• « Bouclier fiscal » : L'Inique et sa Propriété

    Imprimer

    bouclier fiscal.jpgQue faire, en bons (quoique critiques) lecteurs de Max Stirner, de l'Inique et de sa propriété ? Au XXIe siècle, la place d'un bouclier est au musée. Et donc, celle du bouclier fiscal instauré à Genève pour protéger les hauts revenus et grosses fortunes de la progression de l'impôt direct, est au musée des iniquités fiscales, puisque la propriété de cette iniquité est de soustraire les contribuables les plus aisés à l'application du principe « chacun doit contribuer selon ses moyens ». Début juin, le PS genevois lancera une initiative populaire pour la suppression de ce « bouclier fiscal » protégeant les nantis de leur douloureuse participation équitable au financement des collectivités publiques. Et une semaine plus tard, à Zurich, on votera sur la proposition d'« impôt des bonzes » -un prélèvement de 1 % sur les fortunes de plus de deux millions. La fiscalité redevient donc, et c'est une bonne nouvelle, un enjeu politique prioritaire.

    Lire la suite

  • Contingentement de l'immigration en Suisse de travailleurs européens : Le lac des signes

    Imprimer

    Le 1er mai, fête internationale des travailleuses et des travailleurs, entrera en vigueur en Suisse un contingentement de l'immigration de travailleuses et travailleurs européens, décidé par le Conseil fédéral, qui a activé la « clause de sauvegarde » des accord bilatéraux pour « donner un signe » aux xénophobes et europhobes (de droite et de gauche) dans la perspective de votations à risques : sur l'élargissement de la libre circulation des personnes à la Croatie, sur l'initiative de l'UDC contre « l'immigration de masse » et sur celle des écoxénophobes d'Ecopop. C'est un signe de quoi, que nous donne ainsi un gouvernement mué en sémaphore ? Qu'on nous prend tous pour des cons (disons : des canards crétins du lac des signes). Parce que le Conseil fédéral lui-même sait, et admet à demi-mot, que le contingentement qu'il a décidé ne sert à rien. Et n'est que de la bouillie pour les chats mélangée à de la poudre de perlimpinpin et servie derrière un écran de fumée.

    Lire la suite

  • Gauche : L'attente d'un Risorgimento

    Imprimer

    Bientôt le jour du muguet et des manifestes...

    Nous approchons, à petit pas comptés, du Premier Mai. Jour de la fête des travailleuses et des travailleurs. Et que fait le militant de gauche, ce jour là ? Il manifeste. Et parfois pond un manifeste. Toujours proclamatoire, généralement autoproclamatoire, assez souvent péremptoires. Sacrifions donc, par une sorte de brouillon d'introduction à un manifeste, à ce rite qui emplit nos archives, mais qui nous permet aussi de faire un petit état de nos lieux politiques. Et celui de la gauche en Europe mérite autant une analyse qu'un diagnostic, au sens médical du terme. Car s'il fallait en un mot le qualifiier,  nous userions sans doute du mot « débilité », en son strict sens : une faiblesse maladive. Mais qui peut se soigner. Par un risorgimento -qui se fait certes attendre, mais n'en est peut-être que plus urgent.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Culture : L'accès et l'abcès

    Imprimer

    « Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine »

    Au départ, c'était une motion bénévolente déposée par des conseillères et conseillers municipaux des trois groupes de l'Alternative, une proposition relevant de l'évidence, mais qu'il nous fallut deux heures de joutes oratoires pour faire accepter; elle demandait que les réductions de tarifs d'entrée dans les institutions culturelles et sportives de la Ville de Genève soient étendues aux bénéficiaires de l'aide sociale accordée par des institutions publiques et privées, et que ces bénéficiaires en soient informés. Rien de bien révolutionnaire, tout de bien raisonnable... mais voilà, on est déjà en période électorale, et l'extrême-droite (le MCG et l'UDC) avait une furieuse envie de se faire entendre sur un sujet où règne plutôt son mutisme. Mais comment se faire entendre sur une proposition à laquelle on ne peut pas -ou n'ose pas- s'opposer et qu'on regrette sans doute de n'avoir pas déposée soi-même ? Eh bien, en parlant de tout autre chose. De tout et de rien. Surtout de rien. Mais en en parlant très fort. La proposition parlait d'accès à la culture ?  On en fit un abcès d'inculture, et cette petite étincelle mit le feu à toute la (petite) plaine du Conseil Municipal...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève, Politique 1 commentaire
  • Maghreb : Pas de « printemps » social

