• Vidéosurveillance : Rassurer le bon peuple

    Imprimer

    L'aimable Conseil Municipal de l'aimable Ville de Genève a longuement (deux heures de débat...) traité hier d'une pétition de l'aimable parti démocrate-chrétien (qui aurait préféré en faire une initiative mais y avait échoué au stade de la récolté de signatures), en faveur d'un développement de la vidéo-surveillance dans l'espace public de Piogre -cela même à quoi Lucerne appelle à renoncer, pour cause d'inefficacité... Pourquoi cette demande à Genève de ce dont on s'apprête à renoncer à Lucerne, sur proposition de la municipalité elle-même ? Pour lutter contre la délinquance et l'insécurité ? Mais filmer des délinquants en train de se livrer à leurs coupables activités, ce n'est évidemment pas réduire la délinquance, si c'est, peut-être, en accélérer la répression -qui par définition n'intervient qu'une fois l'acte répréhensible commis, et n'empêche donc nullement sa commission. Surtout lorsqu'il s'agit de récidivistes qui se tamponnent le casier judiciaire d'être une fois de plus alpagués... Alors, la vidéosurveillance, pourquoi ?

    vidéosurveillance, sécurité, Big Brother


    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Politique d'asile : référendum ET initiative ?

    Imprimer

    Marcher avec ses deux jambes

    Les partis socialistes genevois, jurassien et zurichois, ainsi que la Jeunesse Socialiste, ont décidé de soutenir le référendum contre les derniers durcissements en date de la politique d'asile. Le Parti suisse, lui, en décidera dans un mois, en Assemblée des délégués, le 1er décembre. Mais le moins que l'on puisse dire est que sa direction n'est pas très chaude pour se lancer dans ce combat qu'elle juge perdue d'avance. La bonne nouvelle, cependant, c'est qu'elle semble également prête à prendre l'offensive sur ce terrain, en lançant une initiative réaffirmant clairement quelques solides principes fondamentaux. Les deux démarches, celle du référendum et celle de l'initiative, ne sont évidemment pas incompatibles : l'une est défensive, l'autre offensive. L'une est de résistance, l'autre de proposition. Ne conviendrait-il pas de les assumer toutes deux ? Après tout, marcher sur ces deux pieds, quand on a la chance de les avoir les deux, c'est encore la meilleure façon d'avancer, non ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Immigration 4 commentaires
  • Election municipale du 4 novembre : Sortir du marais...

    Imprimer


    politique,gauche,ps,élection,salika wengerLes choses et le choix devraient être simples, pour la gauche, lors de l'élection municipale de ce week-end : Il y a trois candidats et une candidate au Conseil administratif de la Ville de Genève. Et d'entre ces quatre candidatures, il n'y en a qu'une seule de gauche : celle de Salika Wenger. Et en face, une seule qui s'assume clairement comme une candidature de droite : celle d'Eric Bertinat. Et entre les deux, au «centre», c'est-à-dire dans le marais, clapotent un candidat de « centre-droit » ne s'assumant pas de droite, Guillaume Barrazone, qui ne sait même pas à 100'000 balles près combien va coûter sa campagne quand nous en sommes à payer avec nos jetons de présence de Conseillers municipaux les 2500 balles des « pavés » pour Salika dans « Le Courrier », et un candidat de «centre-gauche», Didier Bonny, de gauche in pectore et centriste bénévolant urbi et orbi. La gauche peut-elle choisir le marais ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Prendre du champ...

    Imprimer

    On va faire un truc de bobo : prendre des vacances en octobre.
    On enverra des cartes postales, parce que cela ne se fait plus et qu'on aime ce qui ne se fait plus. On ira écouter des Salve Regina dans des églises corses parce qu'on ne croit pas en Dieu et qu'on n'est pas Corse.
    On reviendra avec des tas de trucs inutiles parce que l'utilitaire nous gave et que l'utile nous casse. Ce n'est pas que l'on se sente inutile, c'est qu'on veuille l'être. Etre inutilisable, pour ne pas être utilisé
    On part, on ne quitte pas. On part en emportant ce qui nous importe. Des livres, des musiques, quelques idées, quelques visages.
    On part pour prendre du champ, reprendre du souffle. Pour revenir avec un peu plus que ce que nous avions en partant. Un peu plus de livres, de musiques, d'idées, de visages.  Un peu plus de champ, un peu plus de souffle.
    A dans dix jours...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : De tout un peu 0 commentaire
  • Constitution : Ne pas tourner la page, la réécrire !

