vendredi, 29 mai 2015

Le "nouveau Musée d'Art et d'Histoire" : l'ancien en mieux, ou autre chose ?

MAH, MAH+, muséesMAH + ? Mais plus de quoi ?

Faire entendre, pendant la campagne référendaire, une réflexion socialiste critique (mais aussi prospective) sur la politique muséale, le contenu du projet, la fonction d'un musée, tout ça : voilà à quoi nous allons nous vouer, héroïquement, ces prochains mois -à une sorte de travail de sape (souterraine, forcément, comme toute sape) des certitudes béates. Et des illusions heureuses : on n'a commencé à réfléchir au projet culturel du nouveau musée qu'une fois que nous l'ayons demandé publiquement, et institutionnellement, par une motion que le Conseil municipal a accepté. Mais n'était-ce pas trop tard ? N'était-ce pas par cela qu'il fallait commencer, plutôt que par cela terminer ? Et si on en est insatisfaits, du projet culturel qui nous sera présenté, comment fera-t-on pour le changer, et combien de temps faudra-t-il pour le changer, et qui serait en charge d'un projet différent de celui que la direction actuelle du musée aura proposé ? cette direction elle-même ? Le MAH, c'est-à-dire sa direction, ne fait pas mystère de son intention  : "la notion d'encyclopédie, qui sous-tend la conception originelle et actuelle du MAH, est aussi la pierre angulaire du futur musée", lit-on dans une première réponse, en janvier 2015, à la motion de la gauche réclamant que le contenu culturel du projet d'extension du musée soit exprimé. Le projet culturel du "futur musée" est donc celui du musée actuel... en un peu plus grand, avec un peu plus de moyens, d'espace et de confort. Or cela ne nous suffit pas... On veut du sens, et pas du sens commun...

Lire la suite

15:45 Publié dans Culture, Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : mah, mah+, musées | |  Facebook | | | |

jeudi, 28 mai 2015

Votation fédérale sur la redevance radio-TV : L'enjeu derrière l'enjeu...

Il n'a l'air de rien, l'enjeu du vote sur la redevance radio/TV, ce 14 juin... mais il est farci d'arrière-pensées, de vieilles rancunes contre le service public de radio et de télévision (ce « repaire de gauchistes »), d'études de marché gardées sous le coude au cas où... D'ailleurs, si la réforme proposée par le Conseil fédéral et la majorité du parlement n'était qu'une adaptation aux changements de comportement des consommateurs de media, pourquoi le bras armé patronal de l'UDC, l'USAM (Union suisse des arts et métiers) se serait-elle fendue d'un référendum ? Il se trouve que cette réforme a aussi pour objectif de maintenir en Suisse un service public médiatique fort, pluraliste et quadrilingue : des radios et des télévisions généralistes. Et que ce service public en soi, et les principes que, tant bien que mal, plus ou moins rigoureusement, il respecte (le pluralisme des opinions politiques et des contenus culturels, par exemple) tiennent depuis toujours de l'hérésie aux yeux et aux oreilles (sensibles) de la droite de la droite. D'où référendum. D'où vote populaire. D'où un enjeu qui dépasse largement celui de la redevance elle-même pour atteindre à  celui de la liberté d'expression...

Lire la suite

15:41 Publié dans Médias, Politique, votations | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

mercredi, 27 mai 2015

Bal politique masqué autour de la "Lex Zacharias" : Faux et usages de faux derches

Le 14 juin, à Genève, on votera sur un projet de modification de la loi sur les démolitions et transformations (LDTR), projet adopté par la droite du Grand Conseil à l'initiative du MCG (et en particulier de son sponsor, le député Zacharias), pour, sous prétexte de favoriser la transformation de bureaux en logements, permettre aux propriétaires fonciers n'arrivant ni à vendre ni à louer leurs bureaux de les fourguer en logements, le temps que le "marché" se reprenne et qu'ils puissent les retransformer en bureaux. Sans doute un peu inquiets du résultat possible du vote, les partisans de cette "lex Zacharias" tentent non seulement de la présenter pour ce qu'elle n'est pas (une loi "favorable au logement"), mais aussi de se présenter eux-mêmes pour le contraire de ce qu'ils sont : un fantomatique "Collectif pour des Logements à Loyers Abordables", une non moins fantomatique "Association Genevoise des Locataires Progressistes" (les majuscules sont d'origine...), sans oublier, première de la cordée des fantômes, cette sous-marque commune du MCG et de la Chambre Immobilière, "Pro Loc", logée par le député Zacharias, présidée par la "verte libérale" Sue Putallaz, et vouée à affaiblir l'Asloca.

