• Question bête en période électorale : Mais qu'est-ce que je fous là ?

    Imprimer

    Simplificatrices des discours politiques jusqu'à souvent les réduire à des caricatures d'eux-mêmes, mais clarificatrices des choix stratégiques collectifs et des postures individuelles, les périodes électorales sont peu propices à l'expression de cette part d’ambiguïtés et de contradictions internes que toute position politique contient quand elle ne renonce pas à l'intelligence par souci d'efficacité. Il n'empêche que l'on peut s'y interroger en se posant à soi-même une question elle aussi fort simple  mais à laquelle aucune réponse simple ne peut être donnée :  « qu'est-ce que je fous là ? » Ce n'est pas une question de candidat(e), c'est une question de militant(e) : qu'est-ce qui me pousse à « faire de la politique », quand rien au fond ne m'y oblige, sinon mon propre choix ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Après une clarification ambigüe à la droite de Piogre

    Imprimer

    Ce sera elle ou ça...

    Boudée par l'Entente de la droite démocratique, l'UDC genevoise a donc conclu avec le MCG un accord électoral (qu'elle avait auparavant proposé au PLR) couvrant toutes les échéances électorales des deux ans à venir. Dès lors, le 17 juin, trois blocs se confronteront : l'Alternative (les Verts, le PS, Ensemble à gauche) , l'Entente (PLR et PDC) et la droite de la droite, mi-populiste mi-conservatrice (MCG et UDC). Mais si cette recomposition est clarificatrice, elle l'est de manière ambigüe, et elle ne bouleverse pas (encore) le paysage politique : les forces qui étaient à droite (y compris celle se prétendait  « ni de gauche, ni de droite »)  y sont toujours, celles qui étaient à gauche y restent, celles qui hésitent entre la droite et la gauche doivent choisir leur camp. Et la gauche mobiliser le sien sans le disperser. Parce que le 17 juin prochain, ce sera elle ou lui. Ou ça. Ce devra donc être elle.

    Lire la suite

  • Permanence de la toxicomanie et du deal : Sortir de l'impasse de la prohibition

    Imprimer

    Si l'on en croit les statistiques de la criminalité qui viennent d'être rendues publiques (et qui ne mesurent en réalité pas la criminalité, mais sa répression), le marché genevois des stupéfiants (autrement dit : des drogues illégales) n'a pas connu d'évolution significative entre 2010 et 2011. En d'autres termes, on en serait resté au même point. Avec à peu près autant de consommateurs, à peu près autant de dealers, actifs dans, grosso modo, les mêmes quartiers et vendant à peu près les mêmes substances au même prix... et ce n'est pas une bonne nouvelle, puisque cela signe l'échec de décennies d'une répression de la consommation et du commerce des drogues -une répression qui n'a fait reculer ni la première, ni la dangerosité du second, mais qui coûte mondialement 100 milliards de dollars par an. Et engraisse les mafias.

    Lire la suite

  • Politique culturelle : Quand deux légitimités se confrontent

    Imprimer

    Tentant d'expliquer pourquoi la fonction de Conseiller d'Etat n'est plus ce qu'elle était, le président du Conseil d'Etat genevois, Pierre-François Unger observait dans « Le Temps »  que « nombre de décisions sont transférées à Berne sans que les moyens de les appliquer nous soient toujours octroyés. Ceux qui décident ne paient plus, et réciproquement ». Il avait raison, Unger. Mais ce qu'il décrivait, c'est exactement ce que de mauvais esprits accusent le Conseil d'Etat genevois de tenter avec son projet de loi sur la culture : s'arroger le pouvoir de décider en faisant supporter à d'autres le coût de ces décisions... Car à Genève, dans le champ de la politique culturelle, deux légitimités se confrontent : celle de la loi et celle du terrain. La légitimité de la loi, c'est celle du canton. La légitimité du terrain, c'est celle de la Ville, des villes, des communes -celle des moyens et des actions entreprises. La vieille distinction de l'Etat et de la Commune, de celui qui gouverne les gens et de celle qui administre les choses...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Election partielle du gouvernement genevois : gauche, droite, en avant...

    Imprimer

    Avant-hier, le congrès socialiste a désigné Anne Emery-Torracinta comme la candidate du parti, et (espérons-le) de toute la gauche, à l'élection partielle au Conseil d'Etat genevois, le 17 juin prochain. Et c'est un beau, un clair, combat gauche-droite, « à la française » (quand les Français font, politiquement, ce qu'on attend d'eux) qui s'annonce -et dans le même temps de campagne que la présidentielle française, précisément. Un combat où le choix des alliances va peser de tout son poids, et sera déterminant, à gauche comme à droite. Un combat où le choix sera simple : Maudet, Stauffer ou Emery-Torracinta. La droite, l'extrême-droite ou la gauche. La gauche telle qu'elle est, et qui n'est pas forcément telle qu'on la voudrait, mais la gauche. Nous.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Candidature socialiste à l'élection partielle du gouvernement genevois : Choisir les villes

    Imprimer

    Si les socialistes étaient joueurs, et joueurs de poker, ils pourraient samedi se rengorger bruyamment : leurs candidat-e-s à la candidature pour l'élection partielle du Conseil d'Etat dessinent un joli carré d'as. Mais les socialistes ne sont pas joueurs -c'est là le moindre de leur défaut (il suffit pour s'en convaincre de voir la tête qu'ils tirent, et d'entendre les commentaires qu'ils font, lorsque l'un-e d'eux s'offre le petit plaisir d'une proposition ou d'ne intervention décalée dans un parlement). Bref, les socialistes genevois ont le choix. Et c'est difficile, un choix. Surtout entre quatre bonnes cartes. Il lui faut un critère, à ce choix. Alors on leur en propose un : les villes.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 8 commentaires
  • Un « Serial Sniper » dans la campagne électorale

    Imprimer

    Le délire de l'un, les calculs des autres...

    Mohamed Merah, 23 ans, islamiste radical, djihadiste au Pakistan et en Afghanistan, se revendiquant de la Qaeda, se rengorgeait après avoir tué sept personnes, dont trois enfants, parce qu'elles étaient juives, ou soldats : «j'ai mis la France à genoux»... Sans doute y croyait-il, mais il n'a pas même réussi à interrompre plus de 24 heures la campagne électorale pour l'élection présidentielle. Cerné, puis abattu, il n'était devenu rien d'autre qu'un tueur délirant dont les actes entraient dans des calculs politiques.. On a palabré plus d'un jour entier autour du Fort Chabrol toulousain. On voulait le tueur vivant (ou on voulait le faire croire). Mais pour en faire quoi ? Un trophée ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : France 1 commentaire
  • Que faire d'une borne ? la passer...

    Imprimer

    « Pourquoi des élus dépassent les bornes ? », s'interrogeait, apparemment angoissée, mais néanmoins toute frétillante, la « Tribune de Genève » de mercredi dernier, à propos des dernières péripéties parlementaires genevoises. Pourquoi des élus (le masculin n'est pas innocent) dépassent-ils les bornes ? D'abord parce que les bornes, s'agissant des débats parlementaires, ce sont les élus eux-mêmes qui les posent, et qu'ils en font donc ce qu'ils veulent -celles et ceux qui les ont élus étant seuls légitimés à les sanctionner. Ensuite parce que les bornes sont faites pour être dépassées (elles ne sont pas des murs). Enfin, parce que les parlements ne sont pas seulement des lieux de décision, mais aussi des lieux de joutes...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 2 commentaires
  • Campagne présidentielle française : De la mélenchonine contre la mélancolie

    Imprimer

    Le jour anniversaire de la proclamation (en 1871) de la Commune de Paris, le 18 mars, le Front de Gauche a rassemblé à Paris, avant-hier, de la Nation (voilà pour l'appel à l'unité) à la Bastille (voilà pour le rappel révolutionnaire) une centaine de milliers de personnes, pour soutenir son candidat à l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, qui y a vu « un signal à l'Europe de l'austérité : son volcan français s'est réveillé ».  Et c'est une bonne nouvelle, même si l'assassinat glacial et glaçant de trois enfants et d'un enseignant dans une école juive de Toulouse, hier, a « gelé » la campagne électorale, à l'avant-dernier jour de l'hiver. Demain, c'est le printemps. Le premier jour du mois de Germinal. Et la mobilisation autour de la candidature de Jean-Luc Mélenchon, même si elle inquiète, mais à injuste titre, le PS, qu'elle met devant ses responsabilités et la nécessité d'un véritable programme de changement,  est bien annonciatrice d'un printemps politique.

    Lire la suite

  • Financement des partis politiques : Valises udécistes et opacité helvétique

    Imprimer


    On en apprend de belles, dites donc : Le parti de la Suisse profonde utilise pour se financer les méthodes des caciques africains, celles d'Omar Bongo et de Félix Houphouët-Boigny... En tout cas, c'est ce que nous révèlent les quotidiens zurichois NZZ et Tages Anzeiger : au moins un million et demi de francs en argent liquide ont abouti dans les caisses de l'UDC pour financer la campagne électorale de 2007, en plus du financement personnel que Blocher a admis avoir accordé à son propre parti alors qu'il était Conseiller fédéral. Ils ont l'air fins, les udécistes, à utiliser des méthodes de républiques bananières -mais du coup, on comprend mieux pourquoi l'UDC freine des quatre fers toute évolution vers la transparence du financement des partis politiques, alors que la Suisse est, en la matière, championne européenne de l'opacité...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 0 commentaire
  • Accident de Sierre : La compassion, bien sûr, et puis ?

    Imprimer

    Pas de mots aujourd'hui. Mais des actes demain...

    22 enfants, leurs deux chauffeurs, leurs quatre accompagnants, meurent dans un accident d'autocar, dans un tunnel valaisan. Ni la présidente de la Confédération suisse, ni le Premier ministre du Royaume de Belgique, ne trouvent « les mots justes » à adresser aux familles des victimes et aux rescapés. Mais s'il n'y a pas de mots pour dire à leurs familles ce que nous pouvons ressentir après la mort absurde de 22 enfants dans un accident d'autocar, il faudra bien, pour paraphraser à la fois l'Ecclésiaste et Spinoza, qu'il y ait un temps pour « ni prier, ni pleurer, mais comprendre et agir ». Il n'y a pas encore de mots, mais il faudra qu'il y en ait (et d'abord  ceux-ci : pourquoi transporter des enfants de Belgique en Suisse en autocar, et pas en train ? ), suivis d'actes pour éviter que pareil drame se reproduise.

    Lire la suite

  • Votations et élections : Dans trois mois, on remet ça...

    Imprimer

    La Tour (Baudet), prend garde !

    Un clou chasse l'autre : les votes de dimanche dernier digérés, il nous faut déjà nous préparer à ceux du 17 juin prochain, avec un menu copieux : deux initiatives fédérales (une deuxième proposition d' «épargne-logement» émanant des milieux immobiliers et une initiative udéciste visant à soumettre les accords internationaux au vote populaire), une initiative cantonale de gauche (« Pour une véritable politique d'accueil de la Petite enfance ») et son contre-projet de droite, une loi cantonale réduisant le contrôle démocratique sur les institutions de droit public... et une élection complémentaire au Conseil d'Etat, histoire de trouver le remplaçant ou la remplaçante du très remplaçable Mark Muller. Et, pour la gauche, de prendre un acompte sur une majorité gouvernementale. Et, pour le PS, de récupérer un siège bêtement (et donc par sa faute) perdu il y a trois ans.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire
  • Rénovation du musée d'Art et d'Histoire : un préavis de poids

    Imprimer

    Pas de Nouvel, bonne nouvelle ?

    Le 29 février dernier, la Commission des monuments, de la nature et des sites a délivré un préavis défavorable à la requête en autorisation de construire déposée le 10 novembre par la Ville, pour la rénovation du Musée d'Art et d'Histoire. Le préavis de la CMNS ne porte cependant pas sur le principe de cette rénovation, que tout le monde s'accorde à considérer comme nécessaire et urgente, mais sur le seul projet pris en compte jusqu'à présent, celui de l'Atelier Jean Nouvel et de ses partenaires genevois. Si la Ville continue à s'accrocher à ce seul projet de rénovation, à n'en étudier sérieusement aucun autre et en particulier à ne pas étudier celui présenté par les associations de défense du patrimoine, ce n'est plus seulement le risque que l'on court, mais désormais la certitude que l'on peut annoncer, de se diriger tout droit et très vite dans une impasse et de condamner toute rénovation du musée, soit par refus de l'autorisation de construire, soit par provocation d'un référendum...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 3 commentaires
  • Votations fédérales et cantonales : petit vent aigrelet

    Imprimer

    votation.jpgContrat social ? Non : contrôle social !

    Il y a des dimanches, comme ça, où on aimerait bien avoir été plus mauvais pronostiqueur et ne pas se retrouver au lever à prendre sans surprise connaissance de résultats électoraux trop attendus.  S'agissant des votations de ce week-end, on craignait le pire, et on avait de bonnes raisons pour cela, l'ambiance générale de rétraction politique et l'envie non moins générale de plus de contrôle social n'étant pas les moindres de ces raisons. Un petit vent aigrelet a donc soufflé sur les urnes, ce week-end (avec quelques rayons de soleil, tout de même, à Fribourg et en Vaud). Reste que hier, l'année Rousseau s'est moins célébrée par une refonte du contrat social que par la demande d'un contrôle social (scolaire) et politique (policier) accru...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 4 commentaires
  • Autophagie à Piogre : Le Servette reprend le Servette...

    Imprimer

    Et un sauveur suprême de plus, un !

    Le patron du Servette annonce qu'il est prêt à reprendre le Servette (mais pas avec son argent, avec celui de mystérieux financiers restant anonymes), et le patron du Servette cède le Servette au patron du Servette pour un franc symbolique... Une tautologie, un enfonçage de portes ouvertes, un serpent de lac qui se mort l'appendice caudal ? Pas tout à fait : c'est le patron du Servette Hockey Club (SHC), qui annonce qu'il veut reprendre le Servette Football Club (SFC). La grande famille du sport, quoi.Le tour de passe-passe a permis un ajournement de faillite, et une semaine de sursis pour le SFC. Quennec assurerait les charges courantes pendant un mois, le temps de vérifier dans quel état réel est le club de foot. Et après ? On fait quoi ? Qui paie quoi ? Et dans combien de temps tombera la première demande d'aide financière faite au canton et à la Ville ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire
  • Aujourd'hui, « Journée des femmes » : La dernière ruse du paternalisme ?

    Imprimer

    Le 8 mars a été proclamé (par l'Internationale Ouvrière et Socialiste, et par Clara Zetkin) Journée des Femmes. Cette proclamation, qui fut de combat, est désormais de rituel. «La femme est l'avenir de l'homme», bêtifia Aragon dans l'un de ses plus mauvais poèmes, et chanta Ferrat, dont ce ne fut pas la plus belle chanson, à quoi ce vieux macho romantique de Brel répondit en chantant son doute -non que la femme soit l'avenir de l'homme, puisqu'elle en est aussi le passé et le présent, mais de la sincérité de la posture féministe d'Aragon. Comme de celle à laquelle nous sacrifions un jour par an. Et c'est aujourd'hui. Restent 364 jours et 364 nuits (365 cette année bissextile)... La Journée des femmes ne serait-elle pas, sous le masque de la repentance, la dernière ruse du paternalisme ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Femmes 1 commentaire
  • Lancement d'une initiative populaire pour un « revenu de base inconditionnel »

    Imprimer

    Utopique ou nécessaire ?
    Utopique ET nécessaire...


    Un comité d'initiative indépendant*, mais lié à l'association «  BIEN »* , qui soutient sa démarche, annonce le lancement, le 21 avril prochain (2 Floréal, jour du chêne...) d'une initiative populaire fédérale pour « un revenu de base inconditionnel ». Autrement dit, pour une « allocation universelle », un « revenu d'existence », un « revenu citoyen », bref : un revenu égalitaire, individuel, accordé à tout résident sans autre condition que sa résidence, et couvrant ses besoins essentiels : le logement, la nourriture, les soins, les déplacements. Ce revenu n'est pas un revenu de substitution à un revenu ou un salaire perdu. En revanche, il peut remplacer tous les revenus de substitution (assurance chômage, retraite, allocations familiales, allocations d'étude, rentes invalidité) qui lui sont inférieurs. Un projet utopique ? voire...

    * info@bien-ch.ch

    Lire la suite

  • Que faire des initiatives populaires inapplicables ?

    Imprimer

    Mettre des bornes à la démocratie ?

    Par 21 voix contre 20, le Conseil des Etats a suivi, fin février, le Conseil National en proposant d'élargir les critères d'invalidation d'une initiative populaire, en y intégrant le possible non-respect par l'initiative des droits fondamentaux. Une modification de la Constitution étant nécessaire pour que cette proposition soit entérinée, c'est le peuple qui décidera d'accepter ou de refuser cette limitation de son droit souverain à voter sur tout et n'importe quoi, y compris sur des textes absurdes e/o inapplicables (l'interdiction des minarets ou l'expulsion des « criminels étrangers », par exemple). Actuellement, les textes d'initiatives n'ont à respecter que les règles impératives du droit international : le génocide, la torture, l'esclavage, sont prohibés. Mais cela ne va guère au-delà de ces évidences. Il s'agirait donc d'y ajouter quelques bornes à ne pas dépasser -comme l'interdiction de la peine de mort ou des mariages forcés, déjà posées dans la constitution fédérale et la convention européenne des droits de l'homme.

    Lire la suite

  • 8oo fois "CauseS touSjours"...

    Imprimer

    Garder la gueule ouverte !

    On aurait pu attendre un chiffre encore plus rond, le millième numéro, pour nous auto-congratuler, mais dans la morosité politique ambiante, on n'a pas eu la patience : voilà donc le 800e numéro de «  CauseS TouSjours ». Et on est encore tout ébahi, à la fois d'avoir réussi à pondre autant, et d'avoir même réussi à être lu. Sur écran ou sur papier, en pdf ou sur l'un ou l'autre des blogs où nous déversons notre prose quelques heures après l'avoir expédiée, matutinalement, à quelques centaines de destinataires résignés à ce que nous encombrions leur boîte aux lettres électronique. En cela, nous sommes bien « genevois » (ou grecs...), conformes à l'image que la blochérienne « Weltwoche » de la semaine dernière donnait des Welches, et qui après tout  nous a fait si grand plaisir : Ach ! touchours la keule ouferte !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Médias 5 commentaires
  • Le Servette FC en dépôt de bilan : Y'a des semaines, comme ça...

    Imprimer

    Y'a des semaines, comme ça, où tout fout le camp : Mark Muller d'abord, le Servette ensuite... Le président de la SA du Servette Football Club (eh oui, amis sportifs: vos clubs ne sont pas des associations, ce sont des sociétés anonymes...) a donc annoncé qu'il était en cessation de paiements. Le club a pour 1,7 million de francs de poursuites, il doit fournir dans les dix jours des garanties financières pour obtenir sa licence pour la saison prochaine et il n'a apparemment plus un radis. L'administrateur du club, Cedric Tonoli, a démissionné de son poste. On cherche un repreneur ou des repreneurs (Marc Roger ? Bulat Chagaev). On s'agite. On pleure. Et on n'oublie qu'une chose : que depuis longtemps, le sort des équipes professionnelles ne se joue plus sur les terrains, dans les stades ou sur les patinoires, mais là où fonctionnent (ou dysfonctionnent) les pompes à fric...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire