mercredi, 18 mars 2015

A propos d'une campagne électorale de soue : Onex, commune zéro quoi ?

onex_004.jpgPour s'en aller congresser socialistement à Bernex, samedi, on a pris le tram. Le tram, comme il y a cinquante ans, prend la route de Chancy et forcément, quand on prend la route de Chancy pour aller à Bernex, on passe par Onex, puisque la route de Chancy coupe Onex en deux. Et puis là, à l'entrée de la commune, on a vu le premier panneau (suivi d'une portée d'autres, vu que les parasites ça se reproduit en masse) « Onex, commune zéro frontalier ». Signé MCG. On a cherché la douane, le barrage de miliciens, le contrôle des passeports,.. y'en avait pas. Le MCG fait dans la demie-mesure : il brait, mais c'est tout. Encore heureux, notez bien : on n'avait pas d'Ausweis et on aurait dû prouver qu'on était quasiment de la souche du coin, celle de la croisée juste avant la Mairie. Le tram ne s'est donc pas arrêté au panneau, et le conducteur n'a pas fait descendre les passagers pour prendre un autre tram à la sortie de la commune Mais il aurait dû, vu qu'il était frontalier, le conducteur, et qu'il n'avait donc pas le droit de traverser Onex.


 

 

La mort prend les Suisses avant les étrangers. Fait chier, la préférence nationale...

Ca doit bien exister quelque part, des communes «zéro frontaliers» ou « zéro immigrants ». Des communes « zéro emplois », quoi. D'ailleurs, quand on est arrivés à Onex en 1956, Onex était certainement une commune « zéro frontaliers », puisque quasiment sans emplois. Pas de « Cité Nouvelle ». Pas de supermarché, une laiterie à l'entrée du village, une épicerie au milieu. L'école de Braillard seule école de la commune. Moins d'un millier d'habitants. Pas de Conseil administratif. Le Maire s'appelait Paul Rose. Un village genevois comme les autres, quoi. Mais c'était il y a bientôt soixante ans...

Le Conseil administratif d'Onex, sauf Gominator, évidemment, a dénoncé la campagne du MCG proclamant la commune « zéro frontaliers », et le Conseil Municipal a voté (contre les gominatoriens, évidemment) une résolution condamnant cette campagne et exprimant aux personnes qu'elle aura « blessées et choquées » ses regrets qu'elle ait pu donner d'Onex l'image d'un conservatoire de vieux remugles venus du temps où en d'autres lieux d'autres campagnes proclamaient fièrement d'autres communes «commune sans juifs». Bref, si la campagne du MCG à Onex a bien donné une image fidèle du MCG, Onex n'entend pas* que cette image déborde hors du marigot d'où elle a pu sourdre. Mais évidemment, le vindicatif « zéro frontaliers à Onex » du MCG, comme slogan, ça fait plus de bruit que le piteux « moins 10 % d'impôts » de l'Entente en Ville de Genève. C'est d'ailleurs le but du MCG : faire du bruit. N'importe quel bruit. Et ça en fait. Un libraire a même proclamé sa librairie « zero MCG » -ce qui, vu le nombre de èmecégistes qui devaient la fréquenter doit relever du même pléonasme qu'une torrée de la Saint-Martin « zéro djihadiste »...

C'est quoi, un « frontalier », à Onex ? Un Bernésien ? Ben non, c'est un Français... mais comme on ne peut pas proclamer en français que la commune est « zéro français », on va la proclamer « zéro frontaliers ». Affirmation d'ailleurs mensongère puisque la commune « sans frontaliers» est en fait une commune à 10 % de frontaliers (au sens large) dans son personnel et à 16 % de frontaliers (au sens restreint) dans sa population active. Et 20 % de èmecégistes dans son électorat ? On ne dira pas lesquels nous y paraissent de trop. Mais on se demandera quand même à quoi ça sert que Wisard se décarcasse pour renaturer l'Aire si le MCG dénature la commune qui la porte sur son drapeau -une rivière frontalière, l'Aire, soit dit en passant... il ne devrait donc pas y avoir sur le pont du Centenaire de panneaux « L'Aire, rivière résidente ». Vu qu'une rivière résidente, ça s'appelle une mare. C'est toujours ça que nos copains de solidaritéS n'auront pas à recouvrir d'affichettes pour entendre ensuite pleurnicher le luminescent président du MCG : « il faudra réimprimer des affiches pour remplacer celles qui ont été abimées » par les gauchistes. D'ailleurs, si ça se trouve, l'imprimerie du MCG, elle emploie des frontaliers...

