lundi, 29 décembre 2014

MAIS QUE FAIT LA POLIS ?

On en a passé, des heures, avant noël, au Conseil Municipal et au Grand Conseil, à accoucher des budgets de la Ville et du Canton... A force, si on n'avait pas la conscience politique coulée dans les neurones et l'idéologie émulsionnée dans le sang, on en aurait presque oublié que si les parlements sont bien des lieux politiques, ils ne sont pas les seuls, qu'ils ne sont même que l'espace où se traduisent toutes les actions politiques menées ailleurs, et que ce qu'on y fait (et ce qu'on y dit, mais les parlements sont de ces lieux où "dire", c'est faire"...) ne remplace pas ce qu'on a à faire ailleurs.
Mais bon, c'est tout le même là que se prennent des décisions, et il n'est pas sans importance ni sans effet que les majorités qui font les votes, et les projets sur lesquels elles se prononcent, soient de gauche ou de droite.

Lire la suite

16:05 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : budgets publics, finances publiques, parlements | |  Facebook | | | |

lundi, 22 décembre 2014

Vote des budgets publics genevois : Comme ça, au moins, c'est clair...

chasses.jpgIl aura fallu, au Grand Conseil comme au Conseil Municipal, deux jours pour accoucher d'un budget. Avec des majorités inverses pour des budgets politiquement contradictoires -mais au moins, c'est clair : le budget cantonal genevois 2015 est un budget de droite, voté par la droite, contre la gauche (ce ne fut pourtant pas faute, pour le PS et les Verts, de tout tenter, même l'illusoire, pour le rendre acceptable, sans y parvenir -« il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre...»), et le budget municipal genevois 2015 est un budget de gauche, voté par la gauche contre la droite (quoi qu'il en soit du retournement de veste du MCG, sentant le vent venir et soucieux, au parlement municipal comme au parlement cantonal, de se retrouver du bon côté du vote, histoire sans doute de disputer, et de ravir, au PDC le titre envié de roi de la girouette politique). Evaporé, le « centre », dissout, le « ni gauche, ni droite » d'un MCG franchisé par les affairistes. Une gauche, une droite. Ne reste plus qu'à rassembler la première contre la seconde, dans les parlements, et hors des parlements.

Lire la suite

15:54 Publié dans austérité, syndicats, gauche, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : budgets publics | |  Facebook | | | |

vendredi, 19 décembre 2014

L'écrivain algérien Kamel Daoud répond à sa condamnation à mort par un imam salafiste

Kamel Daoud.JPGLe 16 décembre, l'imam salafiste algérien Abd El Fattah Hamdache a appelé au meurtre de  « L'écrivain apostat » Kamel Daoud, « mécréant, algérien 'sionisé', criminel insultant Dieu […] ». Kamel Daoud est poète, conteur, journaliste, romancier auteur d'un « Meursault, contre-enquête » réplique à et miroir de l'« Etranger » de Camus. Objet d'une fatwa le condamnant à mort comme naguère le fut Salman Rushdie par une fatwa de l'Ayatollah Khomeiny, il répond à ceux qui s'octroient droit de vie et de mort sur toute personne exprimant, par l'écriture, la vêture ou de toute autre manière, une autre conception de la vie et du monde que celle qui leur tient lieu de dogme, et à laquelle on n'a envie aujourd'hui de répondre que par le mot d'ordre de Voltaire : « Écrasons l'infâme » !

Lire la suite

16:29 Publié dans Culture, Résistance, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : algérie, kamel daoud, salafistes, fatwa | |  Facebook | | | |

jeudi, 18 décembre 2014

Prolongation des horaires d'ouverture des magasins : nouvelle offensive

Quand le fédéralisme gêne le patronat...

Le syndicat Unia a distribué dans les Rues Basses de Genève de petites boîtes de chocolat avec ce slogan : « N’attendons pas le Père Noël pour améliorer nos conditions de travail! », histoire de rappeler, en période d'achats de fin d'années et d'ouvertures nocturnes des magasins, que des gens y travaillent, et que s'il est légitime que les consommateurs puissent connaître les conditions de production et de distribution des produits qu'ils achètent, il l'est tout autant de leur faire connaître les conditions de travail de celles (surtout) et de ceux qui les leur vendent, au moment où une nouvelle offensive du patronat, relayée par la droite parlementaire, se traduit par une proposition d'allongement dans toute la Suisse d'extension des heures d'ouverture des magasins, en cassant les limitations imposées dans certains cantons et généralement ratifiées par le peuple : sur 15 référendums cantonaux lancés contre de telles prolongations, le patronat en a perdus 13... Mais le Directeur de la Chambre de commerce et d'industrie de Genève, prenant acte de ce que les Genevois ont refusé en 2010, de prolonger les heures d'ouverture des magasins, ajoute que si un tel projet « revient par le biais de Berne, cela nous convient ». Un vrai fédéraliste, quoi...
    