    Imprimer

    Les lendemains d'hier ont certes été difficiles pour certains, et les rancœurs peinent peut-être encore à se dissiper, mais il n'est tout de même pas trop tôt pour essayer à la fois de comprendre ce qui s'est passé, pourquoi cela s'est passé, et ce qu'il convient de faire maintenant  - d'autant que dans le camp du « non de gauche » comme dans celui du « oui mais », ce qui prévaut désormais, au moins publiquement, est bien l'attitude qui convient :se remettre au travail, lancer les propositions qui intégreront dans la nouvelle constitution ce qui y manque, en expurgeront ce qui la dépare et y reformuleront ce qui mérite de l'être. Il s'agit donc moins de tourner la page que de la réécrire. En attendant, comme l'assassin, paraît-il, revient toujours sur les lieux de son crime, il convient que le traître revienne sur ceux de sa traîtrise, ne serait-ce que pour en savourer les quelques effets positifs (moins déterminants qu'espérés, mais tout de même... ). Et ce regard retrospectif posé, Judas pourra s'en aller se ressourcer sur une terre où règne un débat politique apaisé, serein, portant sur de grands enjeux rationnellement analysés et incitant à des actes militants porteurs d'espérance et d'alternative. En Corse, donc.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 7 commentaires
  • Election partielle au Conseil administratif de Genève : Salika, qui d'autre ?

    Imprimer

    Pour en finir avec la gauche marshmallow

    Dans un peu plus de deux semaines, le 4 novembre, en même temps qu'une élection à la Cour des Comptes dont nous n'avons aucune honte à avouer que nous nous contrefoutons, se tiendra en Ville de Genève une élection partielle à l'exécutif municipal (il s'agit de repourvoir le siège laissé vacant par Pierre Maudet). Quatre candidatures à cette élection : une de gauche, deux de droite, une « indépendante » (ce qui, politiquement, ne veut pas dire grand chose, sinon qu'elle ne se résout pas à dire où elle se situe). Le PDC et le PLR soutiennent leur candidat de droite (Guillaume Barrazone),. l'UDC et le MCG soutiennent leur candidat de droite encore plus à droite (Eric Bertinat)... Et les partis de gauche ? PdT et JS exceptés, ils attendent, des Verts à solidaritéS en passant par le PS, réfugiés dans un silence poltron, n'ayant réussi à produire comme mot d'ordre qu'un inconsistant « tout sauf Bertinat » et comme analyse qu'un piteux « nous ne voulons pas d'un exécutif monocolore »... On connaît la gauche caviar, on avait tenté de lancer la gauche anchois, on hérite de la gauche marshmallow : mollachue, doucereuse et écoeurante à la deuxième bouchée.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • La droite genevoise refuse l'entrée en matière sur le budget cantonal : Courage, fuyons !

    Imprimer

    Vendredi soir, au Grand Conseil genevois, un front de la droite de la droite (PLR, UDC, MCG) a imposé, contre les autres groupes (PS, Verts, PDC) un pur et simple refus d'entrée en matière sur le budget cantonal, au prétexte d'un déficit excessif (alors qu'avec ses 278 millions, il est de 72 millions moindre que celui de l'année précédente, accepté et salué par le PLR). C'est un gouvernement à majorité de droite qui est ainsi gifflé par la droite. Mais c'est surtout un parlement dont la majorité refuse de faire le travail pour lequel, historiquement, les parlements ont été constitués, et des députés qui refusent de faire le travail pour lequel ils ont été élus. Pourquoi ? Sans doute parce qu'on est à un an des élections cantonales, et que bien plus que la question de savoir quels moyens accorder à la République pour faire quel travail, c'est la question « de combien de séants de députés et de fauteuils de ministres PLR, UDC et MCG pourra-t-on écraser les sièges du parlement et les fauteuils du gouvernement l'année prochaine » qui taraude la droite. Et que d'ici là, elle s'impose un mot d'ordre, un seul : Courage, fuyons devant nos responsabilités politiques !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Genève : Molle adoption d'une constitution molle...

    Imprimer

    Constitution, Genève, DaliEt d'une ! (reste l'autre...)

    Verre à moitié vide ou à moitié plein ? On pariait, ici, sur le rejet de la nouvelle constitution -pari perdu : elle a été acceptée. On pariait sur une abstention de l'ordre des deux tiers, pari gagné : on y est, largement. On voulait des votes blancs plus nombreux que la différence entre les « oui » et les « non », on y est en Ville de Genève mais pas au plan cantonal (où la proportion de votes blancs est tout de même trois fois supérieure à l'habituelle)... Il y avait deux constitutions auxquelles faire le sort qu'elles méritent : l'une était en vigueur, l'autre était proposée pour remplacer la première. On ne pouvait les refuser les deux, on devait en accepter ou en confirmer une, et refuser ou accepter l'autre. C'est fait : la constitution proposée a été acceptée, la constitution en place transférée aux archives et la dépouille de James Fazy enfin laissée à la paix des dépouilles.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Constitution genevoise : Un choix à 55 % de 35 % de 50 % ?

