur le projet de budget. On peut commencer à bosser. Ou plutôt : les membres de la commission des finances du Conseil municipal peuvent commencer. Quant à ceux des autres commissions, dites "spécialisées", ils devront s'organiser eux-mêmes, entre eux : le projet n'est pas renvoyé à leurs commissions. Pas le temps. Trop de temps perdu à attendre que la DMEDD mette fin à la grève qu'elle avait entamée fin août. Trois mois de grève, dis donc... la fonction publique cantonale peut en prendre de la graine. Nul doute, dès lors, que la droite municipale sera la première à soutenir la reprise de la grève de la fonction publique genevoise. Il y a septante ans, Maurice Thorez lançait aux travailleurs français son fameux "il faut savoir terminer une grève". La droite municipale a mis septante ans à l'apprendre, mais au moins, c'est fait. Et ne soyons pas mauvais joueurs : la droite municipale a du même mouvement, fût-ce sans le vouloir, reconnu la légitimité du droit de grève et celle du droit à la paresse, proclamé il y a bientôt un siècle et demi par le camarade Paul Lafargue, et nous saluons ce ralliement. Non sans rester quelque peu suspicieux : que la droite municipale
ait fini par accepter de faire son travail ne signifie pas encore qu'elle va le faire intelligemment.

Lire la suite

16:44 Publié dans Genève, Politique, syndicats | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grève, budget, fonction publique | |  Facebook | | | |

mercredi, 25 novembre 2015

Large soutien, de partout, à l'Usine : Défendre l'exception

culture1.jpgLa Fédération suisse des salles de concerts et des festivals de musiques actuelles à but non lucratif ("Petzi", dans son acronyme germanique, qui nous renvoie à nos lectures de gamins) a exprimé, comme des milliers de personnes et des dizaines de lieux culturels genevois et suisses (et étrangers) son soutien à l'Usine dans le "bras-de-fer" engagé avec la bureaucratie cantonale. Un soutien apporté en particulier à ses salles de concert, en relevant que "le cadre administratif et légal, notamment au sujet des patentes est inadapté à nos membres dans l'Usine et le plus souvent aux salles de concerts à but non lucratif", dont "l'objectif est d'abord culturel", et dont les subventions et recettes, y compris celles, "secondaires et accessoires" tirées des bars, "servent ce but et aucun autre". Constat d'évidence : L'Usine est une exception culturelle à laquelle on veut appliquer un règlement (le "règlement d'exécution de la loi sur la restauration, le débit de boissons, l'hébergement et le divertissement") dont les 66 articles  prennent 18 pages de la Feuille d'Avis Officielle... Cette exception, de plus, est une survivante : elle est l'héritage des grandes années des squats, de leur brassage social, de leur fonctionnement associatif, autogestionnaire, égalitaire, collectif, rigoureusement incompatible avec les logiques administratives derrière lesquelles l'Etat se réfugie (la Ville, pour sa part, s’accommodant tant que faire se peut de ces logiques "alternatives", et n'y voyant en tout cas pas motif à renoncer de soutenir les lieux où elles sont à l'oeuvre).

Lire la suite

15:33 Publié dans Culture, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

mardi, 24 novembre 2015

Etats d'urgence antiterroristes : No bunker !

Les appels à un renforcement de l'efficacité des services de sécurité, des polices, des armées, des services spéciaux, des services de l'immigration, des garde-frontières, à la fermeture des frontières, à la lutte contre l'immigration, aux restrictions des libertés de déplacement (qu'on se rassure cependant : il ne s'agira jamais que d'entraver la circulation des personnes, pas celle des capitaux) se sont fait assourdissants, depuis les attentats de Paris . Mais à utiliser le seul critère de l'efficacité, sans le soumettre, sans le plier à l'impératif de légitimité, on se condamne à applaudir à l'efficacité de l'opération parisienne du week-end dernier : en deux heures, le groupe auteur de l'opération a tué des dizaines de personnes et traumatisé une bonne part des opinions publiques du monde "développé". Pour se préparer à applaudir à l'efficacité de la traque et du châtiment des coupables, nous faut-il d'abord applaudir à l'efficacité des tueurs pour ensuite nous enfermer dans un bunker ?