Lire la suite

15:27 Publié dans syndicats, Travail | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

mercredi, 17 décembre 2014

La « Charte des socialistes pour le progrès humain » : Un engagement ou un exorcisme ?

Les socialistes français ont adopté une nouvelle charte (la « Charte des socialistes pour le progrès humain ») pour rassembler les troupes après une succession de défaites électorales, rappeler ce qui constitue l'identité d'un parti socialiste après un « virage social-libéral » aux effets dissolvants, et  l'ancrer rhétoriquement à gauche après une série de décisions laissant planer un lourd doute sur la solidité de cet ancrage. « Ce n'est pas une révolution » programmatique, concède le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis. En effet. Même pas une réforme, d'ailleurs. Un exorcisme, ou une piqûre de rappel, tout au plus, dans la fesse (gauche) d'un malade à qui il faut proclamer que « socialistes, nous sommes fiers de nos valeurs » parce qu'il doute de leur respect par ceux qui ont pour fonction de les incarner, et dont l'un (Manuel Valls) proposait au PS de changer de nom pour n'être plus qu'une sorte de rassemblement « de toutes les forces progressistes » -ce à quoi Michel Rocard avait répondu que « changer le nom du PS, c'est le couper de son histoire ». Ce qui suggère tout de même que de son histoire, il ne s'est pas encore coupé.

Lire la suite

17:06 Publié dans France, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : ps, parti socialiste, socialisme | |  Facebook | | | |

mardi, 16 décembre 2014

Usagers et usagères, employées et employés ensemble pour défendre le service public

Cet après-midi, à 17 heures, au parc Saint-Jean (devant les syndicats patronaux), tous les syndicats genevois, appuyés par toute la gauche, appellent le personnel, les usagères et les usagers des services publics à manifester pour les défendre face à une majorité gouvernementale et parlementaire qui s'apprête (jeudi) à décider de coupes budgétaires massives dans l'éducation, la santé, le social, l'administration, en s'attaquant à la fois à la population la plus fragile du canton et aux employés de la fonction publique et parapublique. Cette manifestation accompagne une journée de débrayages dans tous les secteurs, non pour la défense de « privilèges » (qui ne sont que des droits qu'il s'agit d'accorder à tous les travailleurs du secteur privé, plutôt qu'en priver ceux du secteur public), mais pour la défense du seul secteur capable d'assurer à toutes et tous des prestations indispensables sans en exclure celles et ceux qui ne peuvent y accéder quand elles sont « proposées » (c'est-à-dire vendues) au « prix du marché »...
Manif.jpg

Lire la suite

06:42 Publié dans Genève, Politique, syndicats | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fonction publique, services publics | |  Facebook | | | |

lundi, 15 décembre 2014

Objectif de la droite municipale genevoise : exister. Au moins un peu.

Le 18 décembre, le parlement cantonal genevois se prononcera sur le budget de la République pour 2015. Quelques jours après que le parlement municipal se soit prononcé (ce soir ou cette nuit) sur le budget de la Commune, après les quinze heures de débat de samedi. On avouait lors du débat notre perplexité face à la vingtaine d'amendements déposés in extremis (la peur des réactions qu'ils pouvaient susciter s'ils étaient annoncés plus tôt étant médiocre conseillère) par la droite municipale, et dont, à premier examen, certains ne pouvaient être expliqués que par d'excessives libations la veille de leur dépôt (ou une solide gueule de bois au moment leur rédaction). Un examen un peu plus approfondi nous a cependant convaincu que tous ces amendements, mêmes les plus absurdes (avec une mention spéciale pour ceux pondus par le PLR) avaient une motivation commune : faire exister politiquement, et médiatiquement, ne fût-ce qu'un moment fugace, leurs auteurs... A n'importe quel prix..