    Imprimer

    Hier soir, on en était à 22,6 % de participation au vote sur la constitution, à trois jours de la clôture du scrutin. Si la tendance se poursuit, on se situera quelque part autour des 35 % de participation -et des 65 % d'abstention. On ne risque donc pas le tsunami démocratique sur cet enjeu dont on nous clame pourtant qu'il est dé-ci-sif.  Il vous reste jusqu'à demain pour voter par internet, et de dix heures à midi dimanche matin pour voter, à l'ancienne, dans un local de vote, en déposant dans une urne un bulletin propre sur lui. Parce que c'est bô, un bulletin de vote virginal, immaculé, préservé des grafitis... Gardez donc le vôtre dans son innocence, ne le mélangez pas à ceux de l'UDC et du MCG ni à ceux du PLR et du PDC, n'y mettez pas de croix (les croix, c'est bon pour les cimetières), laissez-le aussi propre que vous l'avez reçu : VOTEZ BLANC !



    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 2 commentaires
  • Trois bicentenaires genevois à célébrer... comme ils le méritent

    Imprimer

    Corvées de mémoire...

    Est-ce notre côté français ? c'est fou ce qu'on commémore, et s'apprête à commémorer, à Genève, en ce moment, entre la gauche de la gauche qui résiste au temps qui passe en brandissant le tibia (gauche) de James Fazy pour exorciser le spectre d'un changement de constitution, la Genève culturelle qui fait à Rousseau une fête que Jean-Jacques aurait peut être reçue avec reconnaissance de son vivant et qui l'eût consolé des bûchers de ses livres, mais qui aujourd'hui nous sert surtout à nous souvenir que la République de Genève est bien plus ancienne que le canton du même nom, et les trois bicentenaires que ladite République et sa Commune annoncent pour commémorer, l'un le retour de son oligarchie, l'autre un débarquement sans danger de quelques troupes suisses de parade, et le troisième la fin (jusqu'à ce jour) de l'indépendance de la République...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Référendum contre la xénophobie d'Etat : Le PS dans la nasse

    Imprimer

    Une coalition d'organisations a décidé avant-hier de lancer un référendum contre les derniers durcissements de la loi sur l'asile. Malgré l'opposition d'Amnesty International, de l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés et du Parti socialiste, le Forum pour l'intégration des migrant-e-s, les Juristes progressistes, le Centre social protestant de Genève et les Jeunes Verts ont donc décidé de prendre le risque du vote populaire. On attend encore la décision de Solidarité sans Frontières (opposée au référendum, mais qui pourrait s'y rallier puisqu'il sera de toute façon lancé), des Verts et des sections socialistes cantonales et locales, qui peuvent parfaitement contourner le refus de la direction du PSS -d'autant que ce refus doit lui-même être confirmé par le « parlement » du parti, l'Assemblée des Délégués.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 0 commentaire
  • Vivent les salopes ! (et les salopiots...)

    Imprimer

    Plusieurs centaines de femmes (et quelques dizaines d'hommes) ont participé samedi à la première  « marche des salopes » (slutwalk, en sabir mondialisé) organisée en Suisse, pour dénoncer les violences sexuelles dont sont victimes les femmes, et dont elles sont elles-mêmes rendues coupables lorsqu'à l'instar du flic canadien dont la parole fut à l'origine de la première « slutwalk », on leur dit que pour éviter les agressions sexuelles, elles ne devraient pas « s'habiller comme des salopes ». C'est quoi, s'habiller « comme une salope » ? C'est s'habiller comme on en a envie ? Pour aller sans risquer l'agression sexuelle là où on a envie d'aller, à l'heure où on a envie d'y aller ? Eh oui. Comme peuvent le faire les hommes.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Femmes 0 commentaire
  • Huit millions d'habitants en Suisse : Et alors ?

    Imprimer

    De l''impossibilité d'une île

    Voilà, c'est fait, on est huit millions d'habitants en Suisse. Trois fois plus qu'il y a 150 ans, du fait de deux facteurs principaux : l'allongement de l'espérance de vie et l'immigration. Depuis 2000, c'est le solde migratoire qui constitue l'essentiel (80 %) de l'accroissement démographique, l'accroissement naturel pesant quatre fois moins. Du coup, les xénophobes façon UDC et les zoophiles façon Franz Weber montent aux barricades : on va être trop nombreux, il faut stopper « l'immigration de masse » (UDC), et en revenir à la Suisse « magnifique »  (pour qui ?) des années '40 et '50 (Weber). Si l'évolution actuelle se poursuit, la Suisse aura dix millions d'habitants dans vingt ou trente ans... et alors ? La Suisse n'a jamais été, n'est pas et ne sera jamais une île : il faudrait que quelqu'un l'explique à Robinson Crudécé et à Vendredi Weber...

