vendredi, 31 octobre 2014

Répartition des tâches entre Genève... et Genève : Musclor fait de la gonflette

Musclor.jpgLe gouvernement genevois est pressé : il a princièrement laissé un délai d'un mois aux 45 communes du canton, et à leur association pour « apporter leurs commentaires » sur un avant-projet de « loi-cadre fixant les principes de la répartition des charges entre communes et canton » ou « émettre d'autres propositions » que celles qu'il fait (http://ge.ch/communes-canton/consultation-communes). Le Conseil d'Etat veut déposer son projet de loi avant la fin de l'année, et les lois concernant les propositions spécifiques en 2015. Et il menace, si les communes ne lui répondent pas dans le délai qu'il a fixé, d'avancer sans elles. Il a pourtant jusqu'en 2018 pour le faire -mais non : il a le feu aux « doublons », et il veut brusquer les choses, au point de rendre publiques ses propositions alors qu'il avait convenu avec les communes de ne pas le faire avant qu'elles aient pu se prononcer. Que fait un gouvernement sans projet et sans imagination pour se donner l'apparence d'en avoir ? Il fait le chef, il donne des ordres et fixe des délais. Musclor montre ses muscles -mais on voit surtout la gonflette.

Lire la suite

14:43 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : communes | |  Facebook | | | |

jeudi, 30 octobre 2014

« 94ème cérémonie à la mémoire des soldats de Genève morts au service de la Patrie » : D'un 9 novembre l'autre...

fusil brisé.jpgOn a reçu d'on ne sait trop qui, mais signée d'un capitaine dont charitablement nous ne donnerons pas le nom, et qui se présente comme « président  » (sans nous dire de quoi), une invitation à participer à la « 94ème cérémonie à la mémoire des soldats de Genève morts au service de la Patrie », le 9 novembre au parc Mon-Repos (éternel). Bon, déjà, organiser un 9 novembre une cérémonie à la mémoire des « soldats de Genève morts pour la patrie », c'est... comment dire... audacieux, vu ce que le 9 novembre signifie à Genève. Il est vrai que cette cérémonie date de 1920, et qu'elle est une sorte d'expiation de la Grève Générale de 1918 (on avait alors accusé les grévistes d'avoir favorisé la propagation de la grippe espagnole, qui tua nombre de soldats suisses), un peu comme le Sacré-Coeur de Paris est une expiation de la Commune. Mais bon, on ne va pas demander à des sociétés militaires d'avoir une mémoire historique plus longue que la visière de leur képi. 

Lire la suite

17:18 Publié dans Armée, défense nationale, Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : 9 novembre | |  Facebook | | | |

mercredi, 29 octobre 2014

A propos du travail : De Bill Gates à Charles Darwin ?

Liberté-travail.jpgLes dernières « Rencontres internationales de Genève » ont débattu de la notion de « travail », de la réalité qu'elle recouvre aujourd'hui -mais aussi de son histoire, et de l'évolution du travail humain. Or la réduction progressive, dans nos pays, de l'emprise du salariat traditionnel, l'individualisation des statuts, le développement de la sous-traitance et de la fausse indépendance, le travail « libre » qu'on fait semblant de promouvoir, toutes évolutions que permettent les changements technologiques, qui rendent possible, sinon acceptable, le démantèlement des appareils de protection sociale construit tout au long du XXe siècle, et ne renvoient pas à une avancée, mais à un possible formidable retour en arrière, vers le XIXe siècle, vers le capitalisme sauvage. Du monde de Bill Gates à celui de Charles Darwin, le chemin du retour est peut-être plus court qu'on croit.

Lire la suite

13:54 Publié dans syndicats, Travail | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

mardi, 28 octobre 2014

Si les forfaits fiscaux étaient abolis (ou plutôt : quand ils le seront...) : L'exode, vraiment ?


