lundi, 14 janvier 2013

Grande parade homophobe à Paris : Que faire des intégristes ? Marions-les !

La manif conservatrice contre le « mariage gay », hier, à Paris, où le grotesque ne le disputait guère qu'au méprisable, ce fut à la fois une sorte de grande parade de tous les fantasmes réactionnaires, dans l'unité au moins apparente de tout ce que la France et les pays comparables (dont le nôtre) peuvent abriter d'irrédentismes patriarcaux, et la résurrection dans la rue d'une droite orpheline de Sarkozy et ne pouvant tout de même pas, décemment, faire de Gérard Depardieu sa nouvelle icône. Résultat : lardée d'UMP et de Front National, une longue procession d'intégristes religieux de toutes confessions salués par l'archevêque de Paris... Que faire des tous ces intégristes ? Les marier, peut-être...


ça sert à quoi d'aller bombarder des djihadistes au Mali pour se retrouver avec des croisés défilant à Paris ?

Les opposants au mariage gay veulent ratisser large », titre la Tribune de Genève de samedi. Et ils ont en effet ratissé large. Et surtout profond. C'est-à-dire bas. Les organisateurs de la manif d'hier n'ont cessé de se défendre de toute homophobie, et avaient même réussi à dénicher quelques homosexuels en les rassemblant dans un improbable collectif « plus gays sans le mariage » : le truc est le même que celui de ces antisémites qui, tous, avaient au moins « un copain juif »... Bref, sans aucune autre ambiguïté que celle de ses protestations hypocrites, et que celle du terme même d'homophobie qui suggère une peur, et auquel l'acteur Morgan Freeman a donné la précision qui convenait (« Je n'aime pas le mot homophobie. Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur. Vous êtes juste des connards !») la manif était bien de droite et homophobe. Mais d''abord homophobe, essentiellement homophobe, comme d'autres sont xénophobes. Ceux qui appelaient à y participer s'en cachaient d'ailleurs beaucoup moins que ceux qui l'organisaient : le sénateur UMP et marchand d'arme Serge Dassault parle de « décadence », l'ancienne ministre Christine Boutin tremble à l'évocation d'un « changement de civilisation gravissime », le Grand Rabbin Bernheim voit dans le mariage des homosexuels un « cheval de Troie contre l'hétérosexualité », l'Union des organisations islamiques (qui a fortement mobilisé ses troupes) craint qu'on en arrive à « légitimer la zoophilie et la polyandrie » (la polygamie, elle s'en charge), l'archevêque de Lyon voit poindre la légitimation de la «polygamie et de l'inceste» (prudent, il a évité d'évoquer la pédophilie, son église étant pourtant particulièrement compétente en la matière)... bref, on a eu droit à touts les amalgames, toutes les confusions, toutes les phobies, toutes les frustrations... Et la campagne contre le «mariage gay» s'est, logiquement, accompagnée d'une recrudescence de la violence verbale et physique contre les homosexuel-les.

Le slogan de la manif d'hier, c'était « tous nés d'un homme et d'une femme ». Belle découverte : l'humanité ne se reproduit pas par scissiparité, ni par génération spontanée... comme si c'était de cela, de la reproduction sexuée, dont il était question... comme si la loi était là pour confirmer la nature -mais la nature n'a pas besoin de la loi pour être confirmée, et toute la fonction de la loi est précisément de dire autre chose que ce que dit déjà la nature, et de s'émanciper de celle-ci... sinon pourquoi interdire le viol ? Le projet de loi sur le « mariage pour tous » ne légifère pas sur la procréation mais sur la possibilité pour deux adultes consentants de codifier leur vie commune, que ces deux adultes consentants soit de sexes différents ou du même sexe. Que les mariés fassent ou non, puissent ou non faire, des enfants, n'est ni une condition, ni une obligation du mariage. Ou alors il faut aussi en exclure les couples hétérosexuels sans enfants. On fait depuis toujours des enfants hors du mariage, on se marie depuis toujours sans avoir l'intention (ou la possibilité) d'en faire, des enfants sont depuis toujours élevés par d'autres que leurs parents biologiques, les homosexuel-le-s font depuis toujours des enfants (pas entre eux, certes, et alors? )... Le mariage, quelque forme qu'il prenne, et quelques limites qu'on lui impose, n'a pas été institué pour « faire des enfants » puisqu'on en peut en faire sans lui, et qu'on peut n'en pas faire avec lui. Ce n'est pas le mariage qui rend possible le couple, c'est le couple qui rend possible le mariage, institué pour le pérenniser autant que faire se peut et désir de vivre ensemble se maintient, et pour assurer la transmission des héritages matériels. Et au passage pour rassurer les mâles sur l'ascendance de leur descendance...