Lire la suite

14:59 Publié dans Genève, Logement, Politique, votations | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

mardi, 26 mai 2015

Initiative pour un impôt fédéral sur les successions : La justice en héritage

 

Bandeau successions.jpg

 

Le 14 juin, on votera (entre autres) en Suisse sur une initiative populaire lancée par le parti Evangélique et soutenue par la gauche, proposant l'imposition à 20 % des successions d'une valeur supérieure à 2 millions de francs.  Les recettes ainsi obtenues, évaluées à environ 3 milliards, seraient affectées aux deux tiers (deux milliards) au financement de l'AVS et pour le milliard restant redistribuées aux cantons (dont les caisses, vidées par les cadeaux fiscaux distribués depuis des années, auraient bien besoin de cet apport pour que soient maintenues les prestations à la population). On ne s'étonnera guère de la mobilisation de toute la droite, du PDC à l'UDC (et à Genève au MCG), et de tous les milieux patronaux, contre l'initiative. On ne s'étonnera pas non plus d'entendre les prophètes de malheur reprendre leurs prêches annonciateurs de la grande catastrophe si une initiative fondée sur une revendication « égalitariste » devait être acceptée : cette antienne qui nous berce depuis notre plus tendre enfance politique nous est si familière qu'elle nous manquerait si on ne nous la chantait pas.

Lire la suite

15:11 Publié dans Economie, Fiscalité, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : impôt, héritage, succession | |  Facebook | | | |

vendredi, 22 mai 2015

Projet de rénovation et d'extension du Musée d'Art et d'Histoire de Genève : Le référendum, pour provoquer au débat sur le fond...

escaliers MAH.jpgEn dix votes (six projets d'arrêtés, quatre amendements), le Conseil Municipal de la Ville de Genève a accepté, mercredi soir, le projet de rénovation et d'extension du Musée d'Art & d'Histoire. Les opposants (Verts, UDC, Ensemble à Gauche) ont annoncé le lancement d'un référendum qui, compte tenu de la multiplicité des motivations de leurs oppositions respectives (défense du patrimoine, coût de l'opération, déséquilibre du partenariat public-privé) n'aura aucune peine à aboutir. Le peuple votera donc. Et c'est une excellente chose, non seulement du point de vue démocratique, mais aussi de celui d'un vrai débat public sur l'enjeu culturel du projet. Un enjeu passé totalement au second plan d'un débat décevant, au terme duquel on aura même pu s'offrir le plaisir quelque peu pervers de voter en faveur d'un projet auquel on n'adhère pas, mais qui devait être accepté par le Conseil municipal pour qu'un référendum puisse être lancé (ce que d'ailleurs Sami Kanaan appelait de ses vœux), que le peuple se prononce et qu'un vrai débat s'engage sur ce grand absent des joutes parlementaires : le contenu culturel du projet, le rôle qu'on attend que joue le musée rénové et agrandi. Un référendum pour provoquer au débat sur le fond, ou du bon usage d'un droit politique...