    Le premier sondage sur les intentions de vote à propos de l'initiative de La Gauche pour l'interdiction des forfaits fiscaux au plan suisse est certes encourageant, mais il reste un mois avant le vote, et la droite s'est mise en ordre de bataille pour prêcher le refus d'une proposition qu'elle présente comme quelque chose tenant du cataclysme économique et social. Certes, ce n'est pas la première fois qu'elle nous fait le coup, et on y est habitués, mais on est aussi habitués à ce que, sauf exceptions (l'initiative Minder, par exemple), ces prophéties de malheur trouvent suffisamment preneurs pour transformer des tendances favorables en décisions défavorables (sur la caisse publique, par exemple...). Donc, à entendre les défenseurs des forfaits fiscaux, leur abolition entraînerait l'exode de tous les contribuables qui en bénéficient. Tous, sans exception. Dans un exode massif, qui coûterait un milliard de recettes fiscales, trois milliards de consommation intérieure, 22'000 emplois et un demi-milliard de mécénat. Pas moins. L'Exode, on vous dit. Avec les sept plaies d'Egypte en option ?

Lire la suite

14:24 Publié dans Fiscalité, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : forfaits fiscaux, impôt | |  Facebook | | | |

lundi, 27 octobre 2014

Dilemme démocratique au menu : Que faire des initiatives populaires contraires au droit international ?

Reçue par le président de la Cour européenne des droits de l'Homme, Simonetta Sommaruga lui assurait début septembre que la Convention dont la Cour assure le respect était devenue «partie intégrante de l'ordre juridique suisse». Certes, mais des initiatives contraires aux dispositions de la Convention sont, elles aussi, devenues « parties intégrantes de l'ordre juridique suisse » dès lors qu'elles ont été acceptées par la majorité du peuple et des cantons... Or le parlement a déjà le pouvoir (c'est la constitution qui le lui donne) de déclarer une initiative irrecevable, mais la dernière initiative populaire fédérale ainsi soustraite au vote date ainsi d'il y a près de 20 ans et elle était de gauche : en 1996, l'initiative « pour une politique d'asile raisonnable », émanant des milieux de défense du droit d'asile, avait ainsi été poubellisée par le parlement -qui ne prenait pas de risque, la défense du droit d'asile n'étant pas la cause la plus populaire dans ce pays. Dilemme démocratique : un vote populaire peut-il s'abstraire du droit en vigueur, quand ce droit a lui-même été ratifié par un autre vote populaire ?

De l'initiative populaire comme pétition

Les initiatives populaires, qui servaient plutôt, depuis l'instauration de la « démocratie de concordance » (et. avant elle, de la « paix  du travail »), à présenter au peuple des propositions rationnelles mais impossibles à présenter au parlement pour cause de rapport de force politique insurmontable, tiennent désormais de la pétition, utilisées pour exprimer des positions radicales (de gauche, comme l'initiative 1:12, ou de droite, comme les initiatives xénophobes de l'UDC) dont les tenants n'ignorent pas qu'elles sont incompatibles avec l'ordre juridique existant (dont les traités internationaux font partie) et qu'elles sont donc inapplicables sans remise en cause fondamentale de cet ordre -ce que l'UDC s'apprête à faire en lançant une initiative proclamant la primauté du droit national sur le droit international.  Le parlement fédéral, qui a longtemps ignoré cette évolution de l'usage du droit d'initiative, semble vouloir la prendre en compte : la commission des institutions politiques du Conseil des Etats a ainsi, sur la base d'une proposition des Evangéliques (soutenus par la gauche),  rédigé un rapport sur les critères de recevabilité, et a contrario d'invalidation, des initiatives populaires.