Au fond, si l'on en excepte les prêtres catholiques qui, s'interdisant à eux-mêmes le droit au mariage, se sentent légitimés à l'interdire aux autres (tout en le sacralisant pour les hétéros), les manifestants d'hier ne font que nier aux autres un droit qu'ils revendiquent pour eux seuls, comme ces hommes du siècle dernier s'opposant au droit de vote des femmes. Le projet de loi du gouvernement français s'intitule « mariage pour tous », ses opposants répondent : « non, pour nous, seulement pour nous !» . Personne, d'ailleurs, ne songe à les empêcher de se marier. Et s'il se trouve une institution qui, s'agissant de relations sexuelles, affectives, amoureuses, ferait mieux de, définitivement, se la coincer dans le missel, c'est bien celle qui, tout en interdisant à ses prêtres de se marier et aux femmes l'accès à la prêtrise, ce qui en fait ironiquement une église littéralement homosexuelle, a couvert d'un silence de catacombes la pédophilie de ses hiérarques et de ses servants. Fort heureusement, ce combat qu'elles mènent contre le droit des homosexuel-les au mariage, après les combats contre le divorce, contre le partenariat, contre la contraception, contre le droit à l'avortement, les églises, la romaine en tête, l'ont déjà perdu et en leur sein les plus sagaces le savent.

Hier, à Paris, si nombreuse qu'ait été la manif contre le «mariage gay», elle a rassemblé moins de personnes qu'il y a de couples homosexuels en France.

13:58 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : mariage, homosexualité, gays, politique, église | |  Facebook | | | |

Commentaires

Article intéressant

Globalement, toujours la même chansonnette... des gens sont contre le mariage d'homo, ce sont des homophobes!

Eternelle cantique de la gôche bobo mille fois ressassée et qui ne trompe plus que les imbéciles.

Ces mêmes donneurs de leçons pathétiques refusent par contre de trop en débattre publiquement, et surtout qu'il y ait un référendum pour que le peuple puisse se prononcer. Elle est belle la démocratie en Socialie!

Alfred

Écrit par : Alfred | lundi, 14 janvier 2013

Vous n'êtes pas allé jusqu'à "nazis"? Dommage: parti comme vous l'étiez...

Écrit par : Sérum | lundi, 14 janvier 2013

Si yavait pas eu les croisés tu serait pas en train de ramener ta science. Tu serait en train de te soumettre.

Écrit par : norbert maendly | lundi, 14 janvier 2013

N'en débat-on pas publiquement a satiété depuis des mois ? Et pourquoi pas un référendum ? Pour l'instant, si l'"opinion publique" semble opposée à l'égalité du droit d'adoption entre couples homosexuels et hétérosexuels, elle semble aussi, et à une majorité plus forte, favorable à l'égalité de droits des couples homos et hétéros au mariage... mais pour que référendum il y ait, encore faut-il que la proposition de "mariage pour tous" ne soit pas retirée. or ses adversaires ne proposent rien d'autre que, précisément, son retrait... qui, à votre avis, a peur du prononcement populaire ?

Écrit par : Pascal Holenweg | mardi, 15 janvier 2013

"Vous n'êtes pas allé jusqu'à "nazis"? Dommage: parti comme vous l'étiez..." : les nazis en effet expédiaient les homosexuels en camps de concentration. Du moins les homosexuels qui n'étaient pas eux-mêmes nazis. Mais je ne crois pas en avoir vu se revendiquant de cet admirable exemple dans la manif revendiquant le droit exclusif des hétéros au mariage...