Lire la suite

14:52 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : budget, budgets publics, ville de genève | |  Facebook | | | |

vendredi, 12 décembre 2014

Genève, an 1602 : « Ah la Belle Escalade... »

Le battement d'aile d'un papillon

Le battement d’aile d’un papillon en Chine peut provoquer un typhon en Californie, nous suggère la théorie du chaos. Dans la nuit du solstice d’hiver 1602, un papillon a battu de l’aile. Il n’a pas provoqué de typhon, il a seulement réveillé quelques veilleurs endormis. Le sort d’une République tenait à ce réveil : Des envahisseurs furent repoussés, la République survécut, 18 de ses défenseurs furent tués et 72 de ses assaillants (dont 13 exécutés après avoir été fait prisonniers)... Ville de marchands devenue République de pasteurs et d’imprimeurs, cité de diplomates et de conspirateurs, refuge de potentats chassés de leurs trônes par des révolutionnaires qui avant eux avaient ici trouvé le même refuge, Genève n’a pu l’être que parce que le battement de l’aile du papillon, au solstice d’hiver 1602, tira de leur sommeil quelques bourgeois et quelques réfugiés assoupis.  Jusqu'à dimanche, c'est leur réveil que Genève commémore.

Lire la suite

15:37 Publié dans Genève, Histoire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : escalade, savoie | |  Facebook | | | |

jeudi, 11 décembre 2014

Message de Berne à Genève : Il n'y a pas eu de génocide des Arméniens en 1915...

De la pleutrerie au négationnisme

Le Ministre suisse des Affaires étrangères, et par ailleurs encore président de la Confédération, Didier Burkhalter, s'est fendu d'une lettre au Conseil d'Etat genevois pour lui recommander de ne pas accorder à la Ville de Genève l'autorisation d'ériger dans un parc de la Ville, à proximité du Palais des Nations un mémorial des génocides du XXe siècle, et en particulier (mais seulement en particulier, parce qu'il n'a pas été reconnu par les héritiers de ses auteurs) du génocide des Arméniens -qu'on commémorera en avril prochain, un siècle après qu'il fût commis. Le Conseil fédéral suisse se fait ainsi le commis d'un gouvernement turc (et de ses porte.valises et porte-plumes locaux, dont, détail amuant, le MCG...), au prétexte que le mémorial des génocides, prévu pour être installé à proximité des organisations internationales, pourrait gêner quelques diplomates et fonctionnaires internationaux. Ainsi la pleutrerie conforte-t-elle le négationnisme.

Lire la suite

14:58 Publié dans Genève, Histoire, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arménie, turquie, génocide | |  Facebook | | | |

mercredi, 10 décembre 2014

Développement durable ou décroissance ?

Quelle réponse à un « schéma de consommation et de production non viable » ?

Lire la suite

14:19 Publié dans Développement durable, Environnement | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : décroissance, agenda 21 | |  Facebook | | | |

mardi, 09 décembre 2014

Répartition des tâches entre les communes et le canton de Genève : Petit rappel de quelques principes...

Il y a deux semaines, le Conseil municipal de la Ville de Genève a renvoyé en commission un projet de règlement déposé par les Verts et "Ensemble à Gauche", concernant la capacité d'intervention du Conseil Municipal dans les "négociations" entre les communes et le canton sur la répartition des tâches et des compétences entre les unes et l'autre. On revient donc sur les propositions (admettons qu'elles vaillent la peine d'être considérées comme telles) faites dans ce cadre par le mirifique gouvernement genevois. On vous fera grâce d'en prendre prétexte pour vous gratifier d'un exposé sur le projet anarchiste de remplacement de l'Etat par la libre association des communes, pour nous en tenir à un rappel des principes constitutionnels et des lois qui en découlent.  Ce n'est pas que l'actuelle constitution  genevoise soit un modèle d'audace et d'imagination politiques, c'est simplement que c'est le texte sur lequel le gouvernement cantonal est supposé s'appuyer pour organiser la répartition des tâches et des ressources entre collectivités publiques -et en l’occurrence, entre communes et canton. Et que ce texte garantit "l'autonomie des communes", proclame le principe de "subsidiarité" et pose comme méthode celle de la concertation...