    Imprimer

    Pour le droit d'avoir des droits

    En 2011, les peuples « arabes » (et berbères...) se soulevaient contre les régimes qu'ils subissaient depuis des décennies. En Afrique du nord, plusieurs de ces régimes sont tombés : le Tunisien, l'Egyptien, le Lybien. D'autres sont toujours en place : le Marocain, l'Algérien, le Mauritanien. Mais dans les pays dont les régimes se sont maintenus comme dans ceux dont les régimes sont tombés et ont été remplacés, une fois les révolutions populaires du printemps confisquées, la misère, le chômage, la précarité sont restées -et les politiques d'« ajustement structurel » imposées par les coupoles financières internationales n'ont rien fait pour améliorer les choses : le chômage a crû de manière constante, la majorité des jeunes arrivant sur le « marché de l'emploi » sont condamnés à travailler dans le secteur « informel » pour des salaires de misère et sans aucune protection sociale. Des régimes sont tombés, reste une revendication : celle du droit d'avoir des droits.

    Lire la suite

  • Petits énervements municipaux genevois

    Imprimer

    Allô ? Non mais allô, quoi...

    Un conseiller municipal MCG porte plainte contre un journaliste qui a commenté ironiquement sur facebook le commentaire idiot, réchauffé dans le MCGHI du surlendemain, d'un autre journaliste à propos d'une intervention énervée dudit conseiller municipal accusant le monde entier en général, le maire en particulier et le président du Conseil municipal au passage de forfaitures diverses et variées... Bon, qu'un conseiller municipal MCG en soit à ne comprendre l'expression « deuxième degré » que comme la gradation d'une brûlure, soit... -on n'attend pas grand chose d'autre de ce vivier... qu'il considère que le procureur général de la République n'ait rien d'autre à foutre que vaseliner les états d'âmes d'élus municipaux moins intéressés par les débats auxquels ils sont supposés participer que par l'écran de leurs tablettes, passe encore... Mais qu'on nous demande de prendre cette bouffonnerie au sérieux... Chef, y'a un journaliste de la «Tribune » qui ironise sur les conseillers municipaux d'Ensemble à gauche qui déplacent leur caucus pour aller au Grand Théâtre...
    on porte plainte, chef, on porte plainte ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 2 commentaires
  • Vidéosurveillance : Le plumeau et l'aspirateur

    Imprimer

    Au prétexte de prévenir délinquance et criminalité dans la rue, et en expliquant qu'il ne s'agit que de «  tester » un dispositif, le canton prévoit d'installer 21 caméras de vidéosurveillance dans un périmètre restreint des Pâquis. Certains des partisans de cette opération ne cachent pas qu'il s'agit moins de développer un dispositif efficace de lutte  contre les violences, les trafics, les incivilités et les vols que de répondre au « sentiment d'insécurité »  des habitants. Mais il ne fait guère de doute qu'en réalité, la vidéosurveillance d'un périmètre délimité (et un périmètre « vidéosurveillé » ne peut qu'être délimité) ne fait, rapidement, que déplacer vers un périmètre non surveillé les comportements qu'on prétend vouloir rendre impossibles : c'est « l'effet plumeau »  : ça ne fait que déplacer la poussière... il est vrai qu'en période d'élection, ça peut aussi attirer des suffrages :  il y a donc de l'aspirateur électoral dans le plumeau sécuritaire.

    Lire la suite

  • Au prétexte d'un Cahuzac : Mentir vrai et vrai mentir

    Imprimer

    Jérôme Cahuzac est un menteur, et alors ? Est-ce d'avoir menti à tout le monde, à son président, à ses collègues, à son parti, aux députés, aux journalistes, est-ce d'avoir nié ce qui s'est avéré et affirmé ce qui s'est révélé faux, qu'il est le plus coupable, ou des actes qu'il a commis, d'abord celui d'avoir fait en tant que contribuable ce qu'en tant que ministre il faisait mine de réprouver ? Depuis quelques semaines, donc, on traque le mensonge, on proclame un devoir de vérité supérieur à tous les autres devoirs. On aurait ainsi le droit d'être un Cahuzac à condition de le revendiquer -ou d'être pardonné d'avoir menti à condition de se répandre ensuite en quelque chose qui tiendrait à la fois de l'aveu dans un procès stalinien et de la contrition dans une réunion d'alcooliques repentants :  « Bonjour, je m'appelle Jérôme, et je suis un menteur »...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • A six mois des élections... Refaire (de) la politique !