Écrit par : Pascal Holenweg | mardi, 15 janvier 2013

"Si yavait pas eu les croisés tu serait pas en train de ramener ta science. Tu serait en train de te soumettre."... les Croisés ayant finalement pris une pliée monumentale et ayant juste réussi à piller Byzance et à organiser des pogroms sur leur passage, je m'autorise à ne pas regretter leur défaite et à ricaner devant les tentatives de leur résurrection...

Écrit par : Pascal Holenweg | mardi, 15 janvier 2013

"je ne crois pas en avoir vu se revendiquant de cet admirable exemple (le nazisme) dans la manif"

:-)
Vous en avez donc vu qui se revendiquaient de l'homophobie?

Écrit par : sérum | mardi, 15 janvier 2013

oui, et tellement évidente qu'elle n'avait même plus besoin d'être revendiquée. Au moins était-elle assumée, ce qui évitait les contorsions hypocrites des organisateurs.

Écrit par : Pascal Holenweg | mardi, 15 janvier 2013

"oui, et tellement évidente qu'elle n'avait même plus besoin d'être revendiquée."

Alors dans ce cas, vous pissez court et le nazisme habilement caché des manifestants de dimanche (plus d' 1/2 million, les bruns reviennent en masses!) aura échappé à votre vigilance. Cela arrive quand nos émotions nous brouillent la vue. Ah les salauds! ils ont bien joué leur coup! ça les rend dangereux...

On compte sur vous pour sonner l'alarme: il faut se méfier! les nazis du XXIème siècle sont tellement habiles à contrefaire leurs motivations que vous-même avez été floué!

Écrit par : Sérum | mardi, 15 janvier 2013

relisez le texte de ma réponse : je parlais de l'homophobie, c'est elle, pas le nazisme, qui était tellement évidente qu'elle n'avait pas besoin d'être revendiquée. Contrairement, précisément, à celle des nazis. Par ailleurs, la comparaison avec le nazisme, elle a été faite par l'un des organisateur de la manif (le "gay utile" de service), qui y a comparé... François Hollande

Écrit par : Pascal Holenweg | mardi, 15 janvier 2013

une conception de la famille qui nie l'amour d'autrui ainsi que les familles différentes des leurs n'a aucune bonne valeur ! Le rejet de personnes ni moins bien, ni meilleure que les autres et qui n'ont rien fait de mal est tous simplement écoeurant !

Écrit par : Steph | lundi, 16 février 2015

Relu. Compte-tenu que les manifestants revendiquaient justement ne pas être homophobes, mais concernés par la famille et la filiation, je vous propose simplement d'étendre à d'autres qualificatifs vos dons d'analyse extralucides...

Sérieusement, votre manie de faire passer une conception de la famille et du rôle du mariage dans la société et le code civil pour de l'homophobie, voilà ce que je veux pointer ici. Facile pour facile, je veux montrer que des "analyses" idéologiques et trop rapides, tout le monde peut en produire.

Bien à vous

Écrit par : Sérum | mardi, 15 janvier 2013

@Sérum pourquoi vouloir toujours faire dire à M. Holenweg ce qu'il n'a pas dit ? Vous êtes, selon-moi, le spécialiste des procès d'intentions.

ABE.

Écrit par : Olivier | jeudi, 17 janvier 2013

Olivier: simplement parce que M. Hohlenweg fait dire aux manifestants ce qu'ils n'ont pas dit, dame!
Seriez-vous de ceux qui acceptent les procès d'intention quand ils vont dans le sens de leurs idées, mais les dénoncent chez ceux qui pensent autrement? Dans ce cas, soyez attentif: celles-ci (vos idées) risquent fort probablement de stagner puis de moisir, enfermées dans votre tupperware idéologique.

ABE, BSEBDCM, APDVL

Écrit par : Sérum | samedi, 19 janvier 2013

Les commentaires sont fermés.