Lire la suite

16:46 Publié dans Politique, Sécurité, insécurité, terrorisme | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : antiterrorisme, djihad | |  Facebook | | | |

lundi, 23 novembre 2015

A propos de Staline, de Lénine, de Trotsky et des autres...

Retour sur une défaite

Et si on parlait d'autre chose que de l'islam et de ses dérives ? Si on parlait de nous -ou de qui fut une part de nous, naguère ? Il y a quelques semaines, la télé (France 2) nous gratifiait d'une soirée entière dédiée à Staline, sa vie, son oeuvre, ses crimes. On était dans la vulgarisation, dans le spectacle, le résumé hasardeux, les raccourcis simpliste et les images colorisées... Mais aussi dans un rappel utile, au travers du Petit Père des Peuples, de la plus lourde défaite historique du mouvement socialiste : l'Union Soviétique. Celle de Staline, bien sûr -mais cet arbre qui cache la forêt est un coupable trop idéal pour être le seul : celle de Lénine aussi, et celle de Trotsky. Celle d'une conception de la révolution, du pouvoir, du socialisme qui fut une défaite de la révolution, une captation du pouvoir, une trahison du socialisme. Une défaite plus considérable encore que celles subies face aux fascismes  -après tout, ceux-ci étaient les ennemis du mouvement révolutionnaire, s’avançant et se disant tels et agissant comme tels. Les bolcheviks, eux, se revendiquaient du mouvement révolutionnaire, jusqu’à s’en prétendre les seuls héritiers légitimes. Comme les djihadistes pour l'islam ? Comparaison n'est pas raison, sans doute -mais n'est-ce pas le sommeil de la raison qui engendre ces monstres ?

Lire la suite

15:07 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Facebook | | | |

vendredi, 20 novembre 2015

Petits marchandages Ville-canton : Soldes au Bricoculture

 Un accord, sous forme de "déclaration conjointe", a donc été passé entre le Conseil administratif de la Ville de Genève et le Conseil d'Etat du canton pour une première répartition des compétences et des charges dans le domaine de la politique culturelle. Un accord qui n'engage que les deux exécutifs et qui n'est pas en soi une décision : les parlements cantonal et municipal (mais surtout le premier) devront se prononcer, spécifiquement ou dans le cadre de leurs débats budgétaires respectifs, sur chacun des points de cet accord, chacune des allocations budgétaires qu'il prévoit, chacun des transferts qu'il propose. Et il contient quoi, cet accord ? Les bases d'une réelle politique culturelle commune ? Que non pas : une "shopping liste" au Bricoculture, un grand marchandage à partir de critères imprécis, voire introuvables : la Ville prendrait ainsi en charge le soutien à la création dans les arts de la scène, le canton celui de la politique du livre, la Bibliothèque de Genève, puis à terme, l'art lyrique.  En fonction de quel raisonnement ? Pourquoi ces domaines à ces collectivités, et pas d'autres domaines ? Parce que, comme le suggérait un conseiller municipal UDC, le théâtre serait de gauche et l'opéra de droite ? On peine à comprendre. A moins qu'il n'y ait rien d'autre à comprendre qu'un gage donné au PLR pour sortir la Nouvelle Comédie de l'ornière dans laquelle il l'a embourbée ?

Lire la suite

16:00 Publié dans Culture, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

jeudi, 19 novembre 2015

"La France est en guerre"... mais quelle guerre, contre qui ?


Drôle de guerre...

La France est en guerre", ont proclamé tous les dirigeants politiques français, de gauche et de droite, au pouvoir ou dans l'opposition. "En guerre" contre qui, ou contre quoi ? L'"Etat islamique" (Daech) ? l'islamisme armé ?  l'islamisme radical, l'islamisme, l'islam ? Et dans cette guerre, que vaut l'alliance avec les pétromonarchies du Golfe qui soutiennent l'islamisme sunnite, mais avec qui la France, "en guerre" contre l'islamisme armé, fait des affaires et à qui elle vend armes et avions ? "Qu'est-ce qu'une guerre ? C'est quand des pauvres qui ne se connaissent pas se massacrent pour des riches qui se connaissent et ne se massacrent pas", écrivaient les socialistes libertaires français en août 1914, à propos des guerres entre Etats... On n'en est plus là. Enfin plus tout à fait. Ce n'est pas qu'on soit foncièrement non-violents, ni obstinément pacifistes (contre la "bête immonde", quelle autre solution que l'écraser ?). mais on aime bien savoir contre qui et quoi une guerre se mène, quand, même si on n'est pas français, on est conviés à la soutenir comme étant aussi la nôtre...

Lire la suite

16:45 Publié dans Droits de l'Homme, France, Politique, terrorisme | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : daech, djihadisme, guerre | |  Facebook | | | |

mercredi, 18 novembre 2015

Hosannah ! La droite municipale genevoise consent à faire son boulot budgétaire

(Petite respiration locale après le massacre) 

Hosannah ! Alleluia ! Deo Gratias ! Les zélus et zélues de la droite municipale genevoise semblent prêts à faire leur boulot d'élues et d'élus, et même, qui l'eût cru, leur boulot d'élues et d'élus de droite : étudier le projet de budget de la Ville, en débattre, l'amender, voter pour ou contre -bref, le travail basique demandé aux membres du parlement municipal... C'était le moment : on a déjà perdu deux mois à ne rien pouvoir étudier, ni amender, ni modifier du budget de la Ville de Genève, parce qu'une majorité de bric, de broc et de branques du Conseil Municipal avait refusé en septembre de faire son boulot, et réussi à nous empêcher de faire le nôtre -mais sans pouvoir empêcher le Conseil administratif de faire le sien : élaborer un projet de budget, et le soumettre au Conseil Municipal, charge à lui de l'étudier, de l'amender, de le modifier. Et de le voter avec le contenu qu'il lui aura donné. Evidemment, pour donner un contenu à un budget, il faut avoir quelque chose qui ressemble à un programme politique, et pas seulement le mantra que la droite municipale ânonne depuis qu'elle est majoritaire au Conseil Municipal : "faut réduire la voilure et changer de paradigme pour aller de l'avant"...

Lire la suite

14:17 Publié dans austérité, syndicats, gauche, Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ville de genèvem budget | |  Facebook | | | |

mardi, 17 novembre 2015

Et Dieu dans tout ça ?

 

Après les attentats, des prières contre le djihad...
 
On voudrait pas être cyniques, c'est pas du tout notre genre, mais on ne peut pas ne pas faire ce constat déprimant : c'est fou ce que le religieux et l'interreligieux deviennet à la mode après un massacre commis au nom d'une religion. Hier soir, à Genève, il y a avait deux rassemblements de solidarité avec la France : l'un, sur initiatives privées, individuelles, sur la place Neuve, l'autre, sous étiquette du "dialogue interreligieux", dans le Temple de Saint-Pierre. Il y avait bien plus de monde au second qu'au premier. Certes, le "dialogue interreligieux", on le préfère à coups de prières qu'à coups de kalach', mais convoquer les religions après un massacre commis au nom de l'une d'elle, cela relève-t-il de la solidarité ou de la contrition ? Daech n'est pas l'islam. Ni la Sainte Ligue le christianisme catholique. Ni Cromwell la Réforme. Ni le rabbin Kahane le judaïsme. Mais c'est bien au nom de l'islam, de la Sainte église, de la Bible et de la promesse divine -bref, au nom de Dieu, que les uns et les autres sévissent ou sévirent. 

Daech, islamisme, djihad

Massacre de la Saint-Barthélémy


 

Lire la suite

14:08 Publié dans terrorisme | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : daech, islamisme, djihad | |  Facebook | | | |

lundi, 16 novembre 2015

PARIS, 13 novembre 2015 : "NI RIRE NI PLEURER, MAIS COMPRENDRE"

DjihadFN.jpg

Vendredi, nous nous sommes retrouvés dans la situation qui fut déjà la nôtre lors d'un certain 11 septembre, puis en janvier dernier, lors du carnage de "Charlie Hebdo" : celle du voyeur, du spectateur de l'horreur, et dans cette autre situation déjà vécue d'entendre, de sur-entendre, de réentendre, sur toutes les chaînes de télé et de radio, les mêmes "commentaires", souvent par les mêmes "commentateurs" meublant le temps entre les images en scandant le spectacle de l'épouvante par l'exorcisme du monstre tapi dans l'ombre syrienne, irakienne... ou banlieusarde. Chacun est aujourd'hui sommé de dire quelque chose, même si cela a déjà été dit cinquante fois; chaque acteur politique ou social, si modeste soit-il, est tenu  de réagir, même si sa réaction est sans autre contenu que toutes les réactions qui l'ont précédée. Et celui qui ne dit rien, parce qu'il n'a rien de neuf à dire, parce qu'il préfère se taire plutôt que dire n'importe quoi, ou qu'il n'est pas certain que ce qu'il a à dire ait quelque intérêt, sera suspect d'indifférence, voire de pactiser avec les terroristes. Disons donc ce que nous croyons avoir à dire, en tentant, comme nous y invite Spinoza, de ne "ni rire ni pleurer mais comprendre". Et d'abord, comprendre à qui, et à quoi, nous avons affaire.

Lire la suite

17:14 Publié dans France, Monde | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : terrorisme, attentats, paris, djihad, daech | |  Facebook | | | |

jeudi, 12 novembre 2015

Grèves de la fonction publique et de la construction : Belles couleurs genevoises d'automne

grève, fonction publiqueLes couleurs de cet automne sont belles, à Genève  : Le mouvement est considérable, quantitativement, par le nombre des grévistes et des manifestants, et qualitativement, par leur détermination et par la rencontre des travailleurs de la fonction publique et de ceux de la construction. La grève de la fonction publique genevoise, entamée mardi, poursuivie mercredi, reconduite aujourd'hui, est un indéniable succès, qu'on le mesure par le pourcentage de grévistes, le nombre de manifestants (10'000 mardi, autant mercredi)... les commentaires furieux, et souvent insultants, déféqués sur les réseaux sociaux... alors même que cette grève, est moins une grève pour la défense de droits acquis par et pour le personnel des services publics qu'une grève pour le maintien des prestations à la population, de leur qualité et de leur accessibilité -autrement dit : une grève pour les habitantes et les habitants de Genève, y compris celles et ceux qui conchient la grève et les grévistes.

Lire la suite

13:33 Publié dans Genève, Politique, syndicats | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : grève, fonction publique | |  Facebook | | | |

mercredi, 11 novembre 2015

Démolition du cinéma "Le Plaza" ? On ne lâche rien !

salle Plaza.JPG



Nous avions appris par la presse que le Conseil administratif de la Ville de Genève avait renoncé à faire recours contre la décision du canton d'autoriser la démolition du cinéma Le Plaza, alors même qu'il avait émis un préavis négatif -sur lequel le canton s'était assis- à la demande d'autorisation de la démolition, eu égard aux qualités de cette salle, à sa valeur architecturale, patrimoniale et culturelle. Or une motion et une pétition demandant précisément à la Ville de s'opposer à cette démolition, sont à l'examen à la commission des pétitions et à la Carts. N'aurait-il pas été, de la part du Conseil administratif  politiquement élégant, plutôt que préjuger cet examen par les commissions municipales, de faire recours contre l'autorisation de démolir, dans l'attente d'un vote du plénum, quitte à retirer ce recours si le plénum ne suivait pas les demandes de la pétition et de la motion ? Poser la question,  c'est (un peu) déjà y répondre. Et pour mieux y répondre encore, cinq recours ont été déposés lundi contre l'autorisation de démolir le Plaza. Parce que quand les zautorités baissent les bras, les citoyens lèvent le poing. Et que les seuls combats perdus d'avance sont ceux qu'on refuse de mener. Non mais.