    Lire la suite

  • A propos de l'esprit de sérieux en politique

    Imprimer

    Prenons le parti d'en rire...

    Les politiciens sont gens sérieux. Très sérieux. Trop sérieux. Et tel débat politique local que nous ne préciserons pas plus ici de crainte de lasser le lecteur, nous le démontre avec une belle acuité : il n'est pas loin du sérieux à la bêtise, et il nous faut bien avouer qu'il nous est, à nous aussi, arrivé de nous prendre au sérieux en prenant au sérieux le fugace mandat qui nous fut accidentellement accordé par un électorat distrait. Certes, nous nous sommes repris de cet esprit de sérieux et de révérence à l'égard de l'institution, mais nous le savons  toujours nous menacer.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Constitution genevoise : Ce n'est qu'un débat, continuons le confus !

    Imprimer

    Constitution, constituante, politique, votationOn s'était promis de ne pas y revenir pendant une semaine, et puis voilà, mille excuses, mais on craque. Parce que le débat constitutionnel genevois commence sérieusement à nous gonfler. Non par ce qui devrait être son objet et son enjeu, mais par la forme qu'il prend. Celle, qu'on nous pardonne la vulgarité de la métaphore, d'un débat de merde, mené à coup d'invectives, et de procès d'intentions, de caricatures des enjeux et de prédictions paranoïaques. ça pleurniche d'un côté, ça agonit de l'autre, et ça nous pompe l'air des deux.


    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Quand Rémy s'en va-t-en voyage

    Imprimer

    Jusqu'où s'étend la Grande Genève ? Jusqu'à New York...

    Le Maire de Genève (Rémy Pagani, cette année)  interviendra samedi à New York, lors de la quatrième session du «  Tribunal Russell sur la Palestine », pour rappeler la nécessité de défendre et de respecter les Conventions de Genève et le droit international. C'est bien le moins, direz-vous, que l'on puisse attendre du maire de Genève, que de défendre les Conventions de Genève ? Eh bien vous auriez, de l'avis de la droite genevoise, grand tort. Le Maire de Genève n'a pas à aller à New York rappeler qu'il faut défendre les Conventions de Genève. Le Maire de Genève doit rester à Genève, en silence, le cul posé sur son fauteuil de Maire de Genève. Mais voilà, ni la pratique, ni l'histoire ne militent en faveur de cette reposante conception du rôle de Maire de Genève.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Référendum ou pas contre les nouvelles attaques sur le droit d'asile ?

    Imprimer

    On y va ou on y va pas ?

    Aller au référendum, au risque (qui frise la certitude) de s'y faire ramasser par le peuple, ou ne pas y aller, au risque (qui caresse la certitude) de ratifier ainsi l'inacceptable ? C'est la question qui taraude en ce moment la gauche et les organisations de solidarité avec les immigrants, s'agissant des nouveaux durcissements de la politique suisse d'asile. Le président du PSS, Christian Levrat, assure que le parti ne lancera pas le référendum. Nul n'en doutait : si référendum il y a, il sera lancé par des mouvements de solidarité et par la gauche de la gauche. Mais la question se reposera au PS, si le référendum est lancé, de sa recommandation pour le vote populaire. Et là, ce n'est pas la direction du PSS qui décidera, mais l'Assemblée des délégués. Et la position du parti suisse ne préjuge jamais la position des partis cantonaux... même s'agissant de participer ou non à la récolte des signatures au bas d'un référendum que ne soutiendrait pas le PSS...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 0 commentaire
  • Constitution genevoise : A cambiare, radicalmente e da capo

    Imprimer

    vignette Constitution23.jpgLe moins que l'on puisse écrire est que le projet de nouvelle constitution genevoise a du plomb dans l'aile (surtout dans l'aile gauche, mais l'aile droite est également touchée), et qu'il serait vraiment fort surprenant qu'il soit accepté dans deux semaines par la majorité de la petite minorité de Genevoises et de Genevois qui non seulement auront le droit de voter, mais auront consenti à en user. Après quelques semaines d'attente précautionneuse, et ayant pris le temps de humer le vent pour déterminer sa direction, les résistants de la dernière heure sont sortis du bois et, à visage découvert, flinguent désormais sans risque le texte de la Constituante et le dernier carré (héroïque : les chants désespérés sont les chants les plus beaux) de ses défenseurs. Bref, tout indique que le 15 octobre, Genève se retrouvera avec la même constitution  que l'avant-veille. Et qu'il faudra remettre l'ouvrage (car il en a besoin) sur le métier. Mais cette fois, notre ouvrage, sur notre métier. Radicalmente e da capo.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire