lundi, 24 septembre 2012

Manifeste : Non aux prisons de la honte et aux renvois forcés

Fermez Frambois !

Dimanche après midi, une vingtaine de personnes, soutenues par une centaine d'autres, se sont enchaînées aux grilles du centre de rétention administrative de Frambois, là où, entre un aéroport et une zone industrielle, notre beau pays stocke ses immigrants illégaux en voie d'expulsion forcée. Un manifeste a été lancé pour, comme le revendiquaient les manifestants, exiger la fermeture du centre de Frambois et l'arrêt des expulsions forcées. Il faut en effet fermer Frambois. Et le classer au patrimoine. Comme un concentré de xénophobie d'Etat, exemplaire, évident, de toutes les saloperies que l'on peut commettre au nom de la « maîtrise de l'immigration
». 

Le manifeste peut être téléchargé et signé sur http://www.itprojects.org/stop-dead/


Parce que l'inacceptable ne peut être accepté...

Parce que des hommes, des femmes et même des enfants peuvent, aujourd'hui en Suisse, être jetés en prison sans être coupables ni suspects d'un quelconque délit
Parce que cet état de fait atteste que les autorités suisses violent massivement les droits fondamentaux d'une partie de ses habitants en les privant de liberté sans procès équitable
Parce que, dans sa force aveugle, la violence d'Etat disloque des familles
Parce qu'un tel régime de détention exerce une torture psychologique sur chaque détenu en le privant de toute perspective d'avenir, et ainsi d'espoir
Parce qu'à rebours de ses prétentions humanitaires, la Suisse, par la fabrication et l'expulsion massive de sans-papiers, les jette dans des situations de graves dangers
Parce que de surcroit, cette politique des renvois a déjà fait des morts
Parce que la détention administrative préfigure la création d'une catégorie d'individus conditionnels, à l'essai, à points, susceptibles d'être à tout moment privés de leurs droits
Parce qu'à l'inverse, des femmes et des hommes, des associations, des communautés religieuses se mobilisent pour leurs collègues, leurs voisins, leurs semblables

Nous appelons...


Les autorités vaudoises, genevoises et neuchâteloises à cesser immédiatement de recourir à la détention administrative et à fermer la prison de Frambois.

Les autorités fédérales à mettre fin dans les plus brefs délais aux violations des droits humains dans les prisons administratives.
La conseillère fédérale Sommaruga à s'expliquer sur la torture subie par un Camerounais, à lui accorder l'asile et à suspendre les renvois vers les pays où les droits humains sont violés.
Le Parlement à réviser la loi sur les étrangers pour supprimer la détention administrative et à renoncer à un énième durcissement de la loi sur l'asile
Les personnes qui côtoient les détenus administratifs à témoigner des conditions de détention et d'expulsion ainsi que des risques encourus par les migrants en cas de renvoi
Les communautés religieuses à prendre position fermement contre la détention administrative et à accueillir des étrangers menacés de mesure de contrainte.

(le manifeste peut être téléchargé et signé sur
www.itprojects.org/stop-dead/)

13:13 Publié dans Immigration | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : genève, expulsions, frambois, étrangers | |  Facebook | | | |

Commentaires

Hahaha... Voilà le vieux gauchiste qui en appel a la bienveillance des communauté religieuse.

Au fait plutôt que d'envoyer une centaine de punks (dont le maire de GE) manifester devant Frambois, vous voulez pas plutôt porter plainte a la CEDH qu'on sache une fois pour toute si faire respecter les lois sur l'immigration est une violation des droits de l'homme, ou pas ?

Écrit par : Eastwood | lundi, 24 septembre 2012

Avez-vous visité une fois au moins, une prison 5 étoiles suisse pour écrire ceci :

"Les autorités fédérales à mettre fin dans les plus brefs délais aux violations des droits humains dans les prisons administratives."

Écrit par : Victor Winteregg | lundi, 24 septembre 2012

Bravo à cette action, il faut absolument augmenter la pression sur nos autorités pour faire pièce aux scandaleux durcissements des lois... et des pratiques, et au déculottage d'une bonne partie de nos élus, hélas même de gauche, craignant pour leur popularité...

Écrit par : Philippe BECK | lundi, 24 septembre 2012

Je ne sais pas ce que vous appelez une "prison 5 étoiles", mais j'ai "visité" à peu près toutes les prisons genevoises, de La Clairière à Champ-Dollon en passant par Saint-Antoine, Villars, Riant-Parc et Favra...

Écrit par : Pascal Holenweg | lundi, 24 septembre 2012

Super, vous avez donc de l'expérience ... tentez donc de visiter une prison turque maintenant ... vous comprendrez aisément la différence et le qualificatif de 5 étoiles.

Écrit par : Victor Winteregg | mardi, 25 septembre 2012

Parce que votre critère de mesure ce sont les prisons turques ? On a les modèles qu'on mérite... En ce cas, effectivement, les prisons suisses sont 5 étoiles. Les prisons françaises, italiennes, espagnoles aussi, d'ailleurs. Et on ne parle même pas des prisons scandinaves, franchement voie lactée.

Écrit par : Pascal Holenweg | mardi, 25 septembre 2012

Mais ouiiiii! Donner un clope dans la rue à quelqu'un va suffire pour être traité de gaucho...eastwood je ne vous voyais pas aussi ridicule. Votre méconnaissance de l'immigration vous permet de critiquer ouvertement. Sachez que toutes les lois resptrictives existent, c'est juste qu'à Berne nous avons des incompétents...ils sont incapables de respecter les lois et de prendre des décisions.
Quant à Frambois, qui s'occupe de faire des vols spéciaux, il est inhumain de renvoyer des gens de CETTE manière! J'espère que vous comprendrez la demande. Sinon il faut croire que la Suisse est trop civilisée pour vous.

Écrit par : plume noire | mardi, 25 septembre 2012

je suis dubitative surtout après avoir entendu un requérant expulsé d'Italie avouer qu'il venait en Suisse pour l'AI.Y'a de quoi rester songeur!

Écrit par : lovsmeralda | mardi, 25 septembre 2012

Certes, mais serait-ce une raison pour le renvoyer chez lui enchaîné et cagoulé ?

Écrit par : Pascal Holenweg | mardi, 25 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.