Lire la suite

14:39 Publié dans Culture, Genève, Politique, votations | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : mah, musée d'art et d'histoire, musées | |  Facebook | | | |

mercredi, 20 mai 2015

La Nouvelle Comédie en scène : D'un théâtre à une « fabrique de théâtre »

théâtre,nouvelle comédieDeuxième (après le Musée d'Art et d'Histoire) gros morceau à l'ordre du jour du Conseil Municipal : la Nouvelle Comédie. Un  projet à 98 millions, dont 53 à charge de la Ville et 45 à charge du canton (s'il y consent, ce que le Conseil d'Etat propose, mais ce dont le Grand Conseil disposera, sans que l'on puisse le moins du monde préjuger de ses bonnes ou mauvaises dispositions). Un projet totalement à charge des collectivités publiques, contrairement à celui de rénovation et extension du MAH, dont le financement est fondé sur un « partenariat public-privé ». Et surtout, un projet culturellement bien plus ambitieux que celui du MAH, qui pourtant fait plus de bruit.  Parce que la Nouvelle Comédie, ce n'est pas l'actuelle Comédie en plus grand, c'est une nouvelle institution culturelle. Dont le projet devra, lui aussi, affronter un référendum, venu, de la droite de la droite. Les deux projets devant être adoptés lors de la même session du Conseil Municipal, les deux référendums seront lancés en même temps et, s'ils aboutissent tout deux, soumis au peuple en même temps. Une votation majeure, et périlleuse, s'annonce sur deux projets inégalement séduisants, mais également déterminants pour tout le « paysage culturel » genevois.

Lire la suite

14:03 Publié dans Culture, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : théâtre, nouvelle comédie | |  Facebook | | | |

mardi, 19 mai 2015

Soutenir les derniers cinémas indépendants, pourquoi ?

projecteur pathé baby.jpg

Entre les deux lourdes propositions de crédit pour la rénovation et l'extension du Musée d'Art et d'Histoire, d'une part, la construction de la Nouvelle Comédie, d'autre part, s'est glissée, dans l'ordre du jour du Conseil Municipal de la Ville de Genève, cette semaine (ou le mois prochain), une petite proposition de soutien aux cinémas indépendants de la ville. La commission des Arts & de la culture du Conseil Municipal propose (dans un vote gauche contre droite) de voter en faveur du projet du Conseil administratif de soutenir, par un crédit de 3,460 millions de francs, les travaux de réhabilitation de quatre de ces cinémas indépendants, le Cinélux, le City, le Nord-Sud et les Scala*. Depuis 1972, treize salles de cinéma de quartier ont fermé. Il ne reste en 2015 de réellement indépendants en Ville de Genève que ces quatre cinémas et leurs sept salles (on y ajoutera le Ciné17...), et leur disparition, pour quelque raison que ce soit, serait un considérable appauvrissement de l'offre cinématographique genevoise, de sa diversité et de sa qualité. D'où la proposition du Conseil Administratif, soutenue par la gauche mais que le PLR, l'UDC et le MCG refusent : payer (un peu) pour voir (beaucoup)...


 * On trouvera le rapport de la commission sous http://www.fichier-pdf.fr/2015/05/08/rapport-pr-1113-a/

Lire la suite

15:23 Publié dans Culture, Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : cinéma, salles de cinéma | |  Facebook | | | |

lundi, 18 mai 2015

Rénovation et extension du Musée d'Art & d'Histoire de Genève : Comment jouer un musée au poker

En aboutissant, comme nul ne peut plus nulle part l'ignorer, au Conseil Municipal, de la Ville de Genève, le débat sur la rénovation et l'extension du Musée d'Art et d'Histoire de Genève va-t-il prendre forme politique, ou en rester là  où il vagit depuis des mois ? On le saura d'ici jeudi. En ayant compté, comme lorsque l'on compte des moutons pour s'endormir, le nombre de fois où des élu-e-s inspirés proféreront d'un air conquérant ce sonore truisme des envolées parlementaires : "il faut aller de l'avant ! ". On ira en effet, de l'avant : droit dans le mur d'un référendum périlleux, ou le poujadisme anticulturel, pour qui toute dépense pour une institution culturelle est forcément excessive, le disputera à l'opposition au projet Nouvel-Jucker d'extension du MAH. Que ce projet (ou ce qu'il en reste) succombe ne serait d'ailleurs qu'une péripétie : le plus grave serait que la rénovation du musée, et donc, vu l'état où il est, le musée lui-même, sombre avec lui -sans que jamais ait été vraiment débattu, et jamais véritablement contesté, le projet culturel qui, seul, peut justifier l'investissement demandé pour l'extension du MAH. Or en liant les deux enjeux, la rénovation indispensable et incontestée, et l'extension, certes utile mais contestée, on imposera à  la première le sort que le corps électoral, puisque référendum il y aura, risque fort d'infliger à  la seconde. Le "paquet ficelé" de la rénovation et de l'extension relève d'un jeu de poker politique dont l'enjeu est le musée lui-même...