Actuellement, le pouvoir d'annulation d'une initiative populaire par le parlement se limite à l'examen de deux critères, celui de l'unité de forme et de matière et celui de respect du droit international public impératif. La commission du Conseil des Etats propose d'y ajouter les critères de non-discrimination, de proportionnalité et de non-rétroactivité. Les signataires d'une initiative populaire déclarée irrecevable par le pèarlement en seraient certainement frustréls. mais « je préfère décevoir 100'000 signataires (en annulant l'initiative) qu'un million et demi de votants » en n'appliquant pas une initiative acceptée par le peuple, répond Robert Cramer.
Pourquoi le parlement n'use-t-il pas du pouvoir dont il dispose déjà ? Sans doute par peur de la réaction des initiants : 100'000 signatures (au moins) au bas d'un texte, dans un pays de cinq millions d'électrices et d'électeurs, c'est un poids politique qu'on ne néglige pas quand on est soi-même élu-e par le peuple. Surtout quand on a passé son temps à proclamer qu'il fallait lui « faire confiance », au peuple. Même l'idée du Conseil fédéral de prévenir, sur les listes de signatures, que l'initiative que l'on s'apprêterait à signer est probablement contraire au droit supérieur a été rejetée par le parlement. On en reste donc avec, incorporés au droit national, des textes contraires au droit international, et donc inapplicables puisque ce droit est, dans l'ordre juridique supérieur au droit fédéral, comme le droit fédéral est supérieur au droit cantonal...

Vexée de se retrouver dans cette situation d'avoir gagné des votes populaires impossibles à traduire en droit effectif, l'UDC a décidé samedi dernier de lancer une initiative pour instaurer la primauté du droit suisse sur le droit international. Et y'a une idée à creuser là : tant qu'on y est, on pourrait lancer, par exemple à Genève, au nom du principe de subsidiarité, une initiative instaurant, la primauté du droit cantonal sur le droit fédéral, du droit municipal sur le droit cantonal et du droit individuel de ceux qui s'accordent tous les droits sur le droit public qui prétend les limiter aux droits des autres ?

13:59 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : initiatives populaires, droit international | |  Facebook | | | |

vendredi, 24 octobre 2014

On vous dit ça, mais c'est juste histoire de dire autre chose des élections municipales...

Votez pour vous !

Et si on parlait des élections municipales à venir autrement qu'en prêchant pour sa paroisse ? Si on parlait de la commune avant que de parler des élections ? Selon un beau et solide lieu commun, la commune est « le premier échelon de la démocratie ». Certes. Mais cette affirmation ne renvoie pas à la structure institutionnelle : elle fait référence à la pratique même de la démocratie, d’une démocratie vivante, enracinée, portées par les gens et portant sur des enjeux concrets. La commune est un lieu, le premier et le plus important, d’expérimentation politique, de mise en œuvre des procédures démocratiques sur ce qui a immédiatement des conséquences concrètes sur la vie même des habitants. C’est dire  que toute restriction des compétences de la commune est une restriction de la démocratie, et que toute tentative de suppression de ce « premier échelon de la démocratie » est une tentative de suppression de la démocratie elle-même, là où elle a un contenu vérifiable sur le terrain, et donc là où elle est subversive de l’ordre social – de tout ordre social, quel qu’il soit. Au printemps prochain, allez voter. Pour vous.

Lire la suite

14:25 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élections municipales | |  Facebook | | | |

jeudi, 23 octobre 2014

Où en est la gauche française (et donc genevoise) ?

Miroir, mon beau miroir...

Nous poser la question  de savoir où en est la gauche française -de toute la gauche française, entre reconstruction, rénovation, redéfinition et déréliction,   c'est un peu (beaucoup) se poser la question de savoir où nous en sommes nous-mêmes, ici, dans ce coin de pays : on n'échappe pas à une proximité séculaire entre les débats d'un côté du Jura et les débats de l'autre, dans quelque sens que se fasse l'inspiration et que se donne l'impulsion (il fut en effet un temps où c'est de chez nous que partaient les étincelles qui faisaient les Lumières). Et comme il y a contiguïté et continuité de la France à la Romandie, et tout particulièrement entre la France et Genève, dans le miroir que nous tend la gauche française, c'est bien nous que nous reconnaissons...

Lire la suite

13:17 Publié dans France, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : gauche, ps, mélenchon, aubry | |  Facebook | | | |

mercredi, 22 octobre 2014

Une traversée routière du Petit-Lac de Genève « à l'horizon 2030 » ? Comme dirait Magellan...

Le Conseil d'Etat genevois n'en démord pas : il veut une autoroute sur ou sous le (petit) lac. Et deux semaines après le refus sec et sonnant (mais pas trébuchant) de la proposition de l'UDC d'une traversée de la rade, il nous sort son projet. Fumeux, le projet : la seule chose qu'on en comprend, c'est qu'il s'agit de faire passer des bagnoles d'une rive à l'autre du lac. Mais on ne sait pas si ce serait sur un pont ou dans un tunnel, sur deux ou trois voies, si les utilisateurs du machin devraient ou non s'acquitter d'un péage, si le coût du projet serait de 2,8 ou de 3,3 milliards ou plus, si des partenaires privés le financeraient, en tout ou partie, si la Confédération y mettrait son obole, si... si...  L'« horizon » de la réalisation du projet est, selon le Conseil d'Etat, l'an 2030 du calendrier grégorien. Quelqu'un pourrait-il expliquer au Conseil d'Etat genevois que, comme dirait Magellan, le propre d'un horizon est de s'éloigner au fur et à mesure que l'on croit s'en approcher ?    

Lire la suite

14:27 Publié dans Genève, Transports | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : traversée du lac, traversée de la rade | |  Facebook | | | |

mardi, 21 octobre 2014

« Ecopop » : Brouillard vert sur la xénophobie ordinaire, ou l'écologie à la mode bunker

propriété privée.jpgEcolo fondamentaliste encarté au PDC, Philippe Roch ne voit pas ce que l'initiative « Ecopop » qu'il soutient peut bien avoir de xénophobe. L'a-t-il lue avant de la soutenir au seul motif qu'elle « lance le débat sur la démographie » ? L'initiative ne s'en prend pas à la consommation individuelle des ressources (et des espaces) par la population résidente, ni au gaspillage de ces ressources et de ces espaces par les Suisses eux-mêmes -elle s'en prend à l'immigration; elle ne s'en prend pas au vieillissement de la population résidente (un vieillissement lui-même fauteur d'immigration) mais à la natalité dans les pays bénéficiaire de l'aide suisse au développement... Elle ne « lance pas le débat » sur la démographie, elle le rabaisse au niveau d'un seul et unique prédicat : la dégradation de l'environnement, le bétonnage, le gaspillage, « c'est la faute des autres ». La faute des immigrants, la faute des pauvres du Sud. Et on serait bien chez nous, entre nous seuls, sans ces importuns... Bref, de l'écologie à la mode bunker : « propriété privée, défense d'entrer, chien méchant »...

Lire la suite

14:31 Publié dans Développement durable, Environnement, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : ecopop, démographie | |  Facebook | | | |

lundi, 20 octobre 2014

Revenir sur les « cadeaux fiscaux » distribués à Genève : Impôt de gauche, impôt de droite ?

La coalition de la « gauche de la gauche » genevoise («Ensemble à Gauche») propose, pour équilibrer le budget cantonal, assurer le maintien des prestations sociales et réduire la dette du canton, de revenir sur les cadeaux fiscaux faits en 1998. La gauche, unie, avait déjà tenté en 2005 pareille effacement d'une connerie qui coûte très cher aux finances publiques, mais le corps électoral actif avait décidé de ne pas toucher aux cadeaux qu'il avait reçu (il est vrai que ce sont les couches sociales les plus aisées qui votent le plus, et les plus précarisées qui votent le moins). « Ensemble à Gauche » remet donc l'ouvrage sur le métier, et elle fait bien, parce que sa démarche relance, depuis la gauche,  un débat indispensable sur le rôle de l'impôt, et le choix à faire entre deux conceptions de l'« équilibre budgétaire » : calibrer les recettes à la couverture des dépenses (conception de gauche), ou calibrer les dépenses aux ressources fiscales existantes (conception de droite)...

Lire la suite

16:37 Publié dans Fiscalité, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : impôts | |  Facebook | | | |

vendredi, 17 octobre 2014

Grand Conseil genevois : cri primal, thérapie de groupe et autoabsolution

Donc, Gominator ne sera pas sanctionné pour avoir mis le souk au Grand Conseil vendredi soir, et avoir refusé (avec le soutien de ses spadassins à la double casquette de députés et de policiers) d'être conduit vers la sortie par des gendarmes lambdas, même pas députés : « sollicité de se prononcer » sur une proposition de sanction, « le Bureau n'a pas adopté cette proposition » -ni ne l'a d'ailleurs refusée puisqu'il y avait égalité des voix (les représentants du PS, du PLR et du PDC étaient favorables à une sanction, celui du MCG -Gominator lui-même- et ceux de l'UDC et d'Ensemble à Gauche y étaient opposés, et le représentant vert était absent). Comme il faut une majorité pour qu'une décision soit prise, dans un sens ou un autre, aucune décision n'a été prise. Et le MCG, annonçant la nouvelle de l'autoabsolution de Stauffer avant même que le bureau le fasse, de plastronner : « la sagesse l'a emporté et la démocratie se voit renforcée ». D'où il appert que la sagesse consiste à ne rien décider, qu'on renforce la démocratie en allant à la pêche mais que le bureau du Grand Conseil ne convient pas mieux à une thérapie de groupe que le Grand Conseil lui-même à un cri primal.

Lire la suite

13:26 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

jeudi, 16 octobre 2014

Forfaits fiscaux : déjà cinq cantons les ont abolis : Et de six le 30 novembre ?

forfaits fiscauxCinq cantons (Zurich, les deux Bâle, Schaffhouse, Appenzell Rhodes extérieures) ont déjà aboli les « forfaits fiscaux » (l'imposition sur la dépense). Un sixième les rejoindra-t-ils le dimanche 30 novembre ? Genève se prononcera alors sur une initiative socialiste proposant leur abolition. Et le même jour, toute la Suisse en fera autant, sur une initiative fédérale de La Gauche, exprimant la même revendication. A l'inverse, huit cantons (Berne, Lucerne, Nidwald, Schwatz, Glaris, Saint-Gall, Thurgovie et Appenzell Rhodes intérieures) ont décidé de maintenir ce privilège fiscal réservé aux riches étrangers résidant en Suisse sans y avoir (du moins officiellement et légalement) d'activité professionnelle -mais pour prix de ce maintien, ces cantons ont, sous pression d'une initiative populaire, alourdi les conditions d'accès à ce privilège. Ce que la Confédération elle-même a également décidé de faire. On lâche donc du lest -mais un peu, juste ce qui est nécessaire pour permettre aux aérostiers fiscaux de continuer à survoler l'imposition normale sans s'y confronter...

Lire la suite

14:45 Publié dans Fiscalité, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : forfaits fiscaux | |  Facebook | | | |

mercredi, 15 octobre 2014

Il y a trois mois, le Mondial de foot brésilien... et le pire reste à venir...

L'équipe nationale suisse de foot a donc battu celle de Saint Marin, hier soir. Le Vatican et Andorre restent à portée de pénalty. Monaco et le Liechtenstein en sont plus loin, mais Hopp Sviss quand même. Et c'est là qu'on se dit « comme le temps passe vite »... il y a trois mois, on poussait un gros soupir de soulagement : le Mondial de foot se terminait. On en résume le coût : 12 milliards de francs (au moins) claqués pour organiser la fête à neuneu, par un Brésil en manque d'infrastructures scolaires, sanitaires et de transports publics efficaces, avec à la clef l'expulsion des vendeurs ambulants pour complaire aux sponsors, la déportation, pour faire place aux stades, à leurs voies d'accès et à leurs parkings, de 200'000 personnes à la périphérie la plus lointaine possible des villes accueillant des matches, une explosion de la spéculation immobilière, la répression des manifestations dénonçant gaspillages et corruption... Le foot-pognon et ses mafias dans toutes leurs splendeurs, quoi. Et ce sera pire encore en 2018 en Russie et en 2022 au Qatar.

