• Toilettes historiques à la turque

    Imprimer

    "Réverbères de la mémoire" et Centenaire du génocide arménien
           
    Il y a deux semaines, au Grand Conseil, on a eu droit, à propos de l'édification dans un parc de la Ville de Genève d'un mémorial du génocide arménien, dont on commémorera le centième anniversaire le 24 avril prochain. à une véritable concours d'applaventrissements successifs : Le Conseil fédéral s'est couché devant le gouvernement turc, le Conseil d'Etat genevois devant le Conseil fédéral et le Grand Conseil devant le Conseil d'Etat. Une motion du PDC, soutenue par la gauche, demandait au Conseil d'Etat de favoriser (au lieu que d'entraver, comme il le fait actuellement) l'édification de ce mémorial. A une voix de majorité (et avec trois abstentions dont on se demande ce qu'elles peuvent bien signifier sur une question pareille), cette motion  a été refusée par le PLR, l'UDC et le MCG. Avec des arguments du genre "la Suisse doit respecter la neutralité sur le territoire de l'ONU" (François Longchamp, courageux conseiller d'Etat PLR) -or le mémorial devait être installé sur un parc de la Ville de Genève, hors du "territoire de l'ONU... Pour le soucieux député PLR Patrick Saudan, le mémorial serait "contreproductif" à la reprise du dialogue entre l'Arménie et la Turquie, pour l’œcuménique député UDC Michel Amaudruz, il ne faut pas "discriminer les souffrances" et pour le carrément faux derche Conseiller d'Etat Longchamp, il faut trouver "une solution cette année encore pour pouvoir commémorer le centenaire du génocide", alors qu'il a tout fait pour empêcher qu'une telle solution se trouve et que cette commémoration soit la plus "consensuelle" possible. Qu'est-ce que cela veut dire, au juste, un "consensus" sur un génocide, avec ceux qui le nient ?

    Lire la suite

  • Pour Ayop Aziz, et tous les autres : Rassemblement ce matin à 9h à la pierre de Plainpalais

    Imprimer

     

    asile, requérants d'asile

    « Un renvoi scandaleux, effectué de façon sournoise et anti-démocratique ! »

    Fin février, les défenseurs des requérants d'asile ont appris que l'Office cantonal de la population et des migrations (OCPM) préparait le renvoi vers l'Espagne d'Ayop Aziz, victime de l'incendie du Foyer des Tattes survenu en novembre dernier, incendie qui avait fait un mort et quarante blessés, dont onze grièvement. Un collectif citoyen, le comité de solidarité avec les sinistrés des Tattes, a déposé début mars une pétition urgente au Conseil d'Etat, lui demandant d'intervenir auprès de Berne pour que le renvoi des victimes de l'incendie soit suspendu, ou de renoncer de lui-même à exécuter ce renvoi. Cette pétition a récolté en 20 jours près de 2200 signatures. Sans même se donner la peine de répondre, les autorités pourraient procéder aujourd'hui au renvoi d'Ayop Aziz... « Un renvoi scandaleux, effectué de façon sournoise et anti-démocratique ! », dénonce le comité de solidarité... à moins que... deux instances peuvent encore empêcher le renvoi du jeune homme : Berne, en renonçant à l'exiger, ou Genève, en refusant (comme la Ville de Genève le lui demande) de l'exécuter. Il faudrait pour cela un minimum de quelque chose : du courage. « Un renvoi scandaleux, effectué de façon sournoise et anti-démocratique ! »

    Fin février, les défenseurs des requérants d'asile ont appris que l'Office cantonal de la population et des migrations (OCPM) préparait le renvoi vers l'Espagne d'Ayop Aziz, victime de l'incendie du Foyer des Tattes survenu en novembre dernier, incendie qui avait fait un mort et quarante blessés, dont onze grièvement. Un collectif citoyen, le comité de solidarité avec les sinistrés des Tattes, a déposé début mars une pétition urgente au Conseil d'Etat, lui demandant d'intervenir auprès de Berne pour que le renvoi des victimes de l'incendie soit suspendu, ou de renoncer de lui-même à exécuter ce renvoi. Cette pétition a récolté en 20 jours près de 2200 signatures. Sans même se donner la peine de répondre, les autorités pourraient procéder aujourd'hui au renvoi d'Ayop Aziz... « Un renvoi scandaleux, effectué de façon sournoise et anti-démocratique ! », dénonce le comité de solidarité... à moins que... deux instances peuvent encore empêcher le renvoi du jeune homme : Berne, en renonçant à l'exiger, ou Genève, en refusant (comme la Ville de Genève le lui demande) de l'exécuter. Il faudrait pour cela un minimum de quelque chose : du courage. Tout à l'heure, à 9h à la pierre de Plainpalais (sur la plaine, côté Uni-Mail), on demandera au gouvernement genevois d'en faire preuve.