Lire la suite

14:34 Publié dans Culture, Genève | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : musée, mah | |  Facebook | | | |

mercredi, 13 mai 2015

Le « Paquet Berset » : Va pas faire bon devenir vieux...

Un édito du canard patronal « Entreprise romande » du 16 mai de l'année dernière rêvait tout haut : « Partir à la retraite à 91 ans ? Impensable ? Pas si l'on se fonde sur l'âge de départ à la retraite décidée par le chancelier allemand Otto von Bismarck dans les années 1850, soit 65 ans quand l'espérance de vie était de 59 ans...». On sentait là comme une envie d'une réforme (ou d'une contre-réforme) de l'AVS à côté de laquelle celle que propose le Conseiller fédéral Alain Berset tient de l'eau de mélisse : retraite des femmes à 65 ans (comme les hommes), augmentation de la TVA affectée à l'assainissement de l'AVS, augmentation des cotisations et baisse du taux de conversion (qui détermine les rentes) du « Deuxième Pilier », telles sont les propositions du Conseil fédéral. L'USAM d'un côté (droit), les Femmes Socialistes de l'autre (gauche), s'y opposent -pour des raisons évidemment différentes : le syndicat patronal des PME propose une élévation générale et progressive de l'âge de la retraite des femmes à raison d'un ou deux mois chaque année, puis de tout le monde, pour atteindre 67 ou 68 ans, les Femmes Socialistes s'opposent à toute élévation de l'âge de la retraite des femmes tant qu'elles seront discriminées salarialement.

Lire la suite

14:43 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : retraites, avs, 2ème pilier, prévoyance professionnelle | |  Facebook | | | |

mardi, 12 mai 2015

Elections britanniques : la gauche au nord du mur, la droite au sud...

Mémoires d'Hadrien

Un parti travailliste qui souffre, non sans qu'il y ait quelque justice à l'en faire souffrir, des années de dérives blairistes et de son alignement sur les conservateurs lors du référendum écossais, et un parti conservateur qui triomphe, mais dont la base électorale se concentre de plus en plus dans une partie congrue de la Grande-Bretagne, laissant l'Ecosse, le Pays de Galles, le nord ouvrier et la plupart des grandes villes à l'opposition travailliste ou "séparatiste" écossaise ou galloise : Le Mur d'Hadrien est un mur politique -la gauche au nord du mur (le parti national écossais est le plus à gauche des grands partis en lice), la droite au sud du mur (et même au sud du sud). Et les travaillistes ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes de leur défaite, et de la victoire, non pas conjointe, ni partagée, mais parallèle, de leurs adversaires conservateurs et de leurs concurrents écossais : ils n'ont pas convaincu de leur capacité d'être redevenus une alternative de gauche aux premiers, et ils paient leur opposition aux seconds lors du référendum sur l'indépendance de l'Ecosse, gagné par Londres grâce au Labour. Résultat : le grand vainqueur des élections est le Parti National Ecossais, le Premier ministre conservateur est reconduit dans ses fonctions sans majorité populaire et les chefs des trois partis défaits, les travaillistes, les libéraux et les europhobes, ont rendu leur tablier, chargé de trop de vestes...

Lire la suite

15:24 Publié dans élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ecosse, grande-bretagne, snp, travaillistes, labour | |  Facebook | | | |

lundi, 11 mai 2015

Elections Municipales genevoises, suite et fin : Quand la gauche gagne...

