mercredi, 04 septembre 2013

Jean Ziegler : Une candidature "provocatrice" ?

Faire braire et laisser braire...

A 80 berges, Jean Ziegler fait encore braire la droite : la Suisse propose sa candidature comme membre du comité consultatif du Conseil des droits de l'homme? Sans coup férir, une ONG (enfin, admettons...) très proche de la droite israélienne, "UN Watch", dénonce un "scandale", accuse Jeannot d'avoir été l'un des "principaux soutiens de Mouammar Kadhafi" (c'est Poncet qui va être jaloux...), d'avoir soutenu des dictateurs "comme Fidel Castro ou Hugo Chavez" (Chavez, dictateur ? il avait bien d'autres défauts, et sa politique aussi, mais sous sa présidence, le Venezuela n'a jamais abandonné la démocratie -ce sont ses adversaires, en revanche, qui ont tenté de le renverser par un putsch...). Et l'inévitable libéral genevois Pierre Weiss, de faire chorus (en duo avec son compère Christhihan Lüscher): le soutien de la Suisse à "cette candidature est une provocation". Didier Burkhalter en provocateur ?


Jean Ziegler.jpgMoi, quand je serai grand, je veux être Jean Ziegler

Jean Ziegler est donc candidat au Comité consultatif du Conseil des droits l'homme, comité dont les membres ne représentent pas leur pays,même si leur candidature doit être transmise par un Etat, ce que la Suisse a fait comme elle l'avait fait pour les précédentes candidatures du même Ziegler au même comité. Par douze voix (le PLR, l'UDC et une pertie du PDC) contre 10 (la gauche) et deux abstentions, la Commission de politique extérieure du Conseil national a exprimé sa désapprobation du soutien "inadéquat" du Conseil fédéral à une instance dont il a déjà été membre -le même genre de campagne avait d'ailleurs été lancée contre lui à l'époque, des mêmes sources, ce qui ne l'avait pas empêché d'être brillamment élu... et d'être aujourd'hui défendre par une cinquantaine d'ONG, qui ont écrit au Conseiller fédéral Burkhalter et aux membres de la commission de politique extérieure pour soutenir sa candidature en évoquant son expertise, son intégrité morale, son indépendance, ses recommandations "claires et constructives"... et même son "impartialité" (ouais, bon, là, c'est peut-être un peu aventureux..., mais quand on aime, on ne compte pas les compliments)

"Inadéquate" serait donc, pour la droite suisse, la candidature de >Ziegler -c'est sûrement un hasard si cette majorité de la commission a repris le terme utilisé par l'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU...)... mais les cacas nerveux d'"UN Watch", de Pierre Weiss et du Libérateur des saucisses, associé de l'avocat de Kadhafi contre la Suisse... et à l'origine de la proposition de "désapprobation" du parrainage par la Suisse de la candidature de Jeannot, à l'ONU, ça devrait en toucher une sans faire bouger l'autre, comme disait Chirac. Avec ou sans le soutien de la Suisse, Jean Ziegler sera probablement élu le 23 septembre. A moins évidemment d'un forcing des adversaires de sa candidature, et de lourdes pressions sur quelques électeurs, représentants d'Etats particulièrement sensibles à ces pressions et intéressés à leurs contreparties. On n'en est pas encore là : les émois de la commission parlementaire ne peuvent encore, et tout au plus, que satisfaire la pseudo ONG ("UN Watch") à l'origine de la mobilisation des adversaires de l'un des deux seuls politiciens suisses (l'autre étant Blocher,faut équilibrer la balance politique...) dont la renommée ait franchi les frontières de notre beau pays.

Mais on s'interroge, tout de même : le comité auquel Ziegler est candidat est consultatif; ses membres y interviennent non pas en tant que représentants d'Etats mais à titre personnel; leur présence dans ce comité n'a de sens que s'ils n'y ont à défendre aucune raison d'Etat, et que si leurs paroles y sont libres et contradictoires les unes des autres (cela s'appelle le pluralisme, et cela fonctionne comme une dialectique); enfin, la commission onusienne qui chapeaute ce comité n'a aucun pouvoir de sanction... mais on se mobilise jusqu'à New-York pour bloquer l'élection à ce comité consultatif d'un conseil sans pouvoir, d'un Jean Ziegler à qui l'on tient encore féroce rigueur d'avoir, il y a quelques années, dénoncé dans un rapport dont le contenu n'a jamais été réfuté sérieusement (pas même par ceux qui dénoncent aujourds'hui le "manque de sérieux" de son auteur) des effets calamiteux du blocus israélien de Gaza sur la situation alimentaire de ses habitants.
Il est vrai que pour tous ceux dont l'activité principale consiste à cacher sous le tapis les cochonneries des déraisons d'Etat, l'obstination de Jeannot à soulever lesdits tapis doit tenir d'une provocation (d'autant que son dernier livre vient d'être édité aux USA et qu'il y fait débat)confinant au crime. D'où leur propre obstination à l'écarter d'instances, fussent-elles purement consultatives, qui donnent à ses dénonciations une audience accrue.

N'empêche, moi, quand je serai grand, je veux comme Jean Ziegler pouvoir continuer à quatre-vingt balais à emmerder le monde.
Et je m'entraîne, je m'entraîne...

16:33 Publié dans Droits de l'Homme, Genève, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ziegler, onu | |  Facebook | | | |

Commentaires

Inutile de trop vous entraînez, cher Pascal, vous avez déjà une énorme et solide expérience...

Écrit par : JMC | jeudi, 05 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.