mercredi, 30 septembre 2015

Arrêter le sabre de nos bons amis et clients saoudiens : Pour sauver Ali...

 

Arabie Saoudite, peine de mort

 

L’Arabie Saoudite, qui depuis le début de l'année a déjà exécuté a déjà exécuté plus de 100 personnes, soit une personne tous les 2 jours, soit plus que les abrutis de Daech, s’apprête à décapiter un jeune homme de 21 ans avant de crucifier son cadavre et de l’exposer en public. Et l'Arabie Saoudite préside désormais le comité de l’ONU en charge des nominations de rapporteurs spéciaux et d’experts indépendants clefs, dans le domaine des droits de l'Homme (et de la Femme). Une pétition, c'est peu de choses, et la signer, peu d'engagement, mais c'est au moins dire, avec des milliers d'autres personnes, que nos Etats ont des alliés aussi infréquentables que les fous furieux contre lesquels une coalition est paraît-il en train de se montrer, et dire aussi qu'il y a des limites au cynisme de la raison d'Etat, s'il n'y en a guère à la schizophrénie consistant à se poser en adversaires du délire djihadiste tout en acceptant à peu près tout d'un régime, celui de l'Arabie Saoudite, qui ne diffère des délirants de Daech que parce qu'il est à la tête d'un Etat prodigieusement riche en dollars et en pétrole -et en clients de nos hôtels de luxe, de nos courtiers en immobilier haut de gamme pieds dans l'eau du Léman et de nos Fêtes de Genève. Alors, signez là : https://secure.avaaz.org/fr/stop_saudi_beheadings_loc/?tjXGadb


Ali sera exécuté, sauf si son exécution devait trop coûter à ses bourreaux.

Un Etat féodal, théocratique, totalitaire et corrompu est de nos amis -et des amis de nos amis, et des ennemis de l'un de nos ennemis, tout en finançant quelques autres de nos ennemis. Cet Etat, c'est l’Arabie Saoudite, qui préside désormais le comité de l’ONU en charge des nominations de rapporteurs spéciaux et d’experts indépendants clefs, et s'apprête à décapiter et crucifier un jeune homme de 21 ans, condamné après avoir été torturé alors qu'il était mineur, en violation de la Convention internationale des droits de l'enfant. Le jeune homme que nos bons amis et clients saoudiens veulent décapiter et crucifier, Ali Mohammed al-Nimr a été arrêté à 17 ans alors qu’il participait à des manifestations contre le gouvernement. Ayant avoué sous la torture avoir commis des actes illégaux, il a donc été condamné à mort, mais moins pour ces actes que pour ce qu'il représentait aux yeux de ses tortionnaires, de ses juges et du pouvoir saoudien : il est le neveu d’un dignitaire chiite de premier plan, qui a également été condamné à mort pour son opposition au pouvoir wahabite. 

Ce pouvoir est un bon client de nos Etats -y compris de ceux qui l'ont, comme la France l'a fait, appelé à ne pas exécuter Ali Mohammed al-Nimr (la pétition qu'on vous invite à signer demande également aux États-Unis, à l’Allemagne et au Royaume-Uni de se joindre à cet appel, puisque comme la France ces pays entretiennent des relations étroites avec ce pouvoir). Nos Etats entretiennent des relations aussi nauséabondes qu'étroites avec l’Arabie Saoudite : ils lui vendent des armes (L'Arabie saoudite est "championne du monde des achats d'armements") et des équipements militaires (la Suisse lui en a vendus),  lui achètent du pétrole, et le plus souvent font les deux...  Leur voix peut compter, en raison même de ces liens étroits. Ce ne sont certes pas des scrupules humanistes qui retiendront le sabre du bourreau saoudien : Ali sera exécuté, sauf si son exécution devait trop coûter politiquement et diplomatiquement à ceux qui ont armé ce bourreau.

Signez maintenant pour contribuer, si peu que ce soit, à sauver Ali et pour pour mettre en lumière toute l'amère ironie d'une farce qui voit un Etat piétinant les droits humains présider une instance onusienne vouée à organiser leur défense :
https://secure.avaaz.org/fr/stop_saudi_beheadings_loc/?tjXGadb  

16:29 Publié dans Droits de l'Homme, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arabie saoudite, peine de mort | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.