Selon un démographe de l'Uni de Genève, l'espérance de vie des étrangers est en Suisse plus longue que celle des Suisses et la mort saisit les Suisses et les Suissesses plus tôt que les étrangers et les étrangères. La préférence nationale nous aura vraiment fait chier jusqu'au cimetière.

* Au cas où vous voudriez voir d'Onex un autre visage que celui que le MCG veut lui donner, samedi (21 mars) au Manège, dès 16 heures et jusqu'à 22 heures, c'est le "printemps des associations". Garanti zéro discriminations. www.psonex.net/

15:55 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : onex, mcg, frontaliers | |  Facebook | | | |

Commentaires

Pourquoi ne pas évoquer le pourcentage de suisses que comprend le terme "frontalier" ?
Je suis certain que les français ne supportent plus l'invasion des riches suisses qui vivent en France, dans une résidence secondaire.

Oui, je sais pourquoi ... il faudrait dans ce cas vous dénoncer par la même occasion, vous et l'ASLOCA, qui avait poussé les suisses à s'installer en France voisine, vu qu'à Genève, il est impossible de construire.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | mercredi, 18 mars 2015

Voilà ce que c'est de prendre le tram. On prend des risques.
La prochaine fois n'hésitez pas à faire le 022 33 141 33. Vous serez bien assis et en contact avec un être humain qui aura plein de choses à vous dire, (à vous apprendre ?). A moins que ce ne soit vous qui ayez peut-être un besoin irrépressible de parler, (Noooon, pas lui....) dans le quel cas, il saura vraisemblablement vous écouter. Ce sera moins cher qu'un consultation sur le divan.

Écrit par : PIerre Jenni | mercredi, 18 mars 2015

Saloperie de trams !

Écrit par : BMB | mercredi, 18 mars 2015

Monsieur Holenweg, je constate que vous avez modifié votre billet, par rapport au même que vous aviez publié sur "le courrier". Je vais tout de même publier la même réponse que sur le site de ce journal, car je donne plus de détails sur les chiffres que vous avancez.

Les 540 frontaliers dont vous parliez dans votre prose du courrier (chiffre que vous avez enlevé ici), ne sont pas des habitants de la région frontalière, Suisses compris.

Il s'agit bien de 540 titulaires de permis G, au sens de l'Office Cantonal de la Population et des Migrations. A savoir des ressortissant étrangers qui ont obtenu ce sésame. Les Suisses ou binationaux qui travaillent à Onex ne sont pas compris dans ce nombre. Quand à l'administration communale, elle ne compte qu'un seul titulaire de ce permis G, et non 17 comme vous le dites.

Et de souligner que, depuis 2011, ce chiffre n'a pas augmenté, car Eric Stauffer y a veillé, dans son rôle de Conseiller Administratif en charge des Ressources Humaines.

Mais bon, à l'instar d'Evelyn Hall, qui résumait ainsi la pensée de Voltaire, et à contrario de bien des vôtres : je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire.

Bonne journée Monsieur
Raphaël Coudray

Écrit par : Raphaël Coudray | jeudi, 19 mars 2015

Il y a deux définitions possible du terme "frontalier" : au sens large, il définit toute personne qui habite d'un côté de la frontière et travaille de l'autre, quelle que soit la nationalité de cette personne. Au sens restreint (celui du permis G), on ne tient compte que des personnes de nationalité étrangère -mais quel que soit le sens que l'on accorde au terme "frontalier", le slogan "Onex commune zéro frontalier" est mensonger, en sus d'être stupide (comme l'a d'ailleurs relevé le Conseiller d'Etat MCG Poggia, que l'on évoque la fonction publique municipale ou la population active...

Écrit par : Pascal Holenweg | jeudi, 19 mars 2015

Bonjour,
Je suis frontalier et cela depuis 1987, j'en ai donc entendu des insultes. Je suis originaire du sud de la France et j'ai gardé l'accent et depuis que j'en suis partit du sud, j'en entend des propos dérangeants. Je suis blanc, tendance rouquin, barbu et j'aime les petits chapeaux et les redingotes noires, donc on me dit que : je suis, je suis, je suis :.........juif. Pas du tout, je suis né catho, mais la aussi j'en ai entendu sur ma judaïté et mon pouvoir. Depuis que je suis allé en Israël et là, ce sont des personnes qui connaissent mon paganisme qui me reproche ce voyage.
Au fait c'est fait comment une tête de Suisse, je pourrais l'imiter et gueuler contre le MCG qui torture les valeurs de ce beau pays peuplés d'helvètes et de toutes les autres tribus de tous les autres pays du monde.

Écrit par : Christian Deguilhen | samedi, 21 mars 2015

Les commentaires sont fermés.