Lire la suite

16:52 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : communes | |  Facebook | | | |

vendredi, 05 décembre 2014

Reconnaissances européennes de l'Etat palestinien : A quand un geste de la Suisse ?

A une très large majorité (toute la gauche), le Parlement français a adopté mardi une résolution socialiste (certes non contraignante) enjoignant au gouvernement de reconnaître officiellement l'Etat Palestinien. En octobre, le Parlement britannique avait déjà fait de même, et le gouvernement (social-démocrate) suédois avait même procédé à cette reconnaissance officielle, la Suède étant le premier pays d'Europe occidentale (et le 135ème au monde) à le faire. "Les conditions de la reconnaissance d'un Etat palestinien ne sont pas réunies, plaident les adversaires de cette reconnaissance. Ces conditions étaient-elles mieux réunies lors de la reconnaissance de l'Etat d'Israël, en 1948 ? Avait-on attendu "la paix" pour le reconnaître ? Contrôlait-il la totalité de son territoire ? Les Etats qui reconnurent alors Israël étaient alors bien moins sourcilleux sur les conditions de cette reconnaissance (il est vrai que nombreux étaient ceux qui avaient à faire oublier leur indifférence, voire leur complicité, à la Shoah) que certains aujourd'hui à l'égard de celle d'un Etat Palestinien. Cet Etat palestinien que  135 Etats reconnaissent aujourd'hui, comme la plupart d'entre eux reconnaissent aussi l'Etat d'Israël. La Suisse n'est pas de ces 135 Etats. Peut-elle différer encore longtemps de s'y adjoindre ?

Lire la suite

16:18 Publié dans Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : israël, palestine, sionisme | |  Facebook | | | |

jeudi, 04 décembre 2014

Grève (ou pas) des Transports Publics Genevois : Efficace, en plus d'être légitime...

TPG, grève

Un accord*a été trouvé entre les syndicats des TPG et les employés de la régie d'une part, le Conseil d'administration et la direction d'autre part : La grève annoncée des Transports Publics Genevois pour aujourd'hui n'aura pas lieu -les employés en ont décidé cette nuit). La grève de la semaine dernière et la menace de grève de cette semaine ont été couronnées de succès, après des négociations provoquées par la grève elle-même -et c'est sans doute ce que ceux qui depuis dix jours accablent les syndicats et les employés des TPG d'injures et de menaces vont le moins bien digérer : la grève, en plus d'être légitime, c'est efficace. Quand c'est bien organisé, et que ça intervient à temps, c'est-à-dire avant que les décisions combattues soient prises, pas après, quand c'est trop tard, comme à la Boillat ou à Merck Serono... La grève des TPG était préventive ? oui. Et elle a prévenu. Et même si rien n'est encore joué (la question, éminemment politique, des moyens à allouer aux TPG pour compenser la baisse des tarifs décidés par le peuple, moyens que les majorités parlementaires et gouvernementales refusent de leur allouer), la grève et la menace de grève sont porteuses d'enseignements -à commencer par celui-ci : un rapport de force, ça se construit avant la confrontation, pas après, quand on a déjà perdu et qu'on ne peut plus négocier que le prix de la défaite et le nombre des victimes. 
Cet après-midi, à 16 heures 30, devant l'Hôtel-de-Ville,
à l'appel de tous les syndicats genevois, on se rassemblera pour soutenir toutes les actions de défense du service public et de leur personnel. 
   
* L’accord prévoit l’absence de licenciement pour la période 2015-2018, le maintien des mécanismes salariaux statutaires, le maintien des effectifs pour 2015 sur la base de l’effectif en vigueur au 31 décembre 2014. Pour les autres années du contrat de prestations, l’évolution des effectifs sera discutée chaque année. L’entreprise et les syndicats s’engagent à analyser l’offre, les temps de parcours et les horaires de conduite avec pour objectif une adaptation dès avril 2015. L’entreprise s’engage aussi à intervenir auprès de la caisse de pension pour que les retraités bénéficient pour les deux prochaines années de 700 fr. en guise de remerciement pour les services accomplis. Pour 2017, l’entreprise s’engage à mettre en place un fonds de solidarité.
De leur côté, les syndicats s’engagent à négocier un service minimum dès janvier 2015.
 