Lire la suite

14:17 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : mondial, football, fifa, qatar | |  Facebook | | | |

Choses vues au parlement de Mahagonny

(texte paru dans "Le Courrier" d'hier)

Lire la suite

02:47 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : police, mcg | |  Facebook | | | |

mardi, 14 octobre 2014

Contingentement, libre circulation, bilatérales : C'est où, la sortie de l'impasse ?

C'est nouveau, ça vient de sortir, et ça confirme que personne, pas même les initiants, ne sait comment sortiur de l'impasse dans laquelle le vote du 9 février sur l'initiative udéciste contre l'« immigration de masse » a coincé la Suisse : Christoph Blocher est prêt à renoncer à exiger le retour aux contingents, et à admettre une autre solution (tout aussi xénophobe d'ailleurs, mais qui permettrait de ne pas casser les accords bilatéraux) : taxer les immigrants. Toute une série d'autres propositions diverses et contradictoires, venant d'à peu près tous les partis politiques représentés au parlement fédéral, font leur petit tour de piste médiatique pour tenter de concilier l'inconciliable (le vote du 9 février et les bilatérales) et ouvrir des « portes de sortie » (ou des itinéraires de contournement) de l'impasse du 9 février. En oubliant seulement qu'on ne peut sortir d'une impasse par une autre issue que celle par laquelle on y est entré. Et que c'est même la définition de l'impasse, que de ne pouvoir en sortir qu'en reculant. Et on vous fait grâce des rimes de la chanson paillarde que cela nous inspire.

Lire la suite

16:44 Publié dans Immigration, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bilatérales, libre circulation | |  Facebook | | | |

lundi, 13 octobre 2014

Premier "baromètre électoral" des Fédérales de 2015 : Glissements progressifs du plaisir

Le premier « baromètre » GFS-RTS des intentions de vote pour les élections fédérales de l'automne prochain a été publié au début du mois. Selon ce sondage, l'UDC resterait le premier parti du pays mais, avec 24,6 % des intentions de vote, serait en recul de deux points. Le PS resterait le deuxième parti du pays, avec 20,1 % des intentions de vote, soit une progression de 1,7 point, qui l'amènerait à son objectif proclamé de « dépasser les 20 % ». Suivraient, dans l'ordre, le PLR à 15,8 % (en progression de 0,7 point, mais loin de son objectif proclamé de « dépasser le PS », sur lequel il continuerait de perdre du terrain), le PDC à 11,2 % (en recul de 1,1 point), les Verts et les Verts libéraux à 7,3 % chacun (ce qui correspond à un recul de 1,1 point des Verts et une progression de 1,9 point de leurs cousins de droite), le PBD à 4,8 % (en recul de 0,6 point), les Evangéliques à 1,8 %, l'UDF à 1,4 %, la Lega à 1 % et les « autres » à 4,7 % (mais qui sont-ils, ces « autres » ? le MCG leur est-il assimilé ? et la « gauche de la gauche«  » ?).

Lire la suite

16:04 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élections | |  Facebook | | | |

vendredi, 10 octobre 2014

« Journée mondiale du refus de la misère » : La posture ou l'action ?

Samedi, avec une semaine d'avance, le « Collectif 17 octobre » célèbre à Genève (sur le bateau « Genève », précisément, dès midi) la « Journée mondiale du refus de la misère ». Qui ne refuserait la misère ?  Or « refuser la misère », qu'est-ce que cela signifie, au juste, au-delà du sentiment ou de la rhétorique ? Par quelles actions, quels choix politiques, traduire ce refus ? Parce que c'est bien là que le bât blesse : tout le monde « refuse la misère » -mais tout le monde n'accepte pas de donner à ce refus les moyens, les instruments, les ressources, sans lesquels il n'est qu'une posture.    

Lire la suite

16:36 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

jeudi, 09 octobre 2014

Offensive djihadiste contre les Kurdes de Syrie (et d'Irak) : Daech, sous-traitant d'Ankara ?