Lire la suite

13:40 Publié dans Culture, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cinéma, le plaza | |  Facebook | | | |

mardi, 10 novembre 2015

"La Bêtise au front de taureau"

L'Usine

Le conflit entre l'Usine et Supermaudet et ses supplétifs municipaux aura au moins eu un mérite : mobiliser les milieux artistiques et culturels, bien au-delà des "alternatifs" pour la défense non seulement d'un lieu culturel mais de tous les espaces culturels, y compris les institutionnels, contre  la "bêtise à front de taureau" bureaucratique. Et s'il fallait trouver une vertu à ce conflit  (et à tous les autres conflits en gestation dans le champ culturel -y compris à propos d'institutions culturelles, comme la Nouvelle Comédie, voire le Grand Théâtre, ou la répartition des tâches culturelles entre le Canton et les communes) ce serait celle, pédagogique, de matérialiser l'importance d'un rapport de force politique, et de rappeler la nécessité de se battre. Parce que ça roupillait un peu, faut bien le dire, dans le champ culturel genevois, réveillé ces temps à coups de pompe dans le fondement. Alors, si Maudet, ses services et ses supplétifs municipaux peuvent, entre deux inaugurations de prisons, ressusciter une mobilisation de la jeunesse "querelleuse, protestataire et bohème" (comme la décrit, amoureusement, "Le Temps") et secouer le tissu culturel genevois, ils auront, involontairement, bien mérité de la République, de la Commune et de la culture, alternative ou pas. Alors, après Baudelaire, saluons donc, pour sa contribution à la résistance culturelle qu'elle-même nécessite, « l’énorme bêtise. La Bêtise au front de taureau »...

Lire la suite

14:25 Publié dans Culture, Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : l'usine | |  Facebook | | | |

lundi, 09 novembre 2015

Le Conseil des Etats, bastion de la résistance à la droite : Kilukru ?

Bob et Liliane.jpg

On ne va certes pas hurler d'euphorie, mais ça fait du bien par où ça passe (et les sanglots longs de la droite ajoutent encore à notre plaisir coupable) : la très nette réélection du "ticket" de gauche à Genève et du président du PSS à Fribourg, la première place de la socialiste dans le canton de Vaud (mais, hélas, suivie non pas de son colistier Vert, apparemment lâché par une partie de l'électorat socialiste, mais d'un candidat PLR que l'UDC ne concurrençait pas), les bouillons udécistes (et èmecégiste) dans les trois cantons romands, ont fait de ce deuxième tour de l'élection du Conseil des Etats une sorte de correction des résultats d'il y a trois semaines, pour le Conseil national -une correction bienvenue, d'autant qu'hier, on était, dans notre calendrier à nous, le 18 Brumaire, et que ce n'était pas le jour idéal pour des succès de la gauche. Le Conseil des Etats, naguère honni de la gauche, devenu bastion de la résistance à la droite : Kilukru ?

Lire la suite

14:28 Publié dans élections, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

mercredi, 04 novembre 2015

2e tour de l'élection du Conseil des Etats : C'est pas le moment de mollir

Il va peut-être se passer quelque chose d'assez paradoxal, politiquement, après les deuxièmes tours de l'élection du Conseil des Etats : cette Chambre, naguère conspuée par la gauche (qui peinait à s'y installer, du fait du scrutin majoritaire -voire même parlementaire, dans certains cantons), va se transformer en bastion de résistance à la droite de la droite, l'UDC ayant aujourd'hui les mêmes difficultés à y faire élire ses candidats que le PS et les Verts il y a vingt ou trente ans. Le glissement à droite du Conseil National, on le sait, ne se produira pas, en tout cas pas dans les mêmes proportions, voire pas du tout, au Conseil des Etats. Du coup, on n'en réclame plus la suppression, la relégation en une Chambre de deuxième ordre, ou la transformation : non, on va pouvoir s'appuyer dessus pour freiner l'UDC et le PLR, majoritaires (de peu, et ensemble, mais majoritaires tout de même) au Conseil National. Mais en attendant que cette perspective se traduise dans les faits, il nous reste une chose à faire, si on ne l'a pas déjà faite : voter. A gauche, et seulement à gauche. A Genève, il vous reste deux jours pour envoyer votre bulletin par la poste. Et le dimanche matin pour le glisser vous-même dans l'urne. Et c'est pas le moment de mollir.