Lire la suite

06:07 Publié dans Genève, syndicats | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : tpg, grève | |  Facebook | | | |

mercredi, 03 décembre 2014

Transports publics genevois, fonction publique, budget du canton : SchwarzPeter in Genf

touche pas a mes TPG.JPGDemain, comme nul en Romandie ne peut l'ignorer, les Transports Publics Genevois devraient être en grève, malgré un début de commencement de négociation «  encourageant », selon les syndicats. « Qui pilote le droit de grève dans les services publics et aux TPG ? », s'interrogentla Communauté genevoise d'Action Syndicale et le Cartel Intersyndical des services publics. Réponse : personne. Les syndicats négocient, organisent la grève, exercent le droit de grève -mais leurs interlocuteurs,à commencer par le gouvernement,, jouent à propos de la grève comme à propos du financement du service public, au très vieux jeu du « SchwarzPeter », où il s'agit de se débarrasser le plus vite possible d'une carte (le « Pierre noir ») en la refilant au voisin. Le gouvernement renvoie les syndicats au Conseil d'administration des TPG, ou à leur direction qui les renvoie au Conseil d'administration, avec qui les syndicats négocient mais qui les renvoie quand il peut au parlement ou au gouvernement qui les renvoie au parlement qui les renvoie au gouvernement. Lequel est lui aussi, dans ce conflit comme dans d'autres, en grève. Mais depuis un an. Et sans aucun service minimum.
Demain jeudi, à 16 heures 30, devant l'Hôtel-de-Ville, à l'appel de tous les syndicats genevois, on se rassemblera pour soutenir la grève des TPG et les actions de défense du service public. Y'a urgence.

Lire la suite

15:45 Publié dans Genève, Politique, syndicats, Transports | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tpg, grève | |  Facebook | | | |

mardi, 02 décembre 2014

Débâcle d'Ecopop ? Xénophobie pas morte pour autant

Le résultat d'Ecopop est finalement conforme aux prévisions (il est même plus mauvais que prévu) -mais il est néanmoins en trompe-l'oeil : si la gauche a massivement voté contre l'initiative écoxénophobe, la droite démocratique en a fait autant, et même une partie de sa propre droite (de l'UDC, du MCG, de la Lega...), pour le même type de raisons que celles la poussant à défendre les forfaits fiscaux : parce qu'on en a « besoin », qu'on a «  besoin » d'immigrants pour faire tourner la machine économique et sociale comme on a besoin des picaillons que laissent les forfaitaires dans les caisses publiques. Au final, le score d'Ecopop correspond grosso modo à celui de la droite de la droite et de l'extrême-droite en Suisse : un gros quart de l'électorat. C'est beaucoup, et cela relativise l'«écoflop» de la votation de dimanche : il tient probablement à la défection de l'UDC et de ses satellites cantonaux, genre Lega ou MCG, qui ont refusé de soutenir une initiative qui pourtant ne disait rien d'autre que ce qu'ils disent, et continueront de proférer  « c'est tout de la faute aux étrangers ».

Lire la suite

16:59 Publié dans Environnement, Suisse | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : ecopop, développement durable, démographie | |  Facebook | | | |

lundi, 01 décembre 2014

Le peuple des contribuables lambdas sauve un privilège fiscal

Forfaitaire.jpgLa Suisse vote à droite ? Ah ben ça alors...

La gauche, dans ce pays, pèse entre un quart (quand elle est très malade) et un tiers (quand elle ne se porte pas trop mal) des suffrages. L'abolition des forfaits fiscaux a recueilli 40 % des suffrages. Elle a donc fait (sauf en Romandie) le plein des voix de gauche, et quelques voix de droite en plus. Dessiné ainsi, à gros traits, le résultat du vote de ce week-end n'a rien de surprenant (y compris le résultat d'Ecopop, qui recueille, toujours en gros, des suffrages équivalant au poids de la droite de la droite et de l'extrême-droite). Certes, les rapports électoraux ne sont pas si figés et une partie de la gauche (notamment en Romandie) a voté pour le maintien des forfaits fiscaux et une partie de la droite a voté pour leur abolition, mais sur cet objet en tout cas (on vous reparlera d'Ecopop), on est dans un rapport de force entre la droite et la gauche tout ce qu'il y a de plus médiocrement normal. La Suisse vote à droite ? Voui. Depuis la fin du XIXe siècle.

Lire la suite

13:12 Publié dans Fiscalité, Genève, votations | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |