Le Salon du Livre s'ouvre demain : Lisez !

Imprimer

Descombes.jpgUn Salon du Livre n'est certainement pas le lieu où mieux célébrer le livre. Le Salon du Livre (celui de Genève s'ouvre demain) est une foire. Ce n'est pas le livre qu'il expose, mais l'éditeur, le diffuseur. L'auteur aussi, sans doute, mais comme le charolais ou la simmenthal au Salon de l'Agriculture. Comme une bête de foire. Et pourtant, on ira au Salon du Livre. Parce qu'il est la plus grande librairie à laquelle nous ayons accès dans ce pays, et qu'en un temps où, les unes après les autres ferment les librairies, où ce qui symbolise le mieux l'état en lequel le marché nous laisse est la mue de la vieille librairie Descombes en point de vente de fringues Lacoste, même  cette foire, ce souk, le Salon du Livre, finit, malgré lui, par être un îlot de résistance à l'analphabétisme moutonnier ambiant. Le livre rend libre : N'est-ce pas pour cela qu'on en a tant brûlés dans tant d'autodafés et qu'aujourd'hui on nous en prédit la disparition ? Lisez !

Avant que le livre ne meure...

Lire un livre, s'y immerger, c'est s'abstraire du monde pour le temps de la lecture, mais ce n'est pas fuir le monde : c'est le réinventer. Et c'est s'armer pour le changer. Nous nous sommes constitués par les livres que nous avons lus et aimés, et en nous prenant pour Gavroche ou Jean Valjean, Aramis ou Edmond Dantès, Philip Marlowe ou Etienne Lantier, nous nous déprenions de tout ce qui nous enserrait -et nous continuons ainsi à nous déprendre de ce qui nous pèse, en nous engloutissant dans les pages des livres, plus profondément qu'en n'importe quel film. Il paraît que cette immersion dans les mots est passée de mode. Que le livre est en crise. Nous voyons les librairies fermer, les unes après les autres. A Genève, on en a porté quatre en terre, en peu de temps : Forum, Artou, Panchaud, Descombes. Nous flânions dans les rayonnages de Prior, nous pouvons encore flâner dans ceux de Jullien, mais pour combien de temps ? Dans combien de temps seront nous définitivement condamnés à la Fnac et à la liseuse électronique ? Dans combien de temps les bibliothèques municipales seront-elles rattachées aux musées d'art et d'histoire parce que ce qu'elles offrent sera devenu objet de culte patrimonial et nostalgique ?


Le livre n'est pas une marchandise comme les autres. Il est un facteur central, essentiel de culture. Il est même, depuis Gutemberg, LE premier véhicule de la culture et de l'intelligence, et contrairement à ce que de vains lieux communs nous susurrent, il l'est resté. Parce que l'écrit l'est resté. Les media ne s'annulent pas, ils s'ajoutent, s'empilent, se répondent : l'imprimerie n'a pas tué la parole, la radio n'a pas tué la presse, la télévision n'a pas tué le cinéma, l'internet n'a tué ni la parole, ni l'écrit -et a même donné une vigueur nouvelle au plus vieux medium du monde : la rumeur. Il n'y a pas d'internet sans écrit : l'écrit est sur l'écran, mais l'écran n'est qu'une page. En proférant son célèbre « Le medium, c'est le message », MacLuhan n'a proféré qu'une ânerie, celle d'un plombier nous assurerant que « le tuyau, c'est l'eau »...


Nous avions prôné le « oui » au prix unique du livre, non pour le prix, mais pour le livre. Nous irons au Salon du Livre non pour le salon, mais pour le livre, parce que nous mourrons avant lui, et parce qu'il nous reste inconcevable de pouvoir vivre sans lui.

Lien permanent Catégories : Culture 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.