    Imprimer

    Dans six mois, Genève renouvellera son parlement et son gouvernement. Les partis ont bouclé, ou presque, leurs listes, et vont entrer en campagne. Mais ce qui aujourd'hui tient lieu de débat politique à Genève comme dans toutes les « démocraties occidentales » n'intéresse plus guère que celles et ceux qui le mènent. La politique n'étant plus la « chose du public », la res publica, elle devient un spectacle pour un public de plus en plus mécontent de la prestation des acteurs qui sollicitent ses applaudissements (c'est-à-dire ses suffrages) et de plus en plus critique à l'égard de la pièce elle-même -une pièce dont les auteurs lui sont enfin de plus en plus étrangers. Dans ces conditions, le devoir (et l'intérêt) de la gauche ne serait-il pas de subvertir la représentation en se mêlant au public avant que celui-ci, las de n'être considéré que comme la claque de cabotins, n'aille jouer lui-même sa propre pièce, ou prendre part à de plus sombres réjouissances ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 6 commentaires
  • « Pensons la ville pour agir » : La ville, champ politique

    Imprimer

    Vendredi et samedi, un collectif d'associations d'habitants de Genève invite* invite les habitants à « penser la ville pour agir », et à intervenir directement dans le débat public (et politique) pour y défendre un projet de développement urbain qui corresponde aux besoins et aux droits de la population. Ce discours des droits -droit au logement, à un environnement urbain vivable, à des services et des équipements publics présents partout-  est un discours politique. Au plein et vrai sens du terme : celui qui nous vient de la « polis »  grecque -la ville, précisément... là où s'inventa la démocratie, et là où la démocratie prend aujourd'hui le sens d'un « droit à la ville » qui implique sa réappropriation par ses habitants.

    *Maison des associations dès 20 heures vendredi,
    dès 13 heures samedi

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, Politique 0 commentaire
  • La Corée du Nord : qu'en faire ?

    Imprimer

    Kim et châtiment

    La Corée du nord a dénoncé l'armistice, vieux de 60 ans, avec la Corée du sud et a multiplié les gesticulations et les déclarations belliqueuses...  mais l'armée « populaire » n'a pas été totalement mobilisée... Pourquoi cette démonstration, plus d'agitation que de force, et qui ne semble pas émouvoir plus que de raison  la Corée du sud ? A usage interne, pour asseoir l'autorité de Kim-Jong-Un (comme par les mêmes moyens celle de son père, Kim Jong Il, et,  par une guerre, celle de son grand père, Kim Il Sung) ? Ou pour asseoir l'autorité de l'armée sur le parti et son chef ? Ou à usage externe, pour s'assurer du soutien de la Chine et faire monter les enchères lors de négociations ultérieures ? Peu importent, après tout, les déraisons des postures nord-coréennes : la question qui se pose face au régime de Pyongyang est toujours la même : comment s'en débarrasser sans guerre, ni embargo, châtiments dont seul le peuple nord-coréen a été, est et serait encore la victime  ?

    Lire la suite

  • Mesures urgentes contre l'asile : Est-on de trop pour résister ?

    Imprimer

    afficheAsile.jpgLe comité référendaire contre les mesures urgentes modifiant la loi sur l'asile a lancé le 8 avril sa campagne (on vote le 6 juin) par une conférence de presse tenue sans les socialistes, pas invités -il est vrai qu'ils n'avaient pas soutenu, pour des raisons tactiques, le référendum lors de son lancement, mais cette position était celle du parti suisse, plusieurs partis cantonaux avaient appelé à signer le référendum, et le PS suisse, qui appelle aujourd'hui à voter « non », va injecter plusieurs dizaines de milliers de francs dans la campagne). Même la Jeunesse socialiste qui, elle, avait soutenu le référendum, ne fut pas invitée pour le lancement de la campagne contre la révision de la loi qu'elle combattait... La votation s'annonce-t-elle donc si facile pour les défenseurs du droit d'asile qu'ils puissent se permettre de bouder le principal parti politique appelant à les soutenir ? C'est bô, l'optimisme...

    Lire la suite

  • Bas salaires, inégalités salariales : La droite s'inquiète...

    Imprimer

    La droite s'inquiéte : non pas de la persistance de bas salaires et d'inégalités salariales exorbitantes dans ce pays... mais de la sympathie que suscitent les initiatives lancées pour y répondre -l'initiative 1:12 de la Jeunesse Socialiste, et l'initiative pour un salaire minimum, de l'Union Syndicale Suisse, qui devrait être soumise au peuple l'année prochaine et que le Conseil fédéral appelle, sans surprise, à refuser.  Et s'il affirme en partager l'objectif (lutter contre la pauvreté, faire en sorte que toute personne puisse vivre dignement de la rétribution de son travail), le gouvernement nous ressort l'argument patronal classique : un salaire minimum remettrait en question le partenariat social (alors qu'il ne ferait que le cadrer, et que l'initiative demande d'encourager la conclusion de conventions collectives prévoyant un salaire minimum) et la liberté contractuelle, perturberait le marché du travail (car le travail, bonnes gens, est une marchandise...).

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Economie, Politique, Suisse, syndicats 0 commentaire
  • De la « purification » et du « coup de balai » : 6 ou 12 février 1934 ?

    Imprimer

    Trois jours après les « aveux » de l'illustre Cahuzac, le leader du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, a appelé à une « marche pour la VIe République », le 5 mai, pour «  purifier l'atmosphère politique » et donner un «  grand coup de balai ». Il y a des mots dont on ne devrait faire usage qu'avec une extrême prudence, surtout quand, comme Mélenchon, on connaît son histoire politique française sur le bout du poing. On comprend bien qu'il ne faut pas laisser le terrain à la famille Le Pen (quitte, au passage, à bouffer un bout de celui de Hollande), et que c'est là bonne action et oeuvre salutaire, mais faudrait quand même faire gaffe à la rhétorique dont on use : celle du « coup de balai » et de la « purification », en France,  fait plutôt 6 que 12 février 1934, plutôt ligues que Front Populaire...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : France, Politique 0 commentaire
  • Mort de la baronne Thatcher de Kesteven : Remember...

    Imprimer

    BobbySands.jpegPremier ministre de Grand-Bretagne (et d'Irlande du nord, hélas) pendant onze ans, de 1979 à 1990, morte lundi à l'âge de 87 ans, mais absente au monde depuis dix ans, Margaret Thatcher aura « marqué son époque », répètent à satiété les nécrologues. Marqué son époque, en effet. Mais comment, et par quoi ? Par une seule bonne action -et encore fut-elle involontaire : avoir provoqué la chute des militaires fascistes argentins en envoyant son armée récupérer les Malouines. Pour le reste... Le cercle des potentats retraités ou déchus accable sa dépouille d'hommages, et les potentats en place font chorus : c'est l'une de leurs qui vient de mourir, et c'est sur leur destin à eux aussi qu'ils pleurent, pendant que nous nous souvenons d'un certain Bobby Sands...

    Lire la suite

  • Les salauds, ils ont ressuscité Guy Debord !

    Imprimer

    DEBORD2.JPGL'homme des tavernes

    En sortant de nos pâques, si peu religieuses qu'elles furent, nous ne sommes toujours pas sûr de vouloir croire à la possibilité d'une résurrection -et surtout pas à la nôtre. Et nous aurions aimé que l'on ne s'autorise pas à ressusciter qui récuserait pareil traitement, de toutes ses forces de mort ayant choisi de l'être. C'est Guy Debord, qu'on nous ressuscite, là, maintenant. Il voulait «afficher, comme Li Po, cette noble satisfaction : "depuis trente ans, je cache ma renommée dans les tavernes "» -eh bien l'en voilà sorti de sa taverne, et de force, par la peau des mots, pour être exposé à la Bibliothèque Nationale française. Comme si l'ironique et douloureux « Panégyrique » qu'il écrivit de lui même ne suffisait pas, et que sa conclusion, belle épitaphe que l'on voudrait le moment venu reprendre pour soi, n'était pas assez péremptoire pour décourager les épigones : « ici l'auteur arrête son histoire véritable : pardonnez-lui ses fautes ».

    Lire la suite

  • « Offshore Leaks » : Les crapauds, le nénuphar et le marécage

    Imprimer

    Deux millions et demi de pièces concernant 120'000 sociétés  « offshore », examinées par près de 90 journalistes d'une trentaines de media : cela s'appelle « Offshore Leaks » et c'est un chapelet de mines prêtes à exploser sous les pas des puissants de partout et de leurs commis d'à peu près toutes les places financières. Dont, évidemment, la Suisse, et en particulier Genève. Au moins 300 personnes et 70 sociétés suisses (dont une vingtaine de banques ayant ouvert des sociétés dans des paradis fiscaux et légaux) sont concernées. Et comme il ne s'agit là que du résultat de l'étude de documents issus de deux intermédiaires sur les centaines de crapauds actifs dans le marécage dont  «Offshore Leaks» n'est que le nénuphar, on imagine l'ampleur des pratiques d'évasion, de soustraction et de fraude fiscales, d'évasion de capitaux et de blanchiment d'argent douteux, que les sociétés  « offshore » recouvrent et permettent : par elles, de riches particuliers détiendraient au total une trentaine de milliers de milliards de dollars -l'équivalent du produit intérieur brut des USA et du Japon réunis...

    Lire la suite

  • Commerce des armes : un traité est signé... Parole d'Etats...

    Imprimer

    Mardi, l'Assemblée générale de l'ONU a adopté, contre seulement trois oppositions (la Syrie, la Corée du Nord et l'Iran), mais moyennant une vingtaine d'abstentions (dont celle de la Russie), un traité réglementant le commerce international (légal) des armes conventionnelles et de leurs munitions. La semaine précédente, le traité n'avait pu être adopté par consensus. Il interdit aux Etats de transférer des armes vers d'autres pays s'ils savent qu'elles risquent d'être utilisées pour commetre des «violations graves» des droits humains, ou de tomber entre les mains de terroristes. C'est-à-dire de terroristes « privés », les Etats étant évidemment, de leur point de vue, insoupçonnables de terrorisme. Parole d'Etats... On a beau ne pas se faire trop d'illusions sur ce genre de traités, on veut croire que celui-ci aura un effet positif. Il ne peut en tout cas pas avoir d'effet négatif -sauf pour les Etats gros importateurs d'armes violant « gravement » les droits humains et(ou liés à des groupes terroristes.
    Mais ça existe, des Etats comme cela ? Noooon...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Droits de l'Homme, Monde 5 commentaires
  • De quoi Cahuzac est-il le nom ?

    Imprimer

    Un ministre français du budget (et donc des impôts) carbonisé pour fraude fiscale, un ancien président de la République française inculpé pour abus de faiblesse, une Infante d'Espagne inculpée pour complicité dans les tripatouillages financiers de son mari, un ancien Président du Conseil italien traînant un stock de casseroles à rendre jaloux un quincailler : le « tous pourris ! » populiste a encore de beaux jours devant lui... Car de quoi Cahuzac est-il le nom ? Ce nom est un nom de famille, le nom d'une caste : celle qui peuple les allées du pouvoir ou aspire à les peupler, celle s'y prépare ou s'y vautre. La double ironie de l'« affaire Cahuzac » réside certes dans la chute d'un ministre « socialiste » qui voulait se faire passer pour le champion de la lutte contre la fraude fiscale et la pratiquait lui-même, mais aussi dans le fait que Cahuzac est tombé à la suite d'une enquête effectuée en Suisse, sur requête française. Et que si le secret bancaire était resté ce qu'il était, et ce que veulent réinstaurer l'UDC et ses alliés de droite, Cahuzac aurait pu continuer à se pavaner et à mentir comme un arracheur de dents...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : France, Politique 4 commentaires
  • On vote le 9 juin sur le droit d'asile : L'« urgence » au prix des droits ?

    Imprimer

    afficheAsile.jpgLa Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, pour défendre les «mesures urgentes en matière d'asile » soumise au vote populaire le 9 juin assure qu'«on ne peut pas parler de durcissement de la Loi sur l'asile. Le projet soumis en votation ne restreint pas la notion de réfugié». Non, il ne fait que restreindre la possibilité de se réfugier... Ces « mesures urgentes » ne consistent pas seulement à pouvoir ouvrir des centres d'hébergement fédéraux et à pouvoir utiliser pour cela, sans demander l'autorisation des cantons et des communes, des installations existantes : elles consistent aussi à ne plus reconnaître la désertion et l'objection de conscience comme motif suffisant d'obtention de l'asile politique et à rendre impossible le dépôt d'une demande d'asile dans les ambassades suisses... toutes mesures sur lesquelles Simonette passe comme chatte sur braises. Il est vrai que son parti (le nôtre) combat désormais les mesures qu'elle défend... « Le Conseil fédéral et le parlement veulent des procédures d'asile équitables et des décisions rapides », explique la ministre. Equitables, vraiment ?
    Et rapides à quel prix ? au prix du droit d'asile ?

    Lire la suite