mercredi, 02 octobre 2013

« Eradiquer les frontaliers » ? une seule solution : Supprimer la frontière !

Il y a au moins un reproche qu'on ne pourra pas faire au MCG -celui de dissimuler à la fois sa propre connerie et sa propension à exploiter celle qu'il attribue à ses  électeurs : il n'hésite ni à exhiber l'une, ni à postuler l'autre, et dans un «pavé» publicitaire paru (en tout cas) dans la « Tribune de Genève», le MCG se proclame « le seul parti qui se bat vraiment contre les frontaliers ». Pas contre la sous-enchère salariale, le dumping social ou la concurrence à l'emploi, tous phénomènes dont on sait que les frontaliers ne sont nullement responsables (au contraire de certains employeurs membres ou souteneurs du MCG) mais contre les frontaliers. En tant qu'individus, en tant que groupe social. Le MCG veut donc (et l'écrit dans son torchon) «éradiquer les frontaliers» comme on éradique une maladie (une « épidémie loin d'être éradiquée »). Ou comme d'autres, aux ambitions plus vastes (mais il faut savoir commencer petit) voulurent éradiquer la «juiverie» ou les koulaks. « Eradiquer les frontaliers » ? Soit. Mais il n'est pour cela qu'un moyen : supprimer la frontière qui les définit et les produit...


Le MCG aboie, la Genève réelle passe

La face dite « présentable » du MCG, Mauro Poggia, s'adressant au Temps sans avoir encore lu le canard de son parti (disons plutôt : le dernier en date des partis choisis pour y construire une carrière politique...) qualifiant les frontaliers d'«épidémie loin d'être éradiquée»,  estimait que «parler d'éradication est particulièrement grave, fait écho aux heures les plus sombres de l'Europe (...) et aurait un caractère pénalement répréhensible », mais assurait que «jamais vous ne trouverez dans les textes du MCG ou dans les propos de ses dirigeants des termes comparant les frontaliers à une maladie ». Mais patatras ! voilà que le « tous ménages » électoral du MCG en fait un titre de page, de ces termes et de cet écho... Aux dernières nouvelles, Poggia est toujours candidat du MCG...
Il se trouve que ce langage « éradicateur » n'est pas seulement injurieux et « pénalement répréhensible », mais qu'il relève en outre d'une véritable pathologie : celle du déni de réalité. Du déni de la réalité genevoise par des gens qui revendiquent en être gérants. Certes, dans un cahier spécial de la Julie, l'année dernière, on lisait que selon un sondage, 76 % des Genevois-es étaient favorables à la «préférence cantonale à l'embauche de Genevois sur territoire genevois », mais en même temps, 77 étaient aussi % favorables « au développement et à la croissance de la région métropolitaine genevoise » et 62 % à une «nouvelle gouvernance régionale» genevoise. On ne sait si la lecture de la « Julie » permet d'être mieux informé, mais on doute qu'elle permette d'être moins schizophrène. Parce qu'il est évident que plus se développera, croîtra et se renforcera politiquement la dimension régionale de Genève, moins la préférence cantonale aura de sens, puisque moins la frontière elle-même en aura (il n'y a pas de frontaliers s'il n'y a pas de frontières...). 

Et puis, à quoi rime déjà l'opposition entre «frontaliers» et « Genevois » ? A rien, puisqu'un tiers des frontaliers sont Genevois... Quant à l'opposition entre «frontaliers» et « résidents », dans la pratique, elle ne vaut guère mieux : entre un Suisse qui débarque à Genève de l'autre bout de la Suisse (ou de l'Europe, ou du monde) en parlant trois mots de français et un frontalier né, grandi, instruit dans la « Grande Genève » et habitant à Annemasse (même au Perrier...) depuis vingt ans, lequel est le plus « genevois » ?
Il est révolu, définitivement, irrévocablement, le temps où le territoire de la Genève politique  coïncidait avec celui de la Genève réelle : un temps où l'on vivait, travaillait, consommait, se délassait, se cultivait et était politiquement actif dans le même espace. Genève-canton compte aujourd'hui bien plus d'emplois que de résidents actifs, et emploie donc bien plus de personnes qu'il y en a de disponible à l'emploi sur son territoir, et chaque année plus d'un-e Genevois-e sur dix déménage en changeant de commune, de canton ou de pays, tout en restant vivre dans l'agglomération urbaine. Cela, c'est la Genève réelle... Celle dont le MCG se contrefout, puisque la majorité de la population de cette Genève réelle (près d'un million d'habitants, dont la moitié réside hors du canton) n'a pas le droit de vote à Genève, quand le seul objectif d'un parti comme le MCG est d'additionner des votes. Pour n'en faire rien d'autre qu'asseoir un maximum de séants dans les parlements, et cultiver l'espoir d'en poser quelques uns dans des fauteuils exécutifs.

Un mouvement constant de population manifeste l'existence d'un territoire genevois réel bien plus large que le territoire politique genevois. Et donc d'un territoire genevois réel qui échappe aux fantasmes et aux démagogies électorales.  Quelles que soient la composition du parlement et du gouvernement genevois, ce parlement et ce gouvernement ne seront jamais que ceux d'une moitié de Genève :  le territoire de l'Etat n'est pas le territoire des hommes et des femmes, il est le territoire des institutions -or l'on sait que les institutions sont toujours en retard sur la société. Pour ne rien dire du retard accusé par les fétichistes de la frontière sur des institutions elles-mêmes en retard sur la société.

Eppur si muove : Qu'il y ait dans une semaine sept ou vingt èmecégistes au parlement, qu'il y en ait un ou aucun dans un mois au gouvernement, qu'il y ait leur équivalent dans les conseils locaux et régionaux français, ne changera rien à l'évidence et au besoin présenté par nos leghistes locaux comme une « épidémie » : Le MCG (ou le Front National) aboie, la Genève réelle passe, et continuera de passer, et en nombre croissant, et dans les deux sens, la frontière de la Genève politique.

15:04 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : élections, frontaliers | |  Facebook | | | |

Commentaires

Vous avez évidemment raison. Malheureusement avec le MCG, on ne se place pas sur le terrain des arguments mais sur celui de l'émotion et de la croyance ! Il est difficile de lutter contre la mauvaise foi.

J'ai eu dans ma pratique professionnelle un élève "suisse" - né à Manaus au Brésil et ne parlant que le portugais qui a pu bénéficier de la "préférence cantonale"...

Enfin, je me bats comme je peux pour faire tomber ces barrières imbéciles. Et je peux dire honnêtement que je sais de quoi il retourne puisque je suis un Suisse qui habite le Pays de Gex depuis plus de trente ans et qui passe la frontière quasiment tous les jours.

Mais heureusement j'ai lu que le MCG ne considérait pas les Suisses demeurant en France comme des frontaliers. Ouf...

Écrit par : Michel Sommer | mercredi, 02 octobre 2013

BRAVO !

Écrit par : Philippe Souaille | mercredi, 02 octobre 2013

Étrange: Sans juger de la validité de vos arguments, la première chose qui me vient a l'esprit après lecture est que vous vous adressez a vous même, voir a vos politiquement proches. Comme si vous cherchiez a prêcher aux convaincus mais pas plus loin.

Écrit par : Oscar Goldman | mercredi, 02 octobre 2013

Vous devriez lire le dernier billet de decaillet...

Écrit par : Bic | mercredi, 02 octobre 2013

La fascination du vide: éradiquer - exclure- supprimer-effacer.
Nous le voulons , vous le voudrez avec nous ou alors sans vous.
Vincere , la carte postale ou le territoire, qu'importe "c'est le mot" Gomorra alias la cantonalisation ;sacraliser par le droit canon, une terre construite sur l'accueil des immigrés "Lombard- Michelli- Hentsch- Bertarelli." des Roms Canal historique.

Écrit par : briand | mercredi, 02 octobre 2013

Effectivement le dernier billet de P.Decaillet est affligeant.
Il reproche aux partis dits traditionnels de se permettre de critiquer les méthodes du MCG quand ce dernier en a fait son uniquement argument politique !

Écrit par : Antoine | mercredi, 02 octobre 2013

Genève c'est comme un autobus. Dans un autobus il n'y a qu'un conducteur car si tous les passagers conduisaient on irait nulle part. C'est aux citoyens de conduire Genève, quand aux autres ils n'ont qu'a bien se tenir dans le bus.

Écrit par : norbertmaendly | mercredi, 02 octobre 2013

... et le conducteur de l'autobus est frontalier...

Écrit par : Pascal Holenweg | jeudi, 03 octobre 2013

En réponse au slogan imbécile du MCG je ne dirai qu'une seule chose.Pour ma retraite: un seul objectif faire virer de France tous les clandestins genevois. C'est le propre du Suisse: propre en ordre chez lui mais sans foi ni loi chez les aures. peut-être le FN pourra -t-il quelques chose....J'ai bon espoir

Écrit par : kolod | mardi, 08 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.