    Lire la suite

  • Croissance des inégalités en Suisse ? On demande réponse politique...

    Imprimer

    En 2013, la Suisse accueillait 330'000 millionnaires en fortune, soit plus en nombres absolus que l'Italie, le Canada ou l'Australie, et incomparablement plus en proportion de la population que les six pays qui comptent plus de millionnaires qu'elle (les USA, le Japon, l'Allemagne, la Chine, la Grande-Bretagne et la France). 18 % des contribuables de la ville de Zurich et 5,7 % de ceux de la ville de Genève sont millionnaires. Qui dit mieux ? Monaco... Abritant un habitant de la planète sur mille, la Suisse accueille un milliardaire sur 30, et sur 100'000 habitants, elle en compte 54 dont la fortune nette dépasse 29 millions de francs... Mais une fois tenu compte des impôts, des taxes, des loyers et des cotisations sociales, le revenu de la majorité des ménages n'a pratiquement pas augmenté depuis douze ans, alors que celui de la minorité la plus riche a explosé. La croissance des inégalités sociales est donc, qu'on l'admette ou pas, une réalité dans ce pays. Reste à savoir quelle réponse on lui donne. Et même si on lui en donne.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Economie, Politique 2 commentaires
  • Elections israéliennes : Netanyahou peut succéder à Netanyahou...

    Imprimer

    Pour gouverner un Etat ou un ghetto ? 


    Déjouant tous les pronostics, Benjamin Netanyahou a donc remporté le 17 mars les élections législatives israéliennes anticipées. « C'est la victoire de la peur », résume le quotidien « Haaretz ». En menant une campagne la plus à droite possible pour mobiliser la frange la plus nationaliste de l'électorat, les colons et les intégristes religieux, il a fait passer son parti, le Likoud, en tête avec 23 % des suffrages et 6 sièges de plus que la coalition de « centre gauche » (le Camp Sioniste, dont font partie les travaillistes, et qui n'obtient que 19 % des voix) qui espérait le déboulonner. Les 30 sièges (sur 120) obtenus par le Likoud offrent à son chef les meilleures possibilités de rester au pouvoir, à la tête de la coalition la plus expansionniste, la plus liée aux colonies, voire la plus raciste, qu'ait connu Israël depuis celle conduite par Menahem Begin. Une coalition dont le programme semble être de gouverner un Etat réduit à un ghetto juif de Palestine. Un ghetto que Netanyahou appelle, s'appuyant sur la (re)montée de l'antisémitisme et les attentats de Paris, les juifs de France (et d'ailleurs) à rejoindre. Pour leur sécurité, ou pour la sienne ?        

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections 7 commentaires
  • A propos d'une étude de faisabilité d'un péage urbain à Genève

    Imprimer

    Manif contre un fantôme d'octroi

    Petite manif aux Bergues, avant-hier, contre un projet socialiste d'étudier (seulement d'étudier) la faisabilité et les modalités d'instaurer à Genève un péage urbain. Une manif contre un fantôme de barrière d'octroi. Mais de qui était-ce la manif ? Du TCS ? du MCG ? Non d'« Ensemble à Gauche » (de la route). Avec, en prime, la rupture hebdomadaire de collégialité de Rémy Pagani avec le reste du Conseil administratif (mais de préférence avec ses collègues de gauche). A force, ce ne sont plus ses ruptures de collégialité qui font le buzz, c'est quand il défend les positions de la Municipalité. Alors bien sûr, on sait bien qu'il doit ramer pour se faire réélire malgré les choix stratégiques erratiques de la coalition qui le présente, mais on se dit tout de même, parfois, fugacement, qu'on a bien du mérite à vouloir être unitaires à la place des autres. C'est même plus du mérite, c'est carrément un apostolat.        