 

ville de genève

Au terme des élections municipales genevoises, on ne va pas bouder notre plaisir : En Ville de Genève, nos quatre candidates et candidats sont réélus, et sortent en tête, devant le candidat (sortant) de l'Entente (qui, déjà, n'avait dû son siège qu'au renoncement des partis de gauche à le lui contester, de sorte que si on avait cette fois présenté cinq candidates et candidats, on les aurait sans doute fait passer les cinq). De plus, dans toutes les villes où la gauche était présente, majoritairement ou non, dans les exécutifs, elle y a au minimum maintenu ses positions, et elle entre dans des exécutifs dont elle essayait depuis vingt, trente ou quarante ans de forcer (démocratiquement) la porte : à Bernex, au Grand Saconnex, à Versoix. Enfin, griotte sur le gâteau, le MCG est dans les choux à Onex (où Gominator perd son siège), dans les cardons à Lancy (où son luminescent président se traîne loin derrière les candidats de gauche) et dans les grobets à Carouge (où son candidat n'obtient pas même 1000 suffrages). Et vous voudriez qu'on cache notre joie ? Ben non : quand la gauche s'unit, elle gagne... A-t-on jamais écrit ici autre chose ?

Lire la suite

16:47 Publié dans élections, Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ville de genève | |  Facebook | | | |

jeudi, 07 mai 2015

Dernier prêche avant les zélections : La Commune, quoi d'autre ?

Avant d'en terminer, dimanche, avec les élections municipales genevoises (et d'en terminer le mieux possible, par l'élection de nos candidates et de nos candidats), on peut s'offrir la respiration de dire en quoi ces élections, et en quoi la commune, nous importent. La Commune est le seul espace politique commun à tous les Etats démocratiques. Elle préexiste aux Etats, elle a formé, partout où la démocratie est née de la société elle-même, le niveau de base des institutions démocratiques –et même là où, comme en France, les communes ont été souvent créées à l’initiative du pouvoir central, elles l’ont été comme des contre-pouvoirs aux seigneuries féodales. En Europe (au sens large), et quelle que soit la structure des Etats (centralisée, décentralisée, fédérale), le niveau communal est de tous les niveaux institutionnels celui qui possède initialement les compétences les plus larges et les mieux garanties. C’est, par cette définition de la commune selon les services qu’elle rend, dire en quoi nous importe la défense de son autonomie, de sa capacité d’action et de sa primauté sur tout autre espace politique.

Lire la suite

15:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : communes | |  Facebook | | | |

mercredi, 06 mai 2015

Liberté d'expression, droit au blasphème : Fourest, sur le fond...

blasphème,liberté d'expression,caroline fourestAu prétexte d'un débat tronqué à la télévision, samedi soir (dans l'émission "on n'est pas couchés" de Laurent Ruquier, sur France 2)  sur le livre de Caroline Fourest "Eloge du blasphème", on revient sur la liberté d'expression, ses limites (si elle en  a), son  caractère fondamental ou instrumental, et son rapport, précisément, à ce "droit au blasphème" que Caroline Fourest (comme d'autres) défend. Le débat, tronqué par l'un des faire-valoir de l'émission, ne fut sans doute ni un grand moment de télévision, ni un exemple de débat de fond, quoiqu'il ait plutôt bien commencé, avant de s'enliser dans le règlement de comptes, et, après s'en être extirpé, se soit plutôt bien terminé. Mais il nous a en tout cas décidé à acheter le bouquin de Caroline Fourest, à le lire et à vous inciter, quoique vous en penserez ensuite, à en faire autant. Parce qu'entre celle qui, en ce moment, risque sa peau (comme l'ont perdue ses copains de "Charlie Hebdo") en défendant et  en explicitant publiquement ce qu'elle écrit, et ceux qui ne risquent guère que leur place (et encore) en tentant de l'en empêcher, ou de détourner l'attention du fond pour la focaliser sur des détails, disons que le niveau de courage et d'engagement est assez inégal...