 

conseil des etats

 

Lire la suite

05:23 Publié dans élections, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conseil des etats | |  Facebook | | | |

mardi, 03 novembre 2015

Elections turques : la victoire du pompier pyromane

Des urnes pleines de peur

Nos copains turcs (il est vrai qu'ils sont presque tous Kurdes) faisaient plus que grise mine, hier. Ils étaient abasourdis, comme assommés par le résultat des élections législatives anticipées convoquées fin août par le Président-Sultan Erdogan, tout seul, comme un grand -mais "si Dieu le veut" tout de même. Dieu, et lui : la constitution turque prévoit, en cas d'échec du principal parti à former un gouvernement, la transmission de cette tâche, au principal parti d'opposition, le Parti républicain du peuple (social-démocrate et kémaliste), mais le Sultan n'a que faire de la constitution : il a donc décidé tout seul de dissoudre le parlement né des élections précédentes lors desquelles son parti n'avait pas obtenu de majorité absolue, et d'organiser de nouvelles élections avec, précisément, pour objectif d'obtenir cette majorité absolue. Et il l'a obtenue, alors que peu nombreux étaient les observateurs qui le prédisaient. Il l'a obtenue dans un climat de violence et de peur dénoncé par les observateurs internationaux, qui ont fait état de nombreuses attaques contre les candidates et les candidats, les partisans et les locaux du parti de gauche HDP, dont la base est majoritairement kurde. Qui veut la fin veut les moyens est aussi un proverbe ottoman. Le Président-Sultan, en tout cas, l'applique depuis 13 ans.    

Lire la suite

16:14 Publié dans élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : erdogan, akp, turquie, kurdistan | |  Facebook | | | |

lundi, 02 novembre 2015

Initiative contre le voile ("islamique" ou non) : Un débat pourri s'annonce...

Il y a un peu plus d'un mois, le "comité d'Egerkinden", qui avait déjà lancé et fait aboutir la burlesque initiative d'interdiction des minarets, a annoncé le lancement d'une initiative "pour l'interdiction de se voiler le visage", intitulé qui lui-même est le voile d'une interdiction du "voile islamique",. Une initiative sans enjeu réel, mais à fort enjeu symbolique, et bien portée par le courant à la fois xénophobe et islamophobe qui irrigue les extrêmes-droites de toute l'Europe, sans pour autant que l'on puisse l'y réduire (sauf à considérer que toute dénonciation de l'intégrisme musulman -puisque c'est celui-là qui est en cause, les intégrismes chrétiens, par exemple, ne semblant pas poser de problème- serait à ranger dans le tiroir "extrême-droite" de nos catégories politiques), même si l'essentiel de ses soutiens, elle les trouve à la droite de la droite. L'initiative aboutira donc certainement. Et on aura donc à se prononcer en votation populaire sur son contenu. Et cela présage d'un débat parfaitement pourri sur un texte qui prend bien garde de voiler ses propres intentions et dont les promoteurs assurent eux-mêmes qu'il ne sera pas applicables à celles qui, voilées de pied en cap, ont assez de pognon à dépenser dans les boutiques de luxe (ou les Fêtes de Genève...) pour pouvoir échapper à la proscription de leur "voile islamique", étrangement indifférent aux islamophobe dès lors qu'il empaquette de riches touristes.

 

voile islamique

 

Lire la suite

14:58 Publié dans Droits de l'Homme, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : voile islamique | |  Facebook | | | |