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Transports 1 commentaire
  • 1er tour des élections départementales françaises : coups de mou

    Imprimer

    gluant.jpgMolle victoire et moindre défaite

    Une droite démocratique (centre compris) autour de 37,5 % des suffrages (dont un peu moins de 30 % pour l'UMP de Sarkozy), une gauche (au sens large) autour de 36 % (dont un peu plus de 20 % pour le PS), une extrême-droite  autour de 24,5 % : tel est (selon des résultats pas encore définitifs) le rapport des forces électorales en France au soir du premier tour des Départementales. La droite démocratique devance la gauche, mais n'est majoritaire que si on lui adjoint l'extrême-droite, le Front National n'atteint pas son objectif de sortir en tête (alors que c'est lui qui présentait le plus de candidats dans le plus grand nombre de  cantons) et le PS fait un moins mauvais (mais mauvais tout de même) résultat qu'annoncé : « les candidats de la majorité ont réalisé des scores honorables », a estimé Manuel Valls -étranges définitions des mots « majorité » et « honorable », s'agissant d'une «majorité» qui ne rassemble plus qu'un tiers des suffrages, et d'un parti au pouvoir qui n'en rassemble plus qu'un cinquième. En face, même résultat mitigé : la victoire de la droite est molle comme est molle la défaite d'une gauche minoritaire mais où le PS ne subit pas la « déroute » annoncée.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : France, Politique 0 commentaire
  • LE "PLAZA" NE DOIT PAS ETRE DEMOLI, ET DOIT RESTER UN CINEMA

    Imprimer

     

     

    Pétition au Conseil Municipal et au Conseil Administratif de la Ville de Genève

           
    LE "PLAZA" NE DOIT PAS ETRE DEMOLI, ET DOIT RESTER UN CINEMA

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 5 commentaires
  • Ecoles genevoises : Et si on essayait de ne pas se tromper d'adversaire ?

    Imprimer

    Candolle, quel dol ?

    Le Département de l'Instruction publique genevois a annoncé plusieurs mesures pour «désengorger» l'école post-obligatoire, et d'entre ces mesures, deux soulèvent une virulents opposition, dans la rue, sur les réseaux sociaux et dans les établissements concernés : l'affectation des bâtiments de l'actuel Collège de Candolle à une Ecole de Culture Générale, etde l'actuel Cycle d'Orientation de la Seymaz à un collège. Et puis, surtout, on a quelque peine à expliquer l'oubli général en lequel les opposants aux décisions du DIP tiennent les véritables raisons de la « crise des locaux scolaires » à Genève. Parce qu'enfin, qui vote (ou plutôt ne vote pas) les crédits nécessaires à la constructions de nouveaux bâtiments scolaires, ou même à l'entretien des bâtiments existants ? Anne Emery Torracinta toute seule ? son département ? Non : le Grand Conseil. C'est-à-dire sa majorité politique. Et si on s'en prenait plutôt à cette majorité, de ses décisions, plutôt qu'à celle qui doit « faire avec» (ce qui « ne » pose de problème politique fondamental « que » celui, récurrent, paralysant et inassumé, de la participation minoritaire de socialistes à des gouvernements de droite...) ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : école, Genève, Politique 3 commentaires
  • Massacre djihadiste à Tunis : Hiver arabe

    Imprimer

    A Tunis, hier, la fusillade d'un groupe de touristes par des djihadistes frustrée de ne pouvoir entrer au parlement pour y commettre un massacre, et se consolant en en commettant un autre devant le musée voisin du Bardo, a fait une vingtaine de morts, en sus des djihadistes qui s'en étaient rendus coupables, abattus par les forces de sécurité. Le "printemps arabe" avait fait tomber les dictateurs d'Afrique du nord : Ben Ali en Tunisie, d'abord, Moubarak en Egypte, ensuite, Kadhafi en Libye, enfin. Sur les décombres de leurs régimes, la démocratie (ou à tout le moins un sérieux engagement dans un processus démocratique) n'avait pu prévaloir qu'en Tunisie : en Egypte, les Frères Musulmans avaient pour un mtemps pris ou récupéré, le pouvoir, que l'armée leur a repris ensuite. En Libye, rien n'a émergé de l« » n sordide du clan Kadhafi qu'une guerre de clans, de tribus, de groupes armés. Et les djihadistes, ralliés pou les uns à la Qaeda et pour les autres à l'"Etat islamique", se sont installés dans les trous noirs de transitions chaotiques, dont la principale puissance (politique, économique et militaire) régionale, l'Algérie, ne se préserve (mais après avoir avant les autres vécu l'expérience d'une "décennie noire" d'affrontements dont on ne sait même pas s'ils ont fait 150'000 ou 200'000 morts) qu'en ayant mis son régime et son président sous perfusion, pour que rien ne change.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde 4 commentaires
  • A propos d'une campagne électorale de soue : Onex, commune zéro quoi ?