Lire la suite

14:49 Publié dans Droits de l'Homme, religion | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : blasphème, liberté d'expression, caroline fourest | |  Facebook | | | |

mardi, 05 mai 2015

Elections municipales : promesses en solde, alliances en force et marges en toc

Condensé de postures...

Ces derniers jours de la campagne électorale pour les exécutifs des principales communes genevoises (sauf Vernier, qui y a pourvu dès le premier tour) ont condensé, épuré les postures politiques des droites locales (il va de soi que les postures de la gauche sont d'une clarté si aveuglante qu'il serait superfétatoire d'y ajouter quelque lumière que ce soit). A Onex, toutes les électrices et tous les électeurs ont reçu une lettre désespérée du Conseiller administratif sortant et craignant fort d'être sorti, Eric Stauffer, les suppliant de voter pour lui et leur faisant sept promesses qu'il serait bien en peine de tenir si d'aventure quiconque y prêtait la moindre foi -et si lui-même avait la moindre intention de les tenir. En Ville de Genève, c'est l'Entente PLR-PDC qui s'illustre par la quête désespérée de failles suffisantes dans l'Alternative (qui la devance de dix points au score du premier tour), pour pouvoir espérer combler un retard qui ne pourrait l'être que si un quart de tout l'électorat de gauche se mettait, unanimement, à biffer l'un ou l'autre (mais seulement celui-là ou celle-là) de ses candidat-e-s, sans qu'aucune électrice et aucun électeur de droite ne l'ajoute sur sa liste...

Lire la suite

14:32 Publié dans élections, Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

lundi, 04 mai 2015

Référendum contre un crédit de 20 millions pour une nouvelle caserne : Payer pour une armée qu'on veut abolir ?

Le Groupe pour une Suisse sans armée a lancé un référendum contre la loi ouvrant un crédit d’ouvrage de 20 869 000 F pour la reconstruction d’un bâtiment de stationnement de troupes sur le site de Meyrin-Mategnin  « contribuant à la libération du site des Vernets pour la construction de logements ». La construction de logements étant certes conditionnée par la libération de l'espace occupé par la caserne des Vernets, mais nullement par la construction d'une nouvelle caserne à Meyrin (et de deux places d'armes à Aire-La-Ville). D'autant qu'il nous paraît pour le moins contestable que l'armée suisse ait besoin d'une caserne à Genève, et plus contestable encore que Genève ait besoin d'une caserne pour une armée que la majorité des citoyennes et citoyens actifs de cette République (et de celle du Jura) voulaient abolir, et que le PSS propose toujours d'abolir (« à terme »)... Alors, on fait quoi ? Ben, , cohérents comme nous le sommes, on signe et on fait signer le référendum*, pardi !

*On peut télécharger la feuille de signatures sur http://www.gssa.ch/wp/wp-content/uploads/Formulaire-Référendum-caserne-GSsA.pdf

Lire la suite

14:37 Publié dans Armée, défense nationale, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : caserne des vernets | |  Facebook | | | |

vendredi, 01 mai 2015

Comme d'hab' depuis cinquante ans : A d't'à l'heure, au cortège...

 

PS1er mai.jpg


Tout à l'heure, comme tous les 1er Mai (pardon : tous les 12 Floréal) depuis cinquante ans (pour ce qui, modestement, ne renvoie qu'à notre modeste histoire personnelle), on va défiler* avec les copains. Pas pour la «Fête du travail», ce machin pétainiste bidouillé pour concurrencer notre Premier Mai à nous, mais pour celle des travailleurs. Cette année à Genève, le mot d'ordre, c'est : « Nos emplois, nos salaires, nos retraites: unissons-nous ». Peu importe : c'est la mobilisation qui importe, pas son prétexte. « Nous voulons une Suisse juste, solidaire, sans discrimination et ouverte », proclame l'appel de l'Union Syndicale Suisse pour le 1er Mai. Et ça sonne tout de même un peu mieux, un peu plus fort, que le très défensif mot d'ordre genevois...

Lire la suite

06:14 Publié dans Politique, syndicats | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : premier mai, 1er mai | |  Facebook | | | |