1944 : dans Varsovie insurgée, la résistance polonaise lutte contre les nazis. Elle sera écrasée, et la ville ravagée, à portée de canons de l'Armée Rouge, qui en intervenant aurait pu repousser les Allemands et libérer la ville avant le massacre de la résistance par les troupes du IIIe Reich. Elle n'est pas intervenue. Elle a laissé faire le massacre. L'ordre lui était donné : laissons les Allemands nous débarrasser de la Résistance nationaliste polonaise. Une fois cela  fait, et les Allemands partis, l'Armée Rouge entre dans la ville. Les nazis ont fait le boulot.
2014 : en Syrie, la résistance kurde lutte contre les djihadistes de l'«Etat islamique» (Daech). A Kobané, les combats font rage entre des milices kurdes sous-équipées et des djihadistes sur-équipés, que les « frappes » aériennes d'une coalition dominée par les USA n'empêchent pas de progresser. A portée de voix, l'armée turque stationne et laisse faire, pendant que la police turque réprime dans le sang la révolte des Kurdes de Turquie venus soutenir leurs frères de Syrie.  L'ordre a-t-il été donné à l'armée turque de laisser les djihadistes liquider les Kurdes ?

Lire la suite

15:42 Publié dans Monde, Résistance, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : syrie, daech, turquie, kurdistan | |  Facebook | | | |

mercredi, 08 octobre 2014

Ce qui vient en scène pour troubler...

A propos des "Démons" de Dostoïevski, adaptés au théâtre, à Genève, par José Lillo
     Dostoïevski, terrorisme, théâtre, Camus
"Les Démons" de Dostoïevski font, en français,  un millier de page. Les adapter au théâtre est un défi, pour qui veut faire incarner sur scène sa trame et, surtout, ses questionnements. A Genève, jusqu'au 18 octobre, au Théâtre du Loup*, José Lillo en tire le sel. Allez au Loup ! Ne craignez pas, si vous ne connaissez pas le roman de Dostoïevski par coeur, de vous perdre au début de la représentation entre les personnages d'un récit dont le meilleur traducteur en français de Dostoïevski, André Markowicz, nous dit qu'il "n'existe finalement que pour semer le trouble" avant d'"abandonner le lecteur, essoufflé, avec rien. Possédé". Tout s'ordonne et se clarifie au fil de l'adaptation dépouillée de tout artifice qu'en fait José Lillo. Et on se retrouve après trois heures et demi de théâtre avec la même stupéfaction qu'après mille pages de lecture : celle qui vient de l'incroyable actualité d'un texte vieux de presque un siècle et demi, et des questionnements qu'il livre en nous laissant formuler les réponses -s'il y en a.


* www.theatreduloup.ch, +22 301 31 00A

Lire la suite

13:27 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dostoïevski, terrorisme, théâtre, camus | |  Facebook | | | |

mardi, 07 octobre 2014

Les rites de Piogre

Genève : Autocongratulation policière, défoulement antipolicier       

La manifestation (non autorisée par la police) de contestation du défilé autocongratulatoire (autorisé par le syndicat de la police) des polices genevoises, romandes, tessinoise, bernoise et françaises, a donné lieu samedi à quelques débordements. On avait soutenu cette contre-manifestation et on ne retire rien de ce soutien. On ne dira même rien de comminatoire des «débordements» unanimement déplorés à gauche -on ne va tout de même pas faire semblant d'oublier que nous pratiquions il y a quelques décennies, lorsque l'état de nos articulations et de nos poumons le permettaient, ce que les « éléments incontrôlés » d'aujourd'hui pratiquent. Quant au défilé policier, si on devait n'en retenir qu'une image ce serait celle, éminemment roborative, d'élus MCG applaudissant les détachements de la gendarmerie et de la police nationale françaises. Quant on vous dit que la République de Piogre a quelque chose d'ubuesque et de pataphysique...

Lire la suite

14:24 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : police | |  Facebook | | | |