    Imprimer

    onex_004.jpgPour s'en aller congresser socialistement à Bernex, samedi, on a pris le tram. Le tram, comme il y a cinquante ans, prend la route de Chancy et forcément, quand on prend la route de Chancy pour aller à Bernex, on passe par Onex, puisque la route de Chancy coupe Onex en deux. Et puis là, à l'entrée de la commune, on a vu le premier panneau (suivi d'une portée d'autres, vu que les parasites ça se reproduit en masse) « Onex, commune zéro frontalier ». Signé MCG. On a cherché la douane, le barrage de miliciens, le contrôle des passeports,.. y'en avait pas. Le MCG fait dans la demie-mesure : il brait, mais c'est tout. Encore heureux, notez bien : on n'avait pas d'Ausweis et on aurait dû prouver qu'on était quasiment de la souche du coin, celle de la croisée juste avant la Mairie. Le tram ne s'est donc pas arrêté au panneau, et le conducteur n'a pas fait descendre les passagers pour prendre un autre tram à la sortie de la commune Mais il aurait dû, vu qu'il était frontalier, le conducteur, et qu'il n'avait donc pas le droit de traverser Onex.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 6 commentaires
  • L'envolée du franc suisse par rapport à l'euro : la faire payer par les salariés ?

    Imprimer

    L'Euro est à un franc et des poussières depuis le fameux «décrochage» décidé par la Banque Nationale Suisse, toute seule, comme une grande, mettant tout le monde devant le fait accompli : pour l'Union Syndicale Suisse, cette décision de la BNS a été, pour dire les choses plus simplement qu'il convient, une connerie qui menace des dizaines de milliers d'emplois, et des centaines de milliers de salaires. L'USS exige donc de la BNS qu'elle revienne sur cette décision et rétablisse un « taux plancher » du franc par rapport à l'euro (l'USS propose un taux de 1,30 euros pour un franc, qu'elle estime être le cours supportable pour l'économie réelle).  Les salariés n'ont pas à « payer pour une crise qui ne leur est pas due », résume la vice-présidente de l'USS, Vania Alleva. C'est pourtant bien ce qu'en face on va tenter de faire.

    Lire la suite

  • ça veut dire quoi, « militer » ?

    Imprimer

    Mais qu'est-ce qu'on fait là, à vous demander de voter pour nous ?

    élections, socialisme, PSSi on est dans un parti et pas dans un autre, c'est évidemment parce qu'on en soutient le programme, ce n'est pas forcément parce qu'on s'en contente. C'est en tout cas, pour l'auteur de ces lignes, qu'il ne voit pas dans quel autre parti il pourrait être -ni quel autre parti pourrait le supporter, que celui où il s'est retrouvé, et pas par hasard mais par choix : le choix d'un parti qui ne confond pas militant et militaire, mobilisation et conscription, engagement et encasernement -« militantisme », ça vous a en effet un petit côté désagréablement militaire... d'ailleurs, la racine des mots « militantisme » et «militaire» est la même. Or nous ne sommes pas soldats d'une armée mais militants d'un parti politique. Avec un vieux fonds antimilitariste, en plus. Et si la discipline fait paraît-il la force des armées, elle ne fait certainement pas leur intelligence. Et moins encore celle d'un parti politique. Alors, ça veut dire quoi, « militer » ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • Le « Plaza » ne doit pas être démoli et doit rester un cinéma

    Imprimer

    Inauguré en 1952, le Plaza était le plus grand cinéma genevois, avec ses 1250 places (réduites depuis lors). Il est fermé depuis plus de onze ans, après qu'une programmation volontairement médiocre ait pu, en réduisant sa fréquentation, donner prétexte à cette fermeture. Les propriétaires du bâtiment (un fonds d'investissement) ont déposé en début d'année une demande d'autorisation de démolir la salle, sans projet de reconstruction, mais en annonçant qu'ils n'avaient pas l'intention d'en refaire une salle de cinéma.  Sans attendre la réponse à leur demande, ils ont commencé de la vider de son mobilier (notamment de ses sièges), de ses équipements intérieurs et de son matériel de projection. Une intervention politique est requise, un groupe de soutien a été créé sur Facebook :
    https://www.facebook.com/groups/1447065642251760/

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 3 commentaires
  • Projet de la Nouvelle Comédie de Genève : Changer d'échelle, de rôle, d'ambition

    Imprimer

    Hier soir, les deux commissions municipales des travaux et de la culture étaient réunies ensemble pour auditionner le Conseil administratif, les représentants de la Fondation d'Art Dramatique et de l'Association pour une nouvelle Comédie, après qu'ait été déposée une motion de l'Alternative demandant à la Municipalité, comme cela fut fait à propos de la rénovation-extension du Musée d'Art et d'Histoire, de préciser les enjeux, les contenus et les ambitions culturelles du projet de « Nouvelle Comédie » dans le quartier de la Gare des Eaux-Vives (future gare du CEVA), projet pour lequel le Conseil administratif sollicite un crédit net de plus de 52 millions de francs (sur un total de plus de 98 millions, dont à déduire une participation cantonale proposée par le Conseil d'Etat, mais qui dépend d'un vote du Grand Conseil). Enjeu de taille : avec ce projet, la Comédie de Genève ne change pas seulement de lieu, mais surtout d'ambition, d'échelle et de rôle.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 3 commentaires
  • Initiatives contre le "voile islamique " : Du voile comme d'un écran de fumée

    Imprimer

    L'UDC valaisanne a lancé une initiative populaire visant à l'interdiction des couvre-chefs dans les écoles, mais ne se cache pas de viser le voile « islamique » sous toutes ses formes. On se doutait bien qu'elle ne visait pas les coiffes des bonnes soeurs ni le foulard des femmes d'Evolène, et l'argumentaire déployé pour expliciter leurs intentions le confirme : Jean-Luc Addor, co-président du comité d'initiative, explique  que « nous défendons les valeurs chrétiennes à l'école ». La laïcité vient donc de faire un grand pas en Valais -un pas de clerc : on fait mine de dénoncer le voile comme un « symbole de discrimination », mais cette parure égalitaire va à l'UDC comme un haut-de-forme à Guignol. Les discriminations, l'UDC n'a jamais craché dessus, elle s'en est même fait porteuse sur le terrain religieux en faisant interdire la construction de minarets mais d'aucun autre édifice religieux. En Valais comme ailleurs, le « voile islamique » (qui n'est d'ailleurs pas « islamique » mais, plus universellement, patriarcal) voile surtout des arrière-pensées politiques. Du voile comme un écran. De fumée.

    Lire la suite

  • Coupe du Monde de foot 2022, la FIFA tombe des nues : Ah bon, fait chaud au Qatar en été ?

    Imprimer

    En 2022, la Coupe du monde de foot se déroulera à la toute fin de l'automne, voire au tout début de l'hiver, alors qu'elle se déroule traditionnellement en  juin et au début de juillet. Pourquoi ce changement de calendrier ? un mot résume l'explication : Qatar. Parce que la Coupe du Monde 2022 a été achetée par le Qatar, et qu'en juin et juillet, au Qatar, il fait chaud. Très chaud. Ce que la FIFA feint d'avoir été la seule à ignorer. La « Task Force » de la coupole international du foot, chargée du calendrier international des matches entre 2018 et 2024 recommande donc au Comité exécutif de la FIFA de déplacer le Mondial d'une ou deux saisons, histoire de ne pas faire crever sur place les joueurs, le public et surtout les sponsors et les partenaires économiques. Que des centaines de travailleurs népalais et sri lankais soient morts au soleil qatari en construisant les infrastructures nécessaires à la « fête mondiale du foot » n'a en revanche guère d'importance : ce ne sont que des travailleurs, que des Népalais et Sri Lankais, et que des pauvres.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Solidarité, Sports 1 commentaire
  • Loi sur la police : victoire sans vainqueur, défaite sans vaincu

    Imprimer

    Ni Austerlitz. ni Waterloo : Borodino

    Ni Austerlitz ni Waterloo, Borodino : une victoire sans vainqueur, une défaite sans vaincu, un résultat tiré à pile ou face -la loi genevoise sur la police est (provisoirement) acceptée avec 42 voix d'écart, soit à 50,02 % des suffrages. C'était le genre de votation où quel que soit le vote que l'on produisait, il était insatisfaisant, et quel que soit le résultat final, pour le moins ambigu, voire malsain. Une majorité de 42 voix sur 100'000 votants tient autant de la loterie que de la décision démocratique : 43 socialistes et verts votant « non » plutôt que blanc, ou 42 èmecégistes arrivant à se traîner au local de vote, et la loi sur la police aurait été refusée -elle n'a d'ailleurs, au final, pas obtenu de majorité si l'on tient compte des bulletins blancs, qu'on ne peut considérer ni comme une abstention, ni comme un soutien à la loi. Et le résultat est encore suspendu à un probable recours en annulation, après l'irrégularité de l'information donnée aux citoyens par le Conseil d'Etat : 42 voix de différence, cela peut tenir à quelques articles de loi annulés, mais publiés tout de même dans la brochure officielle...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique, votations 0 commentaire
  • C'est encore loin, l'égalité ? Tais-toi, et marche (demain à Berne)...

    Imprimer

    Un "Manifeste du 7 mars", signé par une centaine de femmes de toutes tendances politiques et de toutes insertions professionnelles, de Micheline Calmy-Rey à la présidente des "Business Professional Women" de Suisse en passant par la chanteuse Sina, la présidente du gouvernement bernois Barbara Egger-Jenzer et la présidente de l'Ubnion suisse des paysannes Christine Bühler, proclame "Egalité salariale, plus que jamais" et appelle, comme la Communauté genevoise d'action syndicale et la Marche mondiale des femmes, à la manifestation nationale de samedi, à Berne* avec comme mot d'ordre "Pas de nouveau pacte contre les femmes". 
        

     

    * SAMEDI 7 MARS, BERNE : Manifestation nationale des femmes, 13 heures 30, Schützenmatte
    NON à la retraite à 65 ans. OUI à l'égalité salariale
    Train spécial gratuit au départ de Genève (10 heures 39), Nyon (10:53), Lausanne (11.15), Fribourg (midi)

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Femmes, Politique, Suisse, Travail 5 commentaires
  • Projet de nouvelle loi cantonale genevoise sur la police : On vote quoi, sur quoi, pourquoi ?

    Imprimer

    rhinos.jpgDimanche soir, on aura voté à Genève sur un projet de nouvelle loi sur la police, attaqué en référendum par l'extrême-droite, la gauche de la gauche et les syndicats. Et on a beaucoup hésité avant de voter (parce que de toute façon, on vote : un droit aussi précieux ne s'abandonne pas) : « Oui » comme notre parti préféré (le seul à vrai dire qui nous supporte) nous le recommande ? « blanc » parce que franchement, entre une loi obsolète et une loi contestable, on a un peu de peine à choisir ? « non » parce qu'on ne nous demande plus de voter une loi mais de plébisciter le Maudet en chef ? Doit-on calibrer notre vote au degré d'exaspération provoquée par les conneries débitées par les uns et les autres, et voter nul ? On ne vous dira pas ce qu'on a voté. D'abord, parce que vous êtes assez grand-e-s pour vous débrouiller tout seuls (la preuve, vous nous lisez). Ensuite, pour pouvoir se prévaloir dimanche d'être dans le camp des vainqueurs quel que soit le résultat du vote. Après tout, on est en campagne électorale, c'est pas le moment de se fâcher avec les quelques électeurs (et -trices) qui nous restent (et qui en ont bien du mérite).

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique, votations 4 commentaires
  • Netanyahou fait campagne électorale à Washington

    Imprimer

    Bétonner l'impasse

    Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, est allé parader à Washington, devant un public (la droite du congrès américain) aussi acquis à sa cause qu'il l'est à la sienne. Pour parler de quoi ? de la paix, du dialogue avec les Palestiniens, de la pauvreté qui touche une partie toujours plus importante de la population israélienne, de l'isolement d'Israël sur la "scène internationale", de l'échec de l'offensive sur Gaza ? Non : de l'Iran et de son programme nucléaire. Parce que Netanyahou n'a rien à dire aux Israéliens, ni à qui que ce soit d'autre, que cela. Pas d'autre programme que celui qui a conduit le pays qu'il gouverne dans une impasse qu'il veut encore bétonner. Pas d'autre ambition qu'en rester le Premier Ministre. Netanyahou fait campagne à Washington devant la droite du Congrès américain, Avraham Burg, ancien président du Parlement israélien, homme de gauche et leader pacifiste, remet les pendules à l'heure à Genève, à la faveur du Festival du film et forum international des droits humains : vous pourrez le rencontrer ce soir, mercredi, à 20 heures à Unimail (salle M130), à l'initiative du Cercle Martin Buber (http://www.cerclemartinbuber.ch/
    ). Après quoi, si vous le voyez projeté quelque part, ne manquez pas le beau film d'Amos Gitai. Et lisez Mahmoud Darwich. Et écoutez le Diwan de Daniel Barenboim jouer Beethoven.